L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Travail : organisation, relation, formation, santé, ... (DS0301)
Edition 2014


ACIC


Développer les Capacités d’Absorption dans les Réseaux Collaboratifs pour renforcer l’innovation dans les PME

Développer la capacité d’absorption pour faciliter l’innovation des PME insérées dans des réseaux collaboratifs.
Pour faire face à une concurrence internationale croissante, les PME qui disposent de ressources limitées, ont développé des projets d’innovation au sein de réseaux collaboratifs (RC). La littérature montre que certaines capacités peuvent améliorer l’innovation des PME. Cependant, il reste à découvrir comment les PME doivent mobiliser les ressources des RC, dans leur propre organisation, et collaborer avec d’autres entreprises pour conduire avec succès leurs projets innovants.

Vers une meilleure compréhension de la capacity d'absorption des PME en réseaux collaboratifs
Les principaux objectifs de ce projet consistent à proposer aux PME une méthode et des outils efficaces et peu coûteux pour améliorer l’innovation dans leurs organisations. Pour y parvenir, le projet se structurera autour des objectifs suivants:(i) décrire les types de connaissances orientées innovation, les capacités et mécanismes de l’ACAP dans les PME insérées dans des RC;(ii) opérationnaliser le concept d’ACAP en développant une grille de maturité qui permettra aux PME de mesurer leur ACAP et de situer leur performance;(iii) proposer aux PME des outils fondés sur des techniques récentes de jeux sérieux permettant de modéliser leurs pratiques d’absorption dans les projets d’innovation.

Renouveler les approches méthodologiques pour mieux saisir la capacité d'absorption des PME en réseaux collaboratifs
Une approche méthodologique mixte qualitative et quantitative associant sciences de gestion, sciences de l’ingénieur et sciences informatiques.

Les PME seront étudiées dans le contexte de leurs réseaux de collaboration pour prendre en compte les facteurs de contingence impactant leur ACAP dans l'innovation de produit, de services ou de procédés.
Pour atteindre ces objectifs l'originalité de l'approche méthodologique porte sur:

- une comparaison de l'ACAP entre les industries « traditionnelles » (notamment mécanique et textile) et les industries « créatives » (notamment logiciels et jeux vidéos),
- un focus sur les réseaux collaboratifs horizontaux (entre partenaires appartenant à une même industrie ou non ; entre PMEs ou dans des réseaux PME-Grands groupes)
- une comparaison entre France et UK.

Résultats

- Une taxonomie de connaissances orientées innovation, - La modélisation des pratiques et processus liés à l'ACAP pour mettre en évidence les meilleures pratiques, - La caractérisation des variables de contingence liées à l'ACAP, - Une échelle de mesure de l'ACAP,
- Une méthode outillée pour modéliser les pratiques d’ACAP dans les PME.

Perspectives

La caractérisation de meilleures pratiques d’absorption dans différentes industries et contextes de collaboration devraient permettre une généralisation des résultats sur une diversité de contextes d’innovation.

Une suite d’ACIC pourrait être d’intégrer les niveaux de maturité des pratiques d’ACAP dans la méthode outillée pour favoriser l'ACAP dans les PME.

Productions scientifiques et brevets

Benhayoun, L, Dominguez Péry, C, Le Dain M.-A., Digital capabilities for SMEs’ innovation in collaborative networks: A literature review. The 20th International AIM Conference, Rabat, Morocco, 20-22 May, 2015.

De Benedittis, J., Dominguez-Péry, C. (2014), « Le rôle des cellules d’animation des pôles de compétitivité dans le processus de partage de connaissances inter-organisationnel », 19ème édition du Colloque annuel de l’Association Information et Management (AIM), Aix-en-Provence, 20-21 mai

De Benedittis, J., Dominguez-Péry, C., Farastier, A., Geindre, S., Tassabehji, R. (2015), “Exploring the “black box” of ACAP in SMEs from the perspective of micro-practices and routines : the case of a textile cluster”, 7th International Symposium on Process Organization Studies (PROS), Kos, Greece, 24-27 July.

De Benedittis, J., Tassabehji, R., Dominguez-Péry, C. (Juillet 2014), «Inter-organizational collaborative practices: The role of French clusters«, 30th Egos colloquium, Sub-theme 28 (Unsettling Boundaries: Practices of Inter-organizational Collaboration), Rotterdam.

Dominguez-Péry, C., De Benedittis, J., Tassabehji, R., Geindre S., Farastier A. (2015), “The role of SMEs’ individual ACAP to enhance radical innovations: the case of a textile cluster”, 31th EGOS Colloquium, Athens, Greece, 2-4 July.

Partenaires

CERAG Centre d’Etudes et de Recherches Appliquées à la Gestion

G-SCOP Laboratoire des Sciences pour la Conception, l'Optimisation et la Production de Grenoble

INNOVACS SFR Innovation, Connaissances, Société

IXIADE IXIADE

LIG Laboratoire d'Informatique de Grenoble

 THESAME MECATRONIQUE MANAGEMENT

Univ. Bradford University of Bradford, School of Management

Univ. Liverpool University of Liverpool, Management School

Aide de l'ANR 566 686 euros
Début et durée du projet scientifique octobre 2014 - 36 mois

Résumé de soumission

L’innovation est reconnue comme l’un des principaux moteurs de la croissance économique dans lequel les PME jouent un rôle clé. Innovation et PME font l’objet de mesures de soutien de la part des politiques européennes pour améliorer la compétitivité internationale et consolider le renouveau industriel. Pour faire face à une concurrence internationale croissante, les PME qui disposent de ressources limitées, ont développé des projets d’innovation au sein de réseaux collaboratifs (RC) ; ces derniers sont à cet égard de plus en plus considérés comme des creusets pour faire face à la concurrence et contribuer à la croissance. La littérature montre que certaines capacités peuvent améliorer l’innovation des PME. Cependant, il reste à découvrir comment les PME doivent mobiliser les ressources des RC, dans leur propre organisation, et collaborer avec d’autres entreprises pour conduire avec succès leurs projets innovants.

De plus en plus de travaux empiriques montrent que la capacité d’absorption (ACAP) (Cohen et Levinthal, 1990), définie comme la capacité d’une entreprise à identifier les connaissances externes, les assimiler, transformer et exploiter, joue un rôle crucial dans l’innovation. Ceci étant, peu de travaux expliquent comment cette capacité d’absorption peut être opérationnalisée en pratique.

Les principaux objectifs de ce projet consistent à proposer aux PME une méthode et des outils efficaces et peu coûteux pour améliorer l’innovation dans leurs organisations. Pour y parvenir, le projet se structurera autour des objectifs suivants:(i) décrire finement la base de connaissances, les capacités et mécanismes de l’ACAP dans les PME insérées dans des RC;(ii) opérationnaliser le concept d’ACAP en développant une grille de maturité qui permettra aux PME de mesurer leur ACAP et de situer leur performance;(iii) proposer aux PME des outils fondés sur des techniques récentes de jeux sérieux incluant des interactions sociales. Le processus d’absorption et l’ACAP ainsi modélisés, permettront de favoriser leur réflexivité et in fine de diffuser de meilleures pratiques.

L’originalité du projet réside dans une collaboration multi-disciplinaire (sciences de gestion, sciences de l’ingénieur et informatique) et multi-méthodes (approches qualitatives et quantitatives pour construire des études de cas approfondies, des expérimentations de groupe) en relation étroite entre universitaires et industriels. Certains livrables (grille de maturité, outils d’organisation de l’ACAP) pourront être directement utilisés par les PME dans les RC pour améliorer leurs projets d’innovation. Les formations de Master et continue pourront également en bénéficier.

Cette recherche déploiera enfin une diversité de terrains d’étude pour comprendre l’ACAP de façon holistique. La région Rhône-Alpes se distingue par un nombre élevé de PME insérées dans des RC, ce qui suppose un fort potentiel d’innovation. L’ACAP se déploie dans différents types de relations (verticale, horizontale) présents dans les RC. En France, l’État a investi pour créer des pôles de compétitivité afin de favoriser le renouveau industriel des régions post-industrielles. Ces pôles ont une structure « top-down » avec une gouvernance formelle. A l’inverse, en Angleterre, les clusters sont moins nombreux, ils disposent d’une gouvernance ad hoc et leur finalité est orientée par les marchés. Nous réaliserons des comparaisons entre la France et l’Angleterre pour comprendre le rôle de chacun de ces clusters, considérés comme des acteurs frontières, pour favoriser les projets d’innovation. Nous réaliserons enfin des comparaisons entre industries traditionnelles (mécanique, textile) et créatives (design, média, logiciel), très présentes dans la région Rhône-Alpes et dans le Nord de l’Angleterre. En effet, la littérature montre que des capacités différentes sont développées dans ces deux types d’industries. A partir de cette analyse, nous pourrons envisager des transferts de bonnes pratiques inter-industries.

 

Programme ANR : Travail : organisation, relation, formation, santé, ... (DS0301) 2014

Référence projet : ANR-14-CE29-0015

Coordinateur du projet :
Madame Carine Dominguez-Pery (Centre d’Etudes et de Recherches Appliquées à la Gestion)

Site internet du projet : https://anracic.wordpress.com

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.