L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Risques, gestion de crise quelle que soit son origine et résilience (DS0903) 2015
Projet RGC4

Résilience urbaine et gestion de crise dans un contexte de crue à cinétique lente. Développement d’outils pour l’aide à la gestion des réseaux techniques critiques : application au Grand Paris

Le projet RGC4 répond à l’axe 3 du défi 9 de l’appel à projet générique ANR 2015 : Risques, gestion de crise quelle que soit son origine et résilience. Les fonctions sans cesse accrues des villes reposent sur une complexification des réseaux techniques urbains (électricité, distribution d’eau, transports, télécommunications, etc.). Or ces réseaux sont très largement vulnérables aux aléas et aux évènements météorologiques extrêmes. De plus, ils sont généralement interdépendants. La défaillance localisée d’un composant d’un réseau peut impacter plusieurs services sur de larges espaces, parfois bien au-delà des zones soumises directement à l’aléa déclencheur. Les catastrophes récentes, tel l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans ont participé à l’essor du concept de résilience urbaine. La résilience permettant d’exprimer la capacité des villes à fonctionner en mode dégradé durant un aléa et à revenir rapidement à un niveau de fonctionnement acceptable après aléa. Les recherches proposées dans ce projet ont pour objectif le développement d’outils opérationnels pour l’amélioration de la continuité d’activité des services urbains et des réseaux techniques associés face aux inondations. Concentrées sur le territoire du Grand Paris, nos recherches se focalisent sur des scénarios de crues importantes de la Seine, caractérisées par une cinétique lente. Notre projet propose d’abord une analyse comparative des retours d’expériences de villes ayant affronté ce type de phénomène, ainsi que des outils existants pour la modélisation des risques de défaillance en cascade des réseaux soumis aux aléas extrêmes. Nous proposons ensuite la construction d’un modèle de risque de défaillances en cascade des réseaux techniques urbains propre au Grand Paris, tenant compte des interdépendances des infrastructures et des actions des gestionnaires. Il s’agit notamment de poursuivre les travaux engagés par l’EIVP en complétant les connaissances sur les risques de défaillance des réseaux et la modélisation de leurs interdépendances. Nous proposons ensuite la conception d’une plateforme collaborative d’échange de données SIG (Systèmes d’Information Géographique) spécifique pour la communication entre gestionnaires de réseaux, services de la ville et services de gestion de crise. Un autre volet majeur concerne l’aide à l’identification et aux choix des actions les plus efficaces pour l’amélioration de la continuité de service et la résilience du Grand Paris. Il s’agira principalement d’identifier et de caractériser les solutions que l’on peut mettre en place pour pallier à la défaillance de composants des réseaux. Il s’agira enfin d’apporter une aide à la décision pour le choix des solutions en fonction des scénarios et des contextes. Ces éléments constitueront des outils pour la préparation à la gestion de crise comme pour la gestion opérationnelle en situation de crue réelle. Ils seront testés en exercice via l’outil de simulation de crise ICrisis.

Partenaires

CEMOTEV Centre d'études sur la mondialisation, les conflits, les territoires et les vulnérabilités

LITIS Laboratoire d'Informatique, du Traitement de l'Information et des Systèmes

Lab'Urba Laboratoire d'urbanisme

GéoRessources UMR GéoRessources, Equipe Géomatériaux, ouvrages et risques

Aide de l'ANR 353 107 euros
Début et durée du projet scientifique octobre 2015 - 36 mois

 

Programme ANR : Risques, gestion de crise quelle que soit son origine et résilience (DS0903) 2015

Référence projet : ANR-15-CE39-0015

Coordinateur du projet :
Monsieur Marc Vuillet (Laboratoire d'urbanisme)

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.