L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

InformationsActualités

  • Partager

Retour sur le colloque « Faire face aux changements climatiques »

L’ANR organisait, le 6 juillet 2015 à la Maison de la chimie à Paris, le colloque « Faire face aux changements climatiques : les apports de la recherche collaborative sur projets », une journée qui a fait le bilan de dix années de recherche collaborative sur le climat et permis de valoriser plus de 100 projets soutenus par l'Agence et par le programme des Investissements d'Avenir. Réunissant près de 200 personnes issues des secteurs publics et privés, ce side-event se tenait en amont de la conférence internationale « Notre avenir commun face au changement climatique » au siège de l'UNESCO du 7 au 10 juillet, le plus grand événement scientifique international organisé avant la COP21 à Paris.

Depuis une trentaine d’années, la communauté scientifique internationale développe de nombreux travaux sur le fonctionnement du climat terrestre et sur le rôle des activités humaines dans les changements climatiques observés. La contribution de la communauté scientifique française dans ce cadre est largement reconnue. De nouveaux thèmes pluridisciplinaires ont également émergé depuis une dizaine d’années, avec pour objectifs une meilleure adaptation des sociétés face aux impacts des changements climatiques.

Depuis sa création en 2005, l’ANR a financé environ 500 projets collaboratifs et pluridisciplinaires qui contribuent largement à l’accroissement des connaissances dans le domaine des changements climatiques et environnementaux planétaires.

Le colloque « Faire face aux changements climatiques » a permis à l’ANR de réunir les chercheurs et les équipes engagées dans les projets financés dans le cadre des programmes dédiés ou génériques de l’ANR ou dans celui des Investissements d’Avenir, et d'engager des débats sur les champs de l'impact, la résilience, l'adaptation ou la réduction des gaz à effet de serre. L’événement a également offert une base solide encourageant à la coopération entre parties prenantes et acteurs publics et privés.

Passer de l'observation à l'action : Partager, collaborer et valoriser

Le Président Directeur Général de l'ANR Michael Matlosz a ouvert cet événement en soulignant que « La recherche collaborative est le propre de l'ANR. Sur un laps de temps raisonnable, typiquement de quelques années, on peut réunir des personnes de différents horizons et de différentes disciplines scientifiques. » M. Matlosz a signalé l'importance accordée par l'ANR à l'interdisciplinarité qui constitue une approche indispensable pour étudier les changements climatiques.

Des sessions plénières ont permis d’illustrer quatre grands thèmes : l’observation des processus de changement ; les impacts du climat et les vulnérabilités associées ; les stratégies d’atténuation des impacts : politiques et instruments et enfin les solutions alternatives. Différents sujets ont été abordés, notamment le rôle des acteurs publics et privés, l'énergie au sein des villes…, ouvrant des perspectives d’application et de transferts techniques ou de valorisations sociales et économiques. Par exemple, lors de la première session, un parallèle a été fait entre les mini-robots océaniques ARGO avec les avancées des sondes et drones dans l’atmosphère, permettant de suivre les perturbations climatiques et carbonées dans les 2000 premiers mètres de l’océan. Ces mini-robots flottants ont été de nouveau au centre des discussions lors de la présentation du projet CECILE dont l’objet est d’étudier le niveau de la mer et l'évolution du trait de côte.

Disposés dans 4 salles complémentaires, plus d'une centaine de posters ont permis de présenter les travaux conduits dans les domaines suivants : la gouvernance et les dynamiques sociales ; l’air, l’eau, la glace et le carbone ; les sols et la biodiversité ; les écosystèmes, les bio-ressources et la santé. De nombreuses zones géographiques étaient concernées : l'Europe (25 projets) et la France métropolitaine (41), l'Asie (14), la Méditerranée (14), l'Afrique (14), l’Amérique latine (6) et les zones polaires (12). Parmi les sujets abordés, on peut citer le projet transnational MALINA (France-Canada-USA) sur l'évolution du climat dans l'Arctique ou encore le projet Katrina-Nola qui examine les conséquences sociales des catastrophes écologiques (Ouragan Katrina à la Nouvelle Orléans).

La journée s'est terminée par une table ronde animée par la directrice de la rédaction de Sciences et Avenir, Dominique Leglu. Ses questions ciblées ont suscité un débat sur les perspectives d'avenir, les moyens d'attirer l'intérêt du grand public et les économies émergentes.

En cette fin d’année marquée par la COP21, dont le but est d’aboutir à un nouvel accord international sur le climat capable de contenir le réchauffement mondial en deçà de 2°, l’ANR se mobilise aux côtés d'autres acteurs et parties prenantes de la recherche publique. Elle sera notamment présente au village de la société civile au Bourget dans le cadre de la COP21 (30 novembre au 11 décembre 2015). Elle participera aussi, du 4 au 10 décembre, au stand commun dédié à la recherche à l’occasion de l’événement « Solutions COP21 » au Grand Palais à Paris.

En savoir plus :

21.10.15