L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

InformationsActualités

  • Partager

Programme ASTRID – Tout savoir en quatre questions

Mis en place en 2011 par l'ANR et la Direction Générale de l'Armement (DGA), le programme ASTRID - Accompagnement Spécifique des Travaux de Recherches et d’Innovation Défense- vient de lancer son cinquième appel à projets. Présentation de ce dispositif en quatre questions.

1/ ASTRID, pour qui ? Pour quoi ?

ASTRID vise à soutenir des projets de recherche duaux, c'est-à-dire dont les retombées éventuelles intéressent à la fois des domaines civils et militaires. Financé par la DGA et mis en œuvre par l'ANR, ce dispositif permet de soutenir des recherches à caractère fortement exploratoire et innovant dont le niveau de maturité technologique (TRL) doit être compris entre 1 – observation et description des principes de bases- et 4 –validation en environnement de laboratoire-.

Dans ce cadre, un large éventail de thématiques scientifiques peuvent être soutenues parmi les disciplines suivantes - Ingénierie de l'information et robotique, Fluides, structures, Ondes acoustiques et radioélectriques, Nanotechnologies, Photonique, Matériaux, chimie et énergie, Biologie et biotechnologies, Homme et systèmes, Environnement et géosciences, ainsi que, depuis 2013, dans deux thématiques interdisciplinaires : "Big data" - Fondements, outils et usages, Sciences humaines et sociales (SHS). Les projets soutenus ont une durée de 18 à 36 mois et l'aide qui leur est allouée est limitée à 300 k€ par projet.

2/ Comment se déroule le processus d'évaluation ?

La sélection se fait en une étape avec soumission d'une proposition détaillée à compter de l'ouverture de l'appel. Comme pour l'ensemble des appels à projets de l'ANR, les principes de sélection de l'appel ASTRID sont basés sur une évaluation compétitive par les pairs. Les propositions soumises ainsi sont examinées par un comité d'évaluation constitué de 37 personnalités scientifiques.

Les travaux de ce comité s'appuient sur des expertises individuelles réalisées par des membres de la communauté scientifique. Le comité de pilotage du programme finalise ensuite la sélection selon les enjeux du programme (expertise sur l'intérêt défense). Le taux de sélection annuel observé est compris entre 21 et 27%.

3/ Et après ASTRID, quelles suites pour les projets ?

En 2013, un nouveau programme dual, appelé ASTRID Maturation, a été créé pour tirer pleinement parti des avancées scientifiques obtenues dans ASTRID et promouvoir l'innovation des PME (pacte défense PME). Ce programme permet d'accompagner la maturation et la valorisation des projets ASTRID considérés comme des succès et contribue au franchissement de la "vallée de la mort", étape particulièrement sensible de la maturation des technologies (TRL 4+).

La durée du projet de valorisation est comprise entre 2 et 3 ans. La participation d'une PME (au sens de la définition européenne) est nécessaire. L'aide financière est limitée à 500k€. Au cours des deux premiers appels (2013 et 2014), 9 projets ont été financés.

4/ Quels résultats 4 ans après la création du programme ?

Depuis 2011, 151 projets ont été financés, soit  en moyenne 38 projets par an. Voici quelques exemples de réalisations ASTRID et valorisations ASTRID Maturation :

  • le projet OSEP (ASTRID 2011) a donné de premiers résultats validant le gain apporté par la génération automatique de tests pour quelques exemples de composants de sécurité. Ces tests assurent le respect des propriétés de sécurité de composants tels que cartes à puces,  systèmes de contrôle d'accès, composants cryptographiques. La génération automatique détecte d'éventuelles vulnérabilités face à des attaques potentielles et gagne en efficacité dans des phases de développement habituellement longues et couteuses. En 2013, il a été décidé de poursuivre ces travaux via le projet MBT-SEC "Génération automatique de tests pour composants de sécurité" (ASTRID Maturation 2013) pour vérifier la méthode sur des modèles de plus grande taille et progresser en expertise d'emploi sur cette technologie susceptible de contribuer au haut de niveau de sécurité des systèmes d'informations
     
  • Le projet UV FACTOR (ASTRID 2011) a permis une percée scientifique en démontrant la génération et le confinement d'un plasma microonde dans une fibre optique (Rank Prize Funds 2014). Ce résultat ouvre la voie à la réalisation de sources laser UV compactes avec un large domaine d'applications envisageables dans le secteur biomédical (traitement du psoriasis), la micro nano électronique (lithographie des puces et circuits imprimés) ou la détection biologique. La valorisation fait l'objet du projet PLASMA-PMC "Plasma photonique pour la réalisation et l'industrialisation de source laser fibrée accordable UV/DUV" porté par le groupe GPPMM (Gas-Phase Photonic and Microwave Materials) de l'UMR XLIM en collaboration avec la PME GLOphotonics (ASTRID Maturation 2014)
     
  • Le projet MEDUSE (ASTRID 2011) a démontré la faisabilité de nouveaux types de capteurs d'ondes acoustiques basés sur des fibres optiques et l'utilisation de l'holographie adaptative. Ces capteurs de détection des ondes acoustiques sous-marines présentent de nombreux avantages comparativement aux technologies existantes (grande sensibilité, moindre vulnérabilité électro-magnétique, encombrement réduit, capacités multi fonctions). Ils sont de bons candidats pour une nouvelle génération de capteurs bioacoustique, de surveillance des activités sismiques sous-marines ou de détection sous marine. L'évolution de la technologie vers un capteur intégré et transportable sera conduite dans le cadre du projet HYDRE "Holographie pour la détection sous marine" (ASTRID Maturation 2014).

Plus d'informations :

20.01.15