L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Modalités de soumission 2014

Plan d’action et appel générique (informations au 13.02.2017)

Appel générique 2017 : Résultats de la première phase d'évaluation

  • Fin de la 1ère phase d'évaluation : 7 260 pré-propositions éligibles ont été évaluées
  • L'ensemble des coordinateurs des pré-propositions a été contacté par mail
  • Les coordinateurs des 3052 pré-propositions retenues à l'issue de l'étape 1, ainsi que les 1101 PRCI éligibles enregistrés sont invités à soumettre une proposition complète au plus tard le 03 avril 2017, 13h (heure de Paris)
  • L'ouverture du site de soumission des propositions détaillées est prévue pour le 28 février 2017 (date prévisionnelle)
  • Consulter le calendrier de l’appel générique

Retrouvez l’ensemble des appels ouverts et la prévision des appels spécifiques transnationaux pour 2017.

@AgenceRecherche

16/02 12:07 - [AAP] Projets sélectionnés à l'appel "Au cœur des données numériques" @DiggingIntoData https://t.co/zt5P97Is1E

15/02 15:55 - Énergies Marines Renouvelables, 3e appel à projets ds le cadre de l’action Instituts pour la Transition Énergétique… https://t.co/MWboCa92t5

13/02 15:25 - 2/2 Les porteurs des pré-propositions retenues et des PRCI éligibles enregistrés sont invités à déposer une proposition complète d’ici avril

  • PLURICAT Catalyse duale pour une synthèse énantioselective éco-compatible

    Catalyse duale pour une synthèse énantioselective éco-compatible
    L'objectif central du projet PLURICAT est le développement de nouvelles approches pour générer et transformer in-situ, à partir de I'alcool, la fonction carbonyle nécessaire pour une réaction énantioselective aminocatalysée. Pour cela, la stratégie s'appuie sur des coopérations de deux système catalytiques, soit organométalliques et organocatalytique, soit purement organocatalytique.

    Context, position et objectifs du projet
    L'organocatalyse et notamment l'aminocatalyse nécessite l'utilisation de composés hautement réactifs possédant par exemple une fonction carbonyle (ex: aldéhyde). Malheureusement, cette fonction nécessite souvent une préparation à partir d'alcool en utilisant une quantité stoechiométrique d'oxydant et de plus ces fonctions carbonyles manquent souvent de stabilité. Pour dépasser ce problème, nous proposons donc de les générer et les transformer in-situ à partir de la fonction alcool. Pour cela, nous souhaitons nous appuyer sur des catalyseurs de transfert d'hydrogène, capable de réaliser de manière réversible l'oxydation d'alcools en aldéhyde. En réalisant une combinaison duale avec un organocatalyseur, cela devrait permettre de réaliser la fonctionalisation énantiosélective de la fonction carbonyle ainsi générer. Une fois la preuve du concept apporté dans l'addition de céto-esters sur des alcools allyliques, nous souhaitons étendre le champ d'application à d'autres substrats et ainsi appliquer cette stratégie à la préparation de produits naturels biologiquement actifs.
    En complément, notre ambition est d'étendre le concept de cascade relai pour résoudre le problème de la réduction conjuguée énantiosélective de composés carlconylés insaturés en utilisant l'hydrogène en lieu et place d'esters de Hantzch. Pour cela, nous envisageons une catalyse duale originale entre deux organocatalyseurs.



  • ChemoDyn Evolution chimique et dynamique des coeurs pré- et protostellaires

    Chemodyn: Comprendre l'évolution chimique et dynamique des coeurs pre- et proto-stellaires
    Les coeurs pré- et proto- stellaires sont les phases les plus précoces de la formation of a start. Elles sont cruciales car elles déterminent la composition initiale du disque proto-planétaire. Des progrès importants dans la compréhension de ces objets ont étés réalisés ces dernières années grâce à des observations (sub-) millimétriques. Cependant, la plupart de ces observations ont des résolutions de plusieurs 10«, et la structure de ces objets à plus petite échelle reste mal comprise.

    Utiliser la chimie pour comprendre la formation stellaire
    Le projet Chemodyn consite à étudier les propriétés physiques et chimiques d'un grand échantillon de proto-étoiles de Classe 0. Les objectifs principaux du projets sont 1) de développer un modèle de pointe d'évolution chemo-dynamique des coeurs pré- et proto-stellaires et 2) de comparer les prédictions de ce modèle à des observations interférométriques avec une résolution meilleure que la seconde d'arc. Nous souhaitons répondre aux questions suivantes:

    1. Comment les abondances chimiques mesurées dans les proto-étoiles de Classe 0 se comparent-elles aux prédictions de modèles chemo-dynamiques ?

    2. La composition chimique est-elle différente d'une proto-étoile à l'autre, et comment évolue t-elle en fonction du temps ?

    3. Quelle est l'origine de l'évaporation des manteaux des grains observés dans les «hot-corinos« ?

    4. Que est le profil de vitesse observé dans les enveloppes des proto-étoiles de Classe 0, et comment se comparent-ils aux prédictions des modèles ?

    5. Plus généralement, quelles contraintes sur les théories de formation stellaire peuvent être mises par les observations de raies à haute résolution angulaire ? Par exemple ces raies peuvent-elles être utilisées comme des «horloges chimiques« et permettre à terme de résoudre la controverse entre les scénarios de formation stellaire «rapide« et «lente« ?



  • MODUM Mutualisation et Optimisation de la distribution Urbaine de Marchandises

    Etude des actions à entreprendre pour améliorer la logistique urbaine et leur impact socio-économique
    Le projet est basé sur l’intégration des aspects quantitatifs et des aspects qualitatifs. Les aspects quantitatifs exploitent les méthodes de la recherche opérationnelle et les nouvelles technologies pour la communication et l’information (comme par exemple les RFID), pour suggérer un nouveau système de gestion et de transport des marchandises en ville. Les aspects qualitatifs étudient l’acceptabilité socio-économique du nouveau système

    L’enjeu majeur consiste à mutualiser les ressources (par exemple dépôts et véhicules), éviter le retour à vide de véhicules et interdire au grand tonnage d’entrer en centre-ville
    Différents projets ont été mis en œuvre ces dernières années ou sont en cours dans le contexte du transport de marchandises en milieu urbain. Néanmoins jusqu’à présent les projets se limitent à une vision partielle du transport. Ce projet a pour ambition de prendre en compte l’ensemble des systèmes (mono-propriétaire, centralisés, en libre-service, etc), ainsi que les différents horizons temporels (i.e. stratégique, tactique et opérationnel). L’objectif de ce projet est de proposer et d’étudier une nouvelle organisation de la logistique urbaine, combinant à la fois un aspect centralisé et un aspect décentralisé. Cette nouvelle organisation cherchera à tenir compte de la multi-modalité des transports (route, ferroviaire, fluvial) dans la planification des flux. Elle s’appuiera sur la rationalisation et la mutualisation du transport dans une optique de développement durable et d’optimisation des ressources, non seulement en termes économiques mais également environnementaux. Trois principes sous-tendent la conception de cette organisation : massification des flux ; interdiction de pénétration dans la zone urbaine pour les camions sous diverses contraintes (comme par exemple tonnage, volume, type de motorisation); souplesse d’utilisation pour les chargeurs. L’organisation logistique étudiée est constituée: De centres de distribution urbains (CDU) situés en périphérie de la ville; De liaisons entre ces CDU permettant d’assurer des flux massifs et rapides entre les CDU (trains, camions de grande taille, etc.) avec une flotte dédiée; De tournées intra-urbaines assurant les livraisons à l’intérieur de la ville avec des véhicules propres et de taille limitée; De véhicules propres et de taille limitée en libre-service. L’originalité d’un système basé sur une ceinture de CDU et de liaisons rapides entre ces CDU réside dans le fait qu’une flotte dédiée assure le déplacement optimal des grands flux de marchandises autour de la ville.



  • SIFR Indexation sémantique de ressources biomédicales francophones

    Indexation Sémantique de Ressources biomédicales Francophones (www.lirmm.fr/sifr)
    Le volume de données en biomédecine ne cesse de croître. En dépit d'une large adoption de l'anglais en sciences, une quantité significative de ces données est en français. L'intégration de données biomédicales et l'interopérabilité sémantique sont indispensables pour permettre de nouvelles découvertes scientifiques qui pourraient émerger du rapprochement des différentes données disponibles. Les terminologies et les ontologies jouent ainsi un rôle central dans la résolution de ces questions.

    Défis scientifiques et techniques pour exploiter les ontologies dans la construction de services d'indexation, de fouille, et de recherche de données pour les ressources biomédicales françaises.
    La communauté s’est tournée vers les ontologies pour créer des index sémantiques, destinés à améliorer la recherche et la fouille de données grâce aux connaissances médicales que ces ontologies formalisent. Cependant, outre l'existence de nombreuses ressources en anglais, il y a beaucoup moins d'ontologies en français et il manque crucialement d'outils et de services pour les exploiter. Cette lacune contraste avec le montant considérable de données biomédicales produites en français, particulièrement dans le monde clinique (e.g., dossiers médicaux électroniques).

    Le projet ‘Semantic Indexing of French Biomedical Data Resources’ (SIFR) a pour objectif de résoudre les défis scientifiques et techniques soulevés pour exploiter les ontologies dans la construction de services d'indexation, de fouille, et de recherche de données pour les ressources biomédicales françaises. Notre objectif principal est de permettre à cette communauté de se libérer des questions d’ingénierie des connaissances et les laisser se concentrer sur les défis biologiques et médicaux.

    Le projet SIFR rassemble plusieurs jeunes chercheurs du LIRMM pour réaliser cet objectif. Clement Jonquet, maitre de conférences à l’Université de Montpellier depuis Sept. 2010, coordonnera le projet et capitalisera sur l’expérience dans le domaine acquise durant son postdoc de 3 ans à Stanford. Il est accompagné de 2 jeunes chercheurs (HDR) : Sandra Bringay et Mathieu Roche qui sont experts en fouille de texte/données biomédicales. Des partenaires de grande qualité sont également associés au projet : (i)°Stanford BMIR, un leader mondial en outils et services –anglais– basés sur les ontologies pour aider la construction de systèmes à base de connaissances biomédicales ; (ii)°l’UMR TETIS (AgroParisTech, Irstea, Cirad) spécialisée dans la gestion de l’information spatiale, environnementale et agronomique ; (iii)°l’Institut de Biologie Computationnelle de Montpellier (IBC).



  • SOREMA Politiques de développement et inégalités de santé : modes de recompositions sociales et environnementales dans la lutte contre le paludisme et la résistance au traitement dans la péninsule indochinoise

    Evolution du paludisme à l’aune des changements socio-économiques et écologiques
    Deux phénomènes concomitants induisent une réorganisation des politiques de santé dans la région du sous Mékong (Cambodge et frontières avec le Viêt Nam et le Laos) : la persistance du paludisme et de ses formes sévères ; ainsi que l’émergence de résistances au traitement. Deux priorités sont à concilier: réduire les inégalités vis-à-vis de l’infection et perpétuer l’efficacité du traitement.

    Les politiques de lutte contre le paludisme entre priorités nationales et enjeux internationaux
    Dans un contexte national où le paludisme est loin d’être le problème de santé prioritaire, on observe toutefois une attention « globale » de ce qui se passe eu égard à la succession d’émergences des résistances dans cette partie du globe. L’enjeu consistant à éradiquer le paludisme s’étend au-delà des frontières car les dynamiques « locales » propres à l’émergence de la résistance aux médicaments concernent le monde entier, Afrique y compris. Les quatre grands objectifs du projet consistent à :
    - identifier les mécanismes générateurs d’inégalités sociale et sanitaires à travers l’évolution du paludisme et la diffusion de la résistance.
    - montrer les réaménagements écologiques associés aux déplacements humains, qui reconfigurent les dynamiques endémiques de l’infection et conduisent à une recrudescence de l’infection et de la résistance aux médicaments.
    - réaliser une mise en perspective historique du paludisme qui permettra de comprendre dans quels cadres, et dans quelles directions, évoluent les nouvelles politiques de santé.
    - analyser les interrelations entre stratégies internationales, politiques nationales, interventions locales et savoirs intégrés. Celles-ci sont en voie de reformulation à une époque où le risque de diffusion de résistance prédomine sur la scène mondiale.
    L’originalité du projet réside dans une approche interdisciplinaire intégrée. La synthèse des savoirs des treize chercheurs (en anthropologie, sociologie, géographie, histoire, entomologie, santé publique, parasitologie, épidémiologie, biologie) permettra de proposer une analyse articulée et cohérents précisant les liens entre mouvements de population, bouleversements géo-écologiques, variables épidémiologiques et entomologiques, et inégalités de santé.



  • DIADEM DIAgnostic Dynamique et maintenance prévisionnelle des systèmes en station et EMmbarqués sur train

    DIAgnostic Dynamique et Maintenance Prévisionnelle de Systèmes EMbarqués sur Train
    L’objectif est de développer des outils de diagnostic et de pronostic de trois organes du matériel roulant ferroviaire (la climatisation, les freins et les portes) qui permettront de donner en temps réel leur potentiel d’utilisation avant défaillance, introduisant de fait une amélioration des conditions de réalisation de la maintenance. Il apportera en outre une connaissance du vieillissement du matériel ainsi que des éléments de réponse pour une optimisation des référentiels de maintenance.

    L’enjeu est la mise en place d’opérations de maintenance prévisionnelle et conditionnelle pour une meilleure disponibilité des trains
    Actuellement, la plupart des procédures de diagnostic des sous-systèmes embarqués dans le train sont essentiellement à base de règles. Pour ce qui est de la maintenance, celle-ci est plutôt un équilibre entre maintenance préventive systématique pour essayer de prévenir toute défaillance en remettant périodiquement à neuf le système et maintenance corrective pour corriger les défaillances résiduelles. En mettant au point des outils innovants pour le diagnostic et la maintenance de sous-systèmes embarqués, l’exploitant sera en mesure de planifier les opérations de maintenance (et donc d’optimiser la disponibilité et la qualité de service de son réseau) ainsi que l’approvisionnement des pièces nécessaires. Le fait de ne changer les pièces que quand cela est nécessaire et avéré induit également un gain significatif en termes de gestion des déchets.
    Les travaux menés dans le cadre du présent projet s’attacheront à deux volets :
    • Le premier est dédié au diagnostic dynamique par reconnaissance des formes. Il s’agira de définir une ou plusieurs méthodes de diagnostic qui permettent, à partir des mesures effectuées sur un sous-système embarqué, d’inférer sa classe (ou son mode) de fonctionnement courant et d’estimer sa vitesse de dégradation. Des mises en application sur les systèmes de freinage et l’ensemble de climatisation seront réalisées sous forme de démonstrateurs.
    • Le second est consacré à la maintenance préventive prévisionnelle (ou pronostic). La première amélioration porte sur l’exploitation de ces données de diagnostic pour mettre en place des actions de maintenance conditionnelle. Enfin, le développement de modèles de dégradations fins permet d’estimer le comportement à venir du système et donc de prévoir lorsque ce dernier franchira un état de dégradation redouté ou sera totalement défaillant. Les méthodologies développées seront appliquées sur les systèmes d’accès voyageurs (les portes).



  • Tinnitus Un nouveau modèle pour les acouphènes et ses applications thérapeutiques

    Applications thérapeutiques possibles d’un nouveau modèle d’acouphènes
    La perte auditive s’accompagne d’une hyperactivité des voies auditives centrales. Un modèle suggère que cette hyperactivité résulterait d’un mécanisme adaptatif dont le rôle serait de réguler le niveau moyen de l’activité neuronale. De ce point de vue, les acouphènes seraient une conséquence « collatérale » de la mise en jeu de ce type de mécanisme. Notre projet consiste à étudier les applications thérapeutiques de ce modèle.

    Tester la validité d’un nouveau modèle d’acouphènes
    Le but du projet est de tester la validité d’un modèle original des mécanismes des acouphènes d’un point de vue à la fois fondamental et appliquée. Le modèle suggère que les acouphènes seraient une conséquence des modifications du système auditif central qui se mettent en place après une perte auditive. Plus spécifiquement, la réduction des entrées sensorielles liée à la perte auditive entrainerait une hyperactivité des centres auditifs, résultat d’une augmentation du gain central. Une augmentation de l’activité spontanée pourrait alors sous-tendre la perception des acouphènes, à la condition que cette dernière soit suffisante pour activer le réseau distribué de « haut niveau » impliqué dans les perceptions auditives conscientes.
    D’un point du vue fondamental, l’hypothèse d’une augmentation du gain central est testée dans diverses études, à la fois chez l’homme (études psychoacoustiques) et chez l’animal (électrophysiologie du cortex auditif, imagerie optique à colorant voltage-dépendant) sont destinés à tester cette hypothèse.
    D’un point de vue appliqué, une prédiction de ce modèle est qu’une réduction de l’hyperactivité des centres auditifs réduirait l’intensité des acouphènes. Deux approches sont ainsi testées : 1) restaurer les entrées sensorielles à un niveau pré-perte auditive, par l’intermédiaire d’une stimulation électrique et/ou acoustique, 2) interagir avec l’activité neuronale sous-tendant les acouphènes au moyen de stimulations non-auditives (une intégration multimodale s’effectue au niveau de certains noyaux auditifs).



  • Opportunité(E)4 La valorisation chimique et le recyclage vert des déchets miniers : une opportunité Environnementale, Ecologique, Ethique et Economique

    Vers une nouvelle filière verte à économie circulaire : de la réhabilitation écologique des sites miniers à la chimie verte et vice-versa
    Le projet conjugue réhabilitation écologique durable de sites miniers gardois et néo-calédoniens, et valorisation chimique des espèces végétales chargés en Eléments Traces Métalliques (ETM). Ce travail de recherche interdisciplinaire à finalité appliquée et industrielle, entend être le moteur d’une reconstruction environnementale et socio-économique de sites dégradés par des activités industrielles et minières.

    Une valorisation scientifique et économique inédite de la biomasse végétale issue de la phytoextraction : la catalyse écologique
    Si les activités minières passées ont entrainé une forte pollution des sols par l’accumulation des Eléments Traces Métalliques (ETM), l’épuisement des minéraux est devenu un problème préoccupant pour l’industrie chimique occidentale. La France doit relever un double défi basé sur le développement de procédés innovants de recyclage et la réhabilitation des écosystèmes dégradés. Le recyclage écologique de ressources minérales est au cœur du projet Opportunité (E)4. Tirant parti de la capacité adaptative remarquable de certains végétaux à hyperaccumuler les métaux de transition dans leurs parties aériennes, la conception du projet repose sur l’utilisation directe des espèces métalliques d’origine végétale comme réactifs et catalyseurs de réactions chimiques organiques fines. Cette approche originale offre la première perspective de valorisation de cette biomasse unique et initie une nouvelle branche de la chimie verte : la catalyse écologique. Dès à présent, il s’agit d’une révolution verte dans le domaine de la chimie. En effet, la phytoextraction est une source d’innovation en synthèse organique et la synthèse organique est la force motrice de la phytoextraction.
    Le projet Opportunité(E)4 est le fruit de la collaboration de laboratoires de recherche et d’une société privée qui ont choisi de conjuguer leurs compétences propres en chimie verte et en phytotechnologies, afin de développer un programme commun de valorisation chimique des déchets contaminés adaptable à la variabilité et à la multiplicité des conditions édaphiques et climatiques des sites dégradés français de la métropole et de Nouvelle-Calédonie. L’ensemble du programme scientifique est réalisé en association étroite avec les acteurs locaux, issus des collectivités et des structures étatiques. Il fait également l’objet d’actions de valorisation soutenues auprès de groupes industriels aux domaines d’applications complémentaires (Ecologie de la restauration, industries minière et chimique).



  • ADA-SPODO Déterminisme moléculaire de l’adaptation écologique et de la spéciation chez deux variants du lépidoptère Spodoptera frugiperda

    Qu’est-ce qui fait d’un insecte un ravageur des cultures et comment de nouvelles espèces de ravageurs peuvent-elles apparaître ?
    Alors qu’une crise alimentaire mondiale menace, 20% des récoltes mondiales sont dévorées par les insectes. Une meilleure connaissance des génomes des insectes ravageurs des cultures, ainsi que de la capacité de ces insectes à s’adapter à de nouvelles plantes hôtes et à se diversifier pourrait permettre l’élaboration de nouvelles méthodes de protection des plantes.

    Spéciation, adaptation et génomes, transcriptome, épigénomes
    L’apparition de nouvelles espèces est un phénomène progressif au cours duquel deux populations d’une même espèce vont accumuler des différences génétiques et perdre la capacité à se croiser entre elles. L’adaptation à l’environnement, notamment à la plante hôte pour les insectes phytophages peut conduire à la formation de nouvelles espèces,
    Notre modèle d’étude, le lépidoptère Spodoptera frugiperda, est un ravageur des cultures. Il existe sous la forme de deux variants, l’un surtout associé au maïs, l’autre au riz. Les deux variants se côtoient dans les mêmes régions et sont indiscernables morphologiquement. Le premier but du projet est de savoir si les variants correspondent à deux espèces différentes ou à une seule.
    Nous cherchons donc à savoir s’ils se croisent entre eux au laboratoire, mais aussi dans la nature. D’autre part nous voulons savoir s’ils ont accumulé des différences génétiques (mutations, réarrangements, différences dans les éléments transposables ou ET).
    Notre second but est d’identifier les gènes impliqués dans l’adaptation à la plante hôte et de savoir comment l’expression de ces gènes est régulée sur une plante ou l’autre. Certains gènes sont-ils allumés (exprimés) sur une des plantes et éteints (non exprimés) sur l’autre ? La capacité d’un organisme vivant à allumer ou à éteindre certains gènes constitue « la régulation de l’expression des gènes ». Elle fait intervenir des protéines et des modifications de l’ADN ou des protéines associées.
    Enfin nous voulons déterminer si la plante hôte a eu un rôle dans l’apparition des deux variants, ou s’ils ont divergé avant l’arrivée des plantes cultivées riz et maïs.
    Ce projet regroupe les compétences de quatre laboratoires, DGIMI pour la partie génomique de l’adaptation à la plante et sa régulation, CBGP pour la partie phylogénétique et structure des populations naturelles, l’INRIA Rennes pour l’analyse comparée des génomes, l’URGI pour l’analyse comparée des ET.



  • Altérité culturelle L'altérité technico-culturelle du continent asiatique : vers une nouvelle histoire de l'Homme.

    L’évolution culturelle et biologique de l’humanité en Asie : vers une nouvelle histoire de l’Homme.
    La prise en compte de l’identité technique des différentes sociétés depuis plus d’un million d’années sur tout le continent asiatique, du Pacifique à la méditerranée, témoigne d’un patchwork culturel, L’enjeu de ce programme est de redonner au fait culturel toute sa valeur anthropologique en tant que marqueur d’espace et de temps et de croiser ces données avec celles de l’anthropologie génétique afin de confronter la perception des déplacements de populations et les changements culturels.

    L’altérité technico-culturelle du continent asiatique durant la préhistoire : peuplement et changement culturel.
    L’histoire ancienne de l’humanité s’est construite à partir de modèles dont leur véracité repose sur une accumulation de données, comme si un savoir cumulatif pouvait devenir explicatif. Nous voulons substituer à cette approche « archiviste » une approche basée sur la perception des changements et non plus sur des seules phases d’état. Derrière cette notion de changement est sous-entendue la notion de progrès ; fragile idée reposant sur une perception très occidentale de l’évolution. L’enjeu de cette recherche est de croiser une réflexion anthropologique, par le développement de nouveaux axes méthodologiques, avec une application archéologique. L’objectif est de montrer une réalité technico-culturelle que les modélisations successives, par soucis d’ « objectivisation », avaient rejetée. Une analyse technique globalisante est capable, sur le temps long, de rendre compte d’une partie de l’histoire technique de l’humanité en dévoilant la dynamique évolutive de la technique médiatisée par l’homme. Le choix de l’Asie est justifié par sa position vis à vis de l’Afrique, berceau « théorique » des humanités successives d’Homo erectus et de Sapiens.
    Les données génétiques produites et analysées dans le cadre de ce projet servent à préciser l’histoire du peuplement de l’Eurasie. Le travail se déroule en trois temps : l’échantillonnage sur le terrain, la production des données génétiques puis leur analyse. Les travaux précédents de l’équipe en Asie Centrale ont permis d’émettre l’hypothèse d’un peuplement de l’Eurasie au paléolithique, d’Est en Ouest au Nord de l’Himalaya. Pour vérifier cette hypothèse, le projet se propose d’étendre l’échantillonnage à des régions plus à l’Est de l’Asie Centrale : l’Altai et l’Ouest de la Mongolie.



  • MECABIOFOR Mécanisation et optimisation des techniques de production et d’exploitation de biomasse forestière issue de cultures dédiées ou semi-dédiées

    Une mécanisation plus efficace des cultures ligneuses dédiées pour une biomasse plus attractive
    Le développement des cultures forestières dédiées à la biomasse (TCR, TTCR et plantation semi-dédiée) est conditionné par l’amélioration de la mécanisation des opérations de plantation, d’entretien et de récolte. Diminuer leurs coûts, tout en facilitant les travaux, est un véritable challenge.

    Industrialiser les techniques de plantation, d’entretien et de récolte des cultures de biomasse
    La récolte de biomasse, sur des rotations généralement inférieures à 10 ans, est un enjeu stratégique pour faire face à une demande croissante en biomasse d’origine ligno-cellulosique à des fins énergétiques (bioénergie) ou industriels (bio-produits pour la chimie verte).
    Les cultures dédiées d'espèces forestières (TCR, TTCR, et plantation semi-dédiée) pourront contribuer à l'apport de cette matière première ligno-cellulosique.
    Cependant, le recours à des méthodes « artisanales » de production, essentiellement manuelles qui ont prévalu jusque là, depuis la plantation jusqu’à la récolte de la biomasse, n’est plus possible économiquement.
    Aussi, il faut rationaliser la mécanisation des opérations liées à ces cultures (plantation, entretien et récolte) afin de diminuer leurs coûts tout en facilitant les travaux (ergonomie des postes de travail) par une main d’œuvre, par ailleurs, en pénurie.
    Les choix des matériels et des techniques culturales sont orientés pour intégrer également la dimension environnementale.
    Les réalisations obtenues dans le cadre de ce projet ont une portée internationale. En effet, de nombreux pays européens (Allemagne, Italie, Pologne, Royaume-Uni…) s’intéressent au développement de ces cultures.



  • CIMMES La poussière interstellaire froide : études expérimentales et modélisation

    CIMMES
    La poussière interstellaire froide : études expérimentales et modélisation

    Enjeux et objectifs
    Le projet CIMMES a pour but l’étude de la poussière interstellaire froide. CIMMES s’inscrit dans le contexte observationnel actuel de l’exploration de la poussière interstellaire dans la gamme de longueur d’onde de l’infrarouge lointain et du submillimétrique (FIR/Submm).
    Les missions Herschel et Planck fournissent actuellement, dans ce domaine spectral, de nombreuses données qui attendent une interprétation détaillée. La communauté astronomique utilise l’émission FIR/Submm de la poussière pour sonder la matière de notre Galaxie (et de galaxies plus distantes), des nuages diffus aux coeurs pré-stellaires denses, ceci afin d’étudier les premières étapes de la formation des étoiles et d’estimer la masse de poussière et de gaz dans les nuages interstellaires froids. Pour la communauté astrophysique, comprendre la nature de l’émission FIR/Submm est également critique pour la soustraction de la “contamination” des avant-plans dus à la poussière et au gaz, nécessaire à l’interprétation des données extragalactiques et cosmologiques. Il s’avère néanmoins que notre connaissance actuelle de la poussière froide est incomplète et que cela représente un défi majeur pour l’interprétation des nouvelles observations de l’émission thermique de la poussière à grande longueur d’ondes (FIR/mm).
    Les questions clés articulant le projet CIMMES sont les suivantes :
    • Quelles sont les propriétés optiques de la poussière cosmique à basse température dans le FIR/Submm?
    • Quelle est la physique régissant l’émission FIR/Submm de la poussière ?
    • Quelles sont les propriétés physico-chimiques de la poussière cosmique et quels sont les processus



Rechercher un projet ANR