L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Programme franco-allemand en SHS (FRAL)
Edition 2011


WEST HALLSTATT GOLD


Rethinking Earliest Celtic Gold - Economic, Social and Technological Perspectives in the West Hallstatt Culture.

L'or des Celtes Anciens - Economie, Société et Technologie
Étude de l’orfèvrerie et les contextes de sa production et consommation au premier âge du Fer dans le sud-ouest de l’Allemagne, le centre et l’est de la France et la Suisse

Etudier les productions en or de la culture de Hallstatt occidentale (premier âge du Fer) à travers une approche interdisciplinaire : archéologie, technologie, archéométrie
Le programme s'est appuyé sur la constitution d'une importante base de données internationale et sur l'étude de 520 objets d’or et d’argent dispersés dans de nombreux musées et institutions archéologiques en Allemagne, en France et en Suisse. Le but principal était d’étudier les productions en or du premier âge du Fer hallstattien à travers une approche pluridisciplinaire combinant l’archéologie, la technologie et l’archéométrie, pour mieux comprendre le développement social, économique et technologique de la culture occidentale de Hallstatt (du 8ème au 5ème siècle av. J.-C) par l'étude des productions artisanales en or et argent. Cette culture du premier âge de Fer, située sur un espace transfrontalier englobant le sud-ouest de l'Allemagne, l'est et le centre-est de la France, mais aussi une partie de la Suisse occidentale, est caractérisée par des habitats fortifiés et des tumulus princiers, riches en biens de prestige. Parmi ces derniers, les objets en or constituent un matériau d’étude privilégié : ils proviennent presque exclusivement des tombes les plus riches, si bien que leur contexte est très propice à une lecture fonctionnelle, socio-économique et symbolique. En outre, le travail d’orfèvrerie se prête tout particulièrement à la mise en évidence de traditions et d’innovations locales, ainsi qu’à celle des influences étrangères et des réseaux d’échanges au sein des arts et métiers. Les informations sont assemblées dans une base de données accessible au groupe de recherche.

Regards croisés sur l’or : une approche interdisciplinaire
Les résultats ont été obtenus grâce à une méthodologie interdisciplinaire visant plusieurs aspects de l’orfèvrerie, combinant sciences des matériaux et sciences humaines. La fonction, l’usage, les échanges, les contextes socioculturels et de dépôt final de ces objets de prestige ont été étudiés à travers les approches archéologiques. L’archéométrie quant à elle a permis par des analyses physico-chimiques d’obtenir la composition des alliages, et par microscopie électronique à balayage l’observation de la topographie des surfaces. L’artisanat de l’or se révèle aussi par l’étude macro et microscopique des objets mettant en évidence les aspects technologiques liés à leur fabrication. L’archéologie expérimentale explore quant à elle la reconstitution de procédés anciens. Une documentation graphique détaillée a été également constituée par la photographie, les dessins techniques, les documents d’archives, les cartes et graphiques. Ainsi ont été mises en évidence les évolutions et les changements dans l’espace et dans le temps, qu’ils soient relatifs à la morphologie, le décor, la technologie et la composition métallique. Cela tient compte des spécificités locales de production des métaux précieux et des relations qui existèrent entre les cultures de la Méditerranée et de l’Atlantique.

Résultats

Les résultats les plus significatifs ont consisté dans une meilleure connaissance des objets en or de l’âge du Fer, d’une part du point de vue artisanal, à travers l’approche technologique et l’obtention d'un corpus enrichi et exhaustif d’objets archéologiques en or sur une vaste région d'étude. L'analyse interdisciplinaire de ce dernier permet une approche nouvelle et différente du phénomène princier hallstattien et place l'accent sur les traditions et innovations régionales plutôt que sur les influences méditerranéennes.
D’autre part, vue sous l’angle de l’archéométrie, il a été possible de préciser la composition des alliages. Ces résultats ont permis de tirer des conclusions sociétales et économiques. Cette approche de regards croisés est complètement novatrice pour l’art de l’orfèvrerie des premiers Celtes. La complémentarité des compétences des différents acteurs du projet, rendu possible grâce à notre interdisciplinarité, a été assurément décisive.

Perspectives

Publication des actes du colloque et de l'ouvrage de synthèse sur le projet ; enrichissement et exploitation collectifs de la base de données ; élaboration d'un nouveau projet dans la continuité logique du précédent : l'or des Celtes du second âge du Fer (Latène Gold). Continuation des collaborations dans le réseau de recherche international et interdisciplinaire établi durant le projet.

Productions scientifiques et brevets


• 33 Publications (articles, chapitres)
• 21 Communications à manifestations internationales et nationales
• 1Base de donnés numérique
• Organisation d’un colloque international
• Édition des actes de colloque et la synthèse des résultats du projet de recherche

Partenaires

TRACES CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE MIDI-PYRENEES

 Universität tübingen

Aide de l'ANR 240 000 euros
Début et durée du projet scientifique mars 2012 - 36 mois

Résumé de soumission

L’objectif du projet est de mieux comprendre le développement social, économique et technologique de la culture occidentale de Hallstatt (du 8ème au 5ème siècles av. J.-C) par l'étude des productions artisanales en métaux précieux. Cette culture du premier âge de Fer, située sur un espace transfrontalier englobant le sud-ouest de l'Allemagne, l'est et le centre-est de la France, mais aussi une partie de la Suisse occidentale est caractérisée par des habitats fortifiés (« Fürstensitze ») et des tumulus princiers (« Fürstengräber »), riches en biens de prestige. Parmi ces derniers, les objets en or constituent un matériau d’étude privilégié : ils proviennent presque exclusivement des tombes les plus riches, si bien que leur contexte est très propice à une lecture fonctionnelle, socio-économique et symbolique. En outre, le travail d’orfèvrerie se prête tout particulièrement à la mise en évidence des traditions et des innovations locales, ainsi qu’à celle des influences étrangères et des réseaux d’échanges au sein des arts et métiers.
La cohérence du projet réside aussi dans l’étroite collaboration internationale entre partenaires scientifiques allemands et français ainsi que dans leur excellence interdisciplinaire. Nos compétences réunies permettront de combiner activement l'expertise en archéologie, en sciences des matériaux, en technologie et en archéologie expérimentale. Les équipes françaises et allemandes travailleront de façon complémentaire. Notre objectif est d’identifier et restituer certains des réseaux économiques, sociaux et technologiques de la culture occidentale de Hallstatt dans leur contexte global afin d’accroître notre connaissance des grands phénomènes culturels dans lesquels ils s’inscrivent. Le cadre chronologique s’inscrit entre la fin de l’âge du Bronze final et le début de la culture de La Tène.
Les informations obtenues par ces recherches interdisciplinaires alimenteront une base de données numérique sur l’orfèvrerie hallstattienne : elle contiendra des informations complètes sur la composition du métal, l’artisanat de l’or, l’usage et le contexte de dépôt de ces objets de prestige. Cette base de données mettra à disposition toutes les informations relatives à l’étude des objets, y compris des données morphologiques, socioculturelles, archéométriques et technologiques avec une documentation graphique détaillée. Nous mettrons en évidence les évolutions et les changements dans l’espace et dans le temps, qu’ils soient relatifs à la morphologie, le décor, la technologie et la composition métallique. Cela tiendra compte des spécificités locales de production des métaux précieux et des relations qui existèrent avec les cultures de la Méditerranée et de l’Atlantique. L'étape se concentrera sur le transfert du savoir-faire entre artisans, et sur leurs traditions techniques. Afin d’explorer l'impact des phénomènes d’évolution, on se demandera pourquoi et comment les traditions stylistiques, symboliques et technologiques changent. En dernier lieu, nous examinerons le rôle joué par ces objets de luxe dans les relations de pouvoir et dans les effets artistiques et esthétiques qu'ils pouvaient produire dans la vie, le rituel et l'identité des populations.

 

Programme ANR : Programme franco-allemand en SHS (FRAL) 2011

Référence projet : ANR-11-FRAL-0013

Coordinateur du projet :
Madame Barbara ARMBRUSTER (CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE MIDI-PYRENEES)
barbara.armbruster@nulluniv-tlse2.fr

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.