L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Nous suivre

  • MODUM Mutualisation et Optimisation de la distribution Urbaine de Marchandises

    Etude des actions à entreprendre pour améliorer la logistique urbaine et leur impact socio-économique
    Le projet est basé sur l’intégration des aspects quantitatifs et des aspects qualitatifs. Les aspects quantitatifs exploitent les méthodes de la recherche opérationnelle et les nouvelles technologies pour la communication et l’information (comme par exemple les RFID), pour suggérer un nouveau système de gestion et de transport des marchandises en ville. Les aspects qualitatifs étudient l’acceptabilité socio-économique du nouveau système

    L’enjeu majeur consiste à mutualiser les ressources (par exemple dépôts et véhicules), éviter le retour à vide de véhicules et interdire au grand tonnage d’entrer en centre-ville
    Différents projets ont été mis en œuvre ces dernières années ou sont en cours dans le contexte du transport de marchandises en milieu urbain. Néanmoins jusqu’à présent les projets se limitent à une vision partielle du transport. Ce projet a pour ambition de prendre en compte l’ensemble des systèmes (mono-propriétaire, centralisés, en libre-service, etc), ainsi que les différents horizons temporels (i.e. stratégique, tactique et opérationnel). L’objectif de ce projet est de proposer et d’étudier une nouvelle organisation de la logistique urbaine, combinant à la fois un aspect centralisé et un aspect décentralisé. Cette nouvelle organisation cherchera à tenir compte de la multi-modalité des transports (route, ferroviaire, fluvial) dans la planification des flux. Elle s’appuiera sur la rationalisation et la mutualisation du transport dans une optique de développement durable et d’optimisation des ressources, non seulement en termes économiques mais également environnementaux. Trois principes sous-tendent la conception de cette organisation : massification des flux ; interdiction de pénétration dans la zone urbaine pour les camions sous diverses contraintes (comme par exemple tonnage, volume, type de motorisation); souplesse d’utilisation pour les chargeurs. L’organisation logistique étudiée est constituée: De centres de distribution urbains (CDU) situés en périphérie de la ville; De liaisons entre ces CDU permettant d’assurer des flux massifs et rapides entre les CDU (trains, camions de grande taille, etc.) avec une flotte dédiée; De tournées intra-urbaines assurant les livraisons à l’intérieur de la ville avec des véhicules propres et de taille limitée; De véhicules propres et de taille limitée en libre-service. L’originalité d’un système basé sur une ceinture de CDU et de liaisons rapides entre ces CDU réside dans le fait qu’une flotte dédiée assure le déplacement optimal des grands flux de marchandises autour de la ville.



  • LEMA Assemblage de microcomposants en milieu liquide

    Assemblage de microcomposants en milieu liquide
    A la croisée de l’intérêt industriel pour l’assemblage de composants micrométriques hétérogènes et de la tendance académique vers la miniaturisation, ce projet vise l’assemblage de produits embarquant des composants de taille micrométrique, issus de la recherche en nanotechnologie : capteurs chimiques et environnementaux, éléments
    biomédicaux … L’objectif de ce projet est de permettre ce transfert en
    proposant des outils d’assemblages innovants et adaptés à l’échelle du micron.

    Effets d'échelles et forces associées
    L’environnement liquide se justifie par les effets d’échelle et les forces associées. Par ailleurs, à côté des
    solutions robotiques miniaturisées toujours lentes à cette échelle, les projets européens Hydromel et Golem
    et le projet ANR Pronomia ont permis récemment des avancées prometteuses dans le domaine de
    l’assemblage en environnement liquide. En outre, les objets biologiques et de nombreux procédés de
    microfabrication requièrent la présence de liquide. L’originalité de notre projet est de se focaliser sur des
    milieux liquides qui permettent l’exploitation de champ de force à courte distance. Ce projet propose
    l’utilisation d'un système de microfluidique pour le déplacement de composants, l’emploi judicieux de
    champs de forces électrostatique et magnétique pour le positionnement, ainsi que la fonctionnalisation de
    surface pour l’attachement.



  • LAPIN LAPIN: LAbelliser Pour INnover

    Labelliser pour innover dans le secteur de la construction
    L’objectif du projet est d’analyser la manière dont les labels sont mobilisés, par les acteurs économiques et par la puissance publique, pour orienter, coordonner et stimuler l’innovation dans le secteur de la construction face aux enjeux du développement durable.

    Analyse du rôle des labels dans l’innovation durable dans le secteur du bâtiment
    Avec la montée des injonctions au développement durable dans le secteur du bâtiment, les dynamiques collectives de l’innovation se reconfigurent. La place accordée aux « labels » dans la coordination des activités d’innovation, à l’échelle d’un secteur économique ou industriel, représente une tendance majeure caractérisant ces transformations. La labellisation dans le bâtiment se pose ainsi en nouveau vecteur de diffusion et d’acceptabilité de l’innovation à l’échelle de l’ensemble de la filière : en marquant des produits, des processus, des pratiques et des organisations, le label (au sens large de marque de qualité) garantit la conformité à des bonnes pratiques professionnelles, à des réglementations, des normes et ou des standards élaborés afin de promouvoir une certaine idée de la qualité et partant de l’innovation. L’objectif du projet LAPIN est d’analyser la manière dont la labellisation contribue à mettre en forme des dynamiques d’innovation spécifiques au secteur du bâtiment et à articuler logiques économiques et politiques dans des environnements complexes et soumis aux objectifs du développement durable.



  • INVERTO INnovation en chimie VERTe par la TOrréfaction

    INVERTO ou comment valoriser chimiquement les co-produits de la torréfaction de biomasse
    Les co-produits condensables issus de la torréfaction de la biomasse, actuellement vus comme des effluents gênants, peuvent apporter un bonus substantiel au procédé s’ils sont valorisés dans l’industrie chimique en vue d’obtenir des molécules à haute valeur ajoutée.

    Mettre en œuvre une stratégie de co-valorisation énergie /matière de la biomasse
    En vue de tirer au mieux partie du potentiel limité de biomasse lignocellulosique, il est indispensable aujourd’hui d’envisager des synergies de valorisation énergie / matière au sein des mêmes procédés, afin d’améliorer les performances économiques et environnementales de ceux-ci.
    L’optimisation de la torréfaction, opération de prétraitement thermique de la biomasse, s’intègre à cette démarche. En effet, le produit de la torréfaction est un biocombustible solide, utilisé notamment dans les filières Biomass-to-Liquid, et les co-produits associés, en particulier condensables, sont aujourd’hui vus comme des effluents pénalisants, à traiter et apportant au mieux un appoint d’énergie au procédé. Or ces condensables, qui représentent plusieurs milliers de tonnes par an pour une unité de torréfaction typique, sont formés de nombreux composés, dont beaucoup sont identiques à ceux que l’industrie chimique valorise habituellement. Chercher à bénéficier de cette synthèse de molécules réalisée naturellement apparaît comme une option prometteuse, susceptible d’apporter un « bonus » substantiel au procédé. Elle n’a pourtant jamais été, à notre connaissance, explorée. Dans ce contexte, l’objectif du projet INVERTO est d’étudier la faisabilité et l’intérêt de cette filière de valorisation chimique des co-produits condensables issus de la torréfaction de biomasses lignocellulosiques, en vue d’obtenir des molécules hautement valorisables.



  • HOMEOSTEM Contrôle moléculaire et cellulaire de l’homéostasie des zones germinatives dans le télencéphale adulte chez le poisson zébré

    Maintenir des cellules souches neurales dans le cerveau adulte
    Nous utilisons un poisson modèle, le Danio, qui conserve à l’âge adulte beaucoup plus de cellules souches neurales actives que les mammifères, pour comprendre les mécanismes de maintien et de recrutement de ces cellules dans le cerveau mature et leur orientation vers la formation de nouveaux neurones.

    Analyse des mécanismes moléculaires maintenant les cellules souches neurales dans le cerveau antérieur
    Le cerveau adulte des mammifères (incluant l’homme) conserve à l’âge adulte une capacité de réparation et de renouvellement minimale, expliquée en partie par la perte ou la suppression d’activité de la majorité des cellules progénitrices neurales au cours de la vie. Certains vertébrés, dont les poissons, maintiennent au contraire une importante population de cellules souches actives dans leur cerveau adulte, en lien avec la production continue de nouveaux neurones et une importante capacité de régénération. Les mécanismes moléculaires et cellulaires à l’origine de ces différences entre espèces sont très mal connus, alors qu’ils pourraient potentiellement nous éclairer sur la façon de manipuler les cellules souches neurales de mammifères pour les préserver ou les réactiver. Dans ce cadre, notre projet vise à disséquer les mécanismes qui sous-tendent la persistance des cellules souches neurales dans le cerveau du Danio. Le Danio est un poisson téléostéen modèle très utilisé en génétique et recherche biomédicale car, appartenant à la classe des Vertébrés, son génome et sa physiologie sont par ailleurs très semblables à ceux des mammifères.



  • FISH-MOMA Personnalité, choix du partenaire, soins parentaux et leurs effets transgénérationnels chez un poisson monogame, le cichlidé zébré Amatitlania nigrofasciata

    Personnalité, choix du partenaire, soins parentaux et leurs effets transgénérationnels chez un poisson monogame, le cichlidé zébré Amatitlania nigrofasciata
    Le projet FISH-MOMA vise à évaluer les conséquences transgénérationnelles de l’interaction entre personnalité et choix du partenaire. Cette étude repose sur l’hypothèse que les caractéristiques de l’environnement social des parents (variables selon leur personnalité, le choix du partenaire ou sous l’effet d’une perturbation sociale) seront intégrées dans la trajectoire de développement de la descendance afin que celle-ci soit mieux adaptée à l’environnement dans lequel elle vivra.

    Personnalité et complémentarité au sein du couple
    Chez de nombreuses espèces, la manière dont le jeune va s'adapter et réagir à son environnement est fortement influencée par l'environnement social pré et postnatal que les parents vont octroyer à leurs jeunes. Bien que les parents puissent moduler cet environnement social, notamment lors du choix du partenaire, qui lui-même va dépendre de leurs traits de personnalité, les effets parentaux résultants de l’interaction entre ces deux facteurs sont peu documentés, en particulier chez les espèces présentant des stratégies de reproduction avec une forte production d'œufs. Le modèle retenu est une espèce de poisson monogame à soins biparentaux, le cichlidé zébré Amatitlania nigrofasciata classiquement utilisé dans les études de choix de partenaire en milieux naturel et en laboratoire. Le projet FISH-MOMA aura pour objectifs i) caractériser les individus sur la base de leur personnalité et élaborer les paradigmes comportementaux nécessaires, ii) évaluer l’influence de la personnalité des parents sur les soins aux jeunes et leur succès reproducteur et les conséquences sur le phénotype des descendants, notamment via les hormones maternelles déposées dans les œufs, iii) étudier la valeur adaptative des effets parentaux via la mesure des effets d’une perturbation des soins parentaux sur le phénotype des descendants.



  • COWORKWORLDS Durabilités et spatialités des pratiques de mobilité des coworkers

    COWORKWORLDS
    Le projet COWORKWORLDS vise à questionner les effets présumés vertueux, mais non démontrés, du coworking en matière de mobilité. L’hypothèse est que la durabilité des pratiques de mobilité des coworkers varie en fonction de leurs configurations sociales et spatiales. L’enjeu du projet est d’identifier la diversité de ces configurations et leur caractère plus ou moins favorable à la durabilité urbaine dans différents territoires (métropoles, villes intermédiaires, périurbain, rural).

    Durabilités et spatialités des pratiques de mobilité des coworkers
    Le projet COWORKWORLDS vise à comprendre comment de nouveaux modes d’organisation du travail, favorisés par le développement des technologies numériques, peuvent contribuer ou non au développement d’une mobilité plus durable au sein des systèmes urbains. Il s’intéresse à un objet de recherche encore peu étudié : les espaces de coworking. Ceux-ci correspondent à de nouveaux lieux de travail, intermédiaires entre le domicile et le lieu de travail traditionnel, basés sur le partage d’un espace de travail et d’un réseau de travailleurs encourageant la collaboration.

    Apparus en 2005 à San Francisco, les espaces de coworking se sont multipliés en France, aussi bien dans les métropoles que dans les villes intermédiaires, les territoires périurbains ou ruraux. La création d’espaces de coworking s’accompagne d’un discours très volontariste des pouvoirs publics qui encouragent, voire soutiennent financièrement, leur développement. Ce soutien est notamment justifié par les effets présumés vertueux, mais non démontrés, du coworking en matière de mobilité. En offrant aux actifs la possibilité de travailler à proximité de leur domicile, les espaces de coworking sont supposés réduire les impacts négatifs des déplacements liés au travail (congestion, pollution, etc.).

    L’objectif du projet COWORWORLDS est de questionner l’évidence de la durabilité urbaine du coworking. Il vise à identifier la diversité des configurations sociales (professionnelles, familiales) et spatiales (résidentielles, territoriales) dans lesquelles sont engagés les coworkers et leur caractère plus ou moins favorable à la durabilité urbaine à travers :
    - la connaissance des pratiques de mobilité des coworkers,
    - la compréhension des choix qui président à l’adoption de ces pratiques
    - la mise en perspective des spatialités qu’elles dessinent.



  • ROBOBAT Développement d'une batterie bipolaire écologique et sécuritaire à base de nickel-zinc pour l'alimentation d'un robot

    Développement d’une batterie nickel-zinc bipolaire écologique et sécuritaire pour l’alimentation d’un Robot
    La technologie nickel-zinc en format bipolaire respecte l’environnement grâce à l’absence de plomb et de cadmium et la compatibilité avec la réglementation REACH, améliore les densités de puissance et d’énergie grâce à la technologie bipolaire. Cette technologie permet une grande flexibilité en termes d’énergie et de puissance. La collecte frontale permet en particulier de ne pas limiter la taille des électrodes grâce à une meilleure distribution du courant électrique.

    Conception et développement d’une architecture bipolaire de batteries nickel-zinc à haute cyclabilité
    Les batteries nickel-zinc commercialisées jusqu’à présent sont en format cylindrique et fournissent un nombre de cycle limité qui ne rend pas nécessaire la mise en œuvre de la technologie bipolaire. L’objectif du projet consiste à développer une architecture bipolaire de batteries nickel-zinc à haute cyclabilité pour répondre au cahier des charges pour alimenter un robot ou d’autres systèmes avec des contraintes de :
    - réglementation environnementale (REACH),
    - densité d’énergie,
    - flexibilité mécanique,
    - flexibilité en tension électrique et puissance,
    - coût.
    Le concept proposé dans le projet ROBOBAT apporte des solutions pour répondre au cahier des charges:
    - tension fournie U = 12 à 20 V,
    - courant permanent de décharge I = 8 A,
    - courant crête IMAX = 16 A,
    - capacité à minima de 1 Ah.
    En croisant les compétences des partenaires, le prototype sera basé sur une
    batterie de technologie nickel-zinc SCPS à haute cyclabilité, dont les performances sont démontrées, et sur la technologie Li-ion bipolaire en développement au CEA.
    Le démonstrateur sera constitué de 9 cellules empilées en mode bipolaire avec des dimensions d’environ 10 x 10 cm.
    La taille de la batterie finale sera de 10 x 10 x 5 cm environ.
    Ce modèle de batterie bipolaire nécessite une conception soignée, afin de prévenir les sources de défaillance de la batterie :
    - les cellules doivent être isolées électriquement entre elles, mais interconnectées via les électrodes et l’électrolyte retenu dans les électrodes et le séparateur pour éviter des courants de fuite,
    - les compartiments des cellules doivent être hermétiques pour éviter des fuites d’électrolyte, mais permettre l’évacuation des gaz grâce à une soupape de sécurité qui sera intégrée, par exemple, au niveau de l’enveloppe globale de la batterie.
    Ces contraintes mènent à des verrous bien connus des concepteurs de batteries bipolaires, mais elles devraient connaître des solutions originales dans le cadre du projet ROBOBAT.



  • DEV-PROCESS L'architecture de l'élongation, un processus élémentaire du développement

    Comment le développement de l’embryon organise le génome et comment l’organisation du génome facilite l’évolution du développement.
    Il s’agit de déterminer les opérations cellulaires élémentaires qui ensemble constituent un processus du développement, lesquelles de ces opérations ont les propriétés de modules génétiques et si certaines associations de modules sont co-contrôlées par les mêmes gènes.

    L’enjeu est de fournir un exemple d’une analyse qui à plus long terme révélera l’organisation des génomes au travers de leur fonctionnement durant le développement.
    Le projet part de la constatation banale selon laquelle les génomes ne sont pas de simples amalgames de gènes et de séquences intergéniques mais des éléments de systèmes. Les autres éléments de ces systèmes sont les produits des gènes et des facteurs externes. Cette constatation a été faite pour la première fois il y a plus de cinquante ans chez les bactéries. Il nous semble que le Développement, qui concerne la plupart des êtres pluricellulaires, est totalement réductible à cette équation. C’est la démonstration de cette hypothèse qui constitue l’enjeu majeur du programme. Cependant avec le Développement les systèmes sont extraordinairement dynamiques et les facteurs externes sont ceux des êtres pluricellulaires. Il s’ensuit que pour une cellule donnée ils incluent les cellules voisines et l’espace intercellulaire. De plus, ces systèmes contrôlent des gènes qui ensemble confèrent à la cellule des propriétés particulières (motilité, forme, asymétrie etc ). Ce sont ces différents niveaux d’intégration et d’interaction des éléments dans ces systèmes qu’il s’agit maintenant de découvrir.



  • MARGES Marges et villes : entre exclusion et intégration. Cas méditerranéens

    Marges et villes : entre exclusion et intégration. Cas méditerranéens
    Placées au cœur des compétitions économiques internationales, les villes sont les lieux privilégiés des nouvelles formes d’accumulation du capital. Elles connaissent ainsi une aggravation des processus de marginalisation socio-spatiale. L’objectif de cette recherche est d’analyser les rapports subtils entre, ces processus portés par les acteurs urbains dominants, les politiques de traitement des marges et les stratégies d’intégration et de résistances des populations.

    Objectifs
    Le premmier objectif s’appuie sur l’idée que les pouvoirs en place cherchant à accrocher les villes au système économique mondial et visant l’attraction des investissements étrangers ont engagé une mise aux normes des villes et des citadins, à travers une politique de reconquête des marges socio-spatiales (réhabilitations, rénovations, renouvellement, viabilisation, équipement et/ou transformation des quartiers non réglementaires au Sud et grands projets,) à l’origine de mobilités imposées et de nouvelles marginalisations socio-spatiales. Il s’agit de comprendre les mécanismes en jeu dans les processus de marginalisation socio-spatiale et de saisir les logiques des politiques publiques en direction des marges, sans omettre de comprendre le sens de leurs contradictions.
    Le deuxième objectif se construit en opposition à l’idée tenace que les marges socio-spatiale sont les terriroires de l’anomie sociale. Ici, l’analyse portera sur les pratiques et les représentations des populations qui y vivent et y travaillent et leurs rapports aux autres territoires. Il s’agira de mettre en évidence l’inventivité sociale de ces territoires, leurs ressources, les sociabilités qui s’y déploient et comment ces facteurs jouent dans leurs rapports avec le reste de la ville. Ainsi, les formes d’interdépendances des territoires marginalisés avec les autres lieux de la ville, les formes d’imbrication, les modes de franchissement et « d’effacement des frontières » (flux, activités, réseaux, etc.) permettront une analyse renouvelée des reconfigurations territoriales. Le projet postule qu’apparaissent de nouvelles territorialités, qui peuvent être décalées par rapport aux desseins des politiques publiques. Elles se construisent dans la confrontation entre, d’un côté, la territorialisation des populations marginalisées et assignées à un espace et, de l’autre, les actions urbaines initiées par les pouvoirs en place qui tentent de maîtriser la morphologie socio-spatiale de la ville.



  • 2al-VisPhot-CH Catalyse duale combinant la photocatalyse et l’activation de liaisons C-H : nouvelle approche vers la formation de centres quaternaires stéréogènes.

    Catalyse duale combinant la photocatalyse et l’activation de liaisons C-H : nouvelle approche vers la formation de centres quaternaires stéréogènes
    Les couplages C-C sont des transformations de plus haute importance, permettant de construire de molécules complexes à partir de composés simples. Cependant, ils nécessitent souvent des conditions réactionnelles drastiques. Ainsi, nous proposons de développer une nouvelle approche via la catalyse duale, visant l’activation sélective de chacun de deux partenaires de couplage, via la catalyse organométallique et la photocatalyse, afin de réaliser les couplages souhaités dans des conditions douces.

    Alkylation douces, eco-compatibles et stéréosélectives
    Le développement de transformations conceptuellement nouvelles et plus éco-compatibles, la synthèse de nouvelles molécules complexes, inaccessibles via des voies de synthèse classique, et la conception de systèmes catalytiques originaux sont des défis urgents pour la recherche fondamentale en chimie organique. L’objectif de ce projet est de répondre à ces besoins en mettant en place de nouveaux systèmes catalytiques synergiques impliquant, à la fois, l’activation de liaisons C-H et la photocatalyse par la lumière visible. Ces nouveaux systèmes catalytiques devraient alors permettre de réaliser des transformations difficiles mais de plus haute importance, tels que les couplages C(sp2)-C(sp3) et C(sp3)-C(sp3). Ainsi, les catalyseurs organométalliques seront utilisés pour activer la liaisons C(sp2)-H ou C(sp3)-H d’un partenaire de couplage en formant des intermédiaires métallacycliques susceptibles d’intercepter des radicaux aliphatiques encombrés, générés via la photoactivation. Une telle double activation, sélective pour chacun des partenaires de couplages, devrait permettre de réaliser ces couplages dans des conditions particulièrement douces, avec l’objectif final de réaliser cette transformation de façon stéréosélective. Ainsi, des molécules chirales à haute valeur ajoutée, portant un motif centre stéréogène quaternaire, pourraient être obtenues. Dans ce cadre des transformations diastéréosélectives (auxiliaire chiral préinstallé sur le substrat en tant que groupement directeur) et énantiosélectives (utilisation de ligands chiraux pour l’activation de liaisons C-H) seront explorées.
    De plus, une synthèse de nouveaux photocatalyseurs à base de Cu sera envisagée, en tant qu'alternative à des complexes d'Ir et de Ru.



  • PULSATION Simulation multi-échelle couplée océan-atmosphère sur calculateur peta scale

    Impact des phénomènes de petite échelle sur les biais systématiques des modèles de climat
    Réduction des biais systématiques des modèles numérique de climat en reproduisant explicitement les phénomènes de petite échelle dans certaines zones de faible extension, mais néanmoins déterminante pour le climat à grande échelle, à l’aide d’un nouveau type de simulations océan-atmosphère dites « multi-échelles » sur calculateur pétaflopique.

    Quantifier les processus de petite échelle déterminants pour le climat à grande échelle
    La compréhension du climat est l'un des enjeux scientifiques majeurs de ce siècle. Malgré les progrès réalisés tant dans la compréhension de la physique du climat, que dans la puissance des supers calculateurs, la source majeure de la plupart des biais des modèles climatiques réside dans l’absence d’une représentation adéquate de certains phénomènes de petite échelle (=10km). L’arrivée de machines pétaflopiques, telle que Curie en France, change la donne et permet d’augmenter drastiquement la densité du maillage de calcul utilisé dans les modèles de climat et habituellement limité à ~100km.
    Le but de notre projet est double : quantifier l’amélioration des simulations en fonction de l’augmentation de la résolution spatiale de la maille utilisée et déterminer si il est possible d’améliorer les résultats, à moindre coût, en augmentant la résolution uniquement dans certaines régions où ont lieu des phénomènes de petite échelle connus pour avoir un fort impact sur le climat à grande échelle. Nous nous concentrerons en particulier sur certaines zones côtières caractérisées par des remontées d’eaux profondes et froides vers la surface qui, bien que représentant pourtant moins de 1% de la surface du globe, sont déterminantes pour le climat de l’ensemble de la ceinture tropicale.
    La réalisation de ce projet aboutira à la mise au point et l’implémentation sur calculateur pétaflopique, d’un nouveau type de modèle numérique océan-atmosphère dans grâce auquel il sera possible de réduire les biais systématiques, à moindre coût, en augmentant localement la résolution horizontale afin de mieux reproduire certains phénomènes de petite échelle déterminants pour le climat à grande échelle.



  • Multi-click Stratégies Click pour la Synthèse d’Agents Multifonctionnels anti-Alzheimer

    Stratégies Click pour la Synthèse d’Agents Multifonctionnels anti-Alzheimer
    Le but de ce projet est la synthèse de composés capables de moduler l’action de plusieurs enzymes et/ou récepteurs présents dans le système nerveux central et impliqués dans la cascade neurodégénérative conduisant au développement de la maladie d’Alzheimer. Ces composés seront assemblés via une réaction de chimie click.

    Evaluation des nouvelles réactions click adaptables en synthèse guidée par la cible dans le but de préparer de nouveaux composés multi-cibles pour un traitement de la maladie d’Alzheimer
    La maladie d’Alzheimer est un problème de santé public majeur. .Cette maladie a un caractère multifactoriel, et les traitement ne reposant que sur une cible biologique n'ont pas donné satisfaction jusqu'à présent. La communauté scientifique se dirige donc vars des approche utilisant des composés ciblant simultanément plusieurs cibles biologiques, appelés MTDL (Mult-Target Directed Ligand). Dans ce contexte, le but du projet est d’assembler de tels ligands par une chimie de conjugaison rapide et efficace de ligands connus de différentes cibles biologiques pertinentes dans la maladie d'Alzheimer, via une chimie simple et efficace «chimie click«. Un second but est d'évaluer de nouvelles réactions click adaptables en synthèse guidée par la cible. Dans ce sens, la chimie click in situ est un nouveau et élégant paradigme pour la découverte de médicaments, et le but ultime de ce projet est de nouveaux composés pour le traitement de la maladie d’Alzheimer.



Rechercher un projet ANR