L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Programme franco-allemand en SHS (FRAL)
Edition 2012


CBVC


Concurrence et négociations dans les relations verticales

Concurrence et Négociations dans les Relations Verticales
Les « relations verticales » désignent les liens entre les fournisseurs (firmes amont) et leurs clients (firmes aval) au sein d’une industrie. La concurrence est en général imparfaite à chaque niveau d’une relation verticale et firmes amont et aval négocient entre elles.

Enjeux et Objectifs.
L’objectif de ce projet est de comprendre les stratégies des entreprises verticalement reliées au sein d’une industrie, en termes de concurrence ou de négociation, et d’analyser les conséquences de leurs stratégies sur les prix, la variété, et la qualité des produits offerts aux consommateurs.
Cette question est essentielle tant pour comprendre les stratégies industrielle des entreprises que pour répondre aux questions actuelles auxquelles les autorités de la concurrence sont confrontées.
Le projet comporte quatre axes. Le premier se concentre sur l’impact de la concurrence et des négociations sur les incitations des firmes amont et aval à investir. Nous étudierons divers types d’investissements tels que ceux visant à réduire les coûts de production, à améliorer la qualité des produits, à certifier un produit ou encore les investissements socialement responsables. Dans le second axe, nos projets s’attachent à intégrer la diversité des formats de distribution dans l’analyse des relations entre producteurs et distributeurs. La diversité des formats de distribution répond à une hétérogénéité des comportements de consommation et est à l’origine de nouvelles stratégies des distributeurs en termes de tarifications et de négociation avec leurs fournisseurs. Le troisième axe s’intéresse à l’intégration verticale et aux contrats verticaux et à leurs effets anticoncurrentiels potentiels dans un cadre statique. Le dernier axe du projet se concentre sur les stratégies des firmes verticalement reliées dans un cadre dynamique. Les stratégies de collusion, de réputation ou encore les stratégies des firmes dans un cadre d ‘incertitude y seront étudiées.

Réunir trois approches méthodologiques.
Trois volets méthodologiques complémentaires seront développés dans ce projet:
1) théorique, 2) empirique et 3) expérimental.

Résultats

Un premier projet empirique «Empirical Assessment of Buyer Power in Retailer Manufacturer Relationships« mené conjointement par des économistes français de TSE (C.Bonnet, Z. Bouamra-Mechemache) et des économistes allemands au DICE (J. Haucap, U.Heimeshoff, G. Klein, D. Rickert, C. Wey) a été entrepris. Ce travail cherche à évaluer la puissance d'achat des distributeurs dans les relations verticales avec une approche d'économétrie structurelle dans la filière du lait et du café. Une analyse sous forme réduite a permis d'estimer les pouvoirs de marchés locaux des producteurs de bières.
V. Nocke (Manheim) et P. Rey (TSE), ont développé un article théorique “Vertical Integration and Foreclosure in Multilateral Relations” montrant que l'intégration verticale conduit à la forclusion dans des relations verticales multilatérales avec contrats secrets.
E. Avenel et C. Christin montrent dans «Equilibrium Strategic Overbuying«, que deux entreprises aval en concurrence pour l'approvisionnement d'un input dont la capacité est limitée et détenue par un monopole amont peuvent avoir un intérêt stratégique à acheter plus qu'elle ne revendent afin de limiter l'accès de leur concurrent à l'input et ainsi l'exclure du marché aval.
Enfin C. Chambolle, C. Christin et G. Meunier montrent dans “Optimal production channel for private labels: Too much or too little innovation? «l'effet ambigu sur l''innovation du choix du distributeur de développer sa propre marque de distributeur ou de la faire produire par le producteur de marque nationale.
S. Caprice, et P. Rey dans “Buyer power from joint listing decision” montrent qu'une centrale d'achat peut améliorer le pouvoir d'achat des distributeurs, et que l'effet induit sur les incitations à investir des producteurs est ambigu.

Les projets brièvement résumés ci-dessus ont tous été présentés lors du workshop de lancement de notre projet qui s'est déroulé les 19 et 20 juin 2013 au «Düsseldorf Institute of Competition Economics«.

Perspectives

Ces projets s'inscrivent directement dans les différents Work Packages du projet CBVC initial. Nous prévoyons de les mener à bien et de développer les autres projets mentionnés en intensifiant les collaborations directes avec nos partenaires allemands. Chaque année les travaux qui s'inscrivent dans le projet seront présentés lors d'un workshop. Le prochain workshop se déroulera à Rennes les 18 et 19 juin 2014. Ces workshops sont l'occasion pour tous les participants du projet de se réunir mais aussi de confronter nos travaux de recherches à ceux de chercheurs extérieurs invités, experts sur cette thématique de recherche.

Productions scientifiques et brevets

Le quick-off meeting du projet s'est déroulé les 19 et 20 juin 2013 au «Düsseldorf Institute of Competition Economics«.
Liste des travaux réalisés:
WORK PACKAGE 1: INVESTMENTS IN VERTICAL RELATIONS

Task 1.1: Quality investments
Claire Chambolle , Clémence Christin et Guy Meunier , “Optimal production channel for private labels: Too much or too little innovation? «, Centre de Recherche en Economie et Management, WP 2013-14.


WORK PACKAGE 2: SHOPPING BEHAVIOR, NEW RETAIL FORMATS COMPETITION (FROM HYPER TO DISCOUNTERS) AND BUYER POWER

Task 2.1: Multi-format competition and buyer power
Stéphane Caprice, et Patrick Rey, 2012, “Buyer power from joint listing decision”, TSE Working Papers, 12-294.

Task: 2.3: Estimating buyer power

Celine Bonnet, Zohra Bouamra-Mechemache, & Justus Haucap, Ulrich Heimeshoff, Gordon Klein, Dennis Rickert ,Christian Wey, Empirical Assessment of Buyer Power in Retailer Manufacturer Relationships, mimeo.

Ulrich Heimeshoff, Gordon Klein , Bargaining Power and Local Heroes, DICE Discussion Papers, 87

WORK PACKAGE 3: VERTICAL CONTROL AND FORECLOSURE

Task 3.3: Waterbed effects and strategic overbuying

Eric Avenel, Clémence Christin, «Equilibrium Strategic Overbuying«, Centre de Recherche en Economie et Management, WP 2012-05.

Task 3.4: Vertical control with interlocking relationships
Volker Nocke and Patrick Rey, “Vertical Integration and Foreclosure in Multilateral Relations”, mimeo.

Partenaires

ALISS Alimentation et Sciences Sociales

CREM Centre de Recherche en Economie et Management

GREMAQ Groupe de Recherche en Economie Mathématique et Quantitative

Aide de l'ANR 242 320 euros
Début et durée du projet scientifique avril 2013 - 36 mois

Résumé de soumission

Les « relations verticales » désignent les liens entre les fournisseurs (firmes amont) et leurs clients (firmes aval) au sein d’une industrie. La concurrence est en général imparfaite à chaque niveau d’une relation verticale et firmes amont et aval négocient entre elles. L’objectif de ce projet est de comprendre les stratégies des entreprises verticalement reliées au sein d’une industrie, en termes de concurrence ou de négociation, et d’analyser les conséquences de leurs stratégies sur les prix, la variété, et la qualité des produits offerts aux consommateurs. Cette question est essentielle tant pour comprendre les stratégies industrielles des entreprises que pour répondre aux questions actuelles auxquelles les autorités de la concurrence sont confrontées. Ce projet rassemble des pistes de recherche théoriques mais aussi empiriques et expérimentales.
Ce projet fait suite à un précédent projet franco-allemand qui a été financé conjointement par l’ANR et la DFG sur la période 2008-2012. Ce précédent projet intitulé « Market Power in Vertically Related Markets » a été un succès à bien des égards. Tout d’abord, nous avons obtenu des résultats originaux et importants dans chacun des grands axes du projet que nous avions défini, et dans la plupart des cas, ces résultats nous ont permis de formuler des recommandations en termes de politique de la concurrence. Ensuite, ce projet nous a permis de développer de nouvelles collaborations entre chercheurs français et allemands, dont certaines ont donné lieu à des publications dans des revues internationales d’excellent niveau. Toutefois, ce projet s’inscrivait uniquement dans le champ de la théorie de l’organisation industrielle. Ce nouveau projet nous permettra non seulement de maintenir et renforcer les liens déjà existants entre les participants du projet sur des objectifs théoriques mais aussi de créer de nouvelles interactions entre des économistes empiriques et expérimentaux qui nous ont rejoints du côté allemand et français. L’enjeu de ce projet est de développer des recherches sur des questions fondamentales inhérentes aux relations verticales au moyen de trois volets méthodologiques complémentaires : théorique, empirique et expérimental.
Le projet comporte quatre axes. Le premier se concentre sur l’impact de la concurrence et des négociations sur les incitations des firmes amont et aval à investir. Nous étudierons divers types d’investissements tels que ceux visant à réduire les coûts de production, à améliorer la qualité des produits, à certifier un produit ou encore les investissements socialement responsables. Dans le second axe, nos projets s’attachent à intégrer la diversité des formats de distribution dans l’analyse des relations entre producteurs et distributeurs. La diversité des formats de distribution répond à une hétérogénéité des comportements de consommation et est à l’origine de nouvelles stratégies des distributeurs en termes de tarification et de négociation avec leurs fournisseurs. Le troisième axe s’intéresse à l’intégration verticale et aux contrats verticaux, notamment à travers leurs effets anticoncurrentiels potentiels dans un cadre statique. Le dernier axe du projet se concentre sur les stratégies des firmes verticalement reliées dans un cadre dynamique. Les stratégies de collusion, de réputation ou encore les stratégies des firmes dans un cadre d’incertitude y seront étudiées.

 

Programme ANR : Programme franco-allemand en SHS (FRAL) 2012

Référence projet : ANR-12-FRAL-0012

Coordinateur du projet :
Madame Claire CHAMBOLLE (Alimentation et Sciences Sociales)
claire.chambolle@nullgmail.com

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.