L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

English version

InformationsActualités

Le projet Musimorphoses et l’écoute musicale à l’ère numérique

Bénéficiant d’une aide de 296 k€ allouée sur une période de 36 mois, Musimorphoses vise à saisir comment les utilisateurs partagent et piratent, enregistrent et diffusent, vendent et promeuvent la musique dans le monde occidental et d’autres régions de la planète. Les supports matériels et la technologie qui les sous-tendent, trop souvent délaissés par les travaux sociologiques, prennent ici une place prépondérante.

Musimorphoses questionne l’impact du «  virage numérique », c’est-à-dire du passage de la culture analogique à la culture numérique. Un accent particulier a été mis sur la manière dont les médias numériques façonnent notre rapport au divertissement musical et, au sens large, à l’expérience sociale de la musique. Parmi ses objectifs, le projet cherche à articuler une chronologie historique de ce virage et explore comment l’essor d’un public de « digital natives » transforme les usages quotidiens de la musique. Au-delà de ces deux éléments, il s’attache à démontrer que la technologie numérique, et surtout les réseaux sociaux, constituent un levier de transformation des goûts musicaux, des cadres juridiques de la consommation musicale et des idéaux démocratiques.

L’industrie musicale aujourd’hui : quelle organisation ?

Le coordinateur du projet Philippe Le Guern (Centre Atlantique de Philosophie) animera prochainement un colloque intitulé « Musimorphoses. Sur le devenir de l’écoute musicale en régime numérique » du 11 au 13 novembre à Telecom Paris Tech. Le colloque, dont le comité scientifique représente des universités de sept pays, mettra en exergue quelques-uns des phénomènes les plus récents et les plus sophistiqués d’un point de vue technologique : les modèles commerciaux et les mesures législatives face à la piratage, une discussion sur la tendance paradoxale des algorithmes à élargir et à restreindre à la fois les genres de musique auxquels ils exposent l’auditeur, et la zone d’ombre juridique créée par le « stream-ripping » ou la création illicite d’une copie pérenne à partir d’un ou plusieurs morceaux diffusés en continu.

Musimorphoses crée le buzz avec des recherches d’une actualité exceptionnelle

Lancé en 2013 par les institutions partenaires CAPHI (Centre Atlantique de Philosophie), CRAL (Centre de Recherches sur les Arts et le Langage) et LINA (Laboratoire d’Informatique de Nantes Atlantique), il réunit une équipe issue de domaines aussi variés que la sociologie, l’ethnomusicologie, l’esthétique, et l’anthropologie. Il est réalisé dans le cadre du programme « Métamorphose des sociétés : Emergences et évolutions des cultures et des phénomènes culturels » de l’ANR qui finance le projet à hauteur de 296 k€ pour une durée de 36 mois. Musimorphoses permet d’aborder les grands enjeux de notre époque et a suscité l’intérêt d’universitaires du monde entier et des acteurs importants de l’industrie musicale. L’entreprise française de télécommunications Orange, fortement implantée en Afrique, a ainsi partagé sa vision des services de musique sur les réseaux mobiles numériques dans les pays du Sud lors d’une journée d’études en mai.

En savoir plus :

01.10.15