L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Blanc - SHS 1 - Sociétés, espaces, organisations et marchés (Blanc SHS 1) 2012
Projet COW

Compagnons animaux : conceptualiser les rapports des animaux au travail

La « question animale » constitue aujourd’hui, particulièrement dans les pays occidentaux, un enjeu important du point de vue des rapports sociaux parce qu’elle conduit à terme, via les théories de la libération animale, à une reconfiguration radicale de nos relations avec les animaux et à terme à une possible rupture avec les animaux domestiques. La « question animale » est en conséquence également porteuse d’importants enjeux économiques. Les critiques portées à l’élevage et aux productions animales mais aussi à de nombreux secteurs impliquant des animaux (cirques, zoos, médiation animale, tauromachie …), fragilisent ces secteurs et mettent en péril la pérennité de leurs activités. Elles fragilisent également les professionnels eux-mêmes qui doivent faire face à des changements de représentations, de sensibilités et de valeurs qu’ils n’ont donc pas anticipés et qu’ils n’ont pas été préparés à assumer.

Les recherches sur la place des animaux dans nos sociétés, quelle que soit la discipline et le pays, occultent un élément essentiel et fondateur de nos relations aux animaux : le travail. Le traitement de la « question animale » est conduit sans que les rapports de travail que nous avons depuis des millénaires avec les animaux soient explicités. Le travail, comme élément central des controverses scientifiques, sociales et éthiques sur la place des animaux dans nos sociétés est un grand absent.Notre objectif est d’interroger la place des animaux dans le travail en faisant l’hypothèse haute, appuyée sur des résultats préliminaires, que les animaux ne sont pas seulement des objets du travail mais qu’ils en sont aussi des acteurs. Autrement dit, nos relations de travail avec les animaux ne sont, par hypothèse, pas seulement explicables par les rapports de domination que nous entretiendrions avec eux depuis le Néolithique mais ils reposent sur des rapports d’intelligence et de négociation avec les animaux, rapports qui fondent la possibilité même d’un travail durable avec les animaux. Notre objectif est de mettre au jour un travailler animal i.e. de comprendre quels sont les rapports subjectifs que les animaux, en fonction de l’espèce et/ou de manière invariante, entretiennent avec le travail.

Les cadres théoriques sur lesquels nous nous appuyons sont ceux des sciences humaines, en tout premier lieu de la sociologie, mais aussi de l’anthropologie, de la psychologie du travail et de la philosophie. Nous nous appuyons également sur l’éco-éthologie et l’agronomie. C’est pourquoi le projet est construit sur un partenariat pluri-disciplinaire (sociologie, éco-éthologie, philosophie, psychologie, agronomie/zootechnie) même si la sociologie représente la discipline structurante du projet.

Les méthodes que nous mettons en place sont celles des sciences humaines (entretiens et/ou questionnaires, observations et observations participantes, analyses manuelles et informatisées des entretiens) et de l’éco-éthologie (observations et statistiques, observations et analyses empiriques). Le projet intègre d’autre part des partenariats avec des professionnels : une TPE et une PME dont le but est notamment d’inscrire la recherche dans le réel du travail vécu.

Les attendus de la recherche sont donc à la fois scientifiques, économiques et sociaux. Ils visent à alimenter les connaissances sur la relation entre humains et animaux en apportant une contribution innovante sur la question du travail (articles scientifiques, ouvrages collectifs, ouvrages de synthèse) et à fournir des outils pour soutenir la transformation et la pérennité des systèmes dans lesquels sont impliqués les animaux, en tout premier lieu l’élevage et l’agriculture biologique.

Parce que la communication sur la recherche fait partie intégrante de la recherche, nous avons mis en place des partenariats spécifiquement destinés à la diffusion et à la mise en débats de nos résultats vers les jeunes et l’enseignement agricole (Educagri) et vers le grand public (France Inter).

Partenaires

CERSES Centre de Recherche Sens Ethique et Société

INRA Ecodeveloppement

Educagri Educagri

 PEREIRA CARLOS

 Thierry Schweitzer

INRA UMR Innovation

ULg Université de Liège

France Inter Vivre avec les bêtes

Aide de l'ANR 281 460 euros
Début et durée du projet scientifique novembre 2012 - 36 mois

 

Programme ANR : Blanc - SHS 1 - Sociétés, espaces, organisations et marchés (Blanc SHS 1) 2012

Référence projet : ANR-12-BSH1-0004

Coordinateur du projet :
Madame Jocelyne PORCHER (UMR Innovation)
porcher@nullagroparistech.fr

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.