L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Investissements d'avenirProjets financés


Etude des toxicités chroniques des traitements anticancéreux chez les patientes porteuses cancer (CANTO)


Action : Cohortes


N° de convention : 10-COHO-0004

Informations générales

  • Référence projet : 10-COHO-0004
  • RST : Fabrice ANDRE
  • Etablissement Coordinateur : UNICANCER
  • Région du projet : Île-de-France
  • Discipline : 5 - Bio Med
  • Aide allouée : 13 100 600 €
  • Date de début du projet : 10/02/2011
  • Date de fin du projet : 31/12/2019
  • Site web du projet : http://www.etudecanto.org/
  • Mots clés : breast cancer;toxicities

Résumé du projet

La cohorte CANTO, projet phare du groupe UNICANCER, et coordonnée par le Professeur Fabrice André (Gustave Roussy, Villejuif) a été construite sur le rationnel suivant : 85 % de patientes porteuses d’un cancer du sein sont guéries, mais ont une qualité de vie inférieure à celle de la population générale en raison des toxicités chroniques à moyen terme des traitements. La prévalence estimée des toxicités à moyen terme est de 3 millions de femmes aux Etats-Unis et l’équivalent en Europe. En l’absence de bases de données adaptées disponibles, la cohorte CANTO doit permettre de répondre à trois questions non résolues : quelles sont précisément les toxicités chroniques à moyen terme liées à la prise en charge des cancers du sein ? Quel est l’impact social, économique et psychologique des toxicités chroniques à moyen terme et du cancer du sein ? Comment prédire et éviter les toxicités chroniques à moyen et long terme ? Le projet a été approuvé par les autorités (ANSM / CPP) le 14 octobre 2011. Le premier centre investigateur a été activé le 20 mars 2012.  26 centres investigateurs ont été activés entre 2012 et 2015. Au 31 décembre 2016, 10 030 patientes ont été incluses. La base de données a été ouverte à des projets de recherche via des appels à projet auprès de la communauté scientifique. Les projets ont été revus par le comité d’experts constitué à cet effet. Les premières communications scientifiques sont attendues pour 2017. Des discussions avec les partenaires potentiels industriels se poursuivent. Un partenariat de recherche a été conclu avec le CEA / CEPH en vue de débuter l’exploitation des échantillons de sang total collectés.

(L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.)