L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Éducation et formation tout au long de la vie (DS0804) 2015
Projet DOPCONTROL

Optimisation du contrôle cognitif : Approches comportementale, électrophysiologique et en neuroimagerie du développement normal et pathologique

Le contrôle cognitif renvoie à un ensemble de fonctions cognitives de haut niveau qui permettent de réguler les comportements pour atteindre les buts fixés. De récentes études ont montré que l’efficience du contrôle cognitif pouvait prédire les différences interindividuelles observées dans de nombreux domaines du développement cognitif tels que les compétences langagières précoces ou les théories de l’esprit, mais aussi dans la réussite scolaire tant en mathématiques qu’en français. L’optimisation du contrôle semble donc primordiale pour apprendre, mais aussi certainement pour apprendre à apprendre.
Alors que de très nombreuses études s’engagent à entrainer ce contrôle chez l’enfant avec des résultats peu cohérents, DOPCONTROL prend du recul et décide d’examiner, l’enchevêtrement des multiples processus sous-tendant ce contrôle, avec un niveau de précision jusqu’ici jamais utilisé dans les travaux développementaux.
Ce projet interdisciplinaire vise ainsi à spécifier les caractéristiques du développement du contrôle chez des enfants entre 5 et 14 ans, et chez le jeune adulte dans des populations au développement typique et atypique. Il a pour but de caractériser les changements qualitatifs du contrôle qui surviennent au cours de l’enfance, et qui pourraient sous-tendre l’augmentation quantitative, déjà bien établie, de l’efficience du contrôle. Il se concentrera plus particulièrement sur un aspect du contrôle cognitif, à savoir le contrôle de l'interférence, c'est à dire la capacité à résister à la distraction induite par des éléments non pertinents de l'environnement. L’efficacité du contrôle s’accroit de manière très marquée lors des années préscolaires, mais le développement de ce dernier se prolonge au cours de l’enfance et de l’adolescence. Trois tâches conflictuelles seront utilisées afin d’étudier les patterns développementaux des différents processus de contrôle, leur interaction et leur degré de généralité. Au-delà de l’analyse des taux d’erreurs et de temps de réponse moyens, des mesures plus fines (distributions des TR, oculométrie, électromyographie, EEG), combinées à l’analyse de la connectivité structurelle de la matière blanche (IRM en tenseur de diffusion, DTI) et de la connectivité fonctionnelle intrinsèque (IRMf état de repos) fourniront un tableau précis du décours temporel de ces processus depuis la perception du stimulus jusqu’à l’exécution de la réponse.
Tout d’abord, une étude comportementale impliquant 200 participants tout-venants (enfants âgés de 5 à 14 ans et de jeunes adultes) permettra d’avoir une première vision des changements qualitatifs entre les différents groupes d’âges et sous-populations. A partir de ces résultats, nous sélectionnerons ensuite 80 participants situés à des âges critiques afin de caractériser le décours temporel du traitement des stimuli grâce à l’oculométrie, et celui de sélection de la réponse grâce à l’EMG. Ces marqueurs seront également étudiés chez 20 enfants ADHD et 20 enfants présentant un syndrome de la Tourette.
Les bases neurales sous-tendant le développement du contrôle cognitif seront examinées auprès de 60 participants tout-venants. L’IRM en DTI et de l’IRMf en état de repos seront mesurés chez ces participants et corrélés avec les performances et des marqueurs neurophysiologiques des processus décrits.
Prenant appui sur l’ensemble des résultats précédents, nous testerons expérimentalement auprès d’une centaine d’enfants de différents âges des situations visant à favoriser un contrôle optimal, compte tenu du développement de ce contrôle. Deux ateliers de formation seront organisés auprès d’enseignants volontaires afin de les guider dans la mise en place de situations d’apprentissage optimisant le contrôle des apprenants. Il s’agit de permettre la prise de conscience de l’importance que revêt l’optimisation du contrôle. Celle-ci en effet pose les bases de la maîtrise du « apprendre à apprendre », transférable à n’importe quelles situations d’apprentissage.

Partenaires

CNRS DR12 LPC UMR 7290 Centre National de la Recherche Scientifique, Délégation Provence et Corse Laboratoire de Psychologie cognitives, UMR 7290

CNRS DR12 LNC UMR 7291 Laboratoire de Neurosciences Cognitives

LPSQV Laboratoire de Psychologie, Santé et qualité de vie, EA 4139

Aide de l'ANR 387 530 euros
Début et durée du projet scientifique octobre 2015 - 48 mois

 

Programme ANR : Éducation et formation tout au long de la vie (DS0804) 2015

Référence projet : ANR-15-CE28-0008

Coordinateur du projet :
Madame Agnes Blaye (Centre National de la Recherche Scientifique, Délégation Provence et Corse Laboratoire de Psychologie cognitives, UMR 7290)

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.