L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Suivi bilanPortail des thématiques scientifiquesÉnergie Durable

  • Partager
Edition 2013 et antérieures

Les politiques énergétiques, européenne et mondiale, sont désormais dominées par la question du changement global. Cela influe très fortement sur l’établissement des feuilles de route technologiques et sur les orientations stratégiques de la recherche à moyen et long terme. L’investissement dans les technologies à bas carbone, sobres en matières premières et peu polluantes, est devenu un des enjeux majeur pour favoriser de nouveaux processus de croissance économique et adapter nos sociétés aux changements en cours. Il s’agit d’inventer et de développer de nouveaux modes de production industrielle, d’organisation urbaine et de transports permettant de modifier les sources d’énergie et de réduire massivement les émissions de gaz à effet de serre et de polluants. Il s’agit également de mieux contrôler la qualité de l’environnement et de son évolution.

La programmation de l’ANR sur l’énergie est en phase avec les priorités thématiques exprimées récemment dans le cadre de la Stratégie Nationale de Recherche et d’Innovation. Elle s’appuie notamment sur les priorités de recherche exprimées par le Grenelle de l’Environnement.

Les enjeux scientifiques et technologiques de la programmation thématique du département Énergie Durable peuvent se décliner comme suit :

• la nécessité de réaliser des sauts technologiques, mais également organisationnels, en matière d’efficacité énergétique et environnementale pour atteindre notamment les objectifs de réduction des émissions de GES (bâtiment, transports et industrie),

• la montée en puissance des énergies renouvelables dans le mix‐énergétique et plus particulièrement le photovoltaïque et les bioénergies,

• l’émergence de modes décentralisés de distribution et le stockage de l’énergie,

• la gestion de la ville sur un mode plus durable.

Le Grenelle de l’environnement a permis la mise en place de différents instruments de financement, notamment le Fonds Démonstrateur géré par l’ADEME, ou encore le plan ECOTECH 2012 du MEIE et du MEDDM. A partir de 2011, les initiatives du Grand Emprunt et notamment les Instituts d’Excellence pour les Energies Décarbonnées, ou encore les plateformes technologiques vont durablement modifier le paysage de la recherche français ces thématiques.

C'est pourquoi, la programmation de l'ANR a été revue à la fois en terme de positionnement stratégique dans le dispositif national de recherche et d'innovation et en terme d'orientations thématiques au vu du bilan des programmes antérieurs. La programmation sur l'énergie a été entièrement revisitée pour la période 2011-2013. Pour les thématiques environnementales, la proposition de programmation 2011 est en continuité des exercices 2009 et 2010. Un cycle de nouveaux programmes thématiques sera initié pour 2012.

La nouvelle programmation sur l'énergie croise des logiques de dynamiques scientifiques (notamment dans le domaine des applications de la science des matériaux pour l'énergie ou dans celui des STIC) et des approches privilégiant le couple vecteur énergétique/usages. Ce nouveau cadre de programmation doit favoriser l'attractivité et la lisibilité scientifique des appels à projets vis-à-vis des disciplines plus fondamentales (nano-matériaux et nanoprocédés, mathématique, chimie, ...), tout en permettant d'explorer les frontières et de favoriser la recherche de synergies entre domaines (par exemple, dans le domaine électrochimique, entre les accumulateurs et les piles à combustible, dans le domaine électrique, entre l'électronique de puissance et les réseaux intelligents...).

Cette programmation se décompose en :

• trois grands programmes « verticaux », principalement centrés sur les trois grands vecteurs énergétiques que sont les carburants carbonés (BioME - Bio-Matières et Énergie), la chaleur (SEED - Systèmes Energétiques Efficaces & Décarbonés) et l’électricité (PROGELEC - PROduction renouvelable et Gestion de l'ÉLECtricité),

• deux programmes « horizontaux », sur les « Transports Durables » (TDM) et sur les « Villes et Bâtiments Durables » (VBD), dont les champs dépassent la seule problématique de l’énergie. Ces deux programmes ont pour ambition de favoriser les approches systémiques et les projets intégrés pluridisciplinaires, notamment entre sciences de l’ingénieur et sciences humaines et sociales. Ils incluent également le développement des briques technologiques associées.