L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Blanc – Accords bilatéraux 2013 - SVSE 1 - Physiologie, physiopathologie, santé publique (Blanc – Accords bilatéraux 2013 - SVSE 1) 2013
Projet GAD

Axe tissus adipeux – microbiote dans la pathogénie de l’obésité et de ses complications métaboliques : mécanisme moléculaire et implications cliniques.

Nous sommes confrontés à une épidémie de diabète et d'obésité avec comme conséquence attendue une recrudescence de leurs complications telles que l'infarctus du myocarde ou l'insuffisance rénale.
Une importante littérature a établi le rôle causal du microbiote intestinale dans l'émergence de l'obésité et de ses complications métaboliques. Les mécanismes d'interaction au sein des 300 millions de gènes du microbiote intestinal qui s'inscrivent dans une écologie bactérienne complexe et avec les cellules de l'hôte restent pour une large part à élucider. Ils représentent des cibles thérapeutiques potentielles pour la prévention et le traitement des maladies métaboliques et de leurs complications. Au delà de la barrière intestinale, notre groupe a amené des preuves expérimentales et épidémiologiques de l'implication d'un microbiote tissulaire dans la genèse de l'inflammation métabolique notamment au niveau du tissus adipeux. Nous avons notamment montré qu'un régime riche en graisses est associé chez l'homme à une augmentation de la concentration d'endotoxine circulante et qu'une modification du microbiote tissulaire est prédictif de la survenue d'un diabète. Chez la souris, nous avons montré qu'une augmentation de la translocation bactérienne vers le tissus adipeux est associé à la survenue d'un diabète. A partir de ces données, nous faisons l'hypothèse que le tissus adipeux est un organe cible dans la relation hôte-microbiote conduisant au diabète via des modifications de la fonction adipocytaire et l'inflammation du tissus adipeux.

Pour tester cette hyopthèse nous proposons d'associer l'expertise de nos deux équipes. L'équipe française a l'expertise de l'identification taxonomique et génomique du microbiote notamment tissulaire et de ses relations avec le système immunitaire digestif et les maladies métaboliques et leurs complications. L'équipe Hong Kongaise à l'expertise de la fonction adipocytaire et du pénotypage métabolique. l'objectif de ce travail est 1) d'étudier les relations entre l'hôte, son microbiote intestinal et adipeux dans un modèle original de souris axénique (sans germe) colonisés par une flore de souris obèse et nourris normalement ou par un régime riche en graisse.en y associant une approche de délétion génétique de l'inflammation adipocytairee tson controle négatif. Cette stratégie devrait permettre d'analyser la relation hote microbiote sur les modifications métaboliques médiées par l'inflammation indépendamment de l'effet du régime gras , d'identifier les groupes, les gènes bactériens et les protéines bactériennes au niveau intestinal et adipeux qui sont impliqués dans cette relation.
Ceci amènera un gain de connaissance dans la relation hote microbiote et au delà devrait ouvrir la voie à nouveau marqueurs diagnostiques et de nouvelles stratégies thérapeutiques pour la prédiction, la classification et la prise en charge des maladies métaboliques et de leurs complications.

Partenaires

INSERM1048 Institut de Recherche sur les maladies métaboliques et cardiovasculaires

Aide de l'ANR 198 952 euros
Début et durée du projet scientifique mars 2014 - 36 mois

 

Programme ANR : Blanc – Accords bilatéraux 2013 - SVSE 1 - Physiologie, physiopathologie, santé publique (Blanc – Accords bilatéraux 2013 - SVSE 1) 2013

Référence projet : ANR-13-ISV1-0005

Coordinateur du projet :
Monsieur Jacques AMAR (Institut de Recherche sur les maladies métaboliques et cardiovasculaires)

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.