L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

Translate this page in english

Modalités de soumission 2014

Plan d’action et appel générique (informations au 13.02.2017)

Appel générique 2017 : Résultats de la première phase d'évaluation

  • Fin de la 1ère phase d'évaluation : 7 260 pré-propositions éligibles ont été évaluées
  • L'ensemble des coordinateurs des pré-propositions a été contacté par mail
  • Les coordinateurs des 3052 pré-propositions retenues à l'issue de l'étape 1, ainsi que les 1101 PRCI éligibles enregistrés sont invités à soumettre une proposition complète au plus tard le 03 avril 2017, 13h (heure de Paris)
  • L'ouverture du site de soumission des propositions détaillées est prévue pour le 28 février 2017 (date prévisionnelle)
  • Consulter le calendrier de l’appel générique

Retrouvez l’ensemble des appels ouverts et la prévision des appels spécifiques transnationaux pour 2017.

@AgenceRecherche

16/02 12:07 - [AAP] Projets sélectionnés à l'appel "Au cœur des données numériques" @DiggingIntoData https://t.co/zt5P97Is1E

15/02 15:55 - Énergies Marines Renouvelables, 3e appel à projets ds le cadre de l’action Instituts pour la Transition Énergétique… https://t.co/MWboCa92t5

13/02 15:25 - 2/2 Les porteurs des pré-propositions retenues et des PRCI éligibles enregistrés sont invités à déposer une proposition complète d’ici avril

  • ADAPT'EAU Adaptation aux variations des régimes hydrologiques (crues-étiages) dans l’Environnement Fluvio-Estuarien de la Garonne-Gironde. Potentialités, mise à l’épreuve et gouvernance d’Options d’Adaptation

    Quelles options d’adaptation aux changements globaux pour les sociétés riveraines des fleuves et estuaires face aux risques d’évènements extrêmes (inondations et sécheresses) ?
    Penser et expérimenter des options d’adaptation aux changements globaux offrant aux sociétés des réponses aux risques liées aux évènements extrêmes (inondations, sécheresses) dans les espaces fluvio-estuariens.

    Penser l’adaptation aux variations des régimes hydrologiques dans les fleuves et estuaires
    Dans le contexte du changement climatique, la transformation des écosystèmes, les risques de recrudescence de crises environnementales et d’évènements extrêmes, les incertitudes concernant l’accès aux ressources naturelles fonctionnent comme des injonctions qui remettent en question les modes d’organisation économique, sociale et politique des sociétés contemporaines. En réponse aux défis du changement climatique, deux stratégies complémentaires sont couramment proposées, notamment dans les derniers travaux du GIEC : l’atténuation qui vise à réduire les impacts anthropiques en vue de ralentir le CC et l’adaptation qui, prenant acte d’effets inéluctables du CC, promeut un ajustement des sociétés à une nouvelle donne environnementale.
    Adapt’eau a pour objectif, par une approche scientifique interdisciplinaire et une démarche collaborative associant chercheurs et acteurs locaux, de promouvoir l’émergence et la mise à l’épreuve d’options d’adaptation, permettant d’anticiper les risques liés aux évènements extrêmes d’inondations et de sécheresses dans les environnements fluvio-estuariens (EFE). L’EFE Garonne-Gironde constitue le terrain d’étude d’Adapt’eau. Le programme s’appuie sur 3 approches.
    1- Evaluer la vulnérabilité des milieux et des sociétés riveraines de la Garonne-Gironde aux impacts des variations des régimes hydrologiques, en prenant appui sur une confrontation de diagnostics pluralistes.
    2- Expérimenter diverses options d’adaptation et en évaluer le potentiel et la robustesse environnementale, économique et sociale.
    3- Contribuer à la co-construction de scénarios d’adaptation et à leur mise en débat concertée.



  • BENEFIS Bilan ENergétique et Environnemental FIable, Simple et reproductible des bâtiments

    L’analyse de cycle de vie comme partie prenante de la conception des bâtiments
    Le projet BENEFIS a pour objectif de rendre possible l’écoconception et l’évaluation environnementale des bâtiments par l’approche Analyse de Cycle de Vie (ACV). Pour faire entrer cette approche dans le processus normal de conception et amorcer le passage à l’approche performancielle, le projet doit faire émerger des outils opérationnels utilisables par tous les acteurs.

    Vers des méthodologies et des outils d’ACV bâtiment opérationnels.
    L’analyse de cycle de vie est aujourd’hui unanimement reconnue comme l’outil pertinent pour l’évaluation des performances environnementales des bâtiments. Toutefois, son application courante dans les projets de construction ou réhabilitation des bâtiments se heurte à de nombreux verrous. Le projet BENEFIS se propose de s’attaquer aux principaux verrous suivants :
    - Le besoin d’amélioration et de mise en cohérence des simulations énergétique et environnementale pour les bâtiments très performants du point de vue énergétique ;
    - Le besoin de simplification des modèles pour l’aide à la programmation et à la conception ainsi que pour l’évaluation rapide des « postes » qu’un acteur ne maîtrise pas ;
    - L’amélioration de la reproductibilité des études notamment par la mise en place de didacticiels et l’écriture de règles de bonnes pratiques ;
    - La difficulté d’analyse et d’exploitation des résultats (compréhension, interprétation, précautions d’utilisation pour l’aide à la décision, confiance/incertitudes, robustesse).



  • CODISP Création de concepts et outils pour le développement de l'intelligence de sécurtité publique en France et en Allemagne

    CODISP
    Création de Concepts et d’Outils pour le Développement de l’Intelligence de Sécurité Publique en France et en Allemagne

    Evaluer et développer les outils de connaissance des problèmes locaux de sécurité dans les forces de sécurité intérieure
    CODISP étudie la manière dont le travail de renseignement et d’analyse concernant la délinquance et les troubles de l’ordre public – ce que nous appelons «intelligence de sécurité publique« – influe sur l’efficacité de l’action quotidienne des forces de sécurité intérieure (FSI). Il s’agit de déterminer comment les dispositifs, concepts, savoirs et savoir-faire constitutifs de cette fonction peuvent faire l’objet d’apprentissages et d’appropriations quotidiennes par les personnels ayant des missions opérationnelles ou d’encadrement, ainsi que d’évaluer leur impact sur les manières dont gendarmes et policiers comprennent et prennent en charge les problèmes de sécurité qu’ils ont à traiter.
    La recherche place l’accent sur les activités d’information, de renseignement et d’analyse dans les FSI françaises, mais s’intéresse également à la manière dont la fonction d’intelligence est mise en œuvre par d’autres administrations – réseaux partenariaux territorialisés, collectivités locales, bailleurs sociaux, transporteurs publics, établissements scolaires, services sociaux – et par d’autres pays.
    Sur un plan pratique, CODISP a pour objectif à renforcer les compétences des personnels des FSI françaises dans le domaine de l’intelligence de sécurité publique.
    Pour ce faire, CODISP développe des modèles de bonnes pratiques et des outils de formation grâce auxquels les personnels d’encadrement et opérationnels pourront développer une meilleure connaissance de leur territoire d’intervention et accroître leur aptitude à échanger et exploiter le renseignement.
    Le projet français est couplé avec un projet similaire en Allemagne, financé par le ministère fédéral de l’Enseignement et de la Recherche (BMBF). Le projet est réalisé en partenariat avec plusieurs entités du Ministère de l’Intérieur français - DGGN, DGPN, CR-EOGN, CR-ENSP et ST(SI)2, - ainsi qu’avec des universités et écoles de police allemandes et l’Université de l’Illinois aux Etats-Unis.



  • PhotoLighT Couches d'interface structurées pour le piégeage de photons dans les cellules photovoltaïques solaires organiques

    Structuration de couches pour exalter l’absorption dans les cellules photovoltaïques organiques
    Il est nécessaire de continuer à améliorer les rendements de conversion des cellules photovoltaïques organiques. Parmi diverses stratégies, ce projet utilise l’effet photonique de couches structurées pour améliorer le piégeage de la lumière et donc l’absorption du flux de photons.

    Améliorer les rendements de conversion des cellules photovoltaïques organiques
    Les cellules photovoltaïques organiques font partie des cellules dites de 3ème génération après le silicium massif et les couches minces. Elles sont classiquement constituées d'un empilement de couches dont le matériau actif pi-conjugué, dans lequel les photons sont tout d'abord absorbés, puis les excitons générés sont dissociés en charges qui sont finalement collectées aux électrodes.
    Les critères de développement des cellules sont le rendement, la stabilité et le coût. L'objectif de ce projet est d’améliorer le rendement en intégrant dans la cellule une structure photonique originale. Elle consiste à augmenter l’absorption de photons par effet de piégeage de la lumière dans la couche active. Le maximum d’émission du flux de photons se situe autour de 550 nm, ce qui correspond au pied de la bande d’absorption de la plupart des matériaux utilisés. Cette perte peut être contrebalancée par la synthèse de polymères dits à faible bande interdite, présentant une absorption plus large vers le proche infra-rouge. Cependant la durée de vie des charges dans le matériau actif étant très courte il est nécessaire de réduire l’épaisseur de la couche active et par conséquent de développer des voies innovantes pour exalter l’absorption. Ce projet est axé sur l’élaboration de couches d’interface au voisinage la couche active en utilisant l’auto-assemblage de différentes briques élémentaires par des procédés « breath figure ». Ce procédé faible coût, permet de préparer des couches à structures photoniques auto-assemblées en nids d'abeille à pores sub-microniques pour le piégeage de la lumière.



  • HYGRO-BAT Vers une méthode de conception HYGRO-thermique des BATiments performants

    Vers une méthode de conception HYGRO-thermique des BATiments performants
    Nous mettons au point des outils et des méthodes fiables permettant de qualifier et de quantifier des solutions techniques innovantes exploitant les transferts d'humidité au travers des matériaux.
    La cible est le cas concret de la construction bois et plus globalement des matériaux à base végétale, qui par leurs propriétés hygroscopiques maximales sont les configurations qui nous semblent les plus délicates à traiter et qui en outre semblent positionnées sur un marché porteur.

    Problématique des transferts couplés de masse et de chaleur en régime dynamique et de leurs effets sur le comportement énergétique du bâtiment
    Depuis quelques années, la problématique des transferts couplés de masse et de chaleur fait l’objet d’un surcroît d’intérêt de la part de la communauté scientifique en charge de la thermique et de l’énergétique du bâtiment. La raison principale de cette évolution est le rôle, peu à peu révélé, des transferts de masse sur le comportement énergétique réel du bâtiment, soumis aux sollicitations de son environnement.
    Malgré les développements récents dans ce domaine, des zones d’ombre persistent. En particulier des écarts entre les mesures et les simulations numériques dans le cas des sollicitations dynamiques des matériaux à forte hygroscopicité ont été constatés dans différents projets français et internationaux (Annexes 24 et 41 de l’Agence Internationale de l’Energie, ANR PREBAT OPTI-MOB). L’origine de ces écarts n’est pas véritablement connue : la métrologie, les caractéristiques des matériaux, les modèles thermo-hygriques eux-mêmes ? Les projets passés et en cours mettent en évidence la complexité de la problématique, mais n’ont pas permis d’élucider l’origine de ces écarts ni de mettre en place des outils adaptés. Or, la réponse à cette problématique est fondamentale, car des gisements énergétiques sont précisément attendus dans l’étude des comportements dynamiques. En effet, le peu de travaux abordant cette thématique révèlent des économies potentielles d’énergie dépassant 30 %.



  • JASMINN Protection du foncier agricole périurbain en Méditerranée : enjeux de justice et innovations foncières

    JASMINN: Protection du foncier agricole périurbain en Méditerranée : enjeux de justice et innovations foncières
    Le but de JASMINN est de contribuer à mieux comprendre les conditions de préservation du foncier agricole périurbain en analysant les conséquences sociales des politiques foncières et en identifiant des innovations dans les modes de gestion du foncier agricole périurbain.

    JASMINN est un projet de recherche pluridisciplinaire (géographie, sociologie, économie, droit) qui rassemble des chercheurs de trois pays méditerranéens : France, Italie et Algérie.

    Comprendre les inégalités sociales liées à la protection du foncier agricole périurbain
    Les enjeux de sécurité alimentaire interrogent le devenir des terres agricoles dans les zones urbanisées, en particulier en Méditerranée. Dans ce contexte, l’objectif du projet JASMINN est de comprendre les conditions de préservation du foncier agricole périurbain. Le projet JASMINN s’attache en particulier à comprendre les inégalités sociales liées à la gestion du foncier agricole, les sentiments d’injustice ressentis par les acteurs, et les stratégies, individuelles ou collectives pour y répondre. Les mesures de protection du foncier agricole ont en effet des conséquences sur les prix des terres, sur les possibilités de construction ou encore d’installation de jeunes agriculteurs en périurbain. Elles posent des questions de justice dans l’accès à la terre, au droit à bâtir ou au logement entre différentes catégories sociales. Le projet JASMINN se propose de construire un cadre théorique issu des travaux sur la justice sociale et spatiale et les commons pour étudier ces enjeux de justice liés à la protection du foncier agricole périurbain. Ce cadre théorique inédit nous permettra d’analyser les dispositifs actuels de protection et des alternatives émergentes, que nous qualifions d’innovations foncières. Le projet prévoit d’inventorier et de comparer ces innovations, afin d’évaluer leur capacité à protéger le foncier et leurs conséquences sur les inégalités sociales.



  • DIMEXP Maquette numérique pour l'intégration d'EXPertises Multidisciplinaires

    DIgital mock-up for Multi-EXPertises integration - Maquette numérique pour l’intégration d’EXPertises Multidisciplinaires
    Le Laboratoire Commun DIMEXP - DIgital mock-up for Multi-EXPertises integration UTC / DeltaCAD a pour objectif principal de développer des méthodes et des modèles favorisant l’intégration d’expertises multidisciplinaires et de données hétérogènes en environnements numériques avancées.

    L’émergence de standards de conception et d’industrialisation de produits mécaniques par la gestion collaborative et multi échelle de la maquette numérique et l'intégration d'information hétérogènes
    Il s’agit de proposer des modèles de données et de processus, ainsi que des méthodes organisationnelles permettant de favoriser la collaboration des différents acteurs impliqués lors de la conception et la réalisation de produits manufacturés ou de bâtiments. Ces différents acteurs proviennent à la fois de phases différentes du cycle de vie, mais également de métiers très différents. Les différences liées à leurs activités, les logiciels métiers qu’ils utilisent, ainsi que la nature fortement hétérogène des données qu’ils manipulent sont autant de barrière à une collaboration efficace. Dans le domaine de l’industrie manufacturière, les systèmes PLM (Product Lifecycle Management) visent, entres autres, à répondre à cette problématique. Mais la collaboration y est organisée à une échelle très macroscopique (entre les services et non entre les personnes) et presque systématiquement dans le cadre d’une approche dite descendante. La collaboration « opérationnelle » n’est alors pas supportée et se déroule dans un cadre informel sans pouvoir être pilotée et valorisée. Le second constat concerne le fait que seule une partie des données n’est effectivement gérée dans les systèmes de gestion de données, ou tout du moins que seule une partie n’est réellement exploitée. Ceci est partiellement lié à la nature très hétérogène des données qui sont gérées.



Rechercher un projet ANR