L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

(DS0802)
Edition 2016


VALFREE


Evaluer la valeur de la liberté : une approche expérimentale

Évaluer la valeur de la liberté : une approche expérimentale
Comprendre la valeur que les individus accordent à la liberté de choix

Enjeux et objectifs
Les individus font régulièrement des choix dans des situations d'abondance d'options : choix de consommation, assurance, vote, etc. Selon une vision répandue (notamment parmi les économistes), cette abondance de choix est désirable : plus nous avons le choix, plus nous sommes libres, et plus nous avons de chances de trouver l'option qui correspond le mieux à nos besoins et préférences.

L’objectif général du projet est d’étudier la valeur que les individus accordent à la liberté de choix. Autrement dit, il s'agit d'identifier si et dans quelle mesure la liberté dont les individus jouissent affecte leur bien-être. Nous considérons cette question dans deux perspectives.

Une première perspective consiste à étudier la manière dont les individus apprécient et comparent différents ensembles de choix (ou menus). Ces ensembles peuvent être de tailles différentes, contenir des options plus ou variées et être plus ou moins soumis aux contraintes extérieures (une tierce personne notamment). Les questions que nous étudions sont alors : Les individus ont-ils une préférence pour une plus large gamme d'opportunités ? Dans quelle mesure sont-ils sensibles aux interférences d'autrui ?

Dans une seconde perspective, nous étudions les effets de l'abondance (ou surabondance) d'opportunités sur les choix individuels. Il s'agit d'identifier si l'augmentation de la taille de l'ensemble de choix entraine des phénomènes dit d'incohérence de choix et des préférences. Par exemple, est-ce qu'une plus grande liberté favorise une préférence pour des options familières ? Mais au-delà d'identifier le phénomène (renseigné en psychologie), il s'agit de comprendre les racines de ce phénomène. Les raisons sont-elles liées à des explications cognitives (difficulté à comparer des options) ou purement psychologique (peur du regret par exemple).

Approches méthodologiques
Les méthodes utilisées sont celles de l'économie expérimentale. Elles consistent à placent les individus dans un environnement contrôlé et dans lequel une structure d’incitation réelle les pousse à révéler leurs préférences. Dans la mesure où il apparait difficile de mesurer les préférences sur des menus avec des données réelles, la méthode expérimentale apparaît adaptée.
Mais nous utilisons également des méthodes empiriques basées sur des expériences à choix hypothétiques (avec questionnaire en ligne notamment). Cela peut nous permettre de compléter et approfondir les enseignements tirés des expériences de laboratoire. Même s'il n'y a pas d'incitation monétaire, ces enquêtes nous permettent tout de même d'identifier la valeur de la liberté de choix dans des domaines comme la santé ou l'éducation.
Enfin, des expériences de terrain sont envisagés, notamment en exploitant l'économie numérique, (par exemple les sites dit de crowdfunding) afin d'étudier l'effet du contexte du choix sur les comportements individuels.

Résultats

Nous insistons ici sur les premiers résultats du projet.
1) Les individus ont-ils une préférence ou une aversion à la liberté de choix ? Pour répondre à cette question, nous avons mené une expérience de laboratoire dans laquelle les participants devaient évaluer différentes ensembles de choix. Le résultat principal est le suivant : nos sujets ont une aversion au choix, au sens où ils ne sont pas disposés à ajouter des options qu’ils ne valorisent pas.
2) Les individus sont-ils disposés à déléguer la décision ? L’objectif est d’étudier si et pourquoi les individus valorisent le droit de décision, c’est-à-dire le fait de garder la prise de décision plutôt que de la déléguer à une autre personne. Pour cela, nous menons des expériences en France et au Japon. Les résultats principaux sont : les individus ont une préférence pour garder le droit de décision et cette préférence s’explique par un goût pour l’autonomie. De plus, nous ne trouvons pas de différence significative entre France et Japon.
3) L'abondance de choix affecte t-elle le goût pour la familiarité ? L’objectif est d’étudier si la taille de l’ensemble de choix affecte la nature de l’option sélectionnée par un individu et, en particulier, le choix entre biens familiers et non-familiers. Le résultat est que nos sujets ont une plus forte probabilité de choisir une option familière lorsque la taille de l’ensemble de choix augmente. Ce résultat peut s'expliquer par une difficulté à comparer un nombre plus grand d'options ou à une certain inattention à l'égard des options non familière.

Perspectives

Les projets en cours sont les suivants :
1) Un premier projet a pour objectif d’étudier comment les individus appréhendent et évaluent la liberté de choix et dans quelle mesure ces jugements sont cohérents avec les axiomes postulés dans les théories de la mesure de la liberté de choix. Pour cela, nous utilisons la méthode des expériences à choix hypothétiques et nous envisageons de faire passer cette enquête en ligne dans plusieurs pays (France, USA et Japon).
2) La question de la liberté de choix nous a amené à étudier la question de la liberté dans un cadre collectif. L’objectif est d’étudier comment la délibération collective et la manière de l’organiser affectent les préférences individuelles et le choix collectif. Pour répondre à cette question, nous adoptons une approche expérimentale où des sujets auront à décider de la manière dont devrait être distribuée une ressource.
Les projets à venir (lancement au premier semestre 2019) :
3) Les préférences pour les droits de décision et la manière dont elles varient d'une culture à l'autre. L'objectif est de mener la même expérience dans plusieurs pays, qui se distinguent selon la culture (définie comme l'ensemble de règles et normes partagées par les membres d'une communauté).
4) Les choix dans des situations d'abondance de choix. Il s'agit d'élaborer des expériences permettant de distinguer les différentes sources du phénomène dit de paradoxe du choix : Pourquoi les individus ont tendance à faire des choix de moindre qualité ? S'agit-il de sources purement cognitives (difficulté à comparer des options) ou psychologiques (regret) ?

Productions scientifiques et brevets

Articles :
- “Attitude to choice : Some experimental evidence of choice aversion”, F. Le Lec et B. Tarroux, «conditionally accepted« au Journal of the European Economic Association.
- «On the Roots of the Intrinsic Value of Decision Rights”, J. V. Ferreira, N. Hanaki et B. Tarroux, révisions demandées par Games and Economic Behavior.
- «An experiment on decisions under choice overload”, F. Le Lec, M. Lumeau et B. Tarroux, document de travail en cours de finalisation, soumission à publication en décembre 2018-Janvier 2019.
- «Liberal or paternalistic preferences? An experimental test, Fabrice Le Lec et B. Tarroux, document de travail en cours de finalisation, soumission à publication au premier semestre 2019.
- «On reflexive choices as a proxy of welfare«, J. V. Ferreira, soumis à publication.

Partenaires

CREM Centre de Recherche en Economie et Management

GATE GROUPE D'ANALYSE ET DE THEORIE ECONOMIQUE LYON - ST-ETIENNE

Aide de l'ANR 580 669 euros
Début et durée du projet scientifique janvier 2017 - 48 mois

Résumé de soumission

L'objectif de ce projet est d'étudier l'importance que les individus attachent à la liberté, c'est-à-dire l'étendue et la nature des opportunités qu'ils ont à leur disposition.

Le projet se décompose en 2 taches principales :
1) Dans une première tache, notre objectif est d'étudier les attitudes individuelles vis-à-vis de la liberté : Comment évaluent-ils les situations de choix? Nous nous intéresserons d'abord à l'évaluation des ensembles d'opportunité (définis comme des ensembles d'options que les individus sont libres de choisir) et, dans un deuxième temps, à la liberté dite négative, c'est-à-dire à l'aversion vis-à-vis de l'interférence d'autrui (un gouvernement par exemple) dans leur décision.
Dans la mesure où les attitudes vis-à-vis de la liberté sont susceptibles d'être influencées par les normes ou valeurs culturelles, un de nos objectifs est de faire une comparaison inter-culturelle: Est-ce que les individus avec des normes différentes ont-ils les mêmes préférences pour la liberté ?

2) Dans une deuxième tache, nous étudierons sur les conséquences négatives de la prolifération du choix sur le processus de décision individuelle (choice overload ou paradoxe du choix). Notre objectif est double: (a) étudier les explications possibles de ce phénomène. Deux explications attirent notre attention: des explications cognitives et des explications liées à des préférences dites non standards (regret, aversion à la perte, etc.). (b) Quels sont les mécanismes qui permettent de réduire le phénomène de choice overload?

Pour étudier ces questions, nous utiliserons une approche expérimentale: expérience de laboratoire mais aussi enquêtes (choix hypothétique) et expériences de terrain. Même si notre approche est essentiellement expérimentale, nous insistons sur sa complémentarité avec des approches théoriques (en particulier économie théorique), normative et philosophique.

 

Programme ANR : (DS0802) 2016

Référence projet : ANR-16-CE41-0002

Coordinateur du projet :
Monsieur BENOIT TARROUX (GROUPE D'ANALYSE ET DE THEORIE ECONOMIQUE LYON - ST-ETIENNE)

Site internet du projet : https://crem.univ-rennes1.fr/anr-valfree

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.