L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Investissements d'avenirProjets financés


INFRASTRUCTURE NATIONALE D'INGENIERIE DES CELLULES SOUCHES PLURIPOTENTES (INGESTEM)


Action : Infrastructures


N° de convention : 11-INBS-0009

Informations générales

  • Référence projet : 11-INBS-0009
  • RST : Annelise BENNACEUR-GRISCELLI
  • Etablissement Coordinateur : INSERM Paris 11
  • Région du projet : Île-de-France
  • Discipline : 5 - Bio Med
  • Aide allouée : 14 002 700 €
  • Date de début du projet : 01/08/2012
  • Date de fin du projet : 31/12/2019
  • Site web du projet : http://www.ingestem.fr/fr/
  • Mots clés : cellules souches embryonaires;cellules souches pluripotentes induites;biobanque cellulaire;Ingénierie cellulaire et tissulaire;modélisation des pathologies génétiques et thérapeutiques;médecine régénérative;criblage moléculaire;

Résumé du projet

INGESTEM est l’infrastructure nationale dédiée à l’ingénierie des cellules souches pluripotentes et le développement des applications médicales et industrielles en médecine régénératrice et thérapies ciblées. Constitué d’un pôle d’excellence scientifique INGESTEM rassemble 5 nodes complémentaires. La coordination nationale d’INGESTEM s’inscrit dans une volonté de mobilisation des enjeux médicaux des cellules souches avec des partenariats au niveau national dans le cadre de projets RHU et au niveau international dans le consortium GAIT. Le node 1 (Coordination, ESTeam Paris-Sud) construit au Genopole d’Evry la future banque d’iPSC de grade clinique avec la construction de nouveaux laboratoires finalisés en 2018. Un partenariat avec l’EFS est en cours d’élaboration avec le consortium d’INGESTEM. Les protocoles GMP et intégrité génomique des IPS issues des différentes de méthode de reprogrammation sont en cours de validation. Les premiers protocoles de culture 3D-organoïdes ont été développés pour les organoïdes de rein et tissu mammaire. Le node 2 (I-Stem, Evry) poursuit la bioproduction automatisée des banques de cellules pluripotentes et de plusieurs types cellulaires différenciées. Le node 3 (IGBMC, Illkirch) a mis au point un modèle de différenciation en myotubes murins. La plateforme prévoit de mettre en place la distribution d’autres modèles cellulaires différenciés (cellules bêta pancréatiques, ...). Le node 4 (Prima-Stem, Lyon) a poursuivi ses efforts pour générer des lignées de cellules ES naïves et de cellules iPS, chez des lapins et des primates non humains. Une collaboration avec l’Institut Max Planck de Dresde (Allemagne) a été initiée pour générer des fœtus de macaques exprimant un nouveau gène dans la zone ventriculaire du cortex en développement. Le node 5 (SAFE-iPS, Montpellier) poursuit la modélisation des pathologies du vieillissement physiologique et pathologique et la plateforme de production d’iPSC est ouverte aux collaborations et services.

(L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.)