L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

FACING SOCIETAL AND ENVIRONMENTAL CHANGES (SOC&ENV)
Edition 2012


AlterNET


La résistance aux insecticides et les pratiques sociales relatives à l'usage des pesticides par les populations : comment fournir des informations pertinentes pour contrôler Anopheles gambiae, le principal vecteur du paludisme en Afrique de l'Ouest.

Résistance aux insecticides et pratiques sociales de l'usage des pesticides
La résistance aux insecticides et les pratiques sociales relatives à l'usage des pesticides par les populations : comment fournir des informations pertinentes pour contrôler Anopheles gambiae, le principal vecteur du paludisme en Afrique de l'Ouest.

Evaluer le risque d’utiliser de nouveaux insecticides pour le contrôle d’An gambiae
Le projet étudie les interactions entre les vecteurs d’agents pathogènes humains (les moustiques) et l’impact des changements environnementaux dus aux pressions anthropiques (présence de pollution par des pesticides OP et CX). Ainsi nous allons :
(1) Analyser la nature et l’intensité des pressions de sélection actuelles sur An gambiae en :
? Étudiant les représentations culturelles et les pratiques sociales des populations dans l’utilisation des insecticides dans un contexte social donné
? Mesurant les pressions de sélection insecticides globales dans des zones écologiques distinctes
(2) Caractériser l’adaptation dans les populations naturelles d’An gambiae et déterminer son évolution en :
? Etudiant l’évolution de la résistance aux OP et CX (des gènes aux organismes et aux populations) dans deux pays d’Afrique de l’Ouest
? Modélisant l’adaptation à long terme aux pesticides pour générer des données prédictives permettant d’évaluer une gestion durable de la résistance.

Approche interdisciplinaire: anthropologie, génétique et modélisation
(1) Une étude anthropologique décrira et analysera les représentations et les pratiques des acteurs sociaux dans l’usage des pesticides dans des contextes déterminés au Bénin et au Burkina. Elle inclura des inventaires de produits, la perception des risques et bénéfices attribués aux différents produits, la perception de la nuisance etc… Une analyse des processus de décision dans le choix des produits et des pratiques sera faite.
(2) Une caractérisation génétique de la résistance sera conduite dans différentes zones écologiques. Elle donnera des informations sur la distribution et l’évolution de la résistance pour une analyse globale. En parallèle, la caractérisation phénotypique sera conduite en mesurant la valeur sélective et le comportement de souches résistantes au laboratoire en conditions contrôlées.
(3) Des modèles seront développés pour estimer les paramètres de sélection et de migration pour prédire les dynamiques futures de la résistance d’An gambiae.

Résultats

Les relations entre la santé et l’environnement ont souvent été sous estimées en Afrique. L’urbanisation augmente et l’impact humain sur l’environnement va promouvoir l’émergence de maladies. Le développement de maraichages dans les villes pourrait constituer un «cocktail« explosif en termes de prolifération de vecteurs, de pollution pesticide et de sélection de résistance. Le projet AlterNET aidera à mieux appréhender comment les changements environnementaux pourraient influencer la dynamique de la Malaria.

Perspectives

L’originalité du projet est que nous allons évaluer la possibilité d’utiliser de nouveaux insecticides avant que la résistance ne fasse échouer les programmes de contrôle. Nous allons aussi identifier les origines des pressions insecticides pour avoir une compréhension globale de l’usage des insecticides dans des contextes sociétaux spécifiques.

Productions scientifiques et brevets

Pas de publications pour l'instant

Partenaires

IRD MiVEGEC : Maladies Infectieuses et Vecteurs Écologie, Génétique, Évolution et Contrôle

IRSP Institut régional de santé publique

IRSS Centre Muraz

ISEM Institut des sciences de l'évolution de Montpellier

Aide de l'ANR 261 714 euros
Début et durée du projet scientifique janvier 2013 - 36 mois

Résumé de soumission

Le paludisme est principalement transmis par le moustique Anopheles gambiae en Afrique de l'Ouest. Sa prévention est basée sur la réduction du contact vecteur/hôte, grâce à l'utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticides ou par pulvérisations dans les habitations. Aujourd'hui, les seuls insecticides recommandés sont les pyréthrinoïdes (PYRs) pour leurs propriétés répulsives, leur efficacité à faible dose, et leur bonne tolérance par l'homme. Cependant, en Afrique sub-saharienne, une forte résistance aux PYRs s'est développée constituant un obstacle majeur à la lutte anti-vectorielle.
Deux autres classes d’insecticides (organophosphates [OPs] et carbamates [CXs]) ont été proposées pour contourner la résistance aux PYRs. Cependant, une résistance aux OP et CX est déjà présente dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. L'objectif d'AlterNET est d'acquérir des informations pertinentes pour évaluer le risque d’utiliser ces insecticides pour contrôler le paludisme. Comme la dynamique de la résistance est sous la dépendance (a) de l'intensité de la pression de sélection, et (b) des caractéristiques biologiques et populationnelles des vecteurs, le projet est organisé autour de deux axes:
1. Comprendre les pressions de sélection OP et CX.
Comme aucun programme global de lutte anti-vectorielle n’a utilisé d’OP ou CX, la question est d’identifier l’origine des pressions qui ont sélectionné la résistance observée chez An. gambiae. Ces pressions résultent de pollutions environnementales issues d’activités humaines (agriculture, protection personnelle, …).
Pour clarifier cet aspect nous proposons deux études complémentaires dans des milieux écologiques distincts:
(a) une enquête anthropologique sur les pratiques professionnelles des maraichers, en particulier au niveau de l'utilisation de pesticides. Cette étude utilisera les concepts et les outils développés en "anthropologie du médicament". Outre une connaissance des pesticides utilisés (nature, quantités), elle apportera des informations sur la construction socioculturelle des processus de décisions dans le choix des insecticides et des pratiques d'utilisation.
(b) une étude visant à évaluer l'importance des pressions de sélection en pratiquant un suivi annuel des gènes de résistance de Culex pipiens quinquefasciatus, une espèce de moustique ubiquiste répondant rapidement à la sélection par OP/CX. Les données recueillies alimenteront les modèles populationnels déjà paramétrés pour estimer l'intensité globale de la sélection et ses origines écologiques.
2. Etudier l'adaptation aux OP/CX des populations d'An gambiae.
En Afrique de l'Ouest, une résistance aux OP/CX est due à un allèle (ace-1R) du gène ace-1 codant l'acétylcholinestérase synaptique (AChE1). Récemment, un allèle dupliqué (ace-1D), constitué d'une copie sauvage et d'ace-1R, a été identifié au Burkina Faso et en Côte d'Ivoire. Cet allèle est soupçonné d'améliorer la valeur adaptative des moustiques tout en conservant la résistance. Nous déterminerons si elle pourrait favoriser la propagation de la résistance en.
(a) pratiquant une surveillance des allèles ace-1R et ace-1D au Bénin et au Burkina Faso, de 2013 à 2015.
(b) en construisant des souches portant, dans un même fond génétique, ces allèles (seuls et combinés avec le gène de résistance aux PYR) afin d'évaluer leurs valeurs sélectives en présence et en absence d'insecticide.
Nous utiliserons des modèles évolutifs paramétrés grâce aux données de terrain et aux souches de laboratoire pour analyser et prédire l'évolution de la résistance aux OP/CX.
La combinaison des différentes investigations concernant An gambiae, les pressions de sélection enregistrées par des analyses biologiques, et les données des études anthropologiques permettront de déterminer comment la résistance aux OP/CX pourrait évoluer, et si l'utilisation de ces insecticides dans la lutte anti-vectorielle risque de mettre en péril le contrôle du paludisme, le but ultime du projet AlterNet.

 

Programme ANR : FACING SOCIETAL AND ENVIRONMENTAL CHANGES (SOC&ENV) 2012

Référence projet : ANR-12-SENV-0003

Coordinateur du projet :
Madame Mylène WEILL (Institut des sciences de l'évolution de Montpellier)
mylene.weill@nulluniv-montp2.fr

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.