L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Modalités de soumission 2014

Plan d’action et appel générique (informations au 16.06.2017)

Appel générique 2017 : évaluation des propositions détaillées

  • La phase d'évaluation des propositions par les experts extérieurs et la phase de droit de réponse aux experts sont closes depuis la fin mai
  • Depuis début juin, les 41 comités d'évaluation scientifiques se réunissent afin de débattre des projets et déterminer collégialement un classement des propositions.
  • Les résultats pour les projets soumis aux instruments PRC / PRCE / JCJC seront connus à partir de mi-juillet
     
  • Consulter le calendrier de l’appel générique
  • Résultats détaillés de la première étape
     
  • Retrouvez l’ensemble des appels ouverts et la prévision des appels spécifiques transnationaux pour 2017.

@AgenceRecherche

23/06 15:06 - Pour en savoir plus sur le projet POLIMA - Le pouvoir des listes au Moyen Âge https://t.co/zVgMswbVkQ https://t.co/339OUSsjBl

22/06 16:05 - [AAP] Ouverture de l'appel "centres d’excellence en maladies neurodégénératives : approches innovantes" https://t.co/2Oq3pnrgjb

22/06 10:38 - Pour en savoir plus sur le Labcom RISCA Recherche en Informatique et en Statistique pour l’Analyse de Cohortes ?… https://t.co/KmkUL8I5lf

  • EARMEC Propriétés mécaniques, actives et passives, de la touffe ciliaire des cellules mécano-sensorielles ciliées le long de l’axe tonotopique de la cochlée des mammifères.

    Bases mécanique et moléculaire de la perception sonore par les cellules ciliées de la cochlée.
    Notre ouïe est sensible à des fréquences sonores variant d’un facteur 1000 - de 20 Hz à 20 kHz, avec un grand pouvoir discriminatoire entre fréquences (~0.2%). La cochlée renferme des cellules mécano-sensorielles ciliées répondant chacune à une fréquence bien précise de la gamme sonore par un mécanisme que nous proposons de clarifier.

    Mécanique active et passive de l’antenne auditive ciliée des cellules sensorielles de la cochlée.
    La perception sonore commence par la déflection de la touffe ciliaire, une organelle qui joue le rôle d’antenne mécanique à la surface de chaque cellule auditive de la cochlée. Notre objectif principal est d’identifier le mécanisme mécanique et moléculaire qui fixe la fréquence caractéristique de sensibilité sonore optimale d’une touffe ciliaire. Nous chercherons :
    1. à déterminer la position du canal ionique qui permet l’apparition d’un courant électrique ionique (en particulier calcique) à travers la touffe ciliaire en réponse à la vibration sonore.
    2. à mesurer les composantes mécaniques qui contrôlent la vibration de la touffe ciliaire ainsi que les effets de l’ion calcium sur ces composantes.
    3. à tester l’aptitude d’une touffe ciliaire à vibrer activement pour amplifier le stimulus sonore.
    4. à déterminer le rôle de deux moteurs moléculaires « myosines » - les myosines 1c et 7a – dans la sensibilité auditive d’une touffe ciliaire.
    5. à intégrer l’ensemble de nos résultats dans un modèle physique quantitatif de la touffe ciliaire.
    Plus de 10% de la population des pays industrialisés souffre de problèmes d’audition, depuis les troubles légers de perception qui affectent la compréhension du langage jusqu’à la surdité profonde. Nos recherches devraient permettre d’apporter un éclairage fondamental sur les bases mécaniques de l’audition humaine, permettant ainsi de guider le développement des thérapies de demain, en particulier la conception des implants cochléaires destinés à palier au mauvais fonctionnement des cellules ciliées.



  • ASCE Attraction et Sélection dans l’évolution culturelle

    L'évolution culturelle est-elle Darwinienne?
    Un grand défi actuel de la biologie de l'évolution porte sur l'existence de l’héritabilité non-génétique et sur son importance adaptative. Plus précisément, la relation entre l'évolution biologique et l'évolution culturelle est devenue un sujet essentiel en biologie et dans les sciences sociales. Le but de ce projet de recherche fondamentale est de répondre à certaines de ces questions en développant une nouvelle méthode d'étude de l'évolution culturelle.

    Penser autrement l'étude de l'évolution culturelle
    Ces dernières années, d'importantes avancées théoriques ont permis de clarifier la relation entre évolution biologique et évolution culturelle. Ces recherches ont montré que la question de l'équilibre entre sélection naturelle et transformations dirigées survenant lors de la transmission est fondamentale. Idéalement, les chaînes de transmission, dans lesquelles les résultats de l'action d'un individu sont transmis à un autre, devraient permettre une estimation précise de la sélection et de des transformations. Malheureusement, jusqu’à ce jour ces expériences sont restées fortement limitées pour les raisons suivantes. D’abord ces expériences emploient un nombre faible d’étapes de transmission, ensuite elles restreignent fortement le nombre de comportements possible et enfin, elles ne permettent pas de quantifier les changements de manière précise. Il n’existe donc pas, à notre connaissance, de paradigme expérimental convaincant pour étudier ces propriétés fondamentales de l'évolution culturelle.
    Pour avancer sur ce sujet nous devons changer de manière radicale la manière dont nous faisons les expériences de transmission culturelle en introduisant de nouvelles méthodes expérimentales, similaires à celles ayant court en biologie de l’évolution. Nos buts sont donc d’abord de développer une nouvelle méthode inspirée des principes d’étude de l’évolution en biologie pour étudier l’évolution culturelle, ensuite de créer des taches non verbales permettant d’étudier aussi bien les primates non-humains que les jeunes enfants et enfin de développer les outils théoriques et statistiques pour quantifier le rôle des transformations et de la sélection dans l’évolution culturelle.



  • ANTIPODE Analyse approfondie de la nucléation III-V/Si pour les composants photoniques hautement intégrés

    ANTIPODE : Intégration photonique sur silicium, vers la maîtrise de l'interface III-V/Si
    ANTIPODE est un projet de recherche fondamentale qui vise à comprendre en profondeur la formation des interfaces entre les semi-conducteurs (SC) III-V et le Si afin de contrôler la génération des défauts lors de la croissance épitaxiale. Le projet propose d'étudier trois matériaux SC III-V, non seulement parce qu'ils sont tous pertinents pour les applications photoniques (de l'UV à IR), mais aussi car ils permettent d’explorer des couches en compression, en tension et en quasi-accord de maille.

    Intégration monolithique : la question de l'interface
    Le 10 Décembre 2012, IBM a annoncé une véritable rupture technologique : l'intégration de différents composants optiques côte-à-côte avec des circuits électriques sur une seule puce de silicium et avec une technologie 90 nm. Toutefois, le développement de sources laser sur puce est toujours une partie limitante dans ce schéma d'intégration. Pour augmenter le niveau d'intégration de la photonique à moyen terme, l'une des voies les plus prometteuses en terme de performances et de rentabilité est de réaliser l'épitaxie directe de semi-conducteurs III-V sur la puce de silicium. Cette idée a été largement étudiée dans le début des années 80, et a été revisitée récemment par trois laboratoires français qui ont démontré des fonctionnalités optiques avancées ou des émetteurs sur silicium à base de GaSb/AlSb (IES Montpellier), GaP/AlP (FOTON Rennes) ou GaN/AIN (au CRHEA Valbonne) sur silicium. A partir de leurs précédentes expériences, IES, FOTON et CRHEA font le même constat: la qualité générale des matériaux III-V/Si est entièrement déterminée par la qualité de l'interface, c'est à dire par la surface initiale de Si, et les premières monocouches III-V.

    Le projet ANTIPODE a les trois objectifs suivants:
    - Compréhension du mécanisme de nucléation 3D des semi-conducteurs III-V (y compris la génération de défauts au cours de la coalescence) et de la relaxation des contraintes sur silicium.
    – Compréhension de la nature et du rôle des charges d'interface sur la génération des défauts.
    - Compréhension de l'influence de la surface initiale du silicium sur la génération des défauts.



  • GATB Boite à outils « Assemblage pour la Génomique »

    Boite à Outils «Assemblage et Analyse pour la génomique«
    La génomique est confrontée à un changement sans précédent suite au nouvelles technologies de séquençage à haut débit car celles-ci génèrent d'énormes volumes de données. Le projet GATB vise les traitements critiques ou des milliards de courts fragments d'ADN doivent être traités, conduisant à des temps de calculs importants sur des machines possédant de grosses mémoires vives. Cela constitue un sérieux handicap pour bon nombre d'analyses, tant d'un point de vue académique qu'industriel.

    Conception rapide et efficace de logiciels NGS
    la boite à outils «Assemblage et Analyse pour la génomique« a pour but de proposer une méthode de conception rapide pour développer facilement des outils de traitement des données génomiques. le projet GATB a été architecturé autour d'une librairie C++ de fonctions de haut niveau qui intègrent les avancées récentes relatives aux structures de données NGS. L'environnement GATB offre:

    1 - Une librairie «open-source« à partir de laquelle de nouveaux outils NGS peuvent être créés facielement et rapidement;

    2 - Des fonctions optimisées avec une empreinte mémoire très faible. A titre d'exemple, l'assemblage d'un génome humain demande moins de 6 Giga octets de mémoire alors que des logiciels concurrents peuvent demander plusieurs centaines de Go.

    3 - une implémentation parallèle et transparente visant les processeurs multi-coeurs qui représentent aujourd'hui les principales ressources matérielles



  • ST MALO Spéciation de l’uranium dans des organismes vivants en milieu aquatique - Développements analytiques

    L’uranium et ses cibles biologiques dans les organismes d’eau douce.
    Mise au point d’un ensemble de méthodes analytiques non dénaturantes pour déterminer les complexes uranium-biomolécules intacts dans des organes cibles d’organismes aquatiques exposés à de l’uranium.

    Un défi analytique pour une question d’évaluation du risque écologique
    La détermination de la distribution et de la spéciation chimique des substances chimiques s’accumulant dans les organismes vivants est essentielle pour connaître leur devenir, caractériser l’exposition et élucider leur toxicité. En effet, mieux expliciter le lien entre l’exposition d’un organisme à une substance et sa toxicité, permet de proposer in fine des marqueurs d’exposition et d’effets pour l’évaluation du risque écologique. L’uranium (U) est un radioélément dont les concentrations dans l’environnement peuvent être augmentées par les rejets des installations du cycle de combustible nucléaire. Une fois entré dans les organismes, l’U peut former de nombreux complexes chimiques avec les biomolécules (protéines, peptides, acides nucléiques), pouvant impliquer un changement de leurs fonctions. Certaines études ont montré que l’U peut perturber le métabolisme d'éléments essentiels (fer, calcium) et entraîner d’importants dysfonctionnements cellulaires. Ainsi l’objectif principal a été de déterminer la microdistribution et la nature des cibles biologiques de l’U dans différents organes cibles d’organismes aquatiques modèles (poisson, écrevisse) exposés à l’U, pour comprendre son devenir moléculaire dans ces organismes aquatiques, en corrélation avec ses effets toxiques.
    Pour atteindre cet objectif, des développements analytiques de pointe sont nécessaires. Un des défis analytiques majeurs concerne la conservation des complexes chimiques U-biomolécule non-covalents et l’identification de ces molécules (spéciation). De plus, un effort particulier a été nécessaire pour explorer des niveaux d’accumulation en U très faibles (accumulation <50ng), issus d’exposition proches de celles de l’environnement, sur des organismes modèles, à l’échelle individuelle. Ces développements analytiques ont été effectués pour chacune des techniques de séparation chimique, de détection multiélémentaire et moléculaire, pour permettre l’identification des complexes U-biomolécule.



  • multicom Conception de films moléculaires multi-commutables associant des unités photochromes et des complexes métalliques

    MULTICOM
    Les matériaux moléculaires commutables sont généralement adressables en deux états distincts à travers un stimulus externe, correspondant à une modification (réversible) de leur structure moléculaire et/ou de leurs propriétés physiques. Dans le cadre de ce projet, nous nous focaliserons sur des polymères de coordination incorporant une brique photo-isomérisable : la construction à façon de ces entités conduira à un large éventail de systèmes permettant d’optimiser les conditions de commutation.

    Conception de films moléculaires multi-commutables associant des unités photochromes et des complexes métalliques
    L'objectif du projet MULTICOM est de synthétiser des couches minces moléculaires multi-adressables à base de polymères de coordination intégrant des unités photochromiques dans leurs chaînes principales. Notre stratégie repose sur la fabrication directe de polymères de coordination organisés sur un substrat solide à l'aide du procédé couche par couche. Les métallo-polymères ciblées sont fabriqués à partir de différentes briques moléculaires qui possèdent des propriétés de commutation : ils associent l’unité photochrome diméthyldihydropyrène et des complexes de métaux de transition de type polypyridylique possèdant des propriétés redox et magnétiques. Ces matériaux sont sensibles à différents stimuli (lumière, électricité, variation de température) et leur état est suivi par différentes méthodes (électriques, optiques et magnétiques). Ce projet comprend trois grands axes complémentaires et interdépendants: 1) Synthèse et caractérisation de métallopolymères en solution, 2) fabrication et caractérisation de couches minces de polymères de coordination et 3) étude des propriétés de commutation des films.



  • PARP-3 Caractérisation de la PARP-3 dans la stabilité du génome et la plasticité épithéliale.

    Caractérisation de PARP-3 dans l’intégrité du génome et la plasticité épithéliale
    Nos travaux visent à déterminer l'implication de PARP-3 dans le maintien de l'intégrité du génome et établir les mécanismes moléculaires mis en jeu.

    PARP-3 pourrait-elle être une nouvelle cible en thérapie du cancer ?
    La poly(ADP-ribosyl)ation est un mécanisme de régulation de l'activité des protéines directement impliqué dans la surveillance et le maintien de l'intégrité du génome. Cette réaction enzymatique a été découverte par Pierre Chambon dans le laboratoire Strasbourgeois de Paul Mandel il y a presque 50 ans. Très rapidement, l'intérêt thérapeutique d'inhiber cette activité s'est révélé prometteur, pour potentialiser l'effet cytotoxique ou antiprolifératif de drogues antitumorales ciblant l'ADN, en chimiothérapie ou en radiothérapie. Les Poly(ADP-Ribose) Polymérases (PARPs), enzymes qui synthétisent le Poly(ADP-ribose), forment une famille de 17 membres, dont plusieurs on été identifiés au laboratoire. Jusqu'à présent, seules deux PARPs ont été montrées comme directement impliquées dans la surveillance de l'intégrité du génome et la réparation de l'ADN: PARP-1 et PARP-2. En combinant des études biochimiques, structurales et génétiques, par le développement de souris mutantes notre laboratoire a grandement contribué à la compréhension de la fonction de PARP-1 et PARP-2 dans ces processus, ce qui a favorisé le développement d'inhibiteurs chimiques de ces enzymes et de voies stratégiques pour leur utilisation en thérapeutique. De nombreux laboratoires et sociétés pharmaceutiques sont maintenant engagés dans le développement de ces inhibiteurs de PARP pour augmenter la cytotoxicité des chimio- ou radiothérapies et en monothérapie pour cibler des cancers (sein, ovaires, prostate) portant une mutation BRCA1 ou BRCA2 (essais cliniques de phase I-III en cours). Notre laboratoire étudie depuis peu d'autres membres encore peu caractérisés dont PARP-3. Nos objectifs sont de décortiquer l’implication de cette protéine dans la surveillance de l'intégrité du génome, la prolifération cellulaire ou encore dans la plasticité cellulaire



  • DyPLCA Evaluation environnementale des procédés en fonctionnement dynamique – prise en compte du temps dans la méthode d’Analyse du Cycle de Vie

    Evaluation environnementale des procédés en fonctionnement dynamique – prise en compte du temps dans la méthode d’Analyse du Cycle de Vie
    L’Analyse du Cycle de Vie est la méthodologie la plus utilisée pour l’évaluation de la durabilité des systèmes économiques. Dans la méthode conventionnelle ACV les systèmes sont considérés en conditions stationnaires, négligeant la dimension temporelle. Les modèles de calcul des impacts environnementaux utilisent les inventaires statiques et des modèles quasi statiques. DyPLCA va introduire la dimension temps dans la méthode ACV pour permettre des évaluations plus réalistes.

    Objectifs et enjeux du projet
    L’objectif majeur du DyPLCA est de développer une approche compréhensive et opérationnelle (méthodologie et outils) pour la prise en compte effective de la dimension temporelle dans l’ACV, avec une attention particulière pour le développement d’une modélisation intégrée pour l’inventaire du cycle de vie (LCI au niveau foreground et background) et le calcul des impacts (LCIA). Les résultats à la fin du projet seront une méthodologie, modèles et outils informatiques pour l’ACV dynamique, bien au-delà des pratiques courantes basées sur des scénarios, et dans une forme accessible aux utilisateurs de l’ACV. Le modèle sera testé et appliqué sur 3 cas d’études pertinents : 1) biotechnologies (fonctionnement complexes, dynamiques, voire cyclique), 2) le bâtiment (dynamique, long terme), 3) le bruit généré par les transports (dynamique, stochastique). Ces systèmes ont été choisis pour leur contribution importante aux impacts générés et aussi pour la pertinence de l’échelle temporelle dans leur évaluation. DyPLCA va produire des nouvelles connaissances, au-delà de l’état actuel de la science de la durabilité, se focalisant sur 1) l’approfondissement et élargissement des frontières de l’ACV , et modélisant l’ACV dans un mode générique par la combinaison et l’harmonisation des comportements temporels de systèmes de taille très différente. 2) implémentation de la modélisation dans trois cas d’études d’intérêt sociétal. En plus de la dissémination par promotion scientifique et technique, l’enseignement supérieur va bénéficier des résultats du projet grâce aux partenaires académiques impliqués, et les laboratoires respectifs vont bénéficier des répercussions sur leurs stratégies de recherche.



  • Supradhésion Adhésion supramoléculaire

    Chimie supramoléculaire et adhésion
    Les adhésifs sensibles à la pression (ruban adhésif …) sont des solides mous, dont l'adhésion n'est efficace que s'ils sont capables de dissiper une énergie importante lors de leur contrainte. Le contrôle des interactions faibles au sein du matériau doit nous permettre d'augmenter significativement la dissipation d'énergie lors de sa déformation.

    Contrôler les mécanismes de dissipation d’énergie au sein d’un adhésif
    La chimie supramoléculaire permet d’organiser les molécules à l’échelle nanométrique en utilisant des interactions faibles. Bien qu’étant individuellement plus fragiles que les liaisons covalentes, ce type d’interactions a déjà permis collectivement de renforcer les propriétés mécaniques de réseaux réticulés, en permettant au système d’atteindre un état d’équilibre plus stable. De plus, ces interactions faibles sont par nature réversibles et peuvent être dynamiques à température ambiante. Par conséquent, elles peuvent apporter un caractère auto-réparant et un mécanisme additionnel de dissipation d’énergie au sein du matériau.
    La grande majorité des polymères supramoléculaires ont été caractérisés par rhéologie uniquement dans le domaine des petites déformations, pourtant c’est dans le domaine des grandes déformations que la contribution des interactions faibles devrait apporter une contribution majeure.
    Par conséquent, notre objectif est d’appliquer les concepts de la chimie supramoléculaire au domaine de l’adhésion. Les matériaux adhésifs doivent interagir fortement avec les surfaces à coller et permettre une bonne dissipation de l’énergie de déformation lors du décollement. Sur ces deux aspects, l’utilisation de groupements polaires et d’interactions réversibles doivent permettre d’améliorer les systèmes actuels.



Rechercher un projet ANR