L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

English version

InformationsActualités

DEVHOM : première étude de grande ampleur sur les familles homoparentales en France

Lancée en mars 2014, l’étude DEVHOM vise à apporter des connaissances sur la socialisation et développement identitaire des enfants qui grandissent actuellement au sein de familles homoparentales, des questions encore peu explorées en France. Les scientifiques à l’origine de ce travail financé conjointement par l’ANR et la Caisse nationale des Allocations familiales, cherchent actuellement des familles volontaires pour participer.

En France, une série de travaux portent sur les familles homoparentales du point de vue de l’anthropologie, de la sociologie, ou de la psychologie. Ces recherches sont globalement plutôt centrées sur le point de vue des adultes et le devenir parent. En revanche, les études prenant en compte le point de vue des enfants, leur développement et la manière dont ils construisent leur sentiment identitaire en appui sur leur famille et les interactions de celle-ci avec le monde extérieur sont beaucoup plus rares. C’est ce manque que le projet DEVHOM entend en partie combler.

Une approche pluridisciplinaire inédite

Associant des sociologues, des anthropologues, des psychologues cliniciens et des psychanalystes, ce projet est porté par trois laboratoires : le laboratoire Clinique de l’Acte et Psychosexualité (CAPS, EA 4050) le l’Université de Poitiers, le centre Universitaire de Recherche sur l’Action Publique et le Politique (CURAPP, UMR 7319) de l’Université de Picardie Jules Vernes, et le Laboratoire de Psychologie des Pays de la Loire, (LPPL, UPRES EA4638) de l’Université d’Angers.

Coordonné par Alain Ducousso-Lacaze, Professeur de psychopathologie clinique à l’Université de Poitiers et directeur de la Clinique de l'Acte et Psychosexualité (CAPS), ce projet s’articule avec ELFE - Etude Longitudinale Française depuis l’Enfance (Unité Mixte INED-INSERM-EFS). Pour mémoire, à travers ELFE 18 000 enfants français, et leur famille vont être suivis de la naissance de l’enfant à l’âge adulte (20 ans) sous l’angle des sciences sociales, de la santé et de la santé-environnement.

Dans ce cadre, le nombre de familles homoparentales suivies s’est révélé trop faible pour permettre une exploitation statistique comparée avec les autres familles enquêtées. Ainsi, l’enquête Devhom va permettre d’étendre la cohorte ELFE aux familles homoparentales, d’assurer une meilleure représentativité de ce que sont les familles homoparentales (couples d’hommes, de femmes, enfants issus d’une PMA, d’une GPA ou d’une adoption) et de cibler l’analyse sur la socialisation et le développement des enfants, en reprenant le modèle utilisé par l’enquête ELFE.

Explorer des situations nouvelles, où la parenté s’invente

En plus de ce volet quantitatif, le projet Devhom aura également pour particularité de contenir un volet qualitatif comprenant un axe socio-anthropologique et un axe de psychologie clinique. Sur la base de données recueillies par entretiens et par observations réalisés auprès des familles, l’axe socio-anthropologique aura pour objectif la compréhension précise des trajectoires, des contextes de vie et des différentes formes d’éducation. L’axe de psychologie clinique consistera en l’étude de vingt familles, dont dix avec des enfants âgés de trois à quatre ans et dix avec des enfants entre neuf et onze ans. Les entretiens seront conduits auprès des parents et des enfants et auront pour but d’identifier et d’évaluer l’évolution psychoaffective des enfants et leur inscription dans la filiation pour comprendre leurs liens aux parents.

D’une manière générale, cette recherche vise à la fois à produire des données quantitatives comparables avec celles de l’étude ELFE quant à la construction identitaire des enfants nés en contexte homoparental et à recueillir des données qualitatives dans une approche socio-anthropologique et une approche psychologique.

En savoir plus :

24.10.14