L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Sécurité alimentaire et défi démographique (DS05) 2017
Projet CoteBio

Promouvoir une nouvelle espèce de Cotesia comme premier agent de lutte biologique contre la sésamie du maïs, un ravageur en recrudescence

Cotesia typhae nov sp. (Hymenoptera : Braconidae) comme agent de lutte biologique contre un ravageur en recrudescence en France, la sésamie du maïs Sesamia nonagrioides (Lépidoptera : Noctuidae). Il répond à quatre faits d’actualités : 1/ la découverte d’une nouvelle espèce de Cotesia strictement inféodée à S. nonagrioides en Afrique, et apte à se développer sur des populations européennes du ravageur ; 2/ l’expansion de la sésamie en France suite à une succession d’hivers doux, causant des pertes de rendement et de qualité du maïs ; 3/ la difficulté de traiter chimiquement la seconde génération du ravageur, suite à l’évolution de la réglementation phytosanitaire; 4/ l’intérêt croissant pour une nourriture plus saine.
Jusqu’à présent, les tentatives d’utiliser un ennemi naturel endémique en France contre la sésamie ont échoué. C. typhae est un agent de lutte prometteur car (i) une espèce sœur, Cotesia flavipes, est produite et commercialisée au Brésil pour lutter contre la pyrale de la canne à sucre ; (ii) on s’attend à une absence de risque pour des espèces non cibles compte tenu de la stricte spécificité de C. typhae.
Dans ce contexte, nous proposons un programme en cinq parties.
1/ Evaluation des risques et bénéfices d’une introduction de C. typhae dans l’environnement en France, dans le cadre de la réglementation mise en place en 2012 pour l’introduction sur le territoire français de macro-organismes utiles à la protection des plantes. Nous étudierons les d’attaques de C. typhae sur des lépidoptères non décrits comme hôtes, mais présents dans les zones à traiter, et la possibilité que le parasitoïde s’acclimate.
2/ Etude des mécanismes et facteurs de variation du succès reproducteur de C. typhae, du comportement au gène. Les résultats amélioreront la compréhension des processus biologiques de la reproduction, et permettront d’identifier la souche la plus prometteuse pour une production et utilisation à échelle agronomique.
3/ Tests de l’efficacité de C. typhae contre S. nonagrioides en petites parcelles de maïs, sous serres « insect-proof » pour respecter l’obligation de confinement de l’insecte exotique. Le protocole sera adapté de celui utilisé pour C. flavipes en champs de canne à sucre.
4/ Développement des méthodes de production de l’insecte hôte et du parasitoïde dans la perspective de l’industrialisation et de la commercialisation et étude de faisabilité économique.
La cinquième partie sera consacrée à la coordination du projet et à ses aspects juridiques.
Le consortium rassemble 2 laboratoires de recherche publique travaillant sur l’écologie, l’évolution et la physiologie des insectes (EGCE et IRBI) et 2 partenaires de droit privé : l’entreprise Bioline (groupe InVivo), seule entreprise française ayant un service R&D sur les macro-organismes pour la protection biologique des plantes contre les ravageurs, et l’institut technique Arvalis en charge du suivi sanitaire des plantes céréalières et fourragères, des tests de méthodes de protection et production, et de l’information des agriculteurs. Ces quatre partenaires ont élaboré ensemble les différentes parties et les développeront en collaboration.
CoteBio est une première étape vers l’utilisation de C. typhae comme agent de bio-protection du maïs contre S. nonagrioides. Ce projet permettra d’acquérir les données nécessaires à la demande d’autorisation d’introduction de C. typhae dans l’environnement en France. Il s’agit de proposer un agent de lutte biologique pour protéger de grandes surfaces de maïs et de diminuer d’autant le recours aux insecticides chimiques qui augmente avec l’expansion de la sésamie. CoteBio apportera de plus de nouvelles connaissances des processus comportementaux et moléculaires qui régissent le succès reproducteur et l’adaptation à un nouvel environnement. De telles connaissances sont essentielles à la maîtrise des méthodes de lutte biologique.

Partenaires

 ARVALIS

BIOLINE BIOLINE FRANCE

CNRS-IRBI Institut de recherche sur la biologie de l'insecte

EGCE Évolution, génomes, comportement et écologie

Aide de l'ANR 585 905 euros
Début et durée du projet scientifique - 48 mois

 

Programme ANR : Sécurité alimentaire et défi démographique (DS05) 2017

Référence projet : ANR-17-CE32-0015

Coordinateur du projet :
Madame Laure Kaiser-Arnauld (Évolution, génomes, comportement et écologie)

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.