L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Programme franco-allemand en Sciences humaines et sociales (FRAL)
Edition 2014


BeyondLogic


Au-delà de la logique : le raisonnement hypothétique dans la Philosophie des sciences, l'Informatique et le Droit

BeyondLogic
Au-delà de la logique : le raisonnement hypothétique dans la Philosophie des sciences, l'Informatique et le Droit.

Buts et Objectifs
Durant les projets précédents, nous avons étudié le raisonnement hypothétique d’un point de vue logique. Ce nouveau projet vise le raisonnement hypothétique dans des domaines extérieurs à la logique. Notre point de vue principal est que les recherches logiques doivent faire leurs preuves en dehors de la logique et, conversement, qu’elles doivent prendre en compte la façon dont la logique est appliquée dans le « monde réel ». Ainsi nous passons d’une perspective interne à une perspective externe en prenant en compte ce sur quoi porte le raisonnement hypothétique lorsque nous allons au-delà de la logique. Les domaines extérieurs à la logique que nous avons choisis sont ceux de la philosophie des sciences (en tant qu’application dans la philosophie), de l’informatique (en tant qu’application dans les sciences formelles) et du Droit (en tant qu’application au champ des interactions sociales). Dans chacun de ces domaines, la notion de raisonnement hypothétique joue un rôle de premier plan qui peut nous permettre de tester nos the´ories logiques. Il nous intéresse en particulier de mesurer jusqu’où la perspective proof-theoretic (propre à la théorie de la démonstration), que nous avons préconisée et employée dans nos recherches logiques, se rapporte à ces sujets.

Methodes
Dans le Projet Principal nous donnerons les outils logiques employés pour analyser le raisonnement dans les trois domaines d'application choisis et étudierons comment ces applications viennent en retour enrichir le concept de logique lui-même. Dans les trois projets individuels (Philosophie des sciences, l'Informatique et le Droit), nous étudierons les formes spécifiques qu'y prend le raisonnement hypothétique. Nous voulons montrer que dans ces trois domaines la recherche proof-theoretic sur le raisonnement hypothétique mène à des aperçus, des idées et des résultats nouveaux dont ces domaines peuvent directement profiter. Nous devrions montrer que l'analyse philosophique du raisonnement hypothétique n'améliore pas seulement notre compréhension théorique de la logique, mais encore qu'elle peut s'avérer utile en pratique. La philosophie des sciences en fournit des exemples dans le champ de la philosophie appliquée pour une grande part aux sciences de la nature. L'informatique fournit des illustrations de ce genre dans celui des disciplines mathématiques et formelles. Le Droit en donne des exemples dans un champ autre que celui des sciences naturelles et qui appartient aux sciences humaines et sociales. Ainsi nous proposons de montrer que la logique peut toucher, sinon à tous, du moins à beaucoup de champs de recherche. Dans la mesure où la structure choisie pour organiser nos projets précédents a fait ses preuves, nous avons divisé celui-ci en un Projet Principal auquel tous les participants contribuent e´galement et en plusieurs Projets Individuels qui sont attribués à différentes équipes dans notre groupe Franco-Allemand. Ces Projets Individuels correspondent aux trois domaines qui viennent d'être mentionnés : IP1 Analyse menée au moyen de la démonstration du raisonnement hypothétique en philosophie des sciences, IP2 Informatique et modélisation philosophique du raisonnement hypothétique, IP3 Le raisonnement hypothétique en Droit.

Résultats

Nous aurons des réunions régulières du projet deux fois par an. En tenant compte du temps de trajet entre Tübingen et Paris (5 heures), chacune durera normalement deux jours, du début de l'aprés-midi jusqu'à la moitié de l'après-midi du jour suivant. Chaque réunion sera consacrée à un des thèmes du Projet principal et à des thèmes choisis parmi ceux des Projets individuels.
Outre ces réunions internes, nous organiserons quatre conférences internationales avec des experts externes. Deux de ces conférences prendront la forme d'ateliers organisés à Lyon et à Tübingen. Les deux autres seront plus importantes. L'une aura lieu à Tübingen intitulée «Logiques sous-structurelles: 25 ans aprés» en souvenir de la conférence tenue à Tübingen en 1990 et qui est à l'origine de ce champ de recherche. L'autre se tiendra à Paris en 2017/18. Cette dernière conférence marquera la fin de notre projet commun et nous permettra de mettre en évidence ce que nous aurons accompli. L'une au moins de ces deux dernières conférences donnera lieu à la publication des actes publiés en accès ouvert.
Pendant le projet HYPOTHESES précédent, l'invitation occasionnelle d'experts externes, qui ont été des sources d'informations très utiles, a fait ses preuves. Nous souhaitons conserver cette façon de collaborer dans le nouveau projet en associant, tant au Projet principal qu'aux Projets individuels, des experts reconnus internationalement. Ceux-ci seront des partenaires auxquels nous pourrons présenter régulièrement nos travaux en cours et demander leurs avis sur des points cruciaux. Nous avons la chance d'avoir trouvé des chercheurs remarquables pour cela. Tout particulièrement pour IP3 il sera important de pouvoir consulter des juristes ; nous serons soutenus par plusieurs experts à Tübingen et aussi à Constance et à Lille.

Perspectives

------------------------------

Productions scientifiques et brevets

Pour chaque projet individuel, deux publications par an (en moyenne), l'une au moins dans un journal international, l'autre pouvant être aussi présentée dans une conférence internationale (18). L'expérience du Projet HYPOTHESES ayant montré que cet objectif est raisonnable et peut être atteint sans avoir à augmenter artificiellement le nombre d'articles publiés (par exemple en publiant séparément des résultats qui forment un tout). Pour le Projet principal, nous comptons parmi les publications promises le volume des actes de la conférence qui doit être publié par les coordinateurs du projet (1 vol.).

Partenaires

IHPST (CNRS UMR 8590) IHPST (CNRS UMR 8590)

IHPST (CNRS UMR 8590) UMR 8590 - Institut d'Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques

Wilhelm-Schickard-Institut, Universität Tübingen Wilhelm-Schickard-Institut, Universität Tübingen

Aide de l'ANR 330 990 euros
Début et durée du projet scientifique octobre 2014 - 36 mois

Résumé de soumission

Durant les projets précédents, nous avons étudié le raisonnement hypothétique d’un point de vue logique. Ce nouveau projet vise le raisonnement hypothétique dans des domaines extérieurs à la logique. Notre point de vue principal est que les recherches logiques doivent faire leurs preuves en dehors de la logique et, conversement, qu’elles doivent prendre en compte la façon dont la logique est appliquée dans le « monde réel ». Ainsi nous passons d’une perspective interne à une perspective externe en prenant en compte ce sur quoi porte le raisonnement hypothétique lorsque nous allons au-delà de la logique.
Les domaines extérieurs à la logique que nous avons choisis sont ceux de la philosophie des sciences (en tant qu’application dans la philosophie), de l’informatique (en tant qu’application dans les sciences formelles) et du Droit (en tant qu’application au champ des interactions sociales). Dans chacun de ces domaines, la notion de raisonnement hypothétique joue un rôle de premier plan qui peut nous permettre de tester nos théories logiques. Il nous intéresse en particulier de mesurer jusqu’où la perspective proof-theoretic (propre à la théorie de la démonstration), que nous avons préconisée et employée dans nos recherches logiques, se rapporte à ces sujets.

C'est énoncer une platitude que de dire que la notion d'hypothèse joue un rôle important en philosophie des sciences, dans la mesure où les théories scientifiques sont des hypothèses soumises à des tests empiriques et qui servent à fournir des explications empiriques. Nous soutenons que l'adoption d'un point de vue proof-theoretic peut permettre de répondre à, ou du moins d'analyser de façon plus appropriée, quelques questions qui se posent en philosophie des sciences ; par exemple en employant des notions constructives d'implication ou des logiques sous-structurelles.

De même en Droit les raisonnements hypothétiques sont fréquents dans la mesure où les lois sont appliquées en en tirant des conséquences ; les lois étant alors tenues pour des hypothèses. Là encore, nous soutenons que l'adoption d'une perspective proof-theoretic se révèlera utile dans la mesure où elle fournit des méthodes nouvelles permettant d'extraire un contenu de corps structurés d'énoncés.

En informatique la logique, et en particulier la théorie de la démonstration, a des applications variées, comme la vérification de logiciels ou de matériels. Ici nous nous intéressons surtout à la direction inverse, c'est-à-dire à la façon dont ces applications de la logique façonnent, ou pourraient façonner, la forme de la logique elle-même. Nous soutenons que c'est bien ce qui a lieu et que cela mène à un « changement de paradigme » dans lequel la théorie de la démonstration va jouer un rôle plus important que celui qu'elle a actuellement.

Dans le Projet Principal nous donnerons les outils logiques employés pour analyser le raisonnement dans les trois domaines d'application choisis et étudierons comment ces applications viennent en retour enrichir le concept de logique lui-même. Dans les trois projets individuels, qui correspondent à la Philosophie des sciences, l'Informatique et le Droit, nous étudierons les formes spécifiques qu'y prend le raisonnement hypothétique.

 

Programme ANR : Programme franco-allemand en Sciences humaines et sociales (FRAL) 2014

Référence projet : ANR-14-FRAL-0002

Coordinateur du projet :
Monsieur Jean FICHOT (UMR 8590 - Institut d'Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques)

Site internet du projet : http://ls.informatik.uni-tuebingen.de/bl/project.html

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.