L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Laboratoires communs organismes de recherche publics – PME/ETI (LabCom V3) 2015
Projet RIMAE

Recherche et Industrialisation de Mesures Appliquées à l’Environnement

Avec 5 millions de Kg/jour de pollution organique produite en Europe (World Bank, 2012 , Gani et Scrimgeour, 2014 ) et le changement climatique, l’humanité va être confrontée à une pénurie d’eau. Par conséquent, une gestion durable de l’eau usée et potable passera par une anticipation de la pollution et de ses effets avant un accident majeur. Cette anticipation est basée sur la fiabilité des mesures à la fois des polluants eux-mêmes mais surtout de leurs effets sur les organismes biologiques (effets toxiques et écotoxiques des mélanges par exemples) mais là n’est pas la seule réponse au problème. En effet, une réponse globale du management hydrique dépend aussi de la capacité de produire des données instantanées afin de construire des scenarii d’évaluation du risque fiables.
Nous proposons la création du laboratoire commun RIMAE pour développer puis industrialiser des biocapteurs microbiens aptes à mesurer les effets toxiques dans une approche innovante de création d’empreinte de pollution. RIMAE met en œuvre la complémentarité des savoirs issus du laboratoire GEPEA (Génie des procédés – environnement – agro-alimentaire) UMR CNRS (équipe CBAC - Capteurs Bactériens pour l'Analyse et le Contrôle) spécialiste en biocapteurs microbiens avec une ETI de l’électronique de niveau international, TRONICO-ALCEN, afin de travailler en complémentarité à l’interface de leurs domaines d’excellence.
Les systèmes hybrides qui seront développés permettent l’acquisition des informations issues du vivant pour caractériser la toxicité et seront également déployés en réseaux en association avec des capteurs traditionnels pour élaborer une véritable cartographie en temps réels dans le but d’aider à la gestion de la ressource en eaux naturelles et industrielles.

La proximité des deux partenaires, la complémentarité de leur approche, leur culture commune de l’innovation et de la recherche garantissent une vision ambitieuse sous la forme de 3 axes fondateurs :
- Amener sur le marché les technologies en cours de maturation au sein du GEPEA qui utilisent un panel de microorganismes différents (bactéries bioluminescentes, levures, algues) afin de construire une empreinte de la toxicité d’un effluent. Cette approche à trois ans mettra en jeux un savoir-faire éprouvé au GEPEA mais dans une logique industrielle pour garantir une solution robuste du dispositif de mesure.
- Associer une vision en réseau des biocapteurs en abordant les problématiques du transfert de données sécurisées sans fil à longue distance et l’autonomie des batteries. L’ensemble devant être communicant avec les systèmes satellites existants.
- Préparer l’avenir des biocapteurs microbiens en étendant le concept de l’empreinte de pollution à de nouveau mode de mesures. Notamment les capteurs spectroscopiques de type Raman qui génèrent une empreinte chimique sophistiquée pour chaque microorganisme. Cette nouvelle approche permettra de développer une vision 3D de l’effet toxique (cellules/association d’effet/identification des cibles cellulaires).

Partenaires

GEPEA UMR GEPEA Génie des Procédés en Environnement et Agroalimentaire

Aide de l'ANR 300 000 euros
Début et durée du projet scientifique janvier 2016 - 36 mois

 

Programme ANR : Laboratoires communs organismes de recherche publics – PME/ETI (LabCom V3) 2015

Référence projet : ANR-15-LCV3-0001

Coordinateur du projet :
Monsieur Gérald THOUAND (UMR GEPEA Génie des Procédés en Environnement et Agroalimentaire)

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.