L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

ANR & Climat - COP21 Translate this page in english

Modalités de soumission 2014

Missions

Agence française de financement de la recherche sur projets, l’ANR :

  • contribue au développement des sciences et technologies
  • mobilise les équipes au service d’enjeux stratégiques
  • accélère la production et le transfert de connaissances en partenariat
  • favorise les interactions pluridisciplinaires et le décloisonnement
  • facilite l’établissement de collaborations européennes et internationales

@AgenceRecherche

24/06 17:42 - Le projet AlimaSSens cherche des volontaires. Aidez la recherche en #nutrition à avancer ! #alimentation #seniors https://t.co/JjMPsiTi0K

23/06 22:16 - #nuitagroecologie Découvrez notre cahier n°8 Emergence de l’agroécologie et perspectives pour le futur https://t.co/2pjpSditCe

23/06 16:08 - Envie d'en savoir plus sur les Investissements d'Avenir ? @CGI_PIAvenir vous explique tout dans cette vidéo https://t.co/MmxCuSc9dt 2/2

  • ClimaConf Les questions de la confiance dans le réchauffement global: modélisation du climat, expertise et lien au politique

    Les ressorts de la confiance dans le changement climatique
    La confiance accordée aux résultats scientifiques, aux rapports d’expertise et aux institutions du changement climatique constitue un enjeu majeur. Le projet ClimaConf propose d’étudier l’établissement de la confiance au sein des communautés de modélisation du climat, entre domaines disciplinaires différents ainsi que dans les relations entre science et politique.

    Analyse des critères et de la construction de la confiance dans le changement climatique
    La question de la confiance est centrale dans le problème du réchauffement climatique global, comme l’ont notamment rappelé les mises en causes du GIEC et des sciences du climat en 2009 et 2010, dans le contexte de l’enlisement des négociations climatiques de l’ONU. La modélisation est au centre de ces interrogations : comment des modèles reconnus lacunaires et très imparfaits peuvent-ils prétendre prédire l’avenir climatique de la planète et guider les politiques et l’économie? Le projet ClimaConf vise à explorer la question de la confiance à différents niveaux : explicitation des critères de confiance des climatologues dans leurs modèles et dans les projections du changement climatique d’abord ; l’enjeu est ici épistémologique et scientifique : comment caractériser la valeur que les chercheurs accordent à différents aspects de leurs simulations ? On étudiera également les relations d’autres communautés scientifiques au problème climatique, et à la modélisation en particulier, en s’interrogeant sur les possibles frictions entre cultures épistémiques différentes. A un troisième niveau, on analysera les ressorts de la confiance vis-à-vis de l’expertise et des scénarios du GIEC chez les décideurs politiques et les acteurs économiques et sociaux (ONG).
    Il s’agira enfin d’interroger l’articulation entre ces différents niveaux de confiance et l’implicite qui voudrait que la confiance dans les chiffres scientifiques conditionne la confiance dans l’expertise, voire l’action politique. Ceci conduira à revisiter la construction du problème climatique et à approfondir l’étude des rapports entre science, expertise et politique qui y sont à l’œuvre – en analysant en particulier les demandes et politiques de recherches sur le changement climatique.



  • RESOCIT Citations scientifiques et réseaux sociaux : étude des dynamiques relationnelles impliquées dans la production et la diffusion des publications scientifiques (chimie, biologie, économie et sociologie).

    Citations scientifiques et réseaux sociaux
    étude des dynamiques relationnelles impliquées dans la production et la diffusion des publications scientifiques (chimie, biologie, économie et sociologie).

    Analyse des logiques relationnelles impliquées par les références et citations des publications scientifiques françaises dans des revues internationales
    Dans ce projet, les références et les citations (avec leur contenu social) sont appréhendées comme une expression de la sociabilité scientifique et, de ce fait, le possible vecteur de transformation des collectifs scientifiques. L’objectif est de montrer que les publications scientifiques concourent à déterminer, consolider ou détruire les relations entre certains groupes et participent pour une part à la configuration des collectifs scientifiques dans leurs diversités et leurs évolutions. Le projet RESOCIT se présente comme un prolongement mais aussi une alternative aux travaux sur les réseaux sociaux de publications scientifiques qui se centrent sur les aspects formels de l’intrication entre la sphère intellectuelle (les citations) et la sphère sociale (les collaborations). Il s’agit de développer une méthode mixte et inédite d’analyse relationnelle des références et citations scientifiques qui ouvre des perspectives nouvelles, tant en terme de connaissance du fonctionnement de l’activité de recherche, que du point de vue de l’évaluation de la recherche. En effet, à l’heure où l’on s’interroge de plus en plus sur la puissance des citations comme indicateur pour modéliser ou évaluer l’activité scientifique, la prise en compte de leur caractère relationnel et leur analyse d’un point de vue qualitatif et longitudinal présentent un apport original et nécessaire pour une meilleure compréhension du monde de la recherche.



  • ANTIDOCT LES TRANSPORTEURS DE CATIONS ORGANIQUES, DE NOUVELLES CIBLES THERAPEUTIQUES POUR LA DEPRESSION

    LES TRANSPORTEURS DE CATIONS ORGANIQUES, DE NOUVELLES CIBLES THERAPEUTIQUES POUR LA DEPRESSION
    -

    Enjeux et objectifs
    Les troubles de l’humeur sont des maladies fréquentes et invalidantes, avec jusqu’à 16 % de la population mondiale affectée à des degrés divers par des syndromes de type dépressif. L’étiologie de la dépression et des maladies apparentées, comme l’anxiété et les troubles bipolaires, est encore mal comprise, même s’il est communément admis qu’à la fois la prédisposition génétique et des facteurs de risques environnementaux interviennent. La plupart des antidépresseurs traditionnellement utilisés pour soigner la dépression majeure sont des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (SSRIs) et/ou de la noradrénaline (SNRIs), qui exercent leurs effets principalement en augmentant la concentration extracellulaire de ces neurotransmetteurs. Ces inhibiteurs de recapture présentent toutefois une mauvaise efficacité chez un nombre important de patients et un trop long délai d’action.
    Nous avons récemment identifié le transporteur de cations organiques 2 (OCT2) comme un élément critique de la clairance de la sérotonine et la noradrénaline dans le cerveau, et une cible originale pour le traitement des troubles anxieux et dépressifs. Notamment, nous avons montré que ce transporteur jouait un rôle significatif dans la réponse aux antidépresseurs dans un modèle validé de dépression chronique.
    Notre objectif est d’associer l’expertise de plusieurs équipes dans le domaine de la neurobiologie, la pharmacologie, la chimie, la génétique humaine et l’évaluation clinique, afin de déterminer le rôle d’OCT2 dans la réponse aux antidépresseurs et développer des modulateurs spécifiques des OCTs.



  • FUNAPP Nouveaux rôles des appressoria de champignons pathogènes dans leurs interactions avec les plantes: détection des signaux de la plante et transfert d'effecteurs protéiques et de métabolites secondaires fongiques dans les cellules hôtes

    Nouveaux rôles des appressoria de champignons pathogènes dans leurs interactions avec les plantes
    Appressoria fongiques : rôles dans la détection des signaux végétaux et dans le transfert d'effecteurs protéiques et de métabolites secondaires dans les cellules hôtes

    Enjeux et objectifs
    Les champignons phytopathogènes représentent une menace majeure pour la sécurité de l’alimentation mondiale. Par exemple, chaque année, 10 à 30 % des récoltes de riz sont détruites par les nécroses du champignon Magnaporthe oryzae. L’agent de l’anthracnose , Colletotrichum graminicola, cause quant à lui chaque année des dégâts aux cultures de maïs se chiffrant à près d’un milliard uniquement aux Etats-Unis. Colletotrichum et Magnaporthe utilisent des stratégies similaires pour infecter la plante hôte : un organe spécialisé, l’appressorium, est utilisé pour pénétrer les cellules vivantes dans lesquelles un hyphe intracellulaire pourra se développer. L’interaction entre C. higginsianum et la plante modèle Arabidopsis, fournissent un système pour l’étude du pouvoir pathogène du champignon ou de la réponse immune de la plante. Nous avons montré précédemment que le transcriptome des appressoria de C. higginsianum subit de nombreuses reprogrammations en réponse au contact de la plante hôte en comparaison à une induction artificielle in vitro. Ceci suggère que les appressoria fonctionnent comme des organes sensitifs de signaux végétaux permettant ainsi à l’agent pathogène de préparer l’invasion de son hôte. Les appressoria semblent également apparaitre comme des plateformes de synthèse et de sécrétion de métabolites secondaires et d’effecteurs protéiques. Pour explorer le rôle des appressoria dans les premières étapes de l’infection, les objectifs spécifiques sont les suivants : (a) déterminer la séquence des événements cellulaires se déroulant durant la morphogénèse des appressoria et la pénétration des hyphes ; (b) découvrir les signaux perçus par les appressoria conduisant à une reprogrammation du transcriptome ; (c) définir un répertoire d’effecteur et leur contribution dans la virulence du champignon ; (d) lister les métabolites secondaires des appressoria, étudier leurs fonctions et déterminer comment ils sont régulés.



  • BIOCAP Impacts BIOlogiques et photochimiques sur la CAPacité oxydante du nuage

    Impact biologiques et photochimiques sur la capacité oxydante du nuage (BIOCAP)
    La chimie multiphasique du nuage perturbe la chimie homogène en phase gaz ainsi que les propriétés physico-chimiques des particules d'aérosols. Ceci modifie donc la formation des nuages; cet effet demeure une des incertitudes majeures des modèles climatiques qui évaluent le bilan radiatif Terrestre. Ce projet de recherche s'inscrit dans ce cadre et permettra de mieux appréhender comment la chimie des nuages influe sur le changement climatique, problème sociétal majeur.

    Le principal objectif de ce projet est d’évaluer la contribution relative des processus photochimiques et microbiologiques dans la capacité oxydante des nuages.
    Les enjeux et objectifs du projet sont les suivants:
    1) Décrire en détail des aspects encore méconnus de la composition de la phase aqueuse des nuages que sont la spéciation des complexes de fer et les différents microorganismes métaboliquement actifs.
    2) Déterminer la production photochimique du radical hydroxyle en fonction de la composition chimique de la phase aqueuse des nuages.
    3) Décrire les mécanismes biologiques conduisant à la production ou à la dégradation de différentes espèces oxydantes (H2O2, NO2-, NO3-) et leur impact vis-à-vis du fer (production de sidérophores, spéciation du fer) dans la phase aqueuse des nuages.
    4) Construire un modèle numérique prenant en compte les mécanismes biologiques et photochimiques impactant la capacité oxydante des nuages.
    5) Créer une nouvelle paramétrisation des voies biologiques et photochimiques importantes contrôlant la capacité oxydante des nuages. Ces voies seront implémentées dans un modèle de chimie/transport permettant de prendre en compte la capacité oxydante du nuage dans l’évolution de la chimie atmosphérique à l’échelle régionale.



  • GELTHINFILM Films Minces d'Hydrogels Stimulables pour la Microfluidique

    Films Minces d’Hydrogels Stimulables comme Microvannes pour la Microfluidique
    Développement de films minces de gels de polymères stimulables (température, lumière et champ électrique). Applications comme microvannes pour contrôler les écoulements hydrodynamiques en microfluidique.

    Développement de microvannes fluidiques autonomes, individuelles et de haute densité.
    Contexte. Les microvannes existantes (vannes Quake) sont à fonctionnement pneumatique, elles requièrent un équipement extérieur coûteux et encombrant, il est nécessaire de développer des microvannes simples autonomes.
    Objectif général. On cherche à développer des microvannes mécaniques à base de gels de polymères stimulables intégrés dans les microcanaux. Ces vannes fonctionnent de manière autonome. Elles peuvent répondre à diverses paramètres de stimulation tels la température, la lumière ou encore le champ électrique. On pourra ainsi piloter les écoulements de fluide dans un microcanal ou un laboratoire-sur-puce simplement en changeant la température, en éclairant avec la lumière ou en appliquant une tension électrique.
    Problèmes traités. On contrôle la synthèse des gels grâce à une extériorisation de la synthèse des gels à la microfabrication. On développe une stratégie de synthèse avec une chimie click simple à mettre en œuvre qui permet d’obtenir des gels avec toute une variété de paramètres de stimulation. On peut obtenir des gels localisés, ce qui permet d’élaborer des microvannes individuelles et multiples de haute densité.
    Perspectives et retombées. Le projet pourra avoir un impact considérable dans le développement de laboratoires-sur-puce.



  • SHAPes Nouveaux procédés d’amination sélective pour la synthèse de monomères biosourcés

    Nouveaux procédés d’amination sélective pour la synthèse de monomères biosourcés (SHAPes)
    Les procédés de production d’amines grasses et de spécialité sont pérennes ne présentant pas de changement remarquable ces dernières années. Toutefois, la synthèse d’amines primaires présente encore de verrous technologiques, surtout en ce qui concerne la préparation de polyamines. D’autre part, la valorisation de la biomasse pourrait introduire à court terme dans le marché une vaste gamme de diols offrant une plateforme pour la synthèse de nouveaux monomères aminés à forte valeur ajoutée.

    Objectif: Développement de procédés éco-efficaces pour la synthèse de monomères diamine à forte valeur ajoutée à partie de diols issus de la biomasse.
    Le projet SHAPes vise au développement de procédés éco-efficaces pour la synthèse de monomères diamine à forte valeur ajoutée à partir des molécules dites « plateformes » issues de la biomasse (surtout les diols tels que 1,3-propanediol et l’isosorbide).
    Parmi les procédés de synthèse d’amines, la réaction des alcools avec l’ammoniac présente un intérêt particulier étant donné la disponibilité d’une vaste gamme d’alcools et le fait que l’eau est le sous-produit principal de la réaction. En dépit de cet intérêt, à notre connaissance, aucun procédé industriel n’est commercialisé à ce jour permettant la synthèse directe de diamines à partir de diols à cause du manque de sélectivité des catalyseurs commerciaux d’amination (fonctionnant par des mécanismes de substitution nucléophile ou d’amination réductive). Afin de minimiser le coût et l’impact environnemental de cette transformation, il serait souhaitable de disposer de catalyseurs hétérogènes sélectifs sur des procédés opérant en continu. Dans ce but, nous explorerons les applications potentielles des mécanismes de transfert d’hydrogène, offrant deux atouts majeurs par rapport à l’état de l’art actuel : (1) la réaction n’exige pas l’introduction externe d’hydrogène comme cela est le cas pour les catalyseurs d’amination réductive, et (2) l’on évite l’attaque directe de l’ammoniac (un faible nucléophile) sur l’alcool.
    Le succès final du projet sera évalué sur la base de la performance, stabilité et recyclage des formulations catalytiques retenues dans la synthèse de diamines primaires soit en phase gaz, soit en phase liquide. Enfin, une étude technico-économique et d’impact environnemental est prévu à la fin du projet afin d’évaluer le potentiel d’industrialisation des formulations catalytiques développées dans ce projet.



  • GRASP CONTROLE CORTICAL DES MOUVEMENTS DE SAISIE MANUELLE : DU SINGE AU ROBOT

    Contrôle des mouvements de saisie manuelle chez les primates non-humain et les robots
    Ce projet vise à étudier les mécanismes de contrôle de la dextérité manuelle chez le primate non-humain en vue d’optimiser le contrôle d’une main robotique anthropomorphique

    Interface cerveau-machine pour le contrôle d’une main robotique anthropomorphique
    L’objectif final de ce projet est de développer une interface cerveau-machine (ICM) pour le contrôle d’une main robotique par une modulation volontaire de l’activité corticale des aires motrices chez le singe macaque. Dans ce but, ce projet implique l’utilisation d’une main mécanique dont l’architecture est inspirée des structures biologiques. La main mécanique inclue neuf degrés de libertés (ddl) sur deux doigts (4 pour l'index 5 pour le pouce) et deux ddl sur le poignet suffisant pour la réalisation de mouvements de saisie manuelle complexes. Ces mouvements sont produits par des muscles artificiels impliquant une coordination entre muscles agonistes et antagonistes. Nous démontrerons qu’une main intégrant ces différentes propriétés favorisera son contrôle par les signaux électro-physiologiques. En particulier, nous considérons que l'utilisation de l'ICM en mode «on-line« reliant l’activité corticale et l’activité des muscles artificiels en temps réel sera nécessaire pour permettre l'étude de la flexibilité (l'extension) de l'espace de travail des mouvements appris. Finalement, nous analyserons le rôle du feed-back cutané au cours de la manipulation d’objets par le singe et implémenterons un contrôle similaire pour le robot.



  • TWIST Réponse de l'arbre aux vents forts

    TWIST
    Réponse de l’arbre aux vents forts

    Enjeux et objectifs
    On s’attend à ce que les dégradations liées au vent, qui s’élèvent actuellement à 50% du volume des dégâts dans les forêts européennes, double et même quadruple avant la fin du siècle. Ces dommages ont un impact considérable sur la filière bois et sur le fonctionnement écologique et la survie des forêts en Europe. La majorité des arbres sont détruit arrachement lors des tempêtes. D’importants efforts ont été consentis cette dernière décennie pour modéliser la réponse des parties aériennes à des sollicitations turbulentes. En revanche, l’interaction mécanique racines-sol et le rôle de l’humidité et de la fatigue du sol sont encore mal connus.
    Un élément clé de la modélisation du risque au vent est la compréhension des interactions entre le sol et les racines. L’importance des conditions de sol sur les dommages causés par les tempêtes est considérable (humidité du sol, type de sol). L’ancrage des arbres diminuent fortement lors d’inondations, de fortes intempéries ou de mauvais drainages du sol. Or ces effets vont augmenter en Europe occidentale où l’on prévoit un accroissement des précipitations hivernales avec le changement climatique. De nombreux travaux ont été menés jusqu’à présent sur l’interaction vent- arbre, par contre on connait encore très mal le système sol-racines. Le projet TWIST porte sur l’ancrage des arbres. Il doit fournir le chainon manquant actuellement pour traiter le problème de la stabilité des arbres au vent dans son ensemble et proposer des solutions pratiques pour réduire les risques dans le contexte du changement climatique.



Rechercher un projet ANR