L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

English version

Suivi bilanAppels à projets édition 2013

  • Partager

Retour à la liste

Édition
2009

Sélectionné

Sciences, technologies et savoirs en sociétés. Enjeux actuels, questions historiques

Cet appel à projets est clos. Consultez nos appels en cours en suivant ce lien.

Consultez la liste des projets sélectionnés

Attention : la liste des projets définitivement financés sera rendue publique au terme de l’instruction administrative et financière.

L'objectif de ce programme est d'analyser comment se déploient et se sont déployées les sciences, les technologies et les savoirs dans divers espaces géographiques et géopolitiques, comment ils ont pris forme en société, en économie, en culture et en politique, et comment les individus et les sociétés ont appris à vivre avec les sciences et les techniques, dans toutes les parties du monde, dans le passé comme dans le présent.
Cet appel est conçu de la façon la plus large, des pratiques de savoirs les plus anciennes à l'innovation et aux techno-sciences contemporaines. Il vise à comprendre les modes de fabrication de ces savoirs, les ontologies qu'ils énoncent, les représentations qui les soutiennent, les modes d'action qu'elles suggèrent, leurs intrications aux autres pratiques sociales et ce, à toutes les échelles spatiales et temporelles. Il s'adresse autant aux philosophes qu'aux sociologues, aux  politistes qu'aux  juristes ou aux littéraires,  aux anthropologues qu' aux historiens de toutes les périodes et de toutes les régions du monde. Aucun domaine de recherche n'est exclu pour autant qu'il s'intéresse aux sciences, techniques et savoirs, à leur création, à leur appropriation et à leur régulation, aux enjeux et conflits qui les entourent, aux questions qu'ils soulèvent dans la vie sociale, économique et politique, aux problèmes d'éthique qu'ils font naître dans les consciences individuelles et plus largement encore aux manières d'agir et de réagir du corps social et des individus, dans l'espace public comme dans la vie privée. Bien évidemment, les Sciences Humaines et Sociales ne sont pas les seules à être sollicitées. Il serait bienvenu que les autres sciences, à l'origine de ces mêmes interrogations sociétales, soient pleinement partie prenante des propositions et projets de recherche. Dans ce contexte, la pluridisciplinarité doit représenter un atout.

Ces directions ne sont, bien évidemment, ni exhaustives ni contraignantes, et toute proposition s'inscrivant dans les perspectives présentées ci-dessus est recevable.

Axe thématique 1 :  Sciences, savoirs, innovations, institutions
Cet ensemble de questions concerne d'abord la nature des savoirs, la nature des sciences et des techniques, que ce soit les sciences mathématiques, les sciences de laboratoire, les sciences de terrain ou les sciences de l'ingénieur ; il s'agit de s'intéresser aux concepts, preuves et formes rhétoriques, aux instruments et dispositifs pratiques, à l'histoire du déploiement des savoirs dans des mondes différents. Savoirs, savoir-faire et savoirs pratiques, imitation, invention et usages, sont au cœur des préoccupations, comme les dynamiques socio-politiques et territoriales des sciences, des techniques et de l'innovation.


Axe thématique 2 : Sciences, religions, médiations, corps et sociétés
L'accès à la science, questionné dans une perspective diachronique, offre de nombreux champs d'investigation : se posent par exemple la question de la figure du savant, de sa place dans la société et de sa capacité à répondre aux questions fondamentales, mais aussi celle de sa représentation et de son image, à diverses époques, dans l'art, la littérature ou les sciences religieuses

Axe thématique 3 :  Sciences, économie, gouvernement, démocratie
La question de l'opérationnalité de la science moderne importe au plus haut point. Cela revient à regarder l'expérimentation, la formalisation et la quantification comme capacité d'action et à se pencher sur les liens entre science, métrologie, standards industriels et normalisation, entre sciences, militaires et armement, entre savoirs scientifiques, nouveautés techniques et création de marchés. Une histoire longue des biens communs, des brevets et de la propriété intellectuelle serait  utile et appropriée, comme celle de la remontée des brevets vers l'amont scientifique aujourd'hui, l'extension récente des droits exclusifs, des contrats et de la "soft law".

Axe thématique 4 :  Sciences, nature, environnement, précaution
Cet ensemble thématique est central pour sortir du "grand partage" moderne. Il consiste à étudier les cosmologies et la place de "la nature" dans et hors de l'Occident, à regarder l'émergence du clivage nature / culture à l'époque moderne, à discuter le fait que la nature soit donnée comme passive et que les humains aient un droit imprescriptible à la soumettre ; il consiste peut-être aussi à analyser l'invention orientaliste de l'autre comme "nature" (les représentations du sauvage dans les expositions coloniales), à regarder comment les sciences ont fait l'inventaire géologique et naturel du monde, comment elles ont maîtrisé le transferts des plantes et leur acclimatation, par quels moyens elles ont contribué à l'exploitation des ressources et au "développement", enfin à considérer ce qu'a été l'agronomie coloniale et la "domestication des tropiques".

Axe thématique 5 : Sciences, savoirs, empires et rencontres des cultures
Cette section comprend l'étude des sciences et des savoirs dans le contexte des différentes mondialisations - celles qu'a pu connaître l'Occident depuis le XVIe siècle par exemple. Elle invite à l'étude de la circulation des savoirs, des mouvements de lettrés et de savants, de livres et de techniques, mais aussi à évaluer le rôle des dynamiques d'acculturation pour l'invention des savoirs modernes, les sciences de la navigation, les savoirs géographiques et cartographiques, les savoirs linguistiques et administratifs. Elle implique de revenir sur les liens entre science, commerce, conquête et expansion, sur la place des sciences dans la "mise en valeur" et l'échange, dans la constitution des empires, dans la décolonisation, dans le développement et la révolution verte.

Informations générales

Attention, les mentions de contact indiquées ci-dessous ne sont peut-être plus valables aujourd'hui. Pour trouver le correspondant adéquat, veuillez consulter notre rubrique "Suivi Bilan".

Les projets proposés doivent être envoyés sous forme électronique (documents de soumission A et B) impérativement avant la clôture de l'appel à projets :

LE 20/03/2009 À 13H00 (HEURE DE PARIS)

à l'adresse

sciencesoc-anr@ens-lsh.fr

ET

Une version imprimée du document de soumission A signée de tous les partenaires devra être envoyée par courrier recommandé avec accusé de réception au plus tard :

le 30/04/2009 à 24h00 le cachet de la poste faisant foi,
à l'adresse postale :

Programme ANR
"Sciences, technologies et savoirs en sociétés.
Enjeux actuels, questions historiques"

ENS LSH
15 Parvis René Descartes - BP 7000
69342 Lyon cedex 07

CONTACTS

Questions scientifiques

Questions administratives et financières

M. Jean-Michel Roddaz
Mèl : jean-michel.roddaz@agencerecherche.fr

 

M. Loïc Blond
Tél. : 04 37 37 63 50
Mèl : sciencesoc-anr@ens-lsh.fr

RESPONSABLE DE PROGRAMME ANR
M. Jean-Michel Roddaz

Date de l'appel à projets : vendredi 12 décembre 2008

Limite de soumission des dossiers : vendredi 20 mars 2009 13:00