L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Blanc - SHS 3 - Cultures, arts, civilisations (Blanc SHS 3)
Edition 2012


EXOGENÈSES


La production d'OBJETS-FRONTIÈRES dans l'art en Europe depuis 1500

Les objets-frontières dans l'art en Europe de la Renaissance à nos jours
Au croisement de l'histoire interconnectée, des transferts culturels et de la culture matérielle, le projet propose d'établir le concept « d'objet-frontière », ces objets nés de l'exogenèse : ie. du contact avec des objets venus des antipodes et qui continuent le lien entre Nous et les Autres depuis le 16e siècle. À travers l'étude des usages de tels objets ainsi que des «espaces frontières«, c'est l'histoire même de la construction de l'identité européenne qui peut être précisée.

Enquête sur la fabrique de l'endogène par l'exogène
Le large contexte spatio-temporel du programme est nécessité par la volonté de constituer une histoire sans a priori de la réception et de la perception de l'extra-européen reposant sur la mutabilité des objets dans la recontextualisation. Le projet requiert que les champs géographiques et chronologiques soient couverts de façon progressive au fur et à mesure de l'organisation des Ateliers, de l'avancement de l'enquête ethnographique sur les usages artistiques actuels des objets extra-européens ainsi que du dépouillement des fonds photographiques.
Comprendre, à partir de la situation actuelle des objets, comment s'effectue sur le long terme la production du sens par le contexte ne se résout pas dans la seule distinction entre les contextes muséaux et non muséaux. Cet objectif nécessite que le parcours associe ces contextes avant même l'étape finale, notamment dans l'organisation les Ateliers.
Au niveau sociétal, les retombées attendues sont liées à la prise en compte positive de l'Autre dans la constitution de la société européenne sur une longue durée et jusqu’à nos jours, ce que permettent concrètement l'établissement et la diffusion du concept « d'objet-frontière » : autrement dit, la prise de conscience que l’identité se fonde aussi dans l’altérité peut être réalisée à travers un tel concept et son usage élargi à un plus grand public.

Ateliers in situ, enquête ethnographique et recherches iconographiques
Le programme Exogenèses étudie les objets-frontières et les espaces-frontières en contexte muséal et non muséal pour mettre en évidence l'apport d'autres cultures dans la construction de la conscience européenne moderne, en procédant par focalisations successives au moyen des Ateliers périodiques sur des thèmes, des objets différents à chaque étape. Les Ateliers sont filmés pour assurer l'analyse permanente de la recherche.
L'enquête ethnographique vise à recueillir et analyser les discours que les artistes européens contemporains tiennent sur l'incorporation, à leurs œuvres, de matériaux, d'objets ou de savoir-faire techniques extra-européens. Elle repose sur des entretiens individuels menés auprès de créateurs d'inégales renommées et se revendiquant de genres ou de courants diversifiés. L'objectif est de mettre au jour les raisons de leur goût pour ce qui vient d'ailleurs et la manière dont l'exogène produit de l'endogène.
Le dépouillement de fonds photographiques entamé à travers les revues et les fonds d'agences photographiques, doit permettre de comprendre l'évolution profonde des usages matériels, dans le contexte européen à partir du XIXe siècle, des objets des antipodes. Si les pratiques concrètes de modification des objets tendent à décroître à cette époque, au profit d'une esthétique de l'authenticité, teintée de nostalgie pour un passé largement mythifié, en revanche ces objets «intègres« ou «authentiques« prennent place dans des espaces hybrides (salons de collectionneurs ou espaces muséaux) qui constituent en eux-mêmes des expériences de la frontière; ces «espaces-frontières« seront systématiquement étudiés, en prenant en compte la nature même du regard photographique qui les interroge. In fine, une exposition en résultera, sur les intérieurs de collectionneurs aux XIXe et XXe siècles. Le premier Atelier du programme consacré au cabinet Edouard Bonie à Bordeaux a constitué à la fois un cas d'école et la cellule mère de cette enquête.

Résultats

En direction du grand public, l'utilisation du concept d'objet-frontière entendu dans le sens ici explicité sera une avancée marquante. Dès les deux premiers Ateliers, l'accueil reçu dans les musées et l'écho suscité ont confirmé cette attente. Dans l'histoire actuelle de la mondialisation, l'aspect positif de la prise en compte de l'Autre que produit l'usage de ce concept est à souligner comme une clef de compréhension qui pourrait être développée profitablement dans le contexte sociétal européen.

Perspectives

L'application du concept d'objet-frontières dans le domaine de la production artistique en Europe sur une longue durée et jusqu'à nos jours s’est trouvée validée par les premiers mois du Programme. L'horizon de la production d'un concept nouveau en sciences humaines-du type des « lieux de mémoire »- est désormais une perspective envisageable.
Les premiers mois de l'enquête qui ont permis d'approfondir la définition du concept d'objet-frontière à partir de cas révélateurs du contact entre Nous et les Autres encouragent à persévérer dans la voie choisie : la clef d'entrée dans le champs d'étude envisagé-la focalisation- par opposition au corpus s’avérant tout-à-fait opérationnelle. De plus, le cas bordelais de « maison-musée » engage à poursuivre dans la possibilité de l'élargissement du concept d'objet-frontière à celui d'espace-frontière comme champ complémentaire du Programme. Les débuts de l'enquête ethnographique auprès d'artistes contemporains européens utilisant des objets extra-européens révèlent la validité du concept tout en nécessitant de le préciser compte tenu du contexte actuel de la globalisation de l'art.
Confirmant ces résultats, le séminaire envisagé initialement comme virtuel a évolué en séminaire réel : l'équipe du programme organise, en effet, à partir de l'année universitaire 2013-2014 un séminaire à l'EHESS sur même intitulé que celui du Programme, ce qui donnera à ce dernier une plus grande visibilité dans le monde scientifique. Un autre séminaire également donné à l'EHESS en 2013-2014 présentera les recherches issues de l'enquête ethnographique conduite auprès des artistes européens contemporains. Dans les deux cas, les études menées pour les ateliers et leur préparation ainsi que pour les enquêtes constituent la base sur laquelle s'appuiera la réflexion menée pendant ces séminaires.

Productions scientifiques et brevets

Le Carnet de recherches en ligne Exogenèses sur Hypothèses.org permet de diffuser la connaissance du Programme, en rendant compte a posteriori de son avancement et en assurant la veille électronique des travaux en cours dans le domaine. Il est ouvert depuis le premier mois du Programme.
Les communications présentées pendant l'Atelier inaugural, rassemblant des chercheurs français et étrangers associés au Programme, ont permis de préciser le concept d'objet-frontière à partir de l'étude in situ du cas encore peu connu de maison-musée constitué à Bordeaux par Édouard Bonie à la fin du 19e siècle pour ses objets extra-européens.
Les communications présentées au cours du deuxième Atelier, au Musée des Arts décoratifs de Paris, ont été précédées d'une réunion préparatoire sur place, suivie de la communication d'un collègue allemand invité. Centré sur la question des objets extra-européens montés au 18e siècle, ce deuxième Atelier s'est focalisé sur quelques cas très particuliers d'objets d'art décoratif voire d'usage.
En cours d'élaboration interne, la Base de données a été testée à partir du cas particulier de «l'espace-frontière« (« Maison-musée » Bonie), entendu comme « objet-frontière », notamment dans le dépouillement de fonds photographiques. L'enquête photographique a d'ores et déjà commencé sur ce thème (voir ci-dessus).
Ces différents travaux constituent les bases de la production scientifique prévue notamment pour la collection de monographies sur un objet-frontière, un type d'objets-frontière ou un espace-frontière.
L'enquête ethnographique sur les usages artistiques contemporains qui a porté jusqu’à présent sur une dizaine d'artistes dont les entretiens sont en cours de retranscription a permis de préciser les contours du livrable que constitue l’ouvrage La Passion de L’Autre, rendant compte de cette enquête.

Partenaires

HAR / P10 Histoire de l'Art et des Représentations

HdA-CFGP / Bx3 Histoire de l'Art, Centre François- Georges Pariset

LAS/CdF-EHSS-CNRS Laboratoire d’Anthropologie Sociale

Aide de l'ANR 260 000 euros
Début et durée du projet scientifique janvier 2013 - 36 mois

Résumé de soumission

Au croisement de l'histoire interconnectée, des transferts culturels et de la culture matérielle, le projet Exogenèse propose d'établir le concept « d'objets-frontières », ces objets nés de l'exogenèse, c'est-à-dire du contact avec des matériaux, des techniques, des formes, des connaissances ou des objets venus des antipodes, et qui continuent le lien entre Nous et les Autres (T. Todorov 1989) depuis le 16e siècle où la connaissance des quatre continents est acquise. Si l'histoire des objets est un domaine habituel de l'historiographie de l'art, le point de vue adopté utilisant les méthodes les plus actuelles des anthropologues sur les objets, concentrateurs de sens, et les appliquant à l'étude de l'Europe entendue comme terrain de rencontre est novateur puisque ce sont les phénomènes de métabolisme qui seront analysés à partir de focalisations sur des « objets-frontières ». Ainsi la discipline de l'histoire de l'art est elle-même poussée vers ses frontières. À travers l'étude des usages de tels objets l'histoire même de la construction de l'identité européenne par le dialogue avec les Autres peut être saisie.

L'objet est un porteur encore insuffisamment étudié en tant que tel de l'histoire interconnectée économique, politique ou sociale, même s'il est parfois intégré dans un discours historique ou artistique. A fortiori, l'objet produit par un rapport avec un objet extra-européen a été encore peu souvent placé au centre de la réflexion. Le projet propose d'y remédier en pointant le moment précis où « l'exogène » fabrique de « l'endogène ». La fabrication du sens des objets par le contexte, l'ambivalence des objets (M. Jeudy-Ballini-B. Derlon 2008) sont des questions centrales dans le projet puisque quels que soient le contexte, la nature ou la provenance seront étudiées les diverses modalités de production « d'objets-frontières ».

« L'objet-frontière » est conçu comme un concentrateur de relations complexes qui seront étudiées à partir d'un faisceau de cas sélectionnés. Un « objet-frontière» type étudié récemment a été vu comme un « reliquaire d'un genre nouveau »: le nautile des mers du Sud du Pacifique monté par les orfèvres allemands à la fin du XVIe siècle (S. du Crest 2009). Autour de ces « objets-frontières » particulièrement porteurs de sens la question du statut des objets peut être posée efficacement et faire évoluer la discipline de l'histoire de l'art vers une appréhension plus complète de tous ses objets.

Ces objets fabriqués en Europe, nés dans la conscience européenne, ne se comprennent que dans le contexte européen et ne se réduisent pas au métissage mais ont été et sont encore fondateurs d'une identité européenne qu'ils contribuent à construire. Le goût, l'imitation, la stimulation, l'hybridation sont des étapes essentielles du processus d'acculturation (R. Labrusse 2011). Appuyé sur l'analyse de la contextualisation de ces objets, le projet s'attache à l'analyse de la production des « objets-frontières » qui gardent de leurs origines la trace de l'exogenèse. Ainsi fabriqués ou conçus, les « objets-frontières » sont devenus ou deviennent des objets européens. Le rapport à l'Autre jouant entre fascination et répulsion est rendu visible dans le rapport entretenu avec ces objets. Ce processus génère les « objets-frontières » et leur donne forme. Exogenèses propose d'en rendre visible les causes et les conséquences.

 

Programme ANR : Blanc - SHS 3 - Cultures, arts, civilisations (Blanc SHS 3) 2012

Référence projet : ANR-12-BSH3-0003

Coordinateur du projet :
Madame Sabine DU CREST (Histoire de l'Art, Centre François- Georges Pariset)
Sabine.Du-Crest@nullu-bordeaux3.fr

 

Revenir à la page précédente

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.