L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Suivi bilanPortail des thématiques scientifiquesEnvironnement et Ressources BiologiquesAGROBIOSPHERE

  • Partager
Edition 2013 et antérieures

La biosphère devra faire face à des changements majeurs dans les prochaines décennies. L’agriculture et plus largement, les territoires et l’ensemble des écosystèmes utilisés par les sociétés devront s’y adapter. Ces changements sont d’ordre environnemental  et d’ordre économique et social.

Le programme Agrobiosphère vise à définir des transitions vers des systèmes productifs durables adaptés  à ce nouveau contexte. Il s’appuie sur une meilleure compréhension  du fonctionnement écologique des systèmes productifs.  Il vise à élargir l’éventail des solutions technologiques, économiques et sociales qui peuvent être mobilisées pour résoudre les problèmes de viabilité et d’adaptation des écosystèmes productifs aux « changements globaux ». Plus généralement, il vise à soutenir la conception et la mise en œuvre de trajectoires d’adaptation des systèmes productifs et des territoires

 Programme Agrobiosphère

Objectifs et finalités :

Le programme vise à définir les technologies et les accompagnements économiques, institutionnels, et sociaux devant permettre une utilisation viable des écosystèmes (au plan environnemental, économique et social), dans une perspective d’adaptation aux « changements globaux » (dans l’ordre environnemental, écologique, économique et social) tout en garantissant que les écosystèmes cultivés produisent les extrants et les services nécessaires aux sociétés aux niveaux de production et de productivité requis. Le programme concerne toutes les « cultures » -agriculture, horticulture, arboriculture, foresterie, élevage, aquaculture, pêche…- utilisant les écosystèmes continentaux et marins, les ressources et les territoires qui leur sont liés, ainsi que les acteurs qui les gèrent.

L’adaptation (en matière de climat) peut être définie comme « l’ensemble des évolutions d’organisation, de localisation et de techniques que les sociétés devront opérer pour minimiser les impacts négatifs du changement climatique et en maximiser les effets bénéfiques  . L’importance des enjeux est bien résumée dans le « Plan adaptation climat » (Juin 2010) : « Les secteurs agricoles et forestiers sont particulièrement sensibles aux effets du changement climatique. Les modifications de température (en particulier des minima et maxima), de la répartition saisonnière des précipitations, l’augmentation de la variabilité, les évènements « extrêmes » (canicule, sécheresses, tempêtes) peuvent avoir des conséquences directes importantes sur l’ensemble des productions. En outre, les modifications climatiques peuvent induire d’importantes perturbations sur les écosystèmes (développement de pathogènes, d’espèces invasives, ou encore décalages entre cycles de vie, réduction de la biodiversité…) susceptibles là encore d’affecter la production. L’adaptation des secteurs agricole et forestier doit, pour être effective, s’inscrire dans une vision stratégique, incluant l’ensemble des enjeux environnementaux, économiques et sociaux. Cette exigence est ici d’autant plus prégnante qu’en matière agricole et forestière l’adaptation est nécessairement systémique et qu’elle doit prendre en compte l’impact sur les filières économiques et sur les territoires. Il importe également de souligner certains facteurs d’inertie propres aux secteurs agricole et forestier. En forêt, on plante pour un siècle et l’on n’intervient chaque année que sur une faible part de la superficie. En agriculture, changer un élément de système de culture peut avoir des conséquences sur tout le système ainsi que sur la filière (amont et aval). En outre, la multiplicité et la diversité des acteurs à mobiliser constituent d’importants facteurs d’inertie, surtout en situation d’incertitude ».

Des résultats sont particulièrement attendus dans les domaines suivants :

- l’adaptation au changement climatique et en particulier aux évènements extrêmes;
- la nécessité de limiter les émissions de gaz à effet de serre et de séquestrer durablement du carbone dans les écosystèmes ;
- la nécessité de limiter les pertes de biodiversité et, à plus long terme, de rétablir et d’enrichir celle-ci;
- plus généralement, la nécessité de réduire fortement les atteintes à l’environnement, notamment en matière de pesticides (Plan Ecophyto 2018);
- l’adaptation à des raretés éventuelles et potentielles en matière d’énergie (pétrole) et de ressources de fertilité fossiles (engrais chimique azoté et phosphatique);
- l’adaptation à un contexte économique plus fluctuant, plus imprévisible et où la compétitivité serait renforcée ;
- l’adaptation par la recherche et l’innovation à des restrictions plus fortes dans l’usage de molécules chimiques pour la protection des végétaux et animaux ;
- la nécessité de diversifier les productions en fonction des nouveaux besoins des sociétés (alimentation, énergie, biomolécules, services écologiques, bien-être des consommateurs, esthétique du paysage…).

Pour connaître le détail des axes thématiques, cliquez ici.

Relation avec des programmes en cours ou antérieurs de l'ANR

Ce programme  s’inscrit dans la nécessité de consolider le socle de connaissances mobilisé par d’autres programmes (Bioadapt, ALID, CESA, Biodiversa et SOC&ENV).
Très peu de financement des Investissements d’Avenir ont des relations avec le programme AGROBIOSPHERE. Le LABEX « Agro » de Montpellier pourrait développer quelques activités sur les « agro-écosystèmes » et la protection intégrée des plantes. Le projet « Corail » pourrait permettre de réduire les éventuelles demandes centrées sur la gestion des pêches en milieu lagunaire tropical. Le projet GEOSUD dans EQUIPEX pourrait servir de base technique à des projets de cartographie dans l’axe « Cartobiosphère ». Les articulations sont donc très ponctuelles.

Le programme AGROBIOSPHERE s’inscrit dans une évolution rapide de la thématique commencée avec ADD (Agriculture et développement durable) et poursuivie avec SYSTERRA (Systèmes, territoires, Ressources, acteurs) (voir rubrique Liens utiles). Il concerne les échelles géographiques locales alors que le programme qui porte sur les changements environnementaux planétaires s’intéresse aux échelles continentales et que le programme qui porte sur les adaptations génétiques s’intéresse aux échelles relatives aux espèces (populations, espèces, échelle moléculaire).

Dernier appel à projets du programme

Pour consulter le dernier appel à projets en cours du programme Agrobiosphère : 2013. Appel clos.

Contacts

Pour plus d'informations sur le programme ou l'appel à projets, n'hésitez pas à contacter :

 

 

L'Environnement à l'ANR

Programmes actifs "Environnement et Ressources Biologiques"

Plan d'action 2014