L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Santé Mentale et Addictions (SAMENTA)
Edition 2012


SENSO


Biomarqueurs da la sensibilité aux signaux sociaux dans la dépression

Vers un diagnostic biologique de la dépression
L’enjeu de ce projet est de définir des marqueurs biologiques et d’imagerie cérébrale permettant de faciliter l’établissement du diagnostic de dépression. Pour identifier ces marqueurs nous allons mesurer à la fois l’activité cérébrale (par exemple en Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle, IRMf) et l’activité biologique (marqueurs de l’inflammation) des patients déprimés

Evaluation de la sensibilité aux signaux sociaux des patients déprimés
La dépression majeure (DM) est une affection fréquente qui affecte sur la vie entière 10 à 15 % de la population générale. Elle représente un fardeau majeur pour les patients, leurs familles ou la société. La dépression est une affection cérébrale associée à des dysfonctionnements dans les régions impliquées dans la réponse et le contrôle des émotions. Bien que ces anomalies du fonctionnement cérébral soient clairement établies, le diagnostic d’un épisode dépressif majeur repose encore actuellement uniquement sur des entretiens avec le patient.
Afin d’améliorer le diagnostic précoce d’une dépression majeure, de définir ce trouble sur des bases biologiques solides et de proposer des stratégies thérapeutiques nouvelles, nous avons besoin de transférer dans la pratique médicale courante nos connaissances biologiques sur les troubles dépressifs. Des facteurs génétiques et environnementaux influencent le début, l’évolution et la réponse aux traitements des DM. Parmi ces facteurs environnementaux, les expériences d’exclusion sociale augmentent significativement le risque de développer une dépression. Ceci souligne les liens étroits entre la dépression et le fonctionnement social.
L’objectif du projet SENSO est de définir des marqueurs biologiques de la DM à partir d’une approche scientifique intégrée. SENSO se focalise sur l’étude de l'inclusion et de l'exclusion sociale pour définir ces marqueurs.

Approche neuroscientifique intégrée de la sensibilité aux signaux sociaux dans la dépression
Ce projet se propose d’évaluer les patients déprimés à l’aide d’expériences impliquant des évaluations cognitives et comportementales (réalisations de tests impliquant une réponse précise, plus ou moins rapide) d’imagerie cérébrale et des dosages immunologiques. En particulier ce projet multidisciplinaire va solliciter les compétences de chercheurs impliqués dans les sciences sociales cognitives, l’immunologie, la réalité virtuelle et l’imagerie cérébrale (EEG permettant de mesurer précisément l’activité cérébrale au cours du temps lors de la réalisation d’une tâche ; Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle permettant de visualiser les zones activées du cerveau). La création d’un modèle d’exclusion sociale chez le rat est également prévu.
Une des hypothèses fortes de SENSO est de considérer que les patients déprimés présentent une sensibilité accrue aux signaux sociaux positifs (ex. approbation par autrui) ou négatifs (ex rejet par autrui).
60 patients déprimés et 110 sujets contrôles indemnes de troubles psychiatriques vont être évalués.
Tout au long du projet les patients et les contrôles vont bénéficier d’investigations multiples à partir de situations expérimentales évaluant leurs réponses à des signaux sociaux dynamiques (ex. suivi du regard ; attention d’autrui), aux critiques et approbations d’autrui, à des tâches fictives d’exclusion sociale. Les performances cognitives, comportementales, les données d’EEG et d’IRMf, les liens entre les taux sanguins de protéines inflammatoires et la réponse au stress social vont nous permettre de définir un ensemble de variables indiquant ou non la présence d’une dépression majeure.

Résultats

- un des premiers résultats de ce projet à partir d’une analyse statistique précise des données scientifiques publiées est de montrer que certains tests expérimentaux simulant une situation d’exclusion sociale activent préférentiellement des régions les plus ventrales de la partie interne et antérieure du cerveau. Ces régions sont très impliquées dans la production des symptômes dépressifs. En accord avec notre hypothèse générale, ce résultat souligne l’importance de l’évaluation par les patients déprimés de leurs relations aux autres et de leurs insertions dans leurs groupes sociaux.
- nous avons également élaboré sur le plan théorique un modèle soulignant l’existence de mécanismes biologiques et cérébraux spécialement dédiés au contrôle de l’homéostasie de l’intégration sociale. Ce modèle fait jouer un rôle central à l’estime de soi dans l’évaluation de l’intégration sociale. Les perturbations observables dans la dépression se situent à plusieurs niveaux du modèle et vont être testées prochainement

Perspectives

Les perspectives attendues de ce projet sont de définir précisément le retentissement social de la dépression et de permettre un diagnostic de dépression sur des bases biologiques. Les résultats de ce projet devraient permettre ainsi de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques (médicamenteuses, psychothérapeutiques, remédiation cognitive) au plus prés des difficultés des patients. La définition de marqueurs biologiques devrait permettre de surveiller plus précisément les effets de ces interventions thérapeutiques. Les résultats de ce projet contribueront donc au développement d’une médecine personnalisée et adaptée aux besoins spécifiques (psychologiques et biologiques) du patient déprimé.

Productions scientifiques et brevets

- Courgeon, M., Rautureau, G., Martin, J.C., Grynszpan, O. Joint attention simulation using Eye-Tracking and virtual humans, IEEE Transactions on Affective Computing, 2014.

- Rotge, J.Y., Lemogne, C., Hinfray, S., Huguet, P., Grynszpan, O., Tartour, E., George, N., Fossati P. A méta-analysis of anterior cingulate contribution to social pain. Social Cognitive and Affective Neuroscience, in review.

Partenaires

 Centre de Recherche en Psychiatrie et Neurosciences - Equipe Vulnérabilité aux troubles psychiatriques et addictifs

CERRV Centre émotion-remédiation et réalité virtuelle

LPC Laboratoire de Psychologie Cognitive

 Service d'immunologie Biologique

 UMR 7225

Aide de l'ANR 564 955 euros
Début et durée du projet scientifique septembre 2012 - 42 mois

Résumé de soumission

La dépression majeure (MD) est une affection mentale fréquente qui affecte sur la vie entière 10 à 15 % de la population générale. Elle représente un fardeau majeur pour les patients, leurs familles ou la société. La dépression est une affection cérébrale associée à des dysfonctionnements importants dans les régions corticales et limbiques. Bien que ces anomalies du fonctionnement cérébral soient clairement établies, le diagnostic d’un épisode dépressif majeur repose encore actuellement uniquement sur des critères cliniques.
Afin d’améliorer le diagnostic précoce d’une dépression majeure, de définir ce trouble sur des bases physiopathologiques solides et de proposer des stratégies thérapeutiques à des groupes homogènes de patients, nous avons clairement besoin de transférer à la clinique nos connaissances biologiques et cérébrales sur les troubles de l’humeur. Des facteurs génétiques et environnementaux influencent le début, l’évolution et la réponse aux traitements des MD. Parmi ces facteurs environnementaux, les expériences de rejet ou d’exclusion sociale augmentent significativement le risque de développer une dépression. De plus, le retentissement socio-professionnel de la dépression est important et il a été récemment suggéré que les capacités de cognition sociale des patients déprimés sont un bon prédicteur du devenir social et du pronostic fonctionnel de la dépression. Tout ceci souligne les liens étroits entre la dépression et le fonctionnement social.
Les bases neurobiologiques des difficultés sociales des patients déprimés ne sont pas bien connues. L’objectif du projet SENSO (Sensibilité aux signaux sociaux dans la depression) est de définir des biomarqueurs liés à la cognition sociale de la MD à partir d’une approche scientifique intégrée.
SENSO se focalise sur l'inclusion et l'exclusion sociale et sur les autres types de signaux sociaux menaçants pour définir ces biomarqueurs.
Ce projet se propose d’évaluer les patients déprimés à l’aide de paradigmes expérimentaux impliquant des évaluations cognitives, comportementales, d’imagerie cérébrale et immunologiques. En particulier ce projet multidisciplinaire va solliciter les compétences de chercheurs impliqués dans les sciences sociales cognitives, l’immunologie, la réalité virtuelle et l’imagerie cérébrale (EEG, IRM fonctionnelle).
Une des hypothèses fortes de SENSO est de considérer que les patients déprimés présentent une sensibilité accrue aux signaux sociaux positifs ou négatifs reflet d’un dysfonctionnement du système de monitoring du degré d’acceptation sociale d’un individu.
60 patients déprimés et 150 sujets contrôles indemnes de troubles psychiatriques vont être évalués.
Tout au long du projet les patients et les contrôles vont bénéficier d’investigations multiples à partir de situations expérimentales évaluant leurs sensibilités à des signaux sociaux dynamiques (ex. expression faciale émotionnelle), à l’attention d’autrui, aux critiques et approbations d’autrui, à des tâches d’exclusion sociale.
Les performances cognitives, comportementales, les données d’EEG et d’IRMf, les liens entre les taux de cytokine plasmatiques et la réponse au stress social vont nous permettre de définir un ensemble de variables indiquant la présence d’une dépression majeure et de proposer des nouvelles voies physiopathologiques.
La mise en évidence de tels biomarqueurs laisse espérer le développement de nouvelles cibles thérapeutiques pour des traitements spécifiques et la mise en place de stratégies de remédiation sociale et cognitive.
Les résultats de ce projet contribueront donc au développement d’une médecine personnalisée et adaptée aux besoins spécifiques du patient déprimé.

 

Programme ANR : Santé Mentale et Addictions (SAMENTA) 2012

Référence projet : ANR-12-SAMA-0011

Coordinateur du projet :
Monsieur Philippe Fossati (Centre émotion-remédiation et réalité virtuelle)
philippe.fossati@nullpsl.aphp.fr

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.