L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Les sociétés face aux changements environnementaux (DS0103)
Edition 2015


STORISK


Les petites îles face au changement climatique: vers des trajectoires de risque et d'adaptation

Les petites îles face au changement climatique : vers des trajectoires de risque et d'adaptation
Ce projet de 48 mois développe une approche intégrée des risques d'origine météo-marine (érosion, submersion, dégradation des récifs coralliens) dans les territoires d’outre-mer français, dans le contexte du changement climatique. Il produira un protocole transdisciplinaire innovant et des connaissances utiles aux acteurs allant des aléas aux impacts et à la vulnérabilité, et mettra en évidence les trajectoires d'adaptation au changement climatique les plus prometteuses pour ces territoires.

Reconstruire des trajectoires de risque d'impact et d'adaptation au changement climatique
Ce projet porte sur trois risques majeurs, l'érosion côtière, la submersion marine et la dégradation des récifs coralliens, qui sont fortement influencés par les pressions climatiques (en particulier par les interactions océan/atmosphère et par l'élévation du niveau de la mer) et sont de ce fait susceptibles de s’aggraver dans le contexte du changement climatique, au point de remettre en cause à terme l'habitabilité des atolls. Il aborde ces risques par une approche originale fondée sur les concepts de Chaîne d'impacts et de Trajectoire de vulnérabilité. La reconstruction de Chaînes d'impacts et de Trajectoires de vulnérabilité pour chaque cas d'étude, couplée à une étude approfondie des conditions physiques et sociales, permet de traduire les risques associés aux aléas actuels et au changement climatique en trajectoires de risques d'impacts territorialisées. A partir de là, l'objectif est d'engager un dialogue avec les acteurs locaux à nationaux sur les menaces et les risques futurs, et sur les moyens d'y faire face (stratégies d'adaptation).
Plus précisément, ces trajectoires de risque prennent en compte :
- Ce que les modèles nous apprennent de l'évolution future des interactions atmosphère/océan, de l'élévation du niveau de la mer, et des réponses possibles des îles coralliennes aux pressions météo-marines futures (Work Package 1) ;
- Les enseignements des événements météo-marins passés et des changements environnementaux graduels dus au changement climatique en termes d'impacts (Work Package 2) ;
- Les racines de ces chaînes d'impacts, autrement dit la vulnérabilité, en montrant comment les différents facteurs de contrôle de la vulnérabilité ont évolué et interagi au cours des dernières décennies (Work Package 3) ;
- L'utilité d'une telle connaissance globale des processus et des impacts pour les acteurs concernés, non seulement à l'échelle des régions du sud-ouest de l'océan Indien et du Pacifique, mais aussi au plan national (Work Package 4).

Du passé au futur : modéliser les processus physiques et construire des scénarios de futurs possibles des petites îles tropicales
Le projet STORISK s'appuie sur 10 équipes qui possèdent des compétences disciplinaires complémentaires mobilisant des méthodes de recherche variées du global (modélisation physique) au local (mesure des impacts), qu'il s'agit précisément de croiser afin de générer des connaissances robustes sur les futurs possibles des petites îles tropicales des océans Indien et Pacifique. Dans cette perspective, ce projet allie des travaux de modélisation physique et des levés et enquêtes de terrain centrés sur des études de cas représentatives de la diversité des situations insulaires. Bien qu'il soit centré sur des cas français (La Réunion, Polynésie française), il inclut une approche comparative avec des cas étrangers (Seychelles, Cook, Kiribati) en vue de produire in fine des résultats ayant une portée générale.
Les principales méthodes utilisées sont la modélisation des interactions climat/océan et de leurs impacts sur la variabilité et le changement climatiques, la mesure et l'attribution des variations du niveau de la mer à différents pas de temps, la modélisation de la submersion marine et de l'évolution pluri-décennale des îles coralliennes des atolls, la réalisation de profils topographiques et de modèles numériques de terrain, la reconstruction de trajectoires de vulnérabilité des îles étudiées à partir d'une approche multicritères et la reconstruction de chaînes d'impacts d'événements météo-marins intenses à extrêmes, la production de chaînes de risques d'impacts du changement climatique, la réalisation d'enquêtes de perception et de représentation des risques liés à la mer et du changement climatique, la réalisation d'entretiens semi-directifs, l'organisation d'ateliers de dissémination et d'échange en vue de la co-construction de scénarios de futurs et de trajectoires d’adaptation possibles avec les acteurs concernés.

Résultats

Le projet STORISK vise en particulier :
1. Le développement d'un protocole méthodologique transdisciplinaire pour étudier les risques d'impacts du changement climatique, sur la base de la reconstruction de trajectoires de vulnérabilité des territoires et de chaînes d'impacts d'événements ponctuels et des changements graduels en cours ;
2. L'identification des facteurs de contrôle de la vulnérabilité future des îles tropicales, en attachant une attention particulière à des facteurs de pression mal connus, tels que les houles d'origine distante, ENSO et l'évolution des conditions écologiques régissant la croissance des coraux ;
3. L'attribution des changements observés à l'échelle locale à des drivers précis (variabilité du climat/changement climatique, facteurs naturels/anthropiques);
4. La mise en évidence de la diversité des profils de vulnérabilité des îles tropicales face aux risques météo-marins dans le contexte du changement climatique, point de départ incontournable de politiques d'adaptation appropriées ;
5. L'élaboration de scénarios prospectifs robustes de risques d'impacts prenant en compte non seulement les variables physiques, mais aussi les variables sociétales. Ces dernières sont en général considérées comme statiques dans les travaux de modélisation existants, ce qui limite leur portée ;
6. L'évaluation des incertitudes sur les impacts du changement climatique à différents pas de temps, suivant le principe que connaître l'incertitude peut aider à accompagner les acteurs dans le dépassement des effets d'inertie qu'elle peut favoriser en termes d'action publique ;
7. La mise au point d'un protocole d'évaluation du risque de maladaptation et l’élaboration, avec les acteurs concernés, de trajectoires d'adaptation contextualisées.
8. Une collaboration renforcée avec les acteurs en charge de la réduction des risques météo-marins et de l'adaptation au changement climatique aux différentes échelles territoriales concernées.

Perspectives

Sur la base de ces résultats, l'équipe STORISK espère apporter une contribution majeure à :
- la clarification des risques d'impacts du changement climatique à l'échelle locale au bénéfice de la science comme de la société ;
- l'élaboration d'une typologie des îles en fonction de leur vulnérabilité face aux impacts du changement climatique ;
- l'évaluation des incertitudes sur les impacts futurs du changement climatique, et l'identification de voies pour dépasser ces incertitudes et favoriser leur prise en compte dans les politiques publiques ;
- l'élaboration de modèles d'impacts génériques mettant en évidence les facteurs et les processus de contrôle des impacts actuels et futurs du changement climatique, ainsi que les principaux leviers et barrières à considérer pour réduire ces impacts ;
- une aide concrète à l'amélioration des politiques de réduction des risques et d'adaptation au changement climatique outre-mer, en apportant des éléments de réflexion majeurs sur leur applicabilité et leurs possibles adaptations aux contextes spécifiques et divers qu'offrent les territoires d’outre-mer.
Sur la base de ces éléments, deux perspectives majeures de l'équipe STORISK sont, premièrement, de parvenir à imposer la recherche française sur les petites îles tropicales sur la scène internationale, et deuxièmement, de soutenir les acteurs français dans l'élaboration de leurs stratégies de réduction des risques et d'adaptation au changement climatique, au profit de leur visibilité et de leur leadership montants au plan international.

Productions scientifiques et brevets

DUVAT V.K.E., MAGNAN A., 2017. Hurricanes: rescue natural Defences. Nature, vol. 550, 43, doi: 10.1038/550043b.
DUVAT V., MAGNAN A., WISE R., HAY J., FAZEY I., HINKEL J., STOJANOVIC T., YAMANO H., BALLU V., 2017. Trajectories of exposure and vulnerability of small islands to climate change. WIREs Climate Change, e478. doi: 10.1002/wcc.478
DUVAT V., SALVAT B., SALMON C., 2017. Drivers of shoreline change in atoll reef islands of the Tuamotu Archipelago, French Polynesia, Global and Planetary Change, 158, 134-154. doi: 10.1016/j.gloplacha.2017.09.016
DUVAT V., PILLET V., 2017. Shoreline changes in reef islands of the Central Pacific: Takapoto Atoll, Northern Tuamotu, French Polynesia. Geomorphology, 282: 96-118. doi: 10.1016/j.geomorph.2017.01.002
DUVAT V., VOLTO N., SALMON C., 2017. The impacts of Category 5 Tropical Cyclone Fantala (April 2016) on Farquhar Atoll, Seychelles Islands, Geomorphology, 298, 41-62. doi: 10.1016/j.geomorph.2017.09.022
GATTUSO J.-P., MAGNAN A.K., 2017. Océan : les risques liés au climat. pp. 220-221 In A. Euzen, F. Gaill, D. Lacroix, P. Cury (Dir.) – L’océan à découvert, CNRS Éditions, Paris, ISBN 978-2-271-11652-9.
EDMUNDS P. J., COMEAU S., LANTZ C., ANDERSSON A., BRIGGS C., COHEN A., GATTUSO J.-P., GRADY J. M., GROSS K., JOHNSON M., MULLER E. B., RIES J. B., TAMBUTTÉ S., TAMBUTTÉ E., VENN A., CARPENTER R. C., 2016. Integrating the effects of ocean acidification across functional scales on tropical coral reefs. BioScience 66, 350-362.
DUVAT V., MAGNAN A., ETIENNE S., SALMON C., PIGNON-MUSSAUD C., 2016. Assessing the impacts of and resilience to Tropical Cyclone Bejisa, Reunion Island (Indian Ocean), Natural Hazards, 83: 601-640. doi: 10.1007/s11069-016-2338-5
MAGNAN A.K., DUVAT V.K.E., 2016. Trajectoires de vulnérabilité et adaptation au changement climatique à la Réunion. Policy Brief Iddri n°08/16/Climat, 4 p.

Partenaires

BRGM BRGM

CEJEP Centre d’Etudes Juridiques et Politiques - Equipe d’accueil 3170

EPHE-CRIOBE Ecole Pratique des Hautes Etudes - Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement

EPHE-GEL Ecole Pratique des Hautes Etudes

GEOPHEN-UNICAEN UMR 6554 LETG Geophen - Université de Caen Basse-Normandie

IDDRI INST DEVELOP DURABLE RELAT INTERNAT

IPSL IPSL-CNRS

IPSL IPSL-CNRS

LGP UMR 8591 – LABORATOIRE DE GEOGRAPHIE PHYSIQUE : Environnements Quaternaires et Actuels

LIENSs UMR 7266 Laboratoire Littoral Environnement et Sociétés - Équipe "Approche géographie îles et littoraux"

LOV - UMR7093 Laboratoire d'Océanographie de Villefranche

MNHN-BOrEA Muséum National d'Histoire Naturelle - Équipe "Biologie des Organismes et Ecosystèmes Aquatiques"

Aide de l'ANR 932 219 euros
Début et durée du projet scientifique octobre 2015 - 48 mois

Résumé de soumission

Le projet STORISK (48 mois) vise à développer et à appliquer un protocole méthodologique transdisciplinaire permettant d’améliorer la connaissance et la compréhension de la vulnérabilité et de la capacité d’adaptation des sociétés des petites îles tropicales aux événements extrêmes d’origine climatique (cyclones tropicaux, houles distantes, phénomène ENSO) et aux changements graduels dus au réchauffement du climat (élévation du niveau marin et augmentation des températures océaniques) et à l’acidification des océans.
Dans cette perspective, ce projet s’appuie sur deux approches complémentaires fondées sur les concepts de Chaînes d’impacts et de Trajectoires de vulnérabilité, qui ont été mis au point par les principaux contributeurs au projet et font actuellement l’objet de développements méthodologiques. Ces derniers doivent permettre de reconstruire des Chaînes d’impacts complètes d’événements climatiques extrêmes et du changement climatique, ainsi que les Trajectoires de vulnérabilité de petites îles tropicales, à la fois montagneuses et basses. Ces deux approches sont complémentaires, en ce que la première permet d’appréhender la vulnérabilité à travers l’analyse approfondie des impacts des événements extrêmes et des changements graduels (résilience incluse) alors que la seconde décrypte les processus d’aménagement et de développement du territoire afin de cerner, à travers l’analyse de ses forces et faiblesses, les causes profondes de sa vulnérabilité. L’hypothèse centrale sur laquelle repose ce projet est que les petites îles tropicales présentent des profils de vulnérabilité variés, et connaîtront à partir de là des « trajectoires de risques » diversifiées dans le contexte du changement climatique.
Les deux principaux enjeux scientifiques des développements méthodologiques réalisés dans le projet STORISK sont premièrement, d’intégrer de manière adéquate les différents champs de connaissance concernés par les risques actuels et futurs (des modèles climatiques et de submersion à la perception des risques, à l’intégration des dimensions socioéconomiques, et à la maladaptation), et deuxièmement de prendre en compte et d’évaluer les incertitudes (source, ampleur, implications en termes de vulnérabilité) afin de proposer une approche robuste des risques futurs à l’échelle locale. Sur la base d’une approche dynamique de la vulnérabilité (trajectoire plutôt qu’état à un instant t), fondée sur la prise en compte de l’ensemble des facteurs et des processus qui contrôlent son évolution, STORISK entend faire progresser la connaissance sur la vulnérabilité future des petites îles et, au-delà, des espaces côtiers.
L’approche proposée dans STORISK permet de traduire les risques côtiers liés aux aléas actuels et au changement climatique en « trajectoires de risque ». Ces trajectoires concrètes et robustes, car enracinées dans les caractéristiques passées et actuelles des territoires, permettront d’engager des échanges concrets avec les acteurs concernés aux niveaux local, national et régional, sur les stratégies de réduction des risques et d’adaptation au changement climatique.
Ce projet porte principalement sur les îles françaises de l’océan Indien (La Réunion et les Iles Eparses) et du Pacifique central (Polynésie Française). Il inclut des îles peu ou pas perturbées par les activités humaines (inhabitées ou rurales) et d’autres fortement perturbées (ex. : capitale d’atoll) afin de pouvoir déterminer les contributions respectives des facteurs naturels et anthropiques à la vulnérabilité. La mise en perspective de la situation des îles étudiées avec celle d’autres îles des mêmes régions océaniques (Seychelles, Kiribati et Iles Cook) permettra de dégager des enseignements plus généraux.

 

Programme ANR : Les sociétés face aux changements environnementaux (DS0103) 2015

Référence projet : ANR-15-CE03-0003

Coordinateur du projet :
Madame Virginie DUVAT (UMR 7266 Laboratoire Littoral Environnement et Sociétés - Équipe "Approche géographie îles et littoraux")

Site internet du projet : http://lienss.univ-larochelle.fr/storisk

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.