L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Qui sommes-nous ?Europe et international

  • Partager

Success story : le réseau ImaginTheEmbryo obtient un financement européen

Créé en 2015, l’instrument "Montage de Réseaux Scientifiques Européens ou Internationaux" (MRSEI) est destiné à soutenir le montage de réseaux transnationaux coordonnés par des chercheurs français. Georges Lutfalla a fait partie des lauréats sélectionnés en octobre 2015. Dans la continuité de ce soutien, il vient d’obtenir le financement d’un réseau européen de formation innovante Marie Sklodowska-Curie (ITN-ETN). Aux côtés de Guillaume FUSAI (Ancien Représentant français du Programme - Actions Marie Curie), il nous fait part de son expérience.

Guillaume FUSAI, pourriez-vous nous en dire plus sur les Actions Marie Curie - ITN ? Et comment l’instrument MRSEI s’articule avec elles ?

Guillaume Fusai : « Avec un taux de succès de 6,3 %, l’appel ITN-ETN 2015 est l’appel Marie Curie le plus compétitif.

S’agissant de l’appel ETN de 2015, il est regrettable que la France soit sous-représentée tant en nombre de bénéficiaires qu’en nombre de coordinateurs, alors que la qualité des formations de nos futurs docteurs est remarquable.

Sur ce point, la France est très en retrait par rapport au Royaume-Uni et à l’Allemagne.

L’objectif principal de l’instrument MRSEI est justement de renforcer la participation française aux appels H2020. »

Qui êtes-vous Georges Lutfalla ?

Georges Lutfalla : « Je suis spécialiste de la biologie cellulaire et biologie du développement, directeur de recherche au CNRS, et je dirige l’UMR 5235 « Dynamique des Interactions Membranaires Normales et Pathologiques ». Je suis également membre du Conseil scientifique de l’Université de Montpellier et de celui de la Région Languedoc-Roussillon. »

Vous coordonnez le projet ImaginTheEmbryo qui vient d’être sélectionné à l’appel H2020 “European Training Network (MSCA-ITN-2016)”. Pourriez-vous nous présenter rapidement ce projet ?

GL : « À l’origine du réseau ImaginTheEmbryo, il y a la rencontre de dix scientifiques. Notre expertise nous a conduits à vouloir mettre en commun nos compétences pour fournir aux étudiants un meilleur environnement de recherche et de formation, profitant des synergies européennes. Ce réseau doit amener les doctorants à un haut niveau de professionnalisme et d’employabilité grâce au développement de nouveaux outils et de concepts d’imagerie avancée permettant de mieux visualiser des processus pathologiques et de développement chez l'embryon vertébré.

Nous avons déposé une proposition en ce sens à l’appel ITN-ETN Marie Curie du programme cadre européen H2020. Celui-ci nous a paru idéal, notamment du fait qu’il ne se limite pas à certaines thématiques, contrairement aux défis sociétaux H2020. Notre proposition vient d’être acceptée. »

Georges Lutfalla, que vous a permis le financement et l’accompagnement de l’ANR dans le cadre de l’instrument MRSEI ?

GL : « Via MRSEI, l’ANR m’a apporté un soutien déterminant pour le montage du réseau européen ImaginTheEmbryo, et ce à plusieurs titres. D’abord, les recommandations du comité d’évaluation MRSEI ont grandement contribué à améliorer mon projet et sa lisibilité. Ensuite, l’agence m’a donné les moyens financiers nécessaires au montage d’un projet de grande qualité. De plus, la réunion de démarrage organisée par l’ANR pour les lauréats a été très utile. Les tables rondes rassemblant des spécialistes des projets européens et de leur montage m’ont permis de mieux comprendre les attentes des évaluateurs. Enfin, la présentation orale de mon projet et les échanges qui s’en sont suivis m’ont aidé à mieux adapter ma proposition aux exigences des appels européens. »

Quels sont vos projets à venir ?

GL : « En tant que coordonnateur du projet, mon principal enjeu est de parvenir à faire de cette initiative un vrai réseau interactif et synergique qui ne soit pas juste une juxtaposition de projets indépendants dans les différents laboratoires partenaires. De façon plus large, je souhaite continuer à développer, au sein de mon laboratoire, des thématiques de recherche innovantes qui permettent une meilleure compréhension du fonctionnement du vivant et offrir à mes jeunes collègues chercheurs du laboratoire, la possibilité de développer leurs propres thématiques de recherche. »

16.06.16