L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

English version

InformationsActualités

Lancement de l’appel "Ouragans 2017" - Catastrophe, Risque et Résilience

A la suite des épisodes météorologiques extrêmes d’août et septembre 2017, avec une succession d’ouragans de puissance inédite en particulier sur les Petites Antilles et le golfe du Mexique (Irma, José, Maria, Harvey), le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation s’engage et lance, avec l’Agence nationale de la recherche (ANR), un appel à projets de recherche pour acquérir de nouvelles connaissances sur ces phénomènes et leurs conséquences environnementales et sociales.

L’enjeu est de mobiliser une communauté scientifique vers les problématiques des catastrophes afin que la connaissance, l’expertise et le savoir-faire scientifiques puissent être utilement associés à la décision publique, à l’analyse en retours d’expérience, à l’amélioration des modalités d’anticipation et de gestion de la reconstruction. Dans ce cadre, l’ANR lance le 19 décembre un appel à projets de recherche "Ouragans 2017 : Catastrophe, Risque et Résilience" en utilisant une procédure accélérée qui permettra une mise en œuvre rapide des projets sélectionnés. Cet appel s’inscrit dans la dynamique des actions "climat" promus par le "One Planet Summit", tenu le 12 décembre 2017 à Paris, et la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Un appel à projets pour améliorer les connaissances sur les catastrophes naturelles extrêmes

L’appel à projet "Ouragans 2017 : Catastrophe, Risque et Résilience" sollicite des projets pré-opérationnels visant une contribution à la reconstruction, la restauration et l’adaptation des systèmes écologiques, économiques et sociaux face aux aléas météorologiques extrêmes dans une perspective de durabilité et de résilience pérenne.

Les projets attendus couvrent un large spectre incluant sciences humaines et sociales, sciences de l’ingénieur, sciences du vivant et de la terre, etc. et peuvent être centrés sur des dimensions aussi bien écologiques que sociales, environnementales ou hydro-climatiques de l’événement, dans une visée de compréhensions des impacts et interactions dynamiques, et de propositions concrètes pour l’action. Le risque est ici abordé par sa valence "vulnérabilité" non pas par celle de l’aléa.

Le terrain d’application des projets sera circonscrit aux territoires du secteur de l’arc antillais et du golfe du Mexique ayant été dévastés par cet épisode météorologique hors norme. Une préférence sera donnée aux projets s’appuyant sur des terrains présentant des situations géographiques, institutionnelles et sociales très contrastées, permettant d’appréhender la façon dont les formes d’organisations et de fonctionnements affectent la vulnérabilité, l’adaptation et la résilience aux aléas météorologiques extrêmes (de ce point de vue les trois îles Saint-Martin, Saint-Barthélemy et la Dominique forment un ensemble assez emblématique).

Dans cet appel, il est attendu des projets appliqués s’appuyant sur la "vérité terrain" inédite de cet événement météorologique extrême (évaluations écologiques et biologiques, psychologiques, économiques et sociales, environnementales …) et des projets impliqués (mobilisant les sciences humaines et sociales dans des recherches-actions, recherches-interventions, observations participantes, etc.). La visée opérationnelle des résultats attendus est une donnée importante des projets qui seront retenus.

L’attention des candidats est attirée sur le fait qu’un chercheur peut être au plus :

i) une fois coordinateur et deux fois responsable scientifique d’un partenaire,

ou

ii) trois fois impliqué comme responsable scientifique d’un partenaire (PRCI inclus).

Tous les appels du Plan d’action 2018 sont concernés. Ainsi, en cas de soumission au présent appel, tout coordinateur déjà impliqué ou responsable scientifique ayant déjà trois implications dans des projets au titre de l’année 2018 devra se retirer de l’appel concerné.

Un dispositif adapté pour répondre à un besoin urgent de recherche

Le dispositif accéléré mis en œuvre permet de sélectionner et financer des projets dans un délai court (environ 4 mois) sans déroger aux principes de compétition et d’évaluation par les pairs qui fondent ses missions, grâce à un dossier de soumission unique et une sélection par les pairs réalisés par un seul comité ad hoc, sans recours obligatoire à des expertises extérieures.

Il vise à mobiliser l’expertise scientifique française au service de problématiques extrêmes permettant l’acquisition d’informations et de données rares et impossibles à acquérir dans des situations usuelles. Le but est de favoriser la production de résultats scientifiques inédits en lien avec un évènement dont l’ampleur et la fréquence sont exceptionnelles.

Renseignements

 

18.12.17