L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Suivi bilanEditions 2013 et antérieuresSciences et Technologies de l'Information et de la CommunicationIngénierie Numérique & SécuritéThèmes et sujets de rechercheIngénierie du logiciel et du matériel

Edition 2013 et antérieures / Archives

Cette rubrique n'est plus actualisée. Pour connaître notre offre de financement, consultez la rubrique "Financer votre projet".

  • Description de la thématique 2 : Ingénierie du logiciel et du matériel

L’ingénierie numérique est la conception de systèmes numériques (produits et services) innovants et à haute valeur ajoutée. Cette innovation et valeur ajoutée sont caractérisées par des qualités diverses et étendues. En effet, au-delà de qualités comme la sécurité et la sûreté qui sont incontournables (axe 1), d’autres qualités comme la performance, le passage à l’échelle (scalability), l’économie d’énergie, la réutilisabilité, la maintenabilité, le faible coût, la facilité d’intégration ou d’utilisation…sont différentiant dans une économie numérique où la compétition est exacerbée.
Cet axe 2 privilégie ainsi l’industrialisation de la fabrication de systèmes numériques, c’est-à-dire des méthodes, processus, outils, technologies inédits/novateurs favorisant la maîtrise et le contrôle de bout en bout dans la chaîne de conception et d’utilisation, de caractéristiques à haute valeur ajoutée des systèmes numériques construits.


Cet axe 2 recouvre en particulier toute l’économie du logiciel c’est-à-dire la fabrication via des processus, méthodes efficaces et rationnels de logiciel (applications, composants, services logiciels) à grande échelle via des outils intégrés de modélisation/développement du logiciel, dont l’utilisation est la plus aisée possible. Cet axe a un intérêt marqué sur le logiciel libre clef de l’indépendance, de la conservation de souveraineté, du contrôle de la sécurité des logiciels.
On considère les concepts, techniques et outils de l’ingénierie logicielle et matérielle dont ingénierie des besoins/exigences, évolution/maintenance, validation/vérification, test, débogage systématique/automatique, preuve, certification, programmation, bibliothèques de code/modèles, variabilité (dont ingénierie ligne de produits), réutilisation, rétro-ingénierie, compatibilité/interopérabilité, évaluation/garantie de performance, facilité d’utilisation…, l’ingénierie des modèles, la composabilité (l’aptitude de briques matérielles/logicielles à être assemblées et aisément/immédiatement intégrées fabriquées sur mesure ou sur étagère) de ces systèmes, la réconciliation de points de vue et contraintes architecturales multiples dans des démarches méthodologiques bien codifiées et/ou agiles avec des paradigmes de calcul reconnus comme les composants, services, nuages… Dans ces démarches, une préoccupation est l’articulation entre les différents niveaux d’ingénierie (i.e., « niveau système » et niveau logiciel/matériel) et les moyens d’assurer cohérence et efficacité. On s’intéresse aussi particulièrement à l’usager dans la boucle de conception pour des problèmes de facilité d’utilisation, d’acceptabilité, de prise en compte efficace de besoins, de réactivité des applications aux changements en général sans rupture du service fourni.


Le matériel, l’électronique jouent un rôle fondateur quant aux couches basses et leurs capacités qu’ils fournissent aux ensembles matériel/logiciel construits et leur intégration dans des plus grands ensembles/solutions vus et mis en œuvre par les utilisateurs.

Programmes "STIC"

  • INFRA (Infrastructures pour la société numérique)
  • INS (Ingénierie Numérique et Sécurité)
  • CONTINT (Contenus Numériques et Interactions)
  • MN (Modèles Numériques)
  • CHIST-ERA (Long-term CHallenges in Information and Communication Sciences and Technologies)