L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Métamorphoses des sociétés. Emergences et évolutions des cultures et des phénomènes culturels. (CULT)
Edition 2012


ARCHOR


Archéologie des origines : émergence et évolution des premières techno-cultures

Archéologie des origines: émergence et évolution des premières cultures
Ce projet a pour ambition de reconstuire la genèse des premières cultures matérielles il y a plus de 3 Ma et au-delà. Il s'agit d’étudier les compétences cognitives et capacités motrices impliquées dans la fabrication des premiers outils de pierre taillée.

Technologies des premiers humains : quelles capacités cognitives et motrices ?
Le projet ARCHOR cherche à reconstruire la genèse de la technologie des hominidés entre 3 et 1,7 Ma à partir des données archéologiques recueillies au Nord du Kenya. L'objectif principal est d'étudier les capacités cognitives (de réflexion) et les habiletés motrices des premiers tailleurs de pierre. Quand, pourquoi, comment ont-ils fabriqué les premiers outils ? La question de l'identité de ces premiers artisans et celle de leurs capacités manipulatrices se pose également. Autant de questions que nos découvertes récentes nous permettent de réexplorer. Nous évaluerons les conditions environnementales qui ont favorisé l'émergence des premières cultures de pierre taillée, la diversité des espèces d’hominidés présents dans cette région et qui possédaient les capacités nécessaires à la taille de la pierre par percussion. Nous établirons également un référentiel expérimental pluridisciplinaire pour décrire le mouvement du bras et de l'avant-bras lors de la fabrication d’outils en pierre.

Technologie lithique, expérimentations de taille et biomécanique.
L’analyse technologique des outils de pierre archéologiques et leur réplication expérimentale s’inscrivent tout autant dans la reconnaissance des méthodes et techniques de fabrication et d’utilisation des premiers outils que dans la reconstitution biomécanique de leur gestuelle corporelle et manuelle au cours des activités de subsistance. En complément des analyses classiques (mesures, descriptions et observations sous microscope), nous utilisons des technologies en 3 dimensions sur les ossements (scanner médical) et sur les objets lithiques et les fossiles (scanner de surface). Un protocole d'analyse du mouvement en 3 dimensions de la mobilité du bras et de l'avant-bras au cours de la taille de la pierre a également été mis au point. Pour les reconstitutions environnementales, en complément des données de la faune, des analyses géochimiques des paléosols seront faites et reportées sur les cartes géologiques de surface élaborées dans le cadre de ce projet.

Résultats

L’analyse microscopique des traces sur les outils archéologiques de KS1 montre que 21 proviennent de la percussion bipolaire ou de la percussion directe. D'autres stigmates pourraient être dûs à des activités non liées à la taille.
Vingt huit tests de fabrication d'outils ont été menés selon 3 variables testées successivement : positions de l’expérimentateur, méthodes de percussion, contraintes manuelles. Les résultats montrent que les contraintes et positions expérimentales ne sont pas incompatibles avec les données archéologiques et anthropologiques déjà connues pour les hominidés.

Perspectives

Les perspectives attendues sont une meilleure compréhension des capacités cognitives et motrices des hominidés avant et après l'émergence de notre genre, entre 3 et 1,7 Ma. L’analyse macro- et microscopique des traces de percussion sur l'archéologique devra être étendue. Le volet expérimental devra être poursuivi sur les aspects anthropologiques stricts de reconstitution corporelle et gestuelle et sur les aspects fonctionnels d’utilisation des outillages sur des matériaux organiques.

Productions scientifiques et brevets

2 communications données à ESHE (Autriche)
Searching for stone tools older than 2.6 Ma: how do we know what we are looking for?
New hominin remains from the Nachukui Formation, West Turkana

1 communication à l’EAQUA (Kenya) «Palaeoenvironment and Subsistence at Lokalalei 1 (ca.2.4 My, West Turkana)

Partenaires

Rutgers University Department of Earth and Planetary Sciences

CNRS - UPR 2147 Dynamique de l'évolution humaine : individus, populations, espèces (UPR 2147)

CNRS - UMR 7194 Histoire Naturelle de l'Homme Préhistorique

CNRS - UMR 7055 Préhistoire et Technologie

Aide de l'ANR 379 994 euros
Début et durée du projet scientifique janvier 2013 - 36 mois

Résumé de soumission

Le projet ARCHOR s'inscrit dans la thématique de l'Axe 1 de l'ANR. Ce projet cherche à reconstruire la genèse de la technologie des premiers homininés il y a plus de 3 Ma et jusque 1,7 Ma. Ce projet multidisciplinaire utilisera les données de terrain extrêmement riches recueillies par le WTAP dans le Nord du Kenya, et qui comprend la découverte récente (2011) d'un site archéologique daté à 3.1 Ma, le plus vieux site encore jamais découvert. L'objectif principal est d'étudier les capacités cognitives et habiletés motrices des premiers hominidés au moment de l'émergence et durant les premières étapes évolutives d'un comportement nouveau et unique parmi les primates : la fabrication des premiers outils en pierre. L'approche pour étudier les capacités des premiers tailleurs passe nécessairement par une analyse technologique de leur production lithique, en utilisant le concept de chaîne opératoire comme outil d'analyse. Nous essaierons aussi de définir les conditions environnementales et paléoanthropologiques qui ont favorisé l'émergence d'un tel comportement, il y a plus de 3 Ma dans le bassin du Turkana. Ainsi, au-delà de son premier but qui doit élucider les étapes technologiques qui ont mené certains hominidés à cette évolution spécifique, ce projet a également pour objectif de déterminer l'impact des changements climatiques globaux sur l'évolution humaine et de démontrer les capacités d'adaptation des hominidés face aux changements environnementaux. Comment, quand et pourquoi les hominidés ont-ils fabriqué les premiers outils ? Ces derniers dérivent-ils d'activités de concassage pré-existantes ou ce sont-ils développés plus ponctuellement et directement de la fabrication de tranchants ? A quoi ont-ils servi ? Quelles espèces d'hominidés les ont fabriqués ? Autant de questions que la découverte du site de LOM3 nous permet de ré-explorer. Pendant les 15 dernières années, de nouvelles découvertes ont également révélé la diversité des homininés et la complexité de leur histoire évolutive, pendant laquelle différentes espèces ont coexisté en même temps dans les mêmes régions. Dans ce contexte, déchiffrer les rapports phylogénétiques entre les différentes espèces et évaluer le mode et le tempo de leur émergence représente un certain défi scientifique. Comment biologie, culture et environnement ont-ils interagi dans ces contextes chronologiques anciens ? Quel rôle ces facteurs et leurs actions réciproques ont-ils joué dans l'histoire évolutive de l'homme ? Les conditions d'émergence des capacités motrices chez ces hominidés et en particulier celles liées à la main sont elles toujours discutées. Déterminer à quel moment ces capacités sont apparues représente également un enjeu essentiel pour la compréhension des origines de la technologie et du processus d'hominisation et constitue un des axes de recherche du projet. Les recherches sur l'origine et l'évolution des premiers ensembles techno-culturels sont menées par plusieurs équipes travaillant dans différentes parties du monde, mais essentiellement dans la Grande Vallée du Rift en Afrique de l'Est. Cependant, seule la région Ouest Turkana offre un enregistrement archéologique capable de répondre à ces questions grâce à ses particularités : (1) elle renferme le plus vieux site archéologique jamais découvert (3,1 Ma) et le plus vieux site Acheuléen (1,76 Ma); ces deux sites constituent le terminus ante et post quem du projet ARCHOR; (2) un grand nombre de sites se distribuent chronologiquement le long d'une séquence allant de plus de 3 Ma à 0,7 Ma; cette configuration garantie une étude diachronique approfondie des premières technologies, même si notre projet se concentre sur la période la plus ancienne de cette diachronie, l'Oldowayen; (3) elle renferme plusieurs sites Oldowayens anciens parmi les plus anciens du monde (2,34 Ma) et un grand nombre de sites Oldowayens (1,8 Ma), permettant l'étude comparative de ces ensembles archéologiques à l'échelle synchronique.

 

Programme ANR : Métamorphoses des sociétés. Emergences et évolutions des cultures et des phénomènes culturels. (CULT) 2012

Référence projet : ANR-12-CULT-0006

Coordinateur du projet :
Madame SONIA HARMAND (Préhistoire et Technologie)
sonia.harmand@nullmae.u-paris10.fr

Site internet du projet : http://westturkanaarcheologicalproject.com/ARCHOR

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.