L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Suivi bilanEditions 2013 et antérieuresIngénierie, procédés, sécuritéConcepts systèmes et outils pour la sécurité globaleAxes thématiques de l'AAP 2013Résilience et gestion de crise

Edition 2013 et antérieures / Archives

Cette rubrique n'est plus actualisée. Pour connaître notre offre de financement, consultez la rubrique "Financer votre projet".

Description de la thématique

Cet axe s’intéresse à la gestion d’une crise, d’origine intentionnelle ou accidentelle, donnant lieu à une catastrophe, ou une suite de catastrophes, selon les phases temporelles de l’urgence opérationnelle et de la résilience à plus long terme.

Dans ce cadre, les projets devront traiter des sujets ci-après.

Projets concernant la gestion de crises par une approche de « bassin de risques », notamment en :

  • définissant cette notion et identifiant les zones ou typologies de zones concernées ;
  • étudiant les interactions entre les différents acteurs (privés et étatiques) dans ces zones.

Projets visant à améliorer la Résilience de la Nation sur les plans organisationnel, humain et de la restauration d’activité, à l’aide :

  • de nouvelles générations d’outils d’alerte et d’anticipation des crises majeures, permettant la  détection de signaux faibles, en s’appuyant sur des  outils de collecte, de traitement et de tri de l’information, de données multimédias notamment ;
  • d’outils de remontée, de partage et de représentation adaptée de l’information pour une cellule de crise au niveau interministériel (CIC) ou  d’une zone de défense. Les travaux devront impérativement comporter deux volets. Le premier est un volet d’analyse des acteurs, des organisations, des processus et des  interactions lors de crises avec implication du  niveau national et du niveau zonal en complément du niveau local (par exemples pour le niveau national la crise liée aux hydrocarbures, et pour le niveau zonal et local,  la tempête Xynthia). Le second est un volet de conception et de réalisation d’un démonstrateur technologique des outils. L’étude des DOM-COM (soumis plus régulièrement à certains types de crises comme les catastrophes naturelles) peut être envisagée, pour développer et valider des solutions utilisables dans d’autres contextes. de la conception et la validation de systèmes, moyens, méthodologies et modèles permettant d’accroitre la résilience systémique d’une infrastructure critique ou d’un ensemble d’infrastructures critiques (ou même d’un secteur d’activité comme le transport aérien) avant, pendant et après la crise. Cela recouvre plusieurs points : les analyses  des risques et menaces, leur croisement avec les vulnérabilités des infrastructures des secteurs les plus critiques et leurs interdépendances (entre elles et avec les autres secteurs), l’étude du fonctionnement des réseaux de transport et d'énergie (fonctionnent, vulnérabilités, ressources cachées), afin de renforcer leur sécurité, les actions permettant d’anticiper les effets cascades, et le fonctionnement en mode dégradé (capacité de substitution notamment), et les processus  de retour à la normale (planification notamment). Les modèles conçus auront vocations à être intégrés dans des outils génériques de cartographie des risques et d’aide à la décision, utiles à l’échelle locale et/ou nationale.
  • d’une analyse des risques induits et des procédures opérationnelles possibles pour la protection des infrastructures, en cas d’éruption solaire violente (séculaire), afin de favoriser la résilience des systèmes ;
  • de la conception et la validation de méthodologies et de modèles permettant d’accroitre la résilience sociétale et humaine. Cela recouvre en particulier : la modélisation de la résilience sociétale, notamment par la création d'un indicateur (ou ensemble d’indicateurs) prédictif, permettant d'évaluer les capacités de résilience d'une société, d'estimer quels sont les points faibles, et d’établir des classements entre différentes structures, territoires, etc. et des méthodologies pour expertiser, après une catastrophe, la résilience dans ses différentes composantes, à différentes étapes du cycle de résilience, afin d’en tirer des leçons pour les crises à ultérieures.
  • de l’adaptation d’outils destinés au grand public, pour que les forces de sécurité puissent les utiliser pour de la gestion de crises (réduction des coûts) ;
  • de nouvelles approches de conception d’architectures (bâtiments, réseaux, etc.), permettant aux villes d’améliorer leur résilience (notion de « sécurité par conception ») ;
  • du suivi sanitaire et post crise, par exemple le suivi des personnes confrontées à des évènements graves (diagnostic et traitement du stress post-traumatique) ;
  • de stratégies et d’outils facilitant le regroupement des familles pendant et après une catastrophe ou une évacuation de grande ampleur ;
  • d’outils permettant l’évaluation rapide in situ de la contamination d’une zone urbaine par un agent R, B ou C, afin de fournir des précisions sur l’étendue de la zone contaminée, sans connaissance du terme source.

 

 

Concepts, systèmes et outils pour la sécurité globale

Programmes "Ingéniérie, procédés, sécurité"

  • ASTRID : Accompagnement Spécifique des Travaux de Recherches et d’Innovation Défense
  • ASTRID-Maturation : Accompagnement Spécifique des Travaux de Recherches et d’Innovation Défense : Maturation et valorisation
  • CD2I : Chimie Durable – Industries - Innovation
  • CSOSG : Concepts, Systèmes et Outils pour la Sécurité Globale
  • M-era.net : Materials ERANET
  • MatetPro : Matériaux et procédés pour des produits performants
  • P2N : Nanotechnologies et nanosystèmes