L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Modalités de soumission 2014

Plan d’action et appel générique (informations au 26.09.2016)

Plan d'action et appel générique 2017 :

Appel à projets générique 2016 :

  • Les résultats pour les PRC, PRCE et JCJC sont en ligne.
  • Les résultats des projets PRCI sont mis en ligne, au fur et à mesure des discussions bilatérales avec nos homologues étrangers.

@AgenceRecherche

30/09 15:03 - [RDV] #ANRTour Réunions la semaine prochaine à Paris, Marseille, Reims, Orléans et Toulouse https://t.co/xvHOdMwfHi https://t.co/RFfdLMEjrp

29/09 14:46 - Début de la réunion #ANRTour @MINES_ParisTech devant une salle bien remplie @psl_univ https://t.co/8rCklrhBWk

29/09 13:47 - [AAP] Ouverture de l'appel à projets 2017 neurosciences computationelles @NSF @NIHFunding @BMBF_Bund et @usisraelbsf https://t.co/QfevUsQJhV

  • AlterNET La résistance aux insecticides et les pratiques sociales relatives à l'usage des pesticides par les populations : comment fournir des informations pertinentes pour contrôler Anopheles gambiae, le principal vecteur du paludisme en Afrique de l'Ouest.

    Résistance aux insecticides et pratiques sociales de l'usage des pesticides
    La résistance aux insecticides et les pratiques sociales relatives à l'usage des pesticides par les populations : comment fournir des informations pertinentes pour contrôler Anopheles gambiae, le principal vecteur du paludisme en Afrique de l'Ouest.

    Evaluer le risque d’utiliser de nouveaux insecticides pour le contrôle d’An gambiae
    Le projet étudie les interactions entre les vecteurs d’agents pathogènes humains (les moustiques) et l’impact des changements environnementaux dus aux pressions anthropiques (présence de pollution par des pesticides OP et CX). Ainsi nous allons :
    (1) Analyser la nature et l’intensité des pressions de sélection actuelles sur An gambiae en :
    ? Étudiant les représentations culturelles et les pratiques sociales des populations dans l’utilisation des insecticides dans un contexte social donné
    ? Mesurant les pressions de sélection insecticides globales dans des zones écologiques distinctes
    (2) Caractériser l’adaptation dans les populations naturelles d’An gambiae et déterminer son évolution en :
    ? Etudiant l’évolution de la résistance aux OP et CX (des gènes aux organismes et aux populations) dans deux pays d’Afrique de l’Ouest
    ? Modélisant l’adaptation à long terme aux pesticides pour générer des données prédictives permettant d’évaluer une gestion durable de la résistance.



  • SilentAdapt Adaptation à des doses de pesticide variables

    SilentAdapt
    L’utilisation massive des pesticides depuis les années 50 a été une révolution majeure pour nos sociétés (agronomie, médecine). L’évolution des résistances chez les organismes traités est, une situation dans laquelle le processus d’adaptation a les conséquences les plus immédiates à très grande échelle. Elle est cependant souvent envisagée dans un contexte écologique simplifié. L'originalité de ce projet est de considérer l'impact de gradients de concentration et de faibles doses de pesticides.

    Enjeux et objectifs
    Deux questions importantes restent des points d’achoppements importants dans notre compréhension de l’évolution des résistances, en présence de faibles doses. (1) La première concerne l’existence de compromis évolutifs entre environnements ayant des doses nulle, faible ou forte de pesticides. Il n'est pas clairement établi si les traits et solutions adaptatives diffèrent selon que les doses de pesticides soient faibles ou fortes. Cette question a reçu très peu d’attention, bien qu'elle soit indispensable pour comprendre l’impact des faibles doses sur l'évolution des fortes résistances et pour évaluer comment les espèces non-cible peuvent évoluer à une exposition chronique par de faibles doses. La deuxième grande question est de déterminer le rôle des duplications de gènes dans le processus d'adaptation à des doses variables. Les variations du nombre de gènes sont d’une ampleur jusqu’ici largement sous-estimées. En particulier, les duplications ‘RS’ combinant des allèles résistant et sensible peuvent être avantagées dans une situation de doses variables en combinant les avantages de chacun de ces allèles.



  • Lycomet Métathèse tandem d’oléfines hétérosubstituées – synthèse totale de Lycorines

    Développement d’une méthode d’accès flexible à de nouveaux anti-cancéreux de type lycorine
    Les composés de la famille des lycorines, extraits des Amaryllidacées, ont récemment révélés leur potentiel anti-cancéreux. Le présent projet propose le développement de nouvelles réactions en vue d’accéder facilement à ces composés mais également à des analogues.

    Accès aux composés dérivés de la lycorine et à de nombreux analogues en vue de tests biologiques
    Les alcaloïdes appartenant à la famille des lycorines possèdent une structure tétracyclique commune dérivée du galanthane. Ces composés naturels diffèrent dans la stéréochimie de leur jonction de cycle ainsi que dans leur fonctionnalisation. Une étude récente a révèlé que la lycorine ainsi que ces dérivés (simples modifications structurales de la lycorine extraite) présente des activités anti-cancéreuses intéressantes et prometteuses. Malheureusement les dérivés accessibles directement depuis la lycorine sont relativement restreints c’est pourquoi, par ce projet, nous souhaitons pallier cet inconvénient en développant une méthodologie de synthèse générale ouvrant la voie à la famille entière des lycorines, et offrant la possibilité d’y introduire une grande diversité structurale. Outre cet intérêt biologique, le choix de cette famille d’alcaloïdes se justifie également par leur défi synthétique. En effet, très peu de synthèses totales ont été réalisées et cette cible devrait nous permettre de découvrir et d’exploiter de nouvelles réactivités profitables pour l’ensemble de la communauté scientifique de chimistes.



  • So-FragileX Rôle du complexe SoSLIP/FMRP (Fragile X Mental Retardation Protein) dans la régulation de la traduction.

    Le rôle du complexe SoSLIP/FMRP (Fragile X Mental Retardation Protein) dans la régulation de la traduction
    Le syndrome de l’X Fragile est la forme la plus commune de retard mental héréditaire. Ce syndrome est causé par l’absence de FMRP, une protéine qui lie l’ARN et est impliquée dans plusieurs étapes du métabolisme de l’ARN. On propose ici d’étudier le rôle du complexe FMRP/SoSLIP dans la régulation de la traduction.

    Déchiffrer le rôle of FMRP comme régulateur de la traduction
    i) Comprendre la régulation de l’expression de la Sod1 (dont l’ARNm contienne la structure SoSLIP) dans le cerveau pour avoir plus d’informations sur la physiopathologie du Syndrome de l’X Fragile
    ii) La recherche d’autres ARNm contenants des éléments SoSLIP ou SoSLIP-like qui va permettre de comprendre le rôle de cette structure dans la régulation de la traduction ;
    iii) L’identification de facteurs qui se lient à SoSLIP qui va aussi permettre de mieux comprendre certains aspects de régulation de la traduction ;
    iv) La compréhension de la thermodynamique de l’interaction FMRP/SoSLIP ;
    v) Déterminer la structure par cristallographie du complexe FMRP/SoSLIP ;
    vi) Comprendre le mécanisme de reconnaissance (et discrimination) de FMRP pour les différentes structures ARN (SoSLIP, G-quadruplex) qu’il lie. Surtout que ces structures, bien que différentes, sont liées par le même domaine : le RGG box.



  • JADE 2 Interprétations sociales des objets-signes en jades alpins dans l’Europe néolithique

    Transferts des jades alpins dans l'Europe néolithique.
    Le projet Jade 2, qui fait suite à l'ANR Jade (2007-2010, P. Pétrequin dir.), est une approche anthropologique des contextes de découverte des haches et anneaux-disques en jades alpins ayant circulé en Europe pendant les Ve et IVe millénaires av. J.-C. Il s'agit d'appréhender les variations des interprétations idéelles d’un objet-signe remarquable depuis les centres de production (Alpes occidentales et Piémont) jusqu'aux périphéries de l’Europe du jade (entre Atlantique et mer Noire).

    Une bipartition de l’Europe néolithique : Europe du jade versus Europe du cuivre.
    Jade 2 est fondé sur la reconnaissance préliminaire d’un réseau majeur de transferts d’un bien socialement valorisé commun à la plupart des cultures néolithiques d'Europe pendant le Ve millénaire et le début du IVe millénaire. En arrière-plan de l’apparente unité de ces réseaux de transfert, à partir d’un centre unique dans les Alpes italiennes, se dessinent des interprétations idéelles différentes selon l’orientation des circulations à travers des sociétés et des cultures différentes. C'est d'autant plus marquant qu'à l'Europe occidentale du jade s'opposait alors une Europe orientale du cuivre et de l'or. Leurs épicentres, opposés mais contemporains -Carnac à l'Ouest et Varna à l'Est- avaient chacun développé des valeurs sociales et religieuses originales.
    Parfois intégrés à de riches tombes monumentales, les objets de jade appartenaient surtout à la sphère religieuse ; ils étaient associés à des points précis du paysage, à l’eau, aux rochers, aux stèles dressées ou au monde souterrain. De surcroît, certaines haches dites «carnacéennes«, repolies en Morbihan, ont circulé le long de la côte atlantique, accompagnant vraisemblablement la diffusion du « mégalithisme » et d’une partie de la mythologie du golfe du Morbihan.
    Le projet JADE 2 vise ainsi à détailler les différents systèmes idéels qui ont sous-tendu la circulation des jades à l’échelle continentale et à proposer des hypothèses interprétatives d’ordre social et historique, à partir d’analyses systématiques des artefacts et de l’étude soutenue des contextes de découverte, considérés comme hautement significatifs.



  • RED Les Risques Emergents de la mobilité Durable

    Les risques émergents de la mobilité durable
    L’hypothèse générale du projet RED est que la grandeur de la justification écologique relègue au rang d’impensés les dysfonctionnements induits par les politiques de mobilité durable.
    C'est pourquoi le projet RED vise à produire des connaissances sur les risques émergents des politiques de mobilité durable, à travailler la question de la représentation et de la modélisation de ces risques, à favoriser leur intégration dans l'action publique.

    Enjeux et objectifs
    Freiner le système automobile et promouvoir des alternatives pour s’orienter vers un système de transport et de déplacements moins émetteur de gaz à effet de serre est désormais une priorité politique affichée à toutes les échelles de gouvernement (local, national, international).
    La prise en charge de cet enjeu consensuel a d’ores et déjà produit des inflexions notables de politiques publiques : réduction de la place de l’automobile dans certains espaces urbains, promotion de la marche à pied et du vélo, renouveau des objets du transport public.
    Ces inflexions, légitimes au regard de la nécessaire transition énergétique et écologique de nos sociétés occidentales urbaines, peuvent cependant générer de nouveaux dysfonctionnements : difficulté de compréhension des espaces réaménagés et nouvelles catégories d’accidents de la circulation (couloirs de bus, tramway/piéton par exemple), restriction d’accès à certains espaces urbains (ZAPA, péage urbain) et développement induit de nouveaux usages (deux-roues motorisés), intensification de la spécialisation sociale intra-urbaine liée au développement spatialement sélectif des « quartiers verts » et autres « quartiers tranquilles ».

    Dans ce contexte, le projet RED est porteur d’une triple ambition :
    • Produire des connaissances sur les risques émergents et les nouvelles vulnérabilités, peu investigués, induites par les politiques publiques de mobilité durable (volet A).
    • Travailler la question de la perception des risques, des représentations et de la modélisation de ces nouveaux risques (volet B)
    • Identifier les verrous organisationnels et politiques qui freinent l’inscription des risques de la mobilité durable sur les agendas politiques et dans la gestion publique territoriale (volet C).
    Pour chacun de ces volets, des opérations de recherche spécifiques mais coordonnées sont programmées.



  • LILI Des lieux aux liens, l'espace comme révélateur des fonctionnements familiaux

    Quand les liens familiaux font lieux et façonnent le territoire
    Envisager les configurations familiales au-delà de la corésidence devient possible partir des données de l’enquête Famille et logements.

    Décrire et appréhender le territoire fonctionnel des familles
    Le groupe familial se déploie sur un territoire aux contours extrêmement variés. Envisager l’espace de ces liens potentiels ou établis pose un nouveau défi : celui de dépasser la référence spatiale unique selon laquelle un ménage correspond à un logement. Avec l’augmentation du nombre de familles recomposées fonctionnant sur plusieurs ménages, de familles transnationales conservant ou achetant des logements dans le pays d’origine, de couples vivant conjointement à temps partiel du fait du travail ou de choix personnels, de personnes âgées revendiquant leur indépendance résidentielle, de jeunes étudiant plus longtemps et changeant plus souvent de lieux d’études, s’affirme la nécessité d’appréhender les lieux entre lesquels circulent les membres de la famille de façon à saisir comment l’espace participe à la construction du lien familial.
    L’analyse de cet espace doit être menée à plusieurs niveaux : celui qui relève de l’échelle individuelle du fait que certains individus circulent entre plusieurs logements et y résident de façon simultanée ; celui qui relève de l’échelle du groupe familial qui se déploie dans l’espace et qu’il convient de repérer ; et enfin celui qui correspond à l’aspect fonctionnel de ce territoire ainsi défini et dont on peut alors explorer les attributs et l’influence qu’il exerce sur les comportements individuels, migratoires et familiaux.



  • NASSICS Nano-structuration pour la dynamique de spin

    Nano-structuration pour la dynamique de spin
    Ce projet a pour but de relier les propriétés radiofréquences et les propriétés structurales et magnétiques des matériaux.

    Comprendre le lien entre structure et magnétisme des matériaux.
    Les matériaux magnétiques sont aujourd’hui utilisés dans de très nombreux domaines industriels tels que la micro-électronique, l’informatique (ex : tête de lecture), la téléphonie mobile, les télécommunications (WIFI), l’automobile etc… En particulier, ces matériaux permettent de réduire les dimensions des composants permettant de capter les ondes électromagnétiques (comme les antennes) et sont donc particulièrement intéressants pour réduire la consommation en énergie des composants et améliorer leurs performances. Cependant, les fréquences de travail de ces dispositifs sont de plus en plus élevées et il devient primordial de comprendre et maitriser la réponse des matériaux magnétiques soumis à des champs électromagnétiques de plusieurs GHz.
    Ainsi notre projet consiste à comprendre le lien entre la structure cristalline de matériaux magnétiques et leurs réponses électromagnétiques. La taille des objets que nous étudions varie de quelques dizaines de nanomètres à quelques microns, en fonction du type d’application visée (systèmes logiques, circuits radiofréquences…). L’objectif final de ce projet est de développer des dispositifs présentant de meilleures performances en termes de bande passante, perte énergétique ou vitesse de propagation des ondes, que les dispositifs actuels. Pour cela, nous cherchons à contrôler leurs structures (forme, taille, quantité de défauts, réseau etc…) et leurs états magnétiques rémanents (i.e à champ nul).



  • MIRABEL Approche intégrée pour l’évaluation du risque et des coûts/bénéfices liés aux allergènes alimentaires

    Evaluation du risque de réaction allergique lié à la présence fortuite d’arachide dans l’alimentation
    Les traces d’allergènes dans les aliments présentent-elles un risque pour les personnes allergiques ? Quels options et développements pour réduire ce risque et contribuer à améliorer la qualité de vie des personnes allergiques ?

    Evaluation du risque et d’options de gestion afin d’améliorer la qualité de vie des personnes allergiques
    L’allergie à l’arachide concerne 390 000 personnes en France qui sont pour la majorité des enfants. La mention obligatoire des allergènes présents dans la liste des ingrédients des produits industriels facilite le suivi de régime d’éviction et réduit le risque d’accident allergique. Cependant, le risque de réaction allergique persiste par la consommation de produits dans lesquels l’allergène serait présent de manière fortuite, du fait d’une contamination de la matière première ou lors de la fabrication. L’emballage de ces produits porte en général un étiquetage du type « peut contenir… ». Cet étiquetage place la personne allergique face à un dilemme : se priver de la consommation de ces aliments potentiellement sans risque pour elles, ou consommer ces produits avec un risque d’accident en cas de présence de l’allergène. Il existe peu de travaux au niveau français et international permettant d’apprécier quantitativement le risque dû à la présence fortuite d’allergènes dans les aliments ainsi que l’impact des étiquetages de prévention tant sur la sécurité des personnes allergiques que sur leur qualité de vie.
    Le projet MIRABEL combinant étude médicale, étude de comportement alimentaire, étude de coûts de production et analyses des traces d’arachide permettra d’acquérir l’ensemble des données nécessaires au niveau national pour mener une évaluation du risque complète et une analyse coût/bénéfice d’options de gestion. Ce projet, en proposant des développements méthodologiques en évaluation du risque et analyse coût/bénéfice, permettra également de répondre à la question qui se pose sur l’utilité de la mise en place d’un nouvel étiquetage mentionnant le niveau des traces d’arachide dans les produits. Il a pour finalité d’aider à l’amélioration de la qualité de vie des personnes allergiques.



  • FORESEE Caractérisation de la ressource forestière pour les bioénergies

    Estimer la ressource forestière avec la télédétection : de la donnée à l’outil
    Le volume de bois énergie récolté a augmenté de près d'un quart en 2013 par rapport à 2012. Pour mobiliser efficacement encore plus de bois, sans impacter les autres usages, les opérateurs ont besoin d’informations précises sur la ressource. La télédétection apporte une réponse adéquate.

    Préfigurer des outils et des méthodologies adaptés à la forêt française basés sur les technologies de la télédétection
    L’essentiel de la littérature scientifique sur la télédétection en forêt à partir de Lidar1 a été produit dans des pays aux forêts homogènes, à la topographie simple et sur de petites surfaces. Aussi, le défi scientifique était triple : estimer les variables de gestion (hauteur, surface terrière, volume, …) pour des peuplements hétérogènes en âge et multi spécifiques dans des conditions topographiques différenciées (plaine, colline, montagne) passer à l’échelle du massif et investiguer les conditions de mobilisation.
    Le domaine d’intervention du projet est large : de la stratégie d’échantillonnage de placettes de mesures au sol aux fonctionnalités d’outils de visualisation en passant par toutes les étapes de traitement. Les recherches se sont concentrées sur les algorithmes de traitements des données Lidar et optiques, les outils statistiques associés au croisement de données et la création d’un outil intégrateur sous SIG et d’une plateforme WEB, première étape d’un écosystème innovant de R&D. FORESEE a ouvert la perspective de disposer d’informations de qualité proche des besoins des professionnels et de fournir de multiples services à valeurs ajoutées pour les acteurs de la filière.



Rechercher un projet ANR