L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Investissements d'avenirProjets financés


Formation en InGénierie d'Universités de Recherche (CMI-FIGURE)


Action : Initiatives d'excellence en formations innovantes


N° de convention : 11-IDFI-0010

Informations générales

  • Référence projet : 11-IDFI-0010
  • RST : Yves BERTRAND
  • Etablissement Coordinateur : Université de Poitiers
  • Région du projet : Nouvelle Aquitaine
  • Discipline : Divers
  • Aide allouée : 10 000 000 €
  • Date de début du projet : 17/04/2012
  • Date de fin du projet : 16/04/2019
  • Site web du projet : reseau-figure.fr
  • Mots clés : Nouveau profil d'ingénieur experT; Modèle international;Collectif structuré d'universités;Implication de laboratoires d'excellence;Cursus équilibré sur cinq ans;Continuum industrie recherche formation

Résumé du projet

Nous choisissons de mettre en lumière 4 faits marquants : la poursuite de l'extension du réseau, le renforcement de l'accréditation, le déploiement des OSEC, et le travail de l'OVE du réseau. Nombre de CMI et d’universités Le but du projet est d’implanter une nouvelle formation d’ingénieurs spécialistes à l’Université : les cursus de masters en ingénierie (CMI). Le principal fait marquant réside dans la poursuite, même par rapport à l’année précédente, de l’augmentation du nombre de formations implantées (112 contre 102 précédemment) et d’universités concernées (28 contre 25 précédemment), alors qu’il était prévu 120 formations en 2019, pour 24 établissements. L’extension disciplinaire a également été poursuivie : en témoigne la mise en place d’un CMI basé sur l’histoire, par exemple, et actuellement à l’étude un CMI dans le domaine de la musicologie. Accréditation et suivi des cursus Le nouveau mode d’accréditation des cursus, élaboré l’an dernier, a été déployé cette année sur l’université de Montpellier qui ‘est l’une de celle du réseau ayant créé le plus de cursus dès 2012. Cette première expérience montre que le processus est certes exigeant, mais qu’il est de ce fait le meilleur gage de qualité des cursus qui seront ré-accrédités. L’an prochain la moitié des universités seront en ré-accréditation. C’est de la rigueur effective de ce processus naissant, couplé à une auto-évaluation interne aux établissements que dépendra la crédibilité des cursus prolongés. Ouverture sociétale, économique et culturelle  Le groupe de 5 collègues qui animent cet axe s’est attaché à le déployer : -          Environ la moitié des établissements a bénéficié d’une visite sur site de la part d’au moins deux membres de la commission. Ces membres, sur la base d’une grille d’évaluation de l’ensemble des OSEC d’un établissement, ont pu formaliser l’état actuel du déploiement des OSEC au sein de cet établissement. Cela permettra de produire des exemples standard pour favoriser le déploiement cohérent des OSEC dans chacun des établissements du réseau. -          Début juillet 2017, un regroupement d’environ 35 acteurs OSEC d’une dizaine d’établissements se sont retrouvés à La Rochelle pour échanges de bonnes pratiques, échanges sur le référentiel OSEC du réseau, et préfiguration du volet OSEC de l’assemblé générale prévue fin 2017. L’observatoire de la vie étudiante du réseau. Mis en place depuis un an, il porte ses premiers fruits. Une étude complète sur l’évolution des effectifs, la répartition des mentions des bacheliers, la répartition par sexe, discipline par discipline, ou par établissement, sont autant d’items qui ont fait l’objet de statistiques précises. La prochaine étape consiste d’une part à récupérer les données APB de chaque université, et d’autre part à récupérer les données APB nationales concernant les CMI.

(L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.)