L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Blanc - SHS 3 - Cultures, arts, civilisations (Blanc SHS 3)
Edition 2013


photopaysage


Photographie et paysage. Savoirs, pratiques, projets.

Photographie et paysage. Savoirs, pratiques, projets.
Le paysage est l’enjeu de pratiques professionnelles et artistiques qui questionnent ses représentations. La photographie n’est pas un simple enregistrement ; elle commande un nouvel ordre du regard, des usages et de l’aménagement du territoire. Nous étudierons la photographie selon la double optique du projet de paysage et de la genèse des pratiques photographiques.


Confronter pratiques photographiques,projets de paysage et acteurs

Ce projet de recherche fait le choix de mettre le paysage au centre pour ce qu’il fait converger de manière constitutive territoire et représentation. Notre stratégie consiste à partir des pratiques, tant de l’espace que du regard, afin de mieux comprendre en quoi les paysages relèvent de constructions scientifiques, professionnelles, sociales, artistiques. Nous interrogeons le statut du paysage ainsi que le rôle du visuel dans la construction des savoirs et nous étudions la production photographique des territoires à partir des démarches photographiques elles-mêmes, et non de la seule commande institutionnelle.

Quatre objectifs sont privilégiés, liés à des questionnements et des méthodes innovantes que nous souhaitons mettre en œuvre.
- Confronter les pratiques photographiques aux projets de paysage et aux acteurs.
- Mettre au jour la construction culturelle du paysage par l’acte photographique.
- Construire des corpus photographiques stratégiques, à travers trois ensembles cohérents qui permettront d’interroger la valeur de l’acte photographique dans les savoirs et l’action sur le paysage.
- Réinvestir les dispositifs de représentation et en faire un objet de débat des mutations urbaines.


Trois corpus stratégiques pour déployer des questionnements théoriques
Le programme de recherche s’organisera autour de trois corpus photographiques principaux (paysagistes/photographes, œuvres d’artistes, archives de John Brinckerhoff Jackson). Leur constitution s’appuiera sur un travail approfondi de collecte de documents et d’entretiens, mené en cohérence avec l’évolution des questionnements scientifiques. C’est à partir de ces corpus, c’est-à-dire de situations historiquement et socialement situées, que nous poserons les questions théoriques sur l’expérience du paysage et les usages cognitifs et/ou politiques des représentations.
Un ensemble d’entretiens sera réalisé avec diverses catégories d’acteurs (photographes, paysagistes, praticiens, commanditaires). Ils viseront à retracer les conditions de la création et à étudier de façon concrète les lieux et les dispositifs de production des images et des projets de paysage, afin de réfléchir aux mutations des représentations et à la transformation des territoires. La confrontation au terrain constitue un parti pris méthodologique qui orientera la production scientifique. De même, des analyses croisées seront réalisées autour des projets, des photographies et de l’expérience paysagère des territoires.

Des séminaires réguliers jalonneront l’avancement de la recherche. Placés sous le signe du croisement et de l’approfondissement, ce seront les lieux où la recherche collective s’élabore, où les travaux menés sur les différents corpus sont mis en commun et débattus et où sont discutés les premiers résultats et l’infléchissement du projet.
4 workshops sont prévus (débats et synthèse), répartis sur trois ans. Ouverts à d’autres expériences, internationales (avec l’université d’Albuquerque (USA) , l’IUAV de Venise,), ils seront consacrés aux modalités d’interaction entre photographie et savoirs sur le paysage.

Résultats

Une plateforme web interactive exposera les résultats progressifs et conclusifs de la recherche. Deux petites publications apporteront une réponse aux attentes des professionnels du paysage, paysagistes, aménageurs, photographes. En outre, le programme prévoit l’organisation de cycles de conférences dans les écoles de paysage et les
institutions de formation à l’aménagement et à la photographie.Les résultats de la recherche donneront lieu à la publication d’un ouvrage scientifique collectif, reprenant les résultats du programme, qui donneront également lieu à des communications dans des colloques et à la publication d’articles dans des revues scientifiques.

Perspectives

Un objectif majeur de Photopaysage est de contribuer, à travers la conjonction de différents niveaux de diffusion mis en oeuvre, au renouvellement de la culture aménagiste :
- au niveau des acteurs du projet : pratiques du projet de paysage et de la photographie ;
- au niveau des acteurs politiques : outils de médiation, de « mise en partage » ;
- au niveau du public et de sa sensibilisation à la question du paysage, vecteur majeur de l’appropriabilité et de l’acceptabilité des politiques d’aménagement.
Cet enjeu ouvre sur des perspectives socio-économiques importantes.

Productions scientifiques et brevets

Production scientifique prévue :
- Une plateforme web interactive qui expose les résultats progressifs et conclusifs de la recherche, y compris les entretiens avec les photographes, paysagistes et autres acteurs
- Deux petites publications (livrets brochés, env. 50 pages) constituées à partir des matériaux des workshops, apportant une contribution à l’histoire et à l’actualité des pratiques photographiques et paysagères, et aux savoirs sur l’espace, orientées vers une réponse aux attentes des professionnels du paysage, paysagistes, aménageurs, photographes.
- Des conférences seront organisées dans les écoles d’architecture et de photographie avec les photographes et/ou les paysagistes associés au programme.
- Les résultats de la recherche donneront lieu à la publication d’un ouvrage scientifique collectif au format numérique, reprenant les résultats du programme, et intégrant des contributions de partenaires internationaux rencontrés au cours du projet.
Des résultats partiels donneront lieu à des communications dans des colloques, ainsi qu’à la publication d’articles dans des revues scientifiques.


Partenaires

Laboratoire public

ITEM Institut des Textes et Manuscrits modernes

LAREP Laboratoire de recherche de l'Ecole nationale supérieure de paysage

Aide de l'ANR 209 975 euros
Début et durée du projet scientifique janvier 2014 - 42 mois

Résumé de soumission

Le paysage est l’enjeu de pratiques professionnelles et artistiques qui questionnent ses représentations. La photographie n’est pas un simple enregistrement ; elle commande un nouvel ordre du regard, des usages et de l’aménagement du territoire. Elle a partie liée avec la transformation des territoires. Si la relation entre paysage, territoire et photographie a déjà fait l’objet de nombreux travaux, il est rare que la photographie ait été étudiée de manière approfondie selon la double optique du projet de paysage et de la genèse des pratiques photographiques. Cette proposition de recherche mobilisera des points de vue disciplinaires et des compétences propres à chacun de ces deux domaines autour d’un objet commun : les savoirs et les pratiques relatifs au paysage.

Le paysage est inscrit à l’origine même d’une histoire de la photographie. Ils se façonnent l’un l’autre : si le paysage photographié est bien représentation, par la photographie il devient en outre un terrain à observer, à connaître, à pénétrer, à amender. Il n’est donc pas étonnant que, de nos jours, les pratiques d’aménagement sollicitent de plus en plus les pratiques photographiques. Dans le contexte des transformations des métropoles contemporaines, photographes et paysagistes sont souvent associés. Il s’agit soit de lire les paysages contemporains dont la complexité souvent échappe aux catégories usités, soit d’éclairer les aménagements qui transforment nos paysages, leur donner du sens.

Nous souhaitons explorer les savoirs qui se construisent sur le paysage par la photographie, qu’elle résulte de photographes artistes, de paysagistes ou de géographes pratiquant et faisant lecture des paysages. Nous analyserons l’articulation des pratiques photographiques aux autres formes d’action sur le paysage ; nous interrogerons les contextes esthétiques, politiques, scientifiques qui leur sont liés. C’est au travers de la confrontation des pratiques artistiques, professionnelles et sociales que l’on cherchera à saisir comment se construit le sens du paysage. Nous faisons l’hypothèse que l’intégration d’une démarche photographique, au sein du projet de paysage, transforme les pratiques projectuelles. C’est dans cette perspective que nous envisageons d’explorer les outils du projet permettant de mettre le paysage en débat.

La mise en débat du paysage nous conduit à privilégier quatre objectifs liés à des questionnements et/ou des méthodes innovantes :
- rassembler des corpus photographiques stratégiques ;
- confronter les pratiques photographiques aux projets et aux acteurs du paysage ;
- mettre au jour la construction culturelle du paysage par l’acte photographique et les dispositifs de représentation ;
- en faire un objet de débat des mutations territoriales.

Les corpus ne nous sont pas donnés a priori, mais construits comme des socles à partir desquels s’élaboreront les questionnements et les théories. Trois grands ensembles sont prévus : un premier rassemblera les productions de paysagistes photographes ou de paysagistes ayant collaboré avec des photographes en situation de projet. Un second sera construit à partir de productions d’artistes photographes qui entretiennent une relation privilégiée avec le paysage. Un troisième sera constitué autour des archives photographiques du théoricien du paysage John Brinckerhoff Jackson (1909-1996).

Les résultats de cette recherche seront communiqués et valorisés de façon différenciée et complémentaire, à l’attention de plusieurs types de publics : scientifiques, professionnels et habitants du paysage.

 

Programme ANR : Blanc - SHS 3 - Cultures, arts, civilisations (Blanc SHS 3) 2013

Référence projet : ANR-13-BSH3-0008

Coordinateur du projet :
Monsieur Frédéric POUSIN (CNRS )

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.