L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Dimensions sociales du tournant numérique (DS0802)
Edition 2014


POPLOG


Logiques numériques en milieu populaire

POPLOG : logiques numériques en milieu populaire
Ce projet part d’un constat : on sait peu de choses sur la spécificité du rapport au numérique dans les milieux populaires. Il y a de nombreux travaux sur les usages du numérique, mais ils s’intéressent prioritairement aux usages innovants des jeunes ou des urbains diplômés. Il y a de nombreux travaux sur les classes populaires, mais ils n’ont pas interrogé les transformations que peuvent induire la numérisation de la culture et le développement de la communication électronique.

Etudier des logiques sociales d'appropriation du numérique en partant des valeurs caractéristiques des classes populaires
Ce projet s’est fixé en priorité un objectif empirique d’étude des logiques sociales d’appropriation d’internet par des populations faiblement diplômées vivant en dehors des grandes agglomérations urbaines.
Il s’articule autour de trois grands axes de recherche : communication et sociabilités, savoir et connaissance, culture et hobbys
Il propose de partir de certaines valeurs caractéristiques des classes populaires pour analyser l’insertion du numérique dans la vie quotidienne des individus enquêtés : la dévalorisation de la communication écrite et la valorisation du face à face, la réticence aux pratiques personnelles au profit des pratiques collectives, la priorité des logiques familiales et conjugales dans l’économie relationnelle, l’étanchéité des frontières entre univers professionnel et univers privé, la valorisation des savoirs éthico-pratiques, l’organisation de sociabilités locales durables autour de certaines activités de loisir.

Une approche compréhensive des pratiques d'internet: observations, entretiens, matériau filmé

Tâche de recherche 1 : les employés des services à la personne.
50 entretiens (43 Femmes, 7 Hommes) ont été réalisés auprès d’aides à domicile en milieu rural, d’aides soignantes et d’agents de service hospitalier, dans trois départements différents (Rhône, Dordogne et Orne). Par ailleurs, l’analyse des 50 comptes Facebook recueillis dans le cadre de l’enquête ALGOPOL est en cours.

Tâche de recherche 2 : le numérique dans des ménages populaires traditionnels
Une enquête a été menée en Normandie dans une zone rurale périurbaine auprès d’une famille populaire. Les alliés, amis, collègues ont été rencontrés, et permis de produire des matériaux d’entretiens ethnographiques auprès de 15 personnes composant ce réseau social. 16 entretiens auprès d’assistantes maternelles à Brest et dans sa région ont été réalisés. Ils sont retranscrits et sont en cours d’analyse.

Tâche de recherche 3 : le numérique dans le monde agricole
Trois terrains sont en cours dans le département du Maine-et-Loire.
- des entretiens informatifs avec des responsables de la profession (chambre d’agriculture et syndicats) ainsi que des acteurs de la formation et du conseil agricole
- une seconde enquête est menée dans ce même département auprès d’exploitant(e)s agricoles et de leurs associé(e)s lorsqu’il existe une différence générationnelle entraînant des processus d’appropriation différents des outils informatiques notamment en rapport avec la gestion de l’exploitation. A ce jour, 21 entretiens ont été menés.
-Un documentaire filmé est en cours de préparation: adoptant une perspective proche des travaux de Latour ou Akrich sur les acteurs réseaux, ce documentaire prend pour point de départ l’innovation technologique – en l’occurrence les robots de traite – et s’intéresse à l’ensemble des acteurs concernés par ce type de technologie (vétérinaires, concepteurs de logiciels et analystes de big data, inséminateurs, etc.).

Résultats

- On constate une très forte intégration d’internet dans la vie quotidienne et une ritualisation des moments d’usage ; une certaine acceptation de la dématérialisation des documents administratifs ; un recours très fréquent aux achats en ligne
- Les premiers éléments de terrain recueillis montrent des transformations particulièrement intéressantes du côté de la relation au savoir et aux connaissances : c’est sensible pour l’aide au travail scolaire des enfants mais plus largement pour tout ce qui concerne la recherche d’informations en ligne qu’elle concerne le domaine privé ou professionnel.
- Du côté des sociabilités familiales, on constate un double mouvement : d’un côté les communications -écrites ou vocales- par téléphone sont venues se superposer aux visites de face à face avec les membres de la famille proche, ascendants et enfants. De l’autre, on assiste à un fort développement des échanges entre les membres de la famille large sur Facebook. Il y a donc des moyens de communication privilégiés selon la force des liens. La communication avec des inconnus reste très rare ou circonscrite à des sujets très précis (une technique culturale particulière pour les agriculteurs par exemple) et se poursuit fréquemment par un passage à une relation de face-à-face.
- Du côté des agriculteurs, le déploiement des technologies numériques – qui occupent un très large éventail d’activités, de la surveillance par drones à la robotisation intégrale de tâches telles que la traite, ou encore à l’assistance par algorithmes – s’effectue à vitesse accélérée : on voit se dessiner la transformation complète des compétences et des répertoires d’action, avec notamment un accompagnement des décisions grâce à des outils orientés vers la prédiction.

Perspectives

- Nombreux échanges scientifiques avec trois autres projets ANR portant sur des thématiques proches: ALGOPOL, CLASPOP, CAPACITY

En préparation:
Un ouvrage de recherche en préparation pour l'enquête sur les employés des services à la personne (équipe Paris)
Un numéro spécial de revue de sociologie générale
Un numéro spécial de revue spécialisée sur la communication (Réseaux)
3 articles dans des revues étrangères à comité de lecture

Productions scientifiques et brevets

2 articles soumis à des revues à comité de lecture
2 communications à des conférences internationales
4 communications à des conférences nationales
2 conférences de vulgaristation

Partenaires

CAPHI Centre Atlantique de Philosophie

Télécom ParisTech LTCI Institut Mines Télécom

UBO, LABERS Université de Bretagne Occidentale, LABoratoire d'Etudes et de Recherches en Sociologie EA 3149

Aide de l'ANR 195 775 euros
Début et durée du projet scientifique octobre 2014 - 36 mois

Résumé de soumission

Ce projet part d’un constat : on sait peu de choses sur la spécificité du rapport au numérique dans les milieux populaires. Il y a de nombreux travaux sur les usages du numérique, mais, sauf rares exceptions, ils s’intéressent prioritairement aux usages innovants des jeunes ou des urbains diplômés. Il y a de nombreux travaux sur les classes populaires, mais ils n’ont pas interrogé les transformations que peuvent induire la numérisation de la culture et le développement de la communication électronique dans ces milieux sociaux. Le projet se situe à l’articulation de deux phénomènes : la reconfiguration des classes populaires –caractérisée par une plus grande hétérogénéité sociale- et la démocratisation de l’accès à internet –depuis quelques années, en France, les individus peu ou pas diplômés ont en partie rattrapé leur retard d’équipement. Nous nous écarterons des analyses en termes de manques et d’absences : il ne s’agit pas de mesurer les pratiques numériques des individus peu ou pas diplômés à l’aune des pratiques des plus diplômés, ni de les réduire à des situations de contrainte économique. Au contraire, par une démarche inspirée de celle de Richard Hoggart dans The uses of Literacy, nous partirons d’un certain nombre de valeurs caractéristiques des classes populaires pour analyser l’insertion des pratiques du numérique dans la vie de tous les jours : la dévalorisation de la communication écrite et la valorisation du face à face, la réticence aux pratiques personnelles au profit des pratiques collectives, la priorité des logiques familiales et conjugales dans l’économie relationnelle, l’étanchéité des frontières entre univers professionnel et univers privé, la valorisation des savoirs éthico-pratiques, l’organisation de sociabilités locales durables autour certaines activités de loisir, etc. Nous ferons l’hypothèse que les usages du numérique sont investis –ou non- en fonction de leur pertinence par rapport à ces valeurs et qu’en même temps ils peuvent contribuer à les faire évoluer, accentuant ainsi certains processus de décloisonnement culturel déjà à l’œuvre.
Le projet s’articule autour de trois axes de recherche : communication et sociabilités, savoir et connaissances, culture et hobbys. Il mobilise trois équipes de recherche composées de sociologues spécialistes pour les uns des médias et des nouvelles technologies, et, pour les autres, des questions d’éducation dans les milieux populaires. La recherche sera conçue selon un principe de monographies localisées avec une approche mobilisant des méthodes qualitatives et ethnographiques. Il ne s’agit évidemment pas de prétendre donner une photographie exhaustive des usages de la culture numérique dans les milieux populaires, ce qui serait une entreprise démesurée et n’est pas le but du projet, mais d’analyser, à partir de quelques cas bien ciblés de populations peu ou pas couvertes par les recherches actuelles, les logiques sociales d’appropriation des opportunités culturelles ouvertes par le numérique. Nous nous intéresserons en priorité aux habitants des zones de résidence situées en dehors des grandes aires métropolitaines, et notamment à des populations rurales et semi rurales. Notre attention ira à des sous groupes professionnels dont on connait très mal les usages du numérique: professionnels des services à la personne, petits exploitants agricoles, ouvriers peu qualifiés et petits employés. La recherche se déroulera sur trois ans, avec des activités de coordination régulières mobilisant des chercheurs associés au projet et se clôturera par un colloque international final, « The uses of digital literacy : Hoggart 2017 ».

 

Programme ANR : Dimensions sociales du tournant numérique (DS0802) 2014

Référence projet : ANR-14-CE29-0007

Coordinateur du projet :
Madame Dominique Pasquier (Institut Mines Télécom)

Site internet du projet : https://anrpoplog.wordpress.com/

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.