L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Modalités de soumission 2014

Publication

 

Publication de l’Appel à projets générique 2018 - AAPG2018

 

 

Nous suivre

  • SINUSManip Manipulation d'un spin nucléaire unique

    -Manipulation cohérente d’un spin nucléaire unique
    .Ce projet, grâce à l’évolution constante des disciplines de la spintronique et de l’électronique moléculaire, vise à combiner ces dernières, en utilisant des molécules aimants. Cette thématique résultante de nanospintronique quantique moléculaire permettra d’utiliser les caractéristiques fantastiques de ces dispositifs afin d’implémenter des algorithmes quantiques.

    .Algorithmes quantiques grâce aux architectures moléculaires
    .Ce projet de recherche propose une toute nouvelle approche afin d’utiliser le spin nucléaire d'un atome individuel, incorporé dans une molécule aimant, comme porteur de l’information quantique. En effet, les molécules aimants sont des candidats prometteurs à la fois pour la réalisation de briques fondamentales pour la spintronique à l’échelle nanométrique, mais également, grâce à leurs extraordinaires propriétés quantiques, dans le cadre de l’information quantique. Ce projet, à caractère fondamental, est fortement pluridisciplinaire, puisqu’il combine l’expérimentation physique avec la synthèse moléculaire et l’interprétation théorique (dans le cadre de collaborations nationales et internationales). Il s’agit d’un domaine très riche associant la précision et l’immensément vaste variété d’édifices moléculaires aux concepts du nanomagnétisme, du transport électronique, et de la manipulation quantique. Très ambitieuse, cette thèmatique centrale du groupe Nanospintronique et transport moléculaire au sein de l’Institut Néel de Grenoble propose de réaliser des expériences mettant en évidence une oscillation de Rabi à l’échelle du spin nucléaire unique, des oscillations cohérentes multi-niveaux, l’implémentation de l’algorithme de Grover, mais également le contrôle de l’intrication entre les états de spin de plusieurs molécules aimants afin de réaliser des algorithmes plus complexes.



  • CHANCIRA CHANgements environnementaux, CIrculation de biens et de personnes : de l’invasion de réservoirs à l’apparition d’anthropozoonoses. le cas du RAt noir dans l’espace sénégalo-malien

    Comment les rats noirs diffusent-ils le risque de zoonoses au Sénégal et au Mali ?
    Identifier les processus qui génèrent l’expansion des rats noirs réservoirs de maladies transmissibles à l’homme.
    Identifier et comprendre les conditions biologiques et sociales dans lesquelles les viroses dont les rats noirs sont porteurs passent à l’homme.

    Identifier les maillons faibles de la diffusion et la transmission et fournir de la connaissance pour la lutte et la prévention
    Face aux interrogations actuelles sur la diffusion de maladies animales passant à l’homme (anthropozoonoses) et de la contamination d’espaces jusque là indemnes, ce projet vise à illustrer et à comprendre les processus qui régissent la diffusion des hôtes et le passage à l’homme des pathogènes à travers la dynamique du rat noir et des maladies dont il est porteur dans l’espace sénégalo-malien.
    L’objectif de ce projet vise à comprendre comment les modifications climatiques et anthropiques qui affectent les pays de la bande soudano-sahélienne interagissent pour créer des conditions propices à la diffusion d’un rongeur envahissant, Rattus rattus, réservoir redouté d’anthropozoonoses car proche de l’homme, et au passage des pathogènes à l’homme dans des conditions spécifiques de transmission.
    C’est par une approche multi-échelle de l’espace zonal à l’échelle de l’habitation que ce projet vise à comprendre comment de multiples déterminants interagissent (climat, population, mode de vie, mobilités, mode d’habitat et mode d’habiter…).
    En s’appuyant sur les théories des systèmes de diffusion, en produisant de la connaissance de terrain mais aussi en valorisant la connaissance issue d’archives, ce projet va permettre la modélisation du risque en fonction de scenarii crédibles d’aménagement et de transformation de l’espace. Il cherchera ainsi à apporter et valider des stratégies de prévention non médicales en amont même du risque sanitaire et proposera aux acteurs et aménageurs de terrain la connaissance nécessaire à la mise en oeuvre de mesures préventives face à la diffusion du risque sanitaire.



  • TITUS Critères d’optimisation des alliages de TITane pour améliorer leur USinabilité

    TITUS
    Critères d’optimisation des alliages de TITane pour améliorer leur USinabilité

    Productivité des opérations d'usinage des alliages de titane
    L’introduction massive des composites a impacté les opérations d’assemblages, et notamment de perçage, qui consistaient jusqu’alors majoritairement à percer des alliages d’Aluminium entre eux. Aujourd’hui, les cas d’assemblage les plus courants sont des empilages hybrides composite/métal. Le coût du perçage d’un assemblage hybride est 10 fois plus élevé que celui d’un assemblage métal/métal, voire plus avec l’augmentation du diamètre. L’optimisation du perçage des empilages composites/titane passe nécessairement par une parfaite maîtrise du perçage des alliages de titane. Ce projet s’inscrit dans une démarche globale de maîtrise des coûts d’usinage des alliages de titane, en se concentrant sur l’opération de perçage avec pour objectif d’améliorer l’usinabilité des alliages de titane.
    Pour l’usineur, une usinabilité améliorée s’évalue par la combinaison simultanée des plusieurs critères tels que la durée de vie outil augmentée, les paramètres de coupe augmentés et la qualité de surface respectant les spécifications. En s'appuyant sur ces critères, le projet a pour objectifs de contribuer à l’optimisation des paramètres de coupe et à l‘optimisation du matériau pour trois nuances d’alliage de titane, en s’attachant à développer une analyse fine des phénomènes physiques mis en jeu dans le procédé d’usinage des alliages de titane. S’il est maintenant établi que suivant leur composition chimique et leurs traitements thermo-mécaniques, les alliages de titane présentent de fortes variations de capacités d’usinage, la compréhension des phénomènes reste un axe clé à approfondir en vue d’optimiser les conditions d’usinage en fonction des propriétés du matériau. Le but est d’améliorer la compréhension de base du phénomène d’usinage, d’identifier les propriétés matériaux (mécaniques, thermiques, métallurgiques) mises en jeux lors de cette opération, et d’optimiser les conditions d’usinage en fonction de ces propriétés.



  • FAMOµS Fabrication de micro-pièces complexes en verres métalliques

    Injection de micro-pièces métalliques pour la micro-mécanique et l’horlogerie
    La fabrication de pièces métalliques 3D de taille sub-millimétrique pose des problèmes majeurs alors que la miniaturisation les rend de plus en plus nécessaires. Nous proposons une technique inédite d’injection basée sur les propriétés de mise en forme par injection d’Alliages Métalliques Amorphes (AMA)

    Miniaturisation de pièces fonctionnelles métalliques
    La course à la miniaturisation des systèmes constitue un enjeu technologique, industriel et commercial indéniable, intéressant en premier lieu le secteur de la microélectronique, mais aussi tous les secteurs faisant usage de systèmes électroniques ou utilisant des micro-mécanismes. La fabrication de pièces de petites tailles, de volumes de l’ordre de 1 mm3, avec des surfaces présentant éventuellement un relief fonctionnel, est particulièrement importante dans des secteurs tels que l’horlogerie, le matériel médical de chirurgie non invasive, les micro-dispositifs de commande ou d’analyse, les microréacteurs chimiques, etc.
    Si la fabrication de telles micro-pièces est bien maîtrisée dans le cas des matériaux polymères, grâce aux techniques de micro-injection plastique ou de micro/nano impression, leur fabrication en alliages métalliques est limitée, en particulier dans le cas de pièces complexes et pose également des problèmes de respect des dimensions. Cette limitation est liée à la microstructure cristalline des alliages métalliques conventionnels qui restreint, en particulier, leur capacité de mise en forme. Nous proposons d’utiliser des Alliages Métalliques Amorphes pour obtenir des capacités de fabrication proches de celles des polymères.
    Compte tenu du potentiel économique de cette technologie de rupture, la création d’une start-up est fortement pressentie.



  • GenRift Identification de voies cellulaires et de gènes clés pour la pathogénicité et la résistance au virus de la fièvre de la Vallée du Rift

    La vulnérabilité à la fièvre de la Vallée du Rift dépend-t-elle des facteurs génétiques de l’hôte ?
    Identification de voies de signalisation cellulaires et de gènes de l’hôte clés pour la pathogénicité et la résistance au virus de la fièvre de la Vallée du Rift.

    Il est urgent d’identifier de nouvelles cibles efficaces pour des traitements médicamenteux antiviraux.
    Le virus de la fièvre de la Vallée du Rift est responsable de zoonoses graves en termes de morbidité et de mortalité chez l’Homme et le bétail. Le virus n’a été identifié qu’en 1931 dans une ferme de la Vallée du Rift au Kenya. Depuis, le VFVR a fait la preuve de sa capacité à coloniser de nouveaux territoires, comme l’attestent les épidémies en Egypte (1977) en Arabie Saoudite et au Yemen (2000), et à Mayotte (2007). Généralement, les personnes infectées ne présentent pas de symptômes ou développent un syndrome grippal. Pourtant environ 5% des patients sont atteints d’une pathologie grave, une atteinte hépatique avec ictère, des hémorragies et/ou une méningo-encéphalite. Le décès résulte d’un état de choc, avec un syndrome hépato-rénal et une anémie sévère. Il n’existe pas de médicaments spécifiques. Les traitements sont symptomatiques. Aucun vaccin n’est actuellement disponible. La protection des populations humaines et animales nécessite le développement de nouvelles molécules antivirales spécifiques capables de contrôler l’infection et ses conséquences cliniques. Il est donc important d’identifier de nouvelles cibles efficaces pour des molécules antivirales. Ces cibles peuvent être des protéines virales ou des protéines de l’hôte.



  • FAON Réseau d'Accès Optique Agile en Longueur d'Onde

    Réseau d’accès optique 1Gbps par utilisateur basé sur le partage d’accès en fréquence.
    Le partage optique d’accès en fréquence permet d’agréger de façon flexible sur une même longueur d’onde une capacité très importante (20-40Gbps) tout en conservant un module client peu onéreux et économe en énergie par la limitation de son débit crête (par exemple 1Gbps) et une forte intégration optique RF sur Silicium.

    Double enjeux : flexibilité de l’allocation de ressource et intégration sur Silicium
    Les objectifs du projet sont de démontrer la faisabilité d'un réseau d'accès large bande optique passif (PON) utilisant un partage d'accès en fréquence appelé «Frequency Division Multiplexing« (FDM – sens descendant) et «Frequency Division Multiple Access« (FDMA – sens montant). Une solution de PON basée sur ces mécanismes devrait permettre au module client appelé «Optical Network Unit« (ONU) d'être significativement moins onéreux et plus efficace énergétiquement que des solutions alternatives plus classiques proposées car, d’une part la capacité du réseau pourra être partagée de façon plus souple en amenant un gain d'efficacité du multiplexage statistique des clients et d’autre part, les ONU n'auront pas besoin d'émettre à un débit bien supérieur au débit requis (ou moyen). L'adoption du FDM/FDMA pour les PON pourrait représenter une rupture permettant aux réseaux d'accès de continuer leur développement tout en maintenant des coûts de production très bas. Mais le passage au FDM/FDMA nécessite la résolution des deux verrous majeurs décrits ci-dessous:
    • démontrer la fabrication d’un composant bas coût permettant la modulation réflective à suppression de porteuse d'un signal optique et ceci de façon indépendante de la polarisation. Celui-ci sera spécifié et prototypé sur une plateforme photonique CMOS, pour démontrer la possibilité de fabrication à grande échelle et à bas coût, par rapport à une technologie plus couteuse et réservée aux réseaux de communications très longues distances (LiNbO3).
    • créer un algorithme efficace de partage dynamique de l'accès aux ressources du réseau (bande passante) qui tiendra compte des besoins individuels de connectivité des différents clients (débit, qualité de service, priorité) et de la qualité de la transmission (budget optique, éloignement). Un tel algorithme sera conçu puis implémenté et validé expérimentalement.



  • FLUBAT Suivi et compréhension expérimental des FLUx d’air dans les BATiments

    Suivi des trajectoires des flux d'air dans les espaces habités et diagnostic de systèmes de conditionnement d'air à faibles impacts environnementaux
    Le projet vise le développement d'un nouveau moyen expérimental de caractérisation des mouvements convectifs : un suivi Lagrangien 3D de particules en utilisant divers types de caméras pour obtenir une vision d’ensemble de la dynamique dans la pièce. La technique sera mise en situation pour une ensemble de 14 configurations typiques du traitement de l'air du bâtiment, produisant ainsi un savoir de référence qui sera mis à la disposition de la communauté numéricienne de la thermique du bâtiment.

    Gestion des flux d'air dans les bâtiments de demain - du diffuseur d'air à haute induction vers la qualification de son interaction avec la pièce
    Les bâtiments de demain seront, pour le moins, des Bâtiments à Basse Consommation (BBC). La réduction importante des puissances nécessaires dans ce type de bâtiments pose deux problèmes cruciaux : (1) la répartition spatiale des faibles débits d’air que l’on devra injecter dans les pièces de vie, (2) la pertinence des moyens de diagnostic des flux d'air dans les espaces habités, pour un suivi à la hauteur des enjeux énergétiques et sanitaires . Au premier problème, une solution technologique finalisée typique qui permet une amélioration conséquente du mélange a été proposée dans le cadre d'un précédent projet ANR-PREBAT 2005 « INDUBAT ». Il s’agit d’un diffuseur innovant à haute induction basé sur le contrôle passif du mélange du jet d’air à l’air ambiant. Ceci est obtenu, en particulier, par l’utilisation de géométries originales intégrées dans la conception du diffuseur d’air. La solution innovante a été qualifiée en conditions de Laboratoire et en proche diffuseur (analyse du jet d'air généré par le diffuseur). L’interaction entre le jet et la pièce dans laquelle va se développer un écoulement convectif tridimensionnel basse vitesse n'a pas été résolue, alors que le contrôle de l’ambiance sous-tend l’effort consenti en direction d’une maitrise de l’écoulement moteur. L’absence d’un outil efficace de diagnostic du champ thermo-convectif dans la pièce est le deuxième verrou que nous voulons lever. Nous nous proposons de développer un nouveau moyen expérimental de caractérisation des mouvements convectifs : un suivi Lagrangien 3D de particules en utilisant divers types de caméras pour obtenir une vision d’ensemble de la dynamique dans la pièce, permettant ainsi la qualification de solutions innovantes en situation réelles.



  • TRANSPOLYMEM Membranes synthétiques de translocation à partir d’assemblages hiérarchisés de copolymères à blocs

    Membranes synthétiques de translocation à partir d’assemblages hiérarchisés de copolymères à blocs
    Les matériaux dynamiques représentent une nouvelle classe de matériaux bio-inspirés qui recèle un énorme potentiel pour applications biologiques et non biologiques. Nous proposons la préparation des membranes de translocation qui ont un comportement similaire à des membranes bicouches lipidiques. La nouveauté vient de la formation et la fermeture dynamique des pores à travers une membrane de polymère, déclenchée par le contact entre la surface de la membrane et un objet cible.

    L'autoréparation d'assemblage de micelles comme nouveau mode de filtration
    L'objectif est de préparer une série de membranes polymères capables de créer des pores temporaires dans des conditions contrôlées. La préparation des membranes polymères interactif montrant l'adaptation structurelle autonome contribue également à la nouveauté de cette proposition. Elle s'appuie sur une stratégie « bottom-up » où l'interaction entre les blocs des copolymères permettra d'équilibrer les propriétés mécaniques globales de l'assemblage de micelles ainsi que le dynamisme de la translocation. Nous avons démontré, en 2012, le concept de membranes dynamiques par le biais de la préparation d’assemblages micellaires et leur utilisation potentielle comme un dispositif de filtration intelligente. On envisage maintenant de développer ce concept en contrôlant la dynamique des assemblages afin de créer des pores temporaires. La sélectivité observée lors de la filtration de diverses espèces à travers les membranes de translocation s'appuiera sur une ou plusieurs des caractéristiques suivantes :
    Taille. À partir de la solution pure, la distribution de taille des objets considérés à filtrer sera réduite avec un écart-type aussi petit que 10-15 %. À partir d'un mélange de particules de différentes tailles, une séparation haute résolution est attendue avec une dépendance de la pression d'eau.
    Charge électrostatique. Nous vous proposons ici de démontrer un changement dynamique dans le comportement de translocation à la suite d’une reconnaissance, axée sur la charge électrostatique, entre la membrane et les particules, allant d'une répulsion totale à une liaison réversible.
    Affinité. Les interactions faibles entre l'objet ciblé et la surface supérieure de la membrane devraient déclencher une ouverture temporaire de pores.
    Forme. Nous avons envisagé cette membrane synthétique pour faire la différence entre les objets ayant une taille similaire mais une forme différente.
    Déformabilité. Ici, nous prévoyons qu'un objet pourrait être discriminé en fonction de sa déformabilité.



  • HOME-OLED Design de Matériaux hôtes pour des Diodes Organiques Electrophosphorescentes bleues haute performance : une nouvelle approche

    Synthèse de nouveaux matériaux hôtes et/pour la réalisation d’OLEDs phosphorescentes efficaces pour l'émission bleue: une nouvelle approche.
    Les OLEDs offrent une alternative prometteuse dans le cadre de l'éclairage mais sont loin d'être suffisamment efficaces pour remplacer l'éclairage actuel. En effet, uniquement 25 % des excitons formés sous l'influx électrique peuvent émettre par fluorescence, 75 % des excitons triplet se désactivant sans émission. L'idée est de récupérer ces 75 % d'exciton via un transfert d'énergie vers un dopant inorganique phosphorescent pour atteindre un rendement de luminescence théorique de 100%.

    Conception de nouveaux matériaux hôtes, dérivés d'oligophénylènes pour des diodes électroluminescentes organiques phosphorescentes bleues hautes performances.
    Pour envisager le remplacement de l'éclairage actuel par de l'éclairage OLED basse consommation, il faut pouvoir associer des OLEDs émettant les trois couleurs primaires rouge, vert et bleu. Le développement de la technique «matrice hôte-dopant inorganique phosphorescent« est en pleine expansion et la littérature foisonne de matériaux inorganiques pour l'émission des trois couleurs primaires. Mais, alors qu'il existe aujourd'hui de bons matériaux hôtes pour les phosphorescents verts et rouges, il n'existe que peu de matériaux hôtes pour les phosphorescents bleus. En effet, ce matériaux hôte doit être stable thermiquement et morphologiquement, avoir une bonne mobilité des charges (électrons et trous) pour permettre la recombinaison rapide et équilibrée de ces charges dans la couche active et avoir un niveau de l'état triplet (ET) supérieur à 2.7 eV pour permettre le transfert rapide des excitons triplets de la matrice hôte vers le dopant phosphorescent bleu qui va alors émettre.
    Notre objectif est de mettre au point des matériaux hôtes possédant * une longueur de conjugaison restreinte, conduisant à un niveau d'énergie de l'état triplet élevé tout en gardant intactes les propriétés de transporteur de charge, * des unités spiro-fluorènes conférant à la molécule hôte (i) une haute stabilité morphologique/thermique et (ii) une parfaite séparation des unités transportant les électrons et les trous.
    Ce design moléculaire apparaît très prometteur et devrait ouvrir la voie au développement de dérivés purement hydrocarbonés comme matériaux hôte pour des OLEDs phosphorescentes efficaces, dernière étape pour l'avènement de l'éclairage basse énergie.
    Notre projet concerne donc la synthèse, l'étude des propriétés physico-chimiques et photo-physiques et l'utilisation de ces nouveaux hôtes organiques dans des OLEDs à dopant phosphorescent bleu.



  • SAMOSA Synechococcus as a model genus for studying adaptation of marine phytoplankton to environmental changes

    Comment le phytoplancton marin s’adapte-t-il au changement global ?
    La cyanobactérie Synechococcus, un micro-organisme pertinent pour mieux comprendre les effets des variations des conditions environnementales (température, lumière visible et ultraviolette, etc.) en culture et dans le milieu naturel.

    Comprendre les mécanismes d’adaptation du phytoplancton à la lumière et à la température
    Les océans sont particulièrement affectés par le changement climatique qui cause notamment une augmentation i) de la température moyenne de l’eau, ii) de la quantité de rayonnements ultraviolets atteignant la surface, et iii) de la proportion des surfaces océaniques pauvres en sels nutritifs. Un des enjeux majeurs pour comprendre l’impact de ces processus sur l’océan mondial est l’étude de la capacité des microorganismes photosynthétiques (phytoplancton) à s’acclimater à court terme (physiologiquement) ou s’adapter à long terme (modification/acquisition de gènes) à ces changements. Les cyanobactéries marines du genre Synechococcus sont parmi les modèles biologiques les plus pertinents pour étudier ces questions car elles sont cosmopolites, très abondantes dans l’océan mondial, et sont appropriées à des études multi-échelles, des gènes à l’océan global.
    Le projet SAMOSA vise à caractériser et modéliser les principaux mécanismes d'acclimatation et d'adaptation des Synechococcus afin de mieux prédire leur adaptabilité, leur dynamique et leur distribution à différentes échelles de temps et d'espace dans un milieu soumis au changement global. En particulier, le projet SAMOSA propose de modéliser la réponse des gènes aux variations des conditions environnementales à la fois sur une « souche modèle » de Synechococcus mais également sur plusieurs autres souches représentatives de la diversité génétique des populations du milieu naturel. Le rôle de ces gènes dans l'adaptation au stress sera vérifié en analysant différents métagénomes et métatranscriptomes, obtenus dans le cadre de la campagne TARA-OCEANS, provenant de différentes régions océaniques, à différentes profondeurs et présentant des paramètres environnementaux contrastés.



Rechercher un projet ANR
  

Voir toutes nos actualités