L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Suivi bilanPortail des thématiques scientifiquesEnvironnement et Ressources BiologiquesThématiques ERBTechnologies et Services pour l'Environnement

  • Partager
Edition 2013 et antérieures

 

 

 

Le programme PRECODD (2005-2008) représente le volet technologique des programmes dédiés à l’environnement pour la gestion des risques. La notion d’écotechnologies couvre plusieurs approches majeures que sont la réduction des émissions polluantes à la source des procédés industriels, la préservation des ressources naturelles et la maîtrise des risques environnementaux. Elle englobe les technologies centrées sur une maîtrise de la pollution des milieux dits physiques (Eau, Sol et Air, y compris les milieux côtiers et les pollutions marines) ainsi que les nouvelles approches orientées vers l’efficacité environnementale des modes de production et consommation. La France occupe le 4ème rang mondial en chiffre d’affaire dans le domaine des éco-industries et est particulièrement bien placée grâce à la présence de grands groupes mondiaux et d’un important réseau de PME.  Ce programme a été initié en 2005 dès la création de l’ANR. Il n’avait pas d’antériorité directe comme d’autres programmes portés par la Direction de la Technologie du Ministère de la Recherche (PREBAT, PREDIT, …). Il a en revanche intégré les thématiques soutenues par les réseaux technologiques eau et mer (RITEAU et RITMER).   La Commission Européenne a défini le champ des écotechnologies  et a élaboré un plan d’action en leur faveur (ETAP) en 2004. Les états membres étaient chargés Au même moment, la vague des cleantech aux Etats-Unis a émergé, avec un fort investissement du capital-risque, principalement sur les énergies renouvelables, mais également (environ 25%) sur les technologies de l’eau et des déchets. Ce qui a permis aux technologies de l’environnement une visibilité et une prise en compte comme un secteur industriel à part entière. En France, le rapport Chambolle (2006) sur les écotechnologies formule une série de recommandations pour développer ce marché. Le Grenelle de l’Environnement a repris ces éléments. Le COSEI (Comité d’orientation sur les éco-industries) a été créé en 2008 à l’initiative du MINEFE et du MEEDDAT. Cela permet une coordination des aides publiques dans le domaine.

PRECODD a eu comme objectif de i) renforcer les partenariats publics-privés et structurer la communauté française publique et privée sur les technologies de l’environnement ; ii) de développer des recherches sur les verrous technologiques motivés à la fois par le marché et les contraintes réglementaires ; iii) d’encourager les technologies de rupture, notamment en matière de « procédés propres », permettant des gains significatifs en matière de réduction des émissions à la source (déchets, effluents, gaz à effet de serre) et en matière de gestion des prélèvements ou d’altération des ressources naturelles (eau notamment) ; iv) répondre aux objectifs prioritaires des politiques environnementales pour les émissions urbaines et industrielles (notamment en appui aux politiques publiques et à la normalisation) ; v) s’’inscrire dans la feuille de route ETAP.

Le programme est structuré autour de trois axes : i)  Nouveaux procédés de production et de traitement,  ii) Protection et gestion des ressources naturelles, iii) Outils et services pour l’évaluation des performances environnementales et pour la gestion intégrée de l’environnement.

Les points faibles du programme sont :
* Pas de projets en réelle rupture
* Mieux intégrer des équipes favorisant les technologies de rupture (renforcer les couplages nano, biotech, stic)
* Peu de très bons projets sur les procédés propres
* Enjeux environnementaux des projets très inégaux
* Projets trop mono disciplinaires.

Pour répondre à ces points faibles l’ANR, en tenant compte des recommandations du Grenelle de l’environnement sur les déchets, la production industrielle écologique, sur l’économie de la fonctionnalité  et en suivant le souhait de maintenir un effort de construction d’une communauté nationale dans le domaine de l’ « écotechnologie »a pris l’initiative de lancer un nouveau programme ECOTECH. Ses objectifs sont axés i)  sur le développement technologique, mais également sur  les outils et services pour soutenir l’ingénierie française du secteur ii) pour favoriser les transferts de technologies notamment  STIC et  Nanotechnologies. Pour cela il est nécessaire de changer de paradigme pour prendre en compte les évolutions en matière d’organisation industrielle, l’ économie de fonctionnalité ,l’ écologie industrielle avec de nouveaux outils, méthodes et indicateurs avec notamment les méthodes d’analyse de cycle de vie, des produits et des services, d’organisation de systèmes industriels. Ce programme  devra s’ ouvrir plus aux biotechnologies, aux thématiques organisationnelles du secteur et devra maintenir une orientation de recherche partenariale forte (70% de projets partenariaux + 30% de projets plus académiques).

Les axes thématiques sont i) pour une production industrielle durable développement des technologies de substitution et d’abattement des émissions de CO2 dans les filières industrielles ; ii) vers la création de  matières premières secondaires avec objectif d’augmentation des taux de recyclages en particulier pour les filières à fort enjeu de volume (sédiments, déchets du bâtiment, etc.) et à forte valeur ajoutée (métaux, DEEE, plastiques) ainsi que sur les technologies de tri, techniques séparatives, déshydratation, etc. ; iii) Favoriser la réhabilitation en traitant  mieux les environnements pollués par le développement de technologies de traitement, en favorisant le transfert de technologies issues des biotechnologies et des nanotechnologies ; iv) mieux surveiller l’environnement en favorisant les transferts de technologie des STIC pour répondre aux besoins d’analyses et d’instrumentation à bas coûts nécessaires pour l’acquisition de données de masses et aux stratégies de déploiement et de surveillance en continu (au sol, en mer ou dans l’espace) avec les outils numériques de gestion et d’interprétation de ces données adaptés.

En 2012, il a donné lieu au programme EcoTechnologies - EcoServices ECO-TS.

 

 Revenir à la page Environnement et Ressources Biologiques 

 

 

Programmes actifs "Environnement et Ressources Biologiques"