L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Suivi bilanSuivi des actionsArchivesHistorique de la programmationProgrammation 2010

Introduction à la programmation 2010 de l'Agence Nationale de la Recherche

Un contexte complexe dans lequel il est primordial d'intensifier la production de connaissances et l'innovation

Le processus de programmation destiné à préparer les programmes de l'ANR pour 2010 s'est déroulé en prenant en compte différents éléments :

  • Les politiques publiques qui encadrent les choix programmatiques de la recherche et de l'innovation, en particulier : la SNRI (Stratégie nationale de recherche et d'innovation), les résultats du Grenelle de l'environnement puis du Grenelle de la Mer et du Grenelle des ondes, et le projet de Stratégie nationale de développement durable 2009-2012
     
  • Un contexte de crise économique qui a amené le conseil de prospective à poser la question de la contribution du dispositif de recherche et d'innovation et plus spécifiquement des programmes de l'ANR à la sortie de crise.
     
  • Une nécessaire continuité des appels à projets : les programmes que l'ANR peut proposer pour l'année 2010 seront pour la plupart  en continuité avec ceux de 2008 et 2009. Il a en effet été établi que les programmes connaîtraient en moyenne trois éditions et en 2008, la programmation a été substantiellement renouvelée. De ce fait, la programmation de l'ANR évoluera en profondeur en 2011.
     
  • La flexibilité qui est l'apport majeur de l'ANR dans le dispositif français de recherche et d'innovation : même si le budget de  l'ANR ne représente que 8 % de la dépense publique nationale de recherche, il est suffisamment incitatif pour rendre possible la prise en compte de nouvelles priorités stratégiques nationales.
     
  • La forte croissance de la part du programme non thématique dans la programmation de l'agence

Il a paru important pour l'ANR, dans le contexte de la crise mondiale que nous vivons actuellement, de s'interroger sur les effets potentiels des choix de programmation sur la sortie de cette crise . Le Conseil de prospective de l'ANR a estimé qu'il fallait réfléchir sur la base d'un concept élargi de la notion de crise. Celle-ci est plus qu'une crise boursière, bancaire, financière et économique. Elle concerne de manière latente les secteurs de l'énergie et de l'alimentation. Elle concerne aussi l'environnement mondial (effet de serre, érosion de la biodiversité, raréfaction de l'eau). L'aspect systémique et planétaire de la crise oblige à des efforts d'analyse et de compréhension et rend difficile l'identification de solutions. La recherche et l'innovation peuvent être très pertinents pour faire face à la crise mais leur temps de réaction est long. Les programmes 2010 donneront leur plein effet à partir de 2014- 2015, dates auxquelles la phase paroxystique de la crise sera terminée même s'il persistera de grands déséquilibres financiers et écologiques. La question est donc plutôt : Comment sortir différents de la crise afin d'être en mesure de s'adapter au nouveau contexte qui en résultera ?

En ce qui concerne la France, cette question se décline en multiples problématiques qui existaient avant la crise mais qui présentent aujourd'hui encore plus d'acuité : Comment rendre beaucoup plus compétitif l'appareil de production face à la concurrence internationale ? Comment consolider l'emploi et stimuler le tissu des entreprises ayant un ancrage territorial ? Comment contribuer à la solution des grandes questions environnementales ? L'innovation est bien évidemment au cœur de toutes les réponses. Mais tous les grands pays industriels ont simultanément décidé d'investir dans la recherche et l'innovation ce qui fera inévitablement monter l'intensité de la compétition. Les Etats-Unis (pays représentant 25 % du PIB mondial) ont défini dans ce domaine une stratégie massive ; cette stratégie est conçue pour leur permettre de reprendre de l'avance technologique et de consolider la confiance internationale dans leur économie.

Face à cet enjeu, comment, en France, les soutiens incitatifs de l'ANR, peuvent-ils, dans le cadre des politiques publiques, contribuer à de meilleures performances en matière de recherche et d'innovation ? Comment accompagner efficacement la montée en puissance et la créativité scientifique et technologique des pôles de compétitivité ? Comment faire en sorte que le meilleur de la science puisse mieux fertiliser les entreprises ? Comment enfin, faire en sorte que la recherche publique produise plus de recherches en rupture avec les cours actuels des sciences et techniques ?

C'est dans cet esprit qu'à été conçue la proposition de programmation 2010 que vous consulter en téléchargeant le PDF suivant. Elle est marquée par la montée en puissance du programme non thématique, une adaptation du domaine des programmes thématiques ainsi que des outils incitatifs.

 

Consulter le document "Programmation 2010"