L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Blanc - SIMI 6 - Système Terre, environnement, risques (Blanc SIMI 6) 2013
Projet DSP-Tibet

Etude des Processus profonds et de surface dans le Tibet Central

Comment et depuis quand le Plateau Tibétain s’est développé restent des questions scientifiques énigmatiques. Répondre à ces questions, ce n’est pas seulement s’intéresser au plus vaste système orogénique terrestre, c’est mieux comprendre le comportement rgéologique de la lithosphère à long-terme. Le Plateau du Tibet est un laboratoire naturel unique pour mieux comprendre l'évolution d'un orogène de collision à grande échelle. Si les données géophysiques sont de plus en plus nombreuses et de plus en précises, les données de surface ou subsurface restent encore assez peu nombreuses et méritent d’être précisées. L’intégration des données géologiques et géophysiques a conduit ses 20 dernières années a proposé des modèles assez contradictoires sur la croissance des zones orogéniques. Certains modèles se concentrent sur l'importance du charriage des plaques rigides indiennes et asiatiques sous le Tibet, d'autres soutiennent que la croûte continentale et la lithosphère sont rhéologiquement faibles et que l'épaississement de la lithosphère asiatique est distribué. Dans ce projet, nous ciblons le Tibet central, bien qu'il reste la partie la moins étudiée de la zone de collision Inde-Asie, il constitue un élément clé pour les reconstructions et les modèles impliquant des processus tels que la subduction continentale, le sous-placage continentale ou l’extrusion. Notre objectif principal est de fournir des données quantitatives détaillées sur les taux et les mécanismes de procédés d'épaississement dans le Tibet central basé sur une étude pétrologique s.l. et pétrophysique des roches volcaniques et du manteau associé et des xénolites de croûte inférieur. Parallèlement nous acquerrons des données paléomagnétiques et thermochronologique sur les roches volcaniques tertiaire et nous réévaluation les données géophysiques disponibles (tomographie, flux de chaleur , anomalie de Bouguer, sismique réfraction et réflexion). L’ensemble des ces données seront intégrées dans des modélisations thermo-mécaniques numériques. La comparaison avec la géométrie, la lithologie et l'évolution du massif de Bohême (Europe Central) offrira une vision globale de l'évolution des orogènes à grande échelle à travers le temps. En effet, le massif de Bohême offre l’opportunité d’observer directement la racine crustale d’un grand orogène, ce qui n’est bien évidemment pas le cas sur le Plateau du Tibet. Une telle approche intégrée, est rarement effectué dans un seul projet pour étudier une chaîne de montagne en particulier. Nous proposons de développer une telle étude intégrée de surface et en profondeur afin d’étudier les processus d’évolution du cœur d’un orogène. L’avantage de se concentrer sur la partie central du Tibet et sur le massif de Bohème c’est de travailler au cœur de l’orogène, préservées des zones de subduction continentale plus récentes qui ont perturbé et rajeuni les structures précoces de la croissance orogénique. De plus, l'intérêt de comparer le massif de Bohème avec la partie centrale du Tibet est que le premier offre l'oppurtunité d'accéder diretement sur le terrain à la racine crustale de l'orogène, tandis que le Tibet central est une zone orogénique toujours active mais par conséquent non érodée.

Partenaires

Geosciences Rennes Geosciences Rennes

CNRS UMR7516 IPGS Institut de Physique du Globe de Strasbourg

ISTERRE-CNRS Institut des Sciences de la Terre

Aide de l'ANR 239 539 euros
Début et durée du projet scientifique janvier 2014 - 48 mois

 

Programme ANR : Blanc - SIMI 6 - Système Terre, environnement, risques (Blanc SIMI 6) 2013

Référence projet : ANR-13-BS06-0012

Coordinateur du projet :
Monsieur Stephane GUILLOT (Institut des Sciences de la Terre)

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.