L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

English version

InformationsActualités

  • Partager

Accueil de chercheurs de haut niveau : un dispositif gagnant-gagnant

Dans un contexte mondial de mobilité des chercheurs, l'ANR souhaite participer au renforcement du positionnement scientifique de la France, tout en permettant aux chercheurs venant de l'étranger de profiter d'excellentes conditions d'accueil. Elle propose ainsi un nouvel instrument de financement dédié aux individus intitulé "Accueil de chercheurs de haut niveau" (@RAction), permettant à des scientifiques de n’importe quelle nationalité de mener un projet de recherche sur le sol français dans un établissement de renom. Le financement de l’ANR doit aider les laboratoires français à concrétiser cet accueil. Cet instrument s’inscrit dans la composante "attractivité internationale de la France" du Plan d’action 2014.

L'appel à projets est ouvert à tous les domaines scientifiques et s'adresse à deux profils de chercheurs : des scientifiques de tout premier plan dont la carrière est largement reconnue au niveau mondial et des jeunes chercheurs à fort potentiel, justifiant d'un niveau d'excellence au plan international.

La réponse à cet appel est un travail collaboratif entre le chercheur et l'établissement hôte.

La fourchette indicative du financement de l'ANR se situe entre 150 et 900 k€.

Pour les chercheurs : poursuivre des recherches en France dans d'excellentes conditions

Les lauréats se verront offrir des moyens significatifs et des conditions d'accueil de très grande qualité pour mener à bien leurs travaux scientifiques, en vue d'une installation durable sur le territoire français.

Le financement de l'ANR permettra au lauréat de constituer une équipe de recherche et de réaliser un projet de 3 à 4 ans, ambitieux et à fort impact, sur un sujet scientifique peu, voire non présent en France. La dotation de l'ANR pourra couvrir tout ou partie du salaire du chercheur mais aussi les dépenses de fonctionnement et d'équipement.

Les conditions pour candidater sont simples :

•    résider à l'étranger (ou être installé en France depuis peu de temps)
•    pour les jeunes chercheurs : avoir passé au minimum 24 mois en dehors du territoire français lors de leur carrière postdoctorale, la thèse devant avoir été soutenue avant le 1er juillet 2012
•    pour les autres chercheurs : avoir passé la majeure partie de leur carrière à l'étranger

En l'occurrence, aucune limite d'âge n'est imposée.

Après la mise en place du financement de l'ANR, les candidats devront être en position de s'installer rapidement en France. Une implication à long terme des lauréats est attendue.

Ils seront encouragés à se présenter aux concours de recrutement ouverts dans les organismes de recherche français. En cas d'embauche du candidat via un contrat à durée indéterminée (CDI), le financement de l'ANR pourra être maintenu et utilisé pour augmenter l'impact et le déploiement des recherches menées dans le cadre du projet. En outre, sous certaines conditions, la portabilité du financement est prévue dans le cas de l'obtention d'un CDI ce qui signifie que le chercheur pourra changer de laboratoire d'accueil en cours de projet.

Pour les établissements : attirer des chercheurs étrangers de haut niveau

Ce dispositif, qui ne s'adresse qu'aux établissements situés sur le territoire national, vise à accentuer les liens entre laboratoires étrangers et établissements français, assurant à ces derniers un gain de visibilité et d'attractivité et leur permettant de s'intégrer dans de nouveaux réseaux internationaux.

Le dispositif doit bénéficier à l'ensemble du système d'enseignement supérieur et de recherche national.

L'investissement significatif et durable du chercheur lauréat devrait générer impact et compétitivité.

Un fort engagement des établissements d'accueil est nécessaire : ils doivent, en coordination avec le chercheur candidat, détailler dès la proposition de projet les moyens mis à disposition, y compris les ressources non prises en charge par le financement de l'ANR. Cette dernière contractualisera avec l'établissement et non avec le chercheur.

Le dispositif vient compléter et renforcer les autres financements du même type ouverts aux niveaux national et européen.

En savoir plus :

02.04.14