L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

ANR & Climat - COP21 Translate this page in english

Modalités de soumission 2014

Missions

Agence française de financement de la recherche sur projets, l’ANR :

  • contribue au développement des sciences et technologies
  • mobilise les équipes au service d’enjeux stratégiques
  • accélère la production et le transfert de connaissances en partenariat
  • favorise les interactions pluridisciplinaires et le décloisonnement
  • facilite l’établissement de collaborations européennes et internationales

@AgenceRecherche

26/04 16:55 - [RDV] 3ème édition des Rencontres Recherche et Création https://t.co/8t1ZPalfpH cc @FestivalAvignon https://t.co/dxznVZHfv7

19/04 14:01 - [AAP] Ouverture de l'appel Montage de réseaux scientifiques européens ou internationaux https://t.co/3vH1UM67Pl

18/04 11:04 - [AAP] Ouverture de l'appel à groupes de travail transnationaux sur la résistance antimicrobienne (JPIAMR) https://t.co/zGO576xnfw #AMR

  • RETINO2 Rétine Artificielle incorporant une Architecture Pixellisée de Nanotubes d’Oxyde de Titane

    Rétine Artificielle incorporant une Architecture Pixellisée de Nanotubes d’Oxyde de Titane
    ReTInO2 consiste à développer un nouveau type de rétine artificielle, basé sur l’utilisation d’architectures pixellisées à base de nanotubes de dioxyde de titane verticalement alignés et modifiés physico-chimiquement pour absorber la lumière visible, agissant comme photorécepteurs artificiels en remplacement des photorécepteurs naturels dégénérés, lorsque le réseau neuronal ‘intelligent’ de la rétine persiste en partie.

    Enjeux et objectif
    A l’heure actuelle, la majorité des maladies cécitantes reste incurable. De nombreuses pistes sont explorées pour ralentir ou stopper l’évolution de ces maladies, d’autres pour rendre aux patients déjà aveugles une vision «utile», c'est-à-dire autorisant une locomotion autonome, la lecture et la reconnaissance des visages. ReTInO2 consiste à développer un nouveau type de rétine artificielle, basé sur l’utilisation d’architectures pixellisées à base de nanotubes de dioxyde de titane verticalement alignés et modifiés physico-chimiquement pour absorber la lumière visible, agissant comme photorécepteurs artificiels en remplacement des photorécepteurs naturels dégénérés, lorsque le réseau neuronal ‘intelligent’ de la rétine persiste en partie, ce qui est le cas pour environ 50% des cécités dans les pays développés. Même en se limitant à un groupe de maladies rares comme les rétinites pigmentaires, 200 000 personnes seraient concernées dans le monde ; plusieurs millions pourraient bénéficier d’une rétine artificielle en incluant ne serait-ce qu’une partie des cas de dégénérescence maculaire liée à l’âge. Ceci confère à cette thématique un intérêt sociétal majeur.
    Dans cet axe, le projet ReTInO2 vise à développer un nouveau type de rétine artificielle, basé sur l’utilisation de TiO2 sous forme de nanotubes verticalement alignés et physico-chimiquement modifiés pour absorber la lumière visible. Cette structure favorise l’absorption des photons et le transfert de charges, ce qui devrait permettre d’obtenir une stimulation efficace des neurones avec des surfaces photosensibles <100x100µm, ce qui est requis pour viser une résolution de 1000 pixels au niveau de la zone maculaire (3x3mm).



  • ENGIND Ingénieurs et société en Inde coloniale et post-coloniale

    ingénieurs et société en Inde coloniale et post-coloniale
    La profession d’ingénieur incarne les transformations qui affectent l’Inde contemporaine. Elle symbolise les hypothétiques « classes moyennes » et la puissance émergente de l’Inde sur le marché international du travail. En dépit de leur place dans l’économie et la structure sociale du pays, les ingénieurs ont été peu étudiés. Le projet ENGIND veut combler cette lacune empirique, en analysant dans une perspective socio-historique le rôle joué par ce groupe dans la construction de l’Inde moderne.

    Consolider le savoir empirique et comprendre les voies suivies par le développement économique en Inde
    Le projet ENGIND s’est assigné deux principaux objectifs scientifiques.
    Le premier consiste à consolider et à enrichir le savoir empirique dans un champ qui a été jusque là largement négligé par la recherche. On manque à ce jour de travaux à visée explicative large, et notamment d'études qui envisagent l’objet dans une perspective socio-historique. Or il faut poser la question des fondements de la puissance technologique actuelle de l’Inde et notamment de la place qu'y tient l’héritage de la colonisation britannique, pendant laquelle furent mises en place à la fois les premières institutions de formation en ingénierie et les premières associations professionnelles de cette branche.
    Le second objectif scientifique est de rompre avec les conceptions encore très euro-centristes qui prévalent dans l’analyse des processus de professionnalisation et de développement capitaliste. Par l’étude de cette main-d’œuvre qualifiée, nous espérons ainsi contribuer à la compréhension des voies suivies par le développement économique indien. Le cas de l’Inde offre aussi l’opportunité de confronter les analyses classiques des professions, forgées par des études menées sur les espaces occidentaux, notamment sur le plan de la division du travail, à une réalité sociale complexe où interagissent un système de castes hérité et l’émergence de professions « modernes » nées du développement économique et de la recomposition du marché mondial du travail. L’ambition est donc de produire des savoirs empiriques et théoriques nouveaux, en dépassant les barrières disciplinaires et les limites conceptuelles et méthodologiques imposées par des oppositions binaires telles que Nord/Sud, occidental/non-occidental, etc.



  • PathoBactEvol Evolution du pouvoir pathogène d'une bactérie opportuniste sporulante dans l'environnement

    Comprendre les mécanismes d'évolution des bactéries dans l'environnement.
    L’interaction d'une bactérie opportuniste de l'environnement avec l'un de ses hôtes naturels est génératrice de biodiversité. Le projet PathoBactEvol vise à identifier les mécanismes moléculaires à l’origine de cette évolution et si cela peut conduire à l’émergence de nouveaux pathogènes humains.

    Adaptation et évolution de Bacillus cereus dans l'hôte et à basse température
    Un certain nombre d'études récentes semblent indiquer que, dans la nature, la colonisation d'invertébrés par des bactéries de l'environnement, pourrait accélérer l'émergence de nouveaux pathogènes de mammifère. Cependant, les mécanismes moléculaires d'une telle adaptation ne sont pas connus. En utilisant B. cereus nous examinerons si le passage de la bactérie dans un tube digestif d'un insecte hôte (G. mellonella) peut conduire à l'apparition de nouveaux pathotypes dans ce groupe bactérien. L’objectif de ce projet est d’identifier les facteurs importants influant sur l'évolution de B. cereus pendant l'interaction avec des larves d'insecte et de comprendre les mécanismes utilisés. Nous voulons également estimer la vitesse avec laquelle des variants hautement pathogènes peuvent émerger et dans quelle mesure certains paramètres environnementaux (tel que la température) peuvent influer sur leur rapidité d'apparition et ceci afin de permettre une estimation du risque.



  • COPDETOX Chélateurs du cuivre ciblant le foie : un traitement novateur des surcharges hépatiques en cuivre

    Chélateurs du cuivre ciblant le foie, une approche innovante pour traiter la maladie de Wilson
    Des chélateurs du cuivre ciblés vers le foie seront développés dans ce projet et leur efficacité sera testée sur des animaux modèles de la maladie de Wilson. Ces nouvelles molécules sont des candidats médicaments pour traiter l’excès de cuivre hépatique dans la maladie rare de Wilson.

    Développement de candidats médicaments pour soigner la maladie rare de Wilson
    L’excès de métal dans un organe est un facteur important dans de nombreuses maladies humaines telles que la maladie de Wilson. La maladie de Wilson est une maladie rare (~ 1000 cas en France, 10000 en Europe et 10000 aux Etats-Unis) due au dysfonctionnement de la protéine qui excrète l’excès de cuivre hors du corps. Il en résulte une accumulation de cuivre qui est fatale si la maladie n’est pas diagnostiquée. Les traitements actuels sont peu sélectifs du cuivre et induisent de nombreux effets secondaires dont certains sont sévères. Ceci pose un problème sociétal que nous nous proposons d’aborder par la mise au point de chélateurs (i) très sélectifs du cuivre pour éviter de perturber d’autres métaux essentiels, par exemple le zinc et (ii) qui ciblent le foie, c’est-à-dire l’organe où s’accumule l’excès de cuivre, pour éviter de chélater le cuivre ailleurs dans le corps.
    Les résultats attendus de ce projet sont la preuve de concept que des molécules complexant sélectivement le cuivre et ciblant le foie d’animaux malades sont capables d’éliminer l’excès de cuivre contenu dans leur foie avec un minimum d’effets secondaires et de toxicité. A l’issue de ce projet, nous aurons réuni suffisamment de données expérimentales pour intéresser l’industrie pharmaceutique, surtout celle qui relève le défi sociétal que représentent les maladies rares.



  • SCALE-UP Innovations dans la conception et extrapolation de la technologie pour la production de revêtements à base de latex

    Scale-up pour procédés chimiques
    L’argumentaire de base du projet SCALE-UP est que l’utilisation de la CFD va nous permettre de mieux comprendre le lien entre échelles de temps, de taille et qualité de mélange. Ces informations, combinées aux bilans de population qui permettent de caractériser le comportement local des particules (génération, croissance, coagulation), nous donneront accès à l’influence des échelles de temps et de taille sur la qualité du produit final.

    MFN et bilans de population, couplé à des expériences ciblées pour mieux extrapoler des réacteurs et coagulateurs
    La capacité de création de nouveaux produits et leur mise rapide sur le marché sont intimement liées aux possibilités d’extrapolation de la production, que l’on considère le cas de l’extrapolation de l’échelle pilote à l’échelle de production, ou une extension d’une production existante à une unité plus grande ou à un procédé intensifié. L’extrapolation est généralement réalisée de manière heuristique, en s’appuyant sur les résultats obtenus aux échelles de production. Si nous souhaitons rompre avec cette manière peu satisfaisante car peu efficace de procéder, nous devons nous baser sur une approche pluridisciplinaire et multi-échelles :
    - échelle moléculaire (1-100Å): a une influence sur la stabilité des particules et sur la thermodynamique,
    - échelle de la particule (10-1000nm): gouverne des propriétés telles que la stabilité et la viscosité globale
    - échelle macroscopique (0.1-10 m): dont dépendent le temps de mélange et l’efficacité du système ; valeurs également liées à la viscosité.



  • PalMyProt Approche fonctionnelle intégrée des protéomes S-Palmitoylés et N-Myristoylés chez Arabidopsis

    Espace et fonction de deux modifications lipidiques majeures des extrémités N des protéines
    Cette analyse s’inscrit dans le cadre de l’étude de la spéciation des protéines, une nouvelle approche de biologie des systèmes qui consiste à identifier pour chaque protéine l’ensemble des espèces et de les relier à un critère fonctionnel.

    Vers une utilisation du protéome lipidé comme marqueur de la physiologie cellulaire
    Ce projet se propose d’investiguer l’espace et la fonction de deux modifications lipidiques majeures affectant les N-termini des protéines, la N-Myristoylation (MYR) et la S-palmitoylation (PAL) en intégrant deux double-niveaux d’analyse (i) un niveau descriptif global au niveau du protéome et un niveau plus focalisé et détaillé pour un nombre restreint de cibles choisies inédites et (ii) une analyse à la fois qualitative et quantitative de type biologie des systèmes de l’impact physiologique de ces modifications. MYR et PAL sont connues pour être (i) le plus souvent induites co-traductionnellement après coupure de la première méthionine des protéines, (ii) sont fréquemment associées en tandem et (iii) impliquées dans des voies de transduction de signal comme c’est le cas ddes protéines kinases. L’étude portera sur le modèle Arabidopsis thaliana, un organisme particulièrement riche en ce type de modifications, selon les analyses bio-informatiques qu’une étude pilote préalable du partenaire 1 a révélé récemment.



Rechercher un projet ANR