L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Investissements d'avenirProjets financés


Phenomics en immunopathologie et inflammation: du cross-phenotypge aux biothérapies (TRANSIMMUNOM)


Action : Laboratoires d'excellence


N° de convention : 11-LABX-0069

Informations générales

  • Référence projet : 11-LABX-0069
  • RST : David KLATZMANN
  • Etablissement Coordinateur : FCS SORBONNE UNIVERSITE
  • Région du projet : Île-de-France
  • Discipline : 5 - Bio Med
  • Aide allouée : 3 800 460 €
  • Date de début du projet : 01/03/2012
  • Date de fin du projet : 31/12/2019
  • Site web du projet : https://www.transimmunom.fr
  • Mots clés : inflammation; autoimmune diseases; biotherapy; phenomics; biomarker; modelling; IL2; Treg

Résumé du projet

L’objectif principal de Transimmunom est de revisiter la classification des pathologies auto-immunes et inflammatoires (MAI) sur la base d’investigations utilisant des outils modernes de la biologie, notamment l’acquisition de données biologiques massives (« omiques »). Cette analyse doit permettre (i) de mieux comprendre la physiopathologie des MAI et (ii) d’identifier des biomarqueurs et des nouvelles cibles thérapeutiques pour améliorer leurs prises en charge. La réalisation de ces objectifs passe par un essai clinique observationnel destiné à collecter les échantillons (sang et selles) de patients atteints de MAI. Une étude de « benchmarking » a d’abord été engagée pour identifier les solutions les plus appropriées en terme de robustesse et de coûts pour les investigations « omiques ». Elle nous a permis de sélectionner les technologies et les équipes les réalisant. Courant 2016, nous avons engagé l’analyse d’une première série test de 48 échantillons qui nous a permis de valider les technologies retenues et d’implémenter les workflows pour l’analyse des données de cytométrie de flux, de transcriptome et de répertoire des lymphocytes T (TCR). Ces résultats ont été présentés à notre conseil scientifique qui les a jugé très positifs. En accord avec lui, nous avons alors choisi d’appliquer le panel complet de ces investigations à une cohorte recentrée de 300 patients (100 diabète de type 1, 100 polyarthrite rhumatoïde et 100 avec des MAI variées), et de 100 volontaires sains. A ce jour, notre schéma d’investigation est pleinement opérationnel. L’analyse d’une deuxième série de 48 échantillons a été initiée début 2017. Elle complétera les résultats de la phase pilote et permettra la rédaction de plusieurs publications avant l’été 2017.  La suite du projet consistera à recruter l’ensemble des 400 patients et contrôles d’ici la fin de 2017 pour consacrer l’essentiel de notre activité à l’analyse des données en 2018 et 2019 (Fig. 1).

(L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.)