L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Evènements

Nous suivre

  • TERDOUEST Terrassements Durables - Ouvrages en sols traités

    Maîtriser la technique du traitement pour un réemploi optimum des sols en terrassement
    Les enjeux dans les travaux à venir, tant en France qu’à l’international, sont de proposer aux maîtres d’ouvrages des techniques de traitement des sols maîtrisées afin de réduire les déchets et diminuer les coûts des terrassements. Le projet TerDOUEST a permis d’aborder de nouveaux aspects et de revisiter les principes connus dans les guides en vigueur au moment du projet.

    Comprendre les phénomènes d’amélioration des matériaux par traitement
    Malgré une pratique de chantier maîtrisée depuis de nombreuses années, le traitement des sols par la chaux ou les liants hydrauliques porte en soi un caractère aléatoire lié à une méconnaissance des mécanismes de déclenchement de la prise hydraulique et au fait qu’à dosage identique les matériaux naturels traités peuvent atteindre des performances mécaniques très variables, quelque fois pas de performances, ou pire, être à l’origine de pathologies de type gonflements. Ce caractère aléatoire est générateur de risques pour un maître d’ouvrage, risque qui se caractérise par des surcoûts et/ou des retards dans la livraison des ouvrages.
    Le projet TerDOUEST avait pour vocation la compréhension des mécanismes d’amélioration d’un sol de faibles caractéristiques, grâce à l’incorporation de chaux ou de liants hydrauliques. Les enjeux sont de pouvoir réduire la part d’aléatoire dans les mécanismes en identifiant par exemple : le rôle des minéraux dans le sol, l’influence des modes de préparation, les mécanismes du déclenchement de la prise… Le projet a également abordé la question de la durabilité (rôle des infiltrations d’eau sur les performances d’un matériau traité) ainsi que les critères d’acceptation environnementale. Les résultats obtenus permettent de réduire ou tout au moins d’évaluer la part de risque.



  • AGRHUM Etude de l'adaptation génétique aux changements environnementaux rapides : l’agriculture et le modèle humain

    Etude de l'adaptation génétique aux changements environnementaux rapides : l’agriculture et le modèle humain
    L’étude de l’adaptation des espèces à leur milieu lors de périodes données peut nous renseigner sur l’existence de mécanismes d’adaptation spécifiques mis en œuvre lors de changements rapides des pressions environnementales. Le projet AGRHUM s’inscrit dans cette perspective et utilise l’espèce humaine comme modèle, afin d’évaluer l’impact de la transition «chasseur-cueilleur» vers «agriculteur» sur les mécanismes de sélection et adaptation à ce changement majeur et relativement récent.

    Comprendre les mécanismes à la base de l’adaptation, ou de la «maladaptation», des espèces aux changements environnementaux.
    L’émergence de l’agriculture a probablement été l’un des changements les plus importants dans l’histoire de l’homme. Le passage d’un mode de vie basé sur la chasse et la cueillette à un mode de vie sédentaire, induisant une augmentation des densités de populations des premiers agriculteurs et modifiant leurs environnements chimiques, nutritionnels et pathogéniques, a conduit à de nouvelles pressions de sélection. Cependant, les mécanismes, l’étendue et la rapidité de l’adaptation à ces nouveaux environnements restent encore méconnus. Le projet AGRHUM s’inscrit dans cette perspective et vise à accroitre notre compréhension des processus d’adaptation à l’œuvre lors d’une modification rapide de l’environnement. L’objectif est également de développer de nouveaux outils méthodologiques qui permettront à terme d’aborder cette question pour d’autres espèces animales ou végétales. Pour ce faire, nous utiliserons l’espèce humaine comme modèle, afin d’évaluer l’impact de la transition «chasseur-cueilleur» vers «agriculteur» sur les mécanismes de sélection et adaptation à ce changement majeur et relativement récent. L’étude portera sur l’Afrique centrale, une région abritant à la fois les plus grandes populations de chasseurs-cueilleurs et des populations sédentaires qui pratiquent l’agriculture depuis ~5000 ans. En utilisant le paradigme humain, le projet AGRHUM nous permettra de mieux comprendre les mécanismes à la base de l’adaptation, ou de la «maladaptation», des espèces aux changements environnementaux brusques. En outre, il fournira de nouveaux outils méthodologiques pour l’étude des différentes formes d’adaptation génétique, applicables à d’autres espèces.



  • PorphyPlant Vers un photo-herbicide : synthèse et études de porphyrines hydrosolubles marquées en solution et dans les cellules végétales

    Développement d’une solution alternative aux herbicides via l’utilisation de la lumière
    Le but de ce projet est de développer des pratiques agronomes douces tenant compte de l’environnement sans nuire à l’efficacité de l’agriculture. C’est pourquoi nous souhaitons concevoir des porphyrines exogènes en vue de leur utilisation comme photo-herbicide

    Vers un photo-herbicide : synthèse et études de porphyrines hydrosolubles et marquées en solution – Effets sur les cellules végétales et les plantes.
    En lien avec les préoccupations environnementales actuelles, le but de ce projet est de développer des pratiques agronomes douces tenant compte de l’environnement sans nuire à l’efficacité de l’agriculture. Dans cette optique, notre projet vise à concevoir des systèmes moléculaires basés sur le motif porphyrine, molécule d’origine naturelle, en vue de leur utilisation exogène comme photo-herbicide. Pour cela, ces nouveaux photo-herbicides doivent être hydrosolubles. De plus, pour les étudier in situ (dans les plantes), l’emploi d’un marqueur fluorescent est envisagé. L’ensemble des produits utilisés et synthétisés seront caractérisés en solution et leurs effets biologiques seront évalués tout d’abord sur les cellules de tabac TBY-2 puis directement sur des plantules de tomate et d’Arabidopsis thaliana.
    Le développement de cette thématique, originale au sein du laboratoire et regroupant des spécialistes des différents champs d’expertise, doit permettre à moyen-terme une réelle percée scientifique dans ce domaine encore peu exploité des photo-traitements et, bien que très fondamentale, à long-terme, des applications concrètes.



  • ProtiCAD Modèles multi-physiques et algorithmes robotiques pour la conception assistée par ordinateur de protéines

    ProtiCAD: Nouvelles approches pour la conception assistée par ordinateur de protéines.
    Une nouvelle méthodologie, combinant des méthodes de pointe en biologie computationnelle avec des algorithmes efficaces issues de la robotique, pour le développement d’outils pertinents pour la conception assistée par ordinateur de protéines.

    Conception de nouvelles protéines pour des applications technologiques et médicales.
    Les protéines sont des composant essentiels des organismes vivants. Elles participent dans la plupart des processus cellulaires telles que l’expression génétique, la transmission des signaux, la catalyse chimique, … De par leur large spectre de fonctions, l’étude des protéines à un intérêt dans d’autres domaines en plus de la biologie. Les protéines sont des cibles thérapeutiques aussi que des principes actifs de certains médicaments, leurs propriétés catalytiques sont largement utilisées dans les biotechnologies, et elles sont utilisées comme composants dans des nano-systèmes. Bien que les propriétés des protéines naturelles puissent être directement mises à profit, la conception de protéines dotées de nouvelles fonctions et/ou d’une activité améliorée pour une réaction donnée pourrait ouvrir des nouvelles voies dans tous ces domaines.
    L’objectif de ce projet est de réaliser des avancées méthodologiques visant à proposer des outils computationnels dédiés au design de protéines. C’est d’un problème extrêmement complexe, car il s’agit de trouver un optimum dans un espace à très haute dimension, avec une composante discrète (les séquences d’acides aminés) et une composante continue (les conformations de la molécule). De plus, des aspects dynamiques doivent être pris en compte, car les mouvements des protéines ont des rôles fonctionnels essentiels. La solution de ce problème nécessite le développement de nouvelles approches, impliquant la définition de modèles appropriés et l’implémentation d’algorithmes efficaces, au delà de l’état de l’art.



  • AuPd-Seg Structure, Ordre Chimique et Réactivité des Nano-Particules Or-Palladium: Du vide aux conditions de la réaction

    Changement structural et réactivité des nanoparticules en présence de gaz
    L’optimisation d’une réaction catalytique repose sur l’identification des sites actifs qui interviennent dans la réaction. Les nanoparticules métalliques Au-Pd sont des catalyseurs très prometteurs vis-à-vis de plusieurs réactions mais le phénomène de ségrégation superficielle du Pd en milieu réactionnel rend difficile l'optimisation de ces catalyseurs.

    comprendre et contrôler le phénomène de la ségrégation du Palladium dans l’alliage Au-Pd
    En catalyse hétérogène l’optimisation des catalyseurs sous forme de nanoparticules bimétalliques est conditionnée par la maîtrise de la répartition des constituants sur la surface de ceux-ci pendant l’élaboration et dans les conditions de la réaction. Ainsi, le phénomène de ségrégation superficielle, i.e. l’enrichissement de la surface par l’un des éléments de l’alliage, revêt une importance considérable. Il s’ajoute à cela, la compréhension des phénomènes de ségrégations induits par la présence de réactifs (ou de molécules de gaz adsorbées sur la surface), c'est-à-dire lors du déroulement de la réaction. Concernant le cas du système Au-Pd, où de point de vue thermodynamique, l’Or a tendance à ségréger sur la surface, la ségrégation inverse du Pd en présence de CO et O2 a été expérimentalement démontrée. Ce changement structural induit bien évidement à un changement de la réactivité de ces nanoparticules. Or si les phénomènes de ségrégation superficielle dans les nano-alliages, étudiés dans les conditions du vide, commencent à faire l’objet de plusieurs travaux théoriques, il n’en va pas de même pour les études dans les conditions réactionnelles.
    L’ambition de ce projet est donc, d’aboutir d’une part à l’identification de la structure et de l’ordre chimique de la surface des nanoparticules dans les conditions du vide et à leurs changements en présence d’adsorbants, et d’autre part, à l’étude de leurs réactivités en tenant compte du changement de la configuration de surface que ces nanoparticules ont subi lors de l’interaction avec le gaz.



  • PhosFyb Fibres hybrides à base de verre de phosphate

    Fibres hybrides à base de verre de phosphate
    Le fibrage de matériaux photonique est l’un des moyens permettant leur structuration multi-échelle et le développement de systèmes issus de la recherche. Dans ce cadre, tirant profit du fertile terreau scientifique local, nous envisageons d'implanter à l'ICMCB/Université de Bordeaux une plateforme technologique, et une activité de recherche associée, dédiée au développement de structures hybrides fibrées ayant des fonctionnalités innovantes.

    Enjeux et objectifs
    Tâche (A) Recherche sur les verres fonctionnalisés Inclus la fabrication, purification et caractérisation de verres hybrides de phosphate avec des propriétés optimisées (ex. résistance à l'endommagement laser, incorporation d'ions de transitions pour non-linéarité); Investigation de leurs relations propriété / structure.

    Tâche (B) Développement de fibres hybrides pour le gain Laser et l'optique non-linéaire Inclus le développement de propriétés prometteuses, en lien avec les problématiques des partenaires industriels locaux (ex. fibres de forte puissance, fibres pour pulses ultra-courts, effet Kerr, auto-modulation de phase, mélange 4 ondes)

    Tâche (C) Processing de fibres multi-matériaux Identification de nouveaux panels de matériaux pour le co-fibrage; Développement de protocoles et séquences innovantes de fabrication et de fonctionnalisation

    Tâche (D) Installation d'une plateforme de fibrage à l'Université de Bordeaux - Une tâche importante du projet consistera à acheter et installer les équipements nécessaires à l'étirage de structures à Tg basses ou modérées.



  • VISA La vie savante. Vers un renouvellement du genre biographique dans les science studies (Anthropologie - Ethnologie, XIXe - XXIe siècle)

    La vie savante
    Vers un renouvellement du genre biographique dans les sciences studies (Anthropologie - Ethnologie, XIXe - XXIe siècles)

    Ce que la science fait à la vie de celui qui la produit
    Le programme de recherche VISA se situe à la croisée de deux problèmes bien identifiés dans le domaine des science studies (plus particulièrement en histoire et sociologie des sciences) : celui de la création scientifique d’une part, et d’autre part celui, très ancien (mais récemment rajeuni par l’intérêt pour la dimension matérielle des idées, le corps du savant, son environnement ; cf. les travaux d’A. Collinot, de S. Shapin ou encore de T. Söderqvist), du rapport entre la vie et l’œuvre des savants. Deux problèmes classiques qui partagent, entre autres, une façon ordinaire et très employée, quoique non exclusive, d’être traités : le recours au genre biographique. Longtemps tenue à l’écart des moyens légitimes, et non amateurs, d’appréhender le social ou le culturel (comme si ces deux catégories se déduisaient exclusivement du collectif), la biographie a connu un regain d’intérêt à partir de la fin des années 1970 en histoire, en sociologie et en anthropologie. Et son empire s’est naturellement étendu aux territoires neufs qui combinaient ces disciplines telles que les science studies où le partage du monde (du champ) s’est peu à peu cristallisé entre le côté de « la-vie-de-laboratoire » et le côté de « la-vie-et-l’œuvre ».

    VISA propose de renverser les perspectives selon lesquelles les deux problèmes évoqués sont habituellement saisis et, ce faisant, de contribuer au renouvellement du genre biographique comme moyen d’appréhender le réel de l’activité scientifique.



  • AUTOCHTOM Legs colonial et outre-mer autochtones : Kanak de Nouvelle-Calédonie, Amerindiens de Guyane et Ma'ohi de Polynésie face à deux institutions de la République Française (justice, école).

    AUTOCHTOM - Legs colonial et outre-mer autochtones : Kanak de Nouvelle-Calédonie, Amérindiens de Guyane et Ma'ohi de Polynésie face à deux institutions de la République Française (justice, école)
    Ce projet examine la question du legs colonial en France à partir du cas méconnu des populations se revendiquant de l’autochtonie politique dans l’outre-mer français : Amérindiens et Noirs-Marrons de Guyane, Kanak de Nouvelle-Calédonie et Ma'ohi de Polynésie. Il analyse le rapport de ces populations à deux institutions-clés de l'Etat (post)colonial français (justice et école), afin d'appréhender concrètement les continuités et les ruptures entre l’époque coloniale et la situation contemporaine.

    Saisir le legs colonial par les transformations des rapports sociaux : populations autochtones et institutions républicaines d'hier à aujourd'hui
    Vue de métropole, la marginalité des populations «autochtones« au sein d’un outre-mer lui-même intrinsèquement périphérique contraste avec le surgissement périodique d’épisodes violents : affrontements de 1984-1988 en Nouvelle-Calédonie, émeutes de Faa’a-Tahiti (1995), Cayenne (1996) et Nouméa (2009), mouvement guyanais contre la « pwofitasyon » (2008-09), etc. Au-delà de leur caractère conjoncturel, ces événements sont révélateurs de tensions sociales structurelles, dont attestent de nombreux indicateurs (vie chère, chômage, pauvreté, échec scolaire, taux d’incarcération, illettrisme, etc.).
    Dans les discours scientifiques comme dans le sens commun, l’étiologie de cet état de fait mobilise l’héritage du passé colonial de façon paradoxale : soit il est présenté comme constituant le principal élément explicatif des difficultés contemporaines ; soit il est au contraire totalement oblitéré et considéré comme non pertinent, au nom des décennies qui nous séparent désormais du temps des colonies. Dans les deux cas, aucune analyse empirique ne vient étayer ces discours surplombants. On ignore ce qu’il est concrètement advenu des rapports sociaux établis pendant la colonisation, depuis l’accès au statut de département d’outre-mer (Guyane) ou de territoire d’outre-mer (Nouvelle-Calédonie, Polynésie) en 1946. Quelles seraient les modalités effectives de la transmission d’un « passif » colonial d’une génération à l’autre ?
    Pour répondre à ces questions, nous avons resserré notre champ d’investigation à deux institutions – souvent invoquées mais rarement analysées – auxquelles Amérindiens, Noirs-Marrons, Kanak et Ma’ohi sont confrontés : l’école et la justice. De fait, ces deux administrations se révèlent à la fois fondamentales dans la définition historique de la condition indigène, et centrales dans les expériences contemporaines des autochtones. Notre recherche se focalise surtout sur les «points de rencontre« entre ces institutions et les individus perçus comme autochtones.



Rechercher un projet ANR