L'Agence nationale de la recherche Des projets pour la science

ANR & Climat - COP21 Translate this page in english

Modalités de soumission 2014

Missions

Agence française de financement de la recherche sur projets, l’ANR :

  • contribue au développement des sciences et technologies
  • mobilise les équipes au service d’enjeux stratégiques
  • accélère la production et le transfert de connaissances en partenariat
  • favorise les interactions pluridisciplinaires et le décloisonnement
  • facilite l’établissement de collaborations européennes et internationales

@AgenceRecherche

04/05 17:30 - Call for Applications - Scientific Evaluation Panel (CES) Chairmen Referees https://t.co/l00MgcBj5S

26/04 16:55 - [RDV] 3ème édition des Rencontres Recherche et Création https://t.co/8t1ZPalfpH cc @FestivalAvignon https://t.co/dxznVZHfv7

19/04 14:01 - [AAP] Ouverture de l'appel Montage de réseaux scientifiques européens ou internationaux https://t.co/3vH1UM67Pl

  • SIISU Nano-structuration des surfaces par impact ionique

    Nano structures surfaciques induites par irradiations
    L'irradiation ionique constitue un précieux outil pour la création de structure à l'échelle nanométrique. L'interaction ion- surface crée un densité d'énergie élevée extrêmement localisée qui alors produit des structures surfaciques de dimension nanométrique. L'objectif de ce projet est d'étudier tant l'effet de l'énergie cinétique que de la charge de l'ion.
    La compréhension détaillée des processus impliqués dans cette création de nanostructures peut conduire à de nombreuses applications.

    comportement des matériaux sous dépots d'énergie intense
    La formation de nanostructures induites en surface par l’impact d’un ion unique est un phénomène particulièrement intéressant dans l’étude de l’interaction ion-surface. Dans de nombreuses cibles solides, les ions lourds et rapides produisent des traces cylindriques dans le volume accompagnées de la formation de nanostructures en surface. Récemment, un effet similaire à l’échelle nanométrique a été révélé par l’impact d’un ion unique très lent et hautement chargé. Tandis que les ions rapides transfèrent leur énergie cinétique à la cible par ionisation et excitation électronique (pouvoir d’arrêt électronique), les ions lents hautement chargés produisent des structures par transfert de leur énergie potentielle aux couches surfaciques.
    La similarité entre les nanostructures est suffisamment frappante pour souligner un mécanisme commun lié au transfert d’énergie du système électronique au réseau de la cible.
    L’objectif du projet SIISU consiste à mieux comprendre les effets induits par l’impact d’un unique ion sur une surface cristalline en vue d’applications potentielles



  • PolyCeraMem Elaboration, propriétés et modification de surface de fibres creuses céramiques non-oxydes à base de silicium et dérivées de polymères précéramiques pour une application « membranes »

    FIbres creuses céramiques de type non-oxyde pour des applications comme membranes
    Le projet PolyCeraMem met en oeuvre la voie dite des polymères précéramiques pour élaborer des fibres creuses (par extrusion de polymères et pyrolyse des fibres crues) et des capillaires (par extrusion de poudres céramiques en forme de pâtes suivie du frittage) à base de carbure de silicium. L'ambition générale est d'appliquer ces matériaux pour la permsélectivité à l'hydrogène et le traitement de l'eau après modification de leur surface par des métaux et des oxynitrures métalliques.

    Matériaux à base de carbure de silicium comme fibres creuses et capillaires pour la permsélectivité hydrogène et le traitement de l'eau
    L'objectif globale est de préparer des fibres creuses/capillaires céramiques non-oxydes à propriétés (photo)catalytiques pour le traitement de fluides (séparation et purification H2 et traitement de l’eau). Le premier objectif vise à élaborer les fibres creuses à base de SiC à travers une étude détaillée de la synthèse de polycarbosilazanes éventuellement modifiés par du bore voire de l'aluminium comme précurseur céramique de ces fibres, leur filage à l’état fondu et leur conversion en fibres creuses céramiques qui sont connues pour apporter de la robustesse et de la durabilité au matériau. Ces matériaux seront alors utilisés pour la perméation gazeuse après modification de leur surface par des métaux. Le second objectif consiste tout d'abord à synthétiser des poudres à base de SiC à partir de polymères à haut rendement céramique puis à faire une pâte extrudable qui permettra de préparer des capillaires par frittage pour le traitement de l’eau (désalination, dépollution). Le troisième objectif est de modifier la surface de ces matériaux par un revêtement à base d’alliages de palladium pour la séparation et la purification H2 et par un revêtement d’oxyde de titane dopé par de l'azote voire de l’argent pour le traitement des polluants de l’eau sous irradiation. Tenant compte de l’originalité du domaine de recherche concerné, les aspects fondamentaux seront plus particulièrement étudiés. Les enjeux sont nombreux. Le projet PolyCeraMem vise à corriger les problèmes rencontrer avec les matériaux carbonés et oxydes qui ne présentent pas suffisamment de stabilité en milieu agressifs et qui ont une chimie de surface différente. Par ailleurs, la recherche sur les fibres creuses et capillaires céramiques non-oxydes est peu explorée; l'un des enjeu est donc de comprendre le comportement de ces matériaux dans les applications visées.



  • CONVERGDENT A morphologie convergente, développement convergent? Apports de la transcriptomique comparative du développement des dents

    Des dents d'espèces éloignées, ayant pourtant la même forme finale, ont-elles aussi le même programme de développement?
    La forme d'un organe comme la dent est le produit d'un programme de développement gouverné par les gènes. Des espèces ayant la même forme de dent, non par héritage mais par évolution convergente vers cette même forme, ont-elle le même programme de développement de la dent, c.a.d utilisent-elles les mêmes gènes et de la même façon? Notre projet vise à répondre à cette question en comparant l'expression de l'ensemble des gènes (le transcriptome) pendant le développement de plusieurs espèces.

    La convergence morphologique comme outil pour comprendre l'évolution des programmes de développement
    Malgré les avancées de la biologie du développement, on comprend encore relativement mal comment l'information contenue dans le génome permet d'orienter le programme de développement d'un organe vers une morphologie finale particulière, spécifique de l'espèce, et différente de celle d'une espèce voisine. Afin de mieux comprendre cela, il est intéressant d'étudier des cas où la morphologie finale est identique, bien que les espèces soient éloignées, et ceci parce qu'elle est apparue deux fois au cours de l'évolution. Moyennant cette morphologie finale similaire, on peut alors se demander si le programme de développement est aussi similaire, et utilise les mêmes gènes de la même façon, ou si des moyens différents sont employés. Ceci est à même de nous renseigner sur la nature des programmes de développement, et la manière dont ils peuvent éventuellement biaiser l'évolution des morphologies, interdisant certaines directions mais aussi en favorisant d'autres. Notre projet utilise comme modèle la morphologie de la première molaire supérieure des rongeurs comme la souris et la souris épineuse, qui sont très ressemblantes bien que l'ancêtre commun à ces deux espèces ait eu une morphologie différente. Nous comparons le programme de développement de cette première molaire chez la souris, la souris épineuse, et d'autres espèces «contrôle«, notamment en suivant les changements d'expression de l'ensemble des gènes (le transcriptome) au cours du temps. Nous cherchons à comprendre ce qui distingue leur programme de développement de celui des espèces contrôles, et ce qui éventuellement rend leur programme ressemblant.



  • Sinus Surf Surfaces modèles sinusoïdales pour caractériser l'influence de la déformation de cellules eucaryotes induite par la topographie

    Création d’une surface traditionnelle sinusoïdale paramétrée à très hautes définition pour modéliser les effets topographiques.
    Nous souhaitons maitriser l’amplitude et la fréquence d’une surface sinusoïdale afin de décroiser les aspects amplitude et fréquentiel de la rugosité sur une réponse biologique. Le sinus étant la fonction la plus simple rugueuse nous créons donc un étalon qui permettre de valider sans complexité des modèles numériques.

    Utilisations et enjeux des surfaces sinusoïdales dans le domaine du vivant
    This project is a basic research project aiming to elucidate the mechanisms underlying the topographically-induced cell deformation, and notably the intracellular mechano-transduction mechanisms, thanks to the association of experimental and modelling approaches. With this objective we will notably develop sinusoidal surfaces presenting peak-and-valleys at the cellular scale. On these sinusoidal and other control surfaces, we will perform original live imaging to visualize and quantify deformation of cytoskeleton and cell membrane, RhoGTPase signalling and focal adhesion formation. Moreover, an original mechanical model based on tensegrity and divided medium mechanics will be adapted to identify the intracellular tensions as well as nucleus deformation on these sinusoidal surface morphologies. Our objective is to develop new sinusoidal standards with different amplitude and frequencies usable in roughness measurements in biomaterials field but also in other fields not directly related to the project (ex. fluid mechanics, wear, adhesion, etc.). This ANR will allows us to bring new input on mechanical intracellular mechanisms underlying the cell response to topography by correlating live imaging approaches and 3D reconstruction of cells and quantification of activities of molecules involved in signal mechanotransduction. Finally, we will develop a new approach of modelling of intracellular topographically-induced deformation. At the end of this project, we will possess a library of sinusoidal model surfaces suitable for replication. This perfectly new library could be reused for future cell-surface interaction studies but also in other fields (ex. fluid mechanics, wear, adhesion, etc.).



  • ASAWoO Supervision Adaptative de Liens Avatar/Objet pour le Web des Objets

    ASAWoO : Supervision Adaptative de Liens Avatar/objet pour le Web des Objets
    Le Web des objets vise à interconnecter les objets connectés au réseau à l'aide des standards du Web. Cependant, les langages et protocoles classiques du Web ne sont pas adaptés à ces objets connectés. Il y a également au niveau des usages un besoin émergent de services pertinents reposant sur des objets interopérables. Le projet ASAWoO met en avant des communautés d'avatars pour réaliser des applications collaboratives impliquant des objets connectés sur les Web des services.

    Le but de ce projet est de concevoir et de réaliser une architecture WoT globale à laquelle les utilisateurs connecteront leurs objets connectés et déploieront leurs applications WoT.
    Notre architecture sera conçue pour vérifier les propriétés suivantes :

    - passage à l'échelle : Notre infrastructure sera conçue pour être déployée dans des environnements hétérogènes, de la maison intelligente à la grande organisation, mais aussi en environnement extérieur. Ainsi, elle doit être flexible pour pouvoir se déployer sur un nombre important et changeant d'objets.
    Elle doit pouvoir répondre à des changements dynamiques grâce à des techniques de déploiement adaptatives sur le cloud, réplicable de cloud à cloud et capable de répartir la charge sur plusieurs instances de cloud. De plus, les modules d'applications seront déployables sur les objets, selon les ressources que ceux-ci fourniront.
    - portabilité : les modules des applications seront décrits sémantiquement, pour être déployables sur différents types d'objets, et les applications WoT seront disponibles à partir de simples clients Web.
    - tolérance aux déconnexions : en déplacement, les objets peuvent se déconnecter de l'architecture. Des protocoles de routage tolérants aux disruptions devront être développés pour utiliser la connectivité au mieux et maximiser la disponibilité de l'architecture.

    - green IT : la minimisation de la consommation d'énergie sur les objets est un problème critique.
    Il est nécessaire pour cela de mettre en œuvre des mécanismes d'économie d'énergie au niveau applicatif également, en particulier au niveau de l'infrastructure cloud.

    - gestion de la vie privée : des informations confidentielles sont échangées par les objets. Les aspects vie privée doivent être pris en compte et intégrés dans l'architecture du projet.



  • ICARE Interfaces Généralisées et Couplage non intrusif : application de codes de recherche au sein de codes industriels pour l'analyse de structures fortement non linéaires

    Comment calculer simplement les modèles numériques de structures industrielles complexes?
    ICARE vise le développement de méthodes numériques pour simuler le comportement mécanique de structures complexes et de grande taille : il s’agit d’investiguer des détails structurels à des échelles localisées, sans remanier pour autant les outils usuels déployés à l’échelle globale (l’innovation réside dans le caractère non-intrusif de la méthode).

    Vers le couplage non-intrusif
    Bien que des technologies numériques permettent déjà le raccord de différents modèles, ces technologies restent contraignantes, en particulier du point de vue industriel ; en effet, garantir des échanges entre une variété d’objets contraint la conception même de ces objets : doivent être anticipés la représentation topologique d’une zone d’échanges (interface), sa discrétisation, l’extraction sur cette zone des quantités d’intérêt, et leur éventuel retraitement (cas d’un couplage coque / volume). Le couplage non-intrusif lève ce verrou scientifique et industriel, en proposant une forme innovante de communication entre les différents modèles, caractérisée par :

    • une minimisation des contraintes sur la topologie et le maillage du modèle global : le déploiement industriel est facilité, puisqu’aucune intervention n’est nécessaire sur la maquette globale ;
    • une minimisation de la quantité d’échanges (optimisation du temps de calcul) ;
    • une minimisation des développements spécifiques au code généraliste : les codes restent indépendants, en particulier en termes de maillages et de solveurs.

    Ainsi, une retombée majeure du projet ICARE sera de faciliter la dissémination d’outils de recherche spécifiques : en effet, la simplification du couplage rendra le déploiement d’outils
    spécialisés issus de la R&D compatible avec un cadre industriel.



  • FLOODSCALE Observation et modélisation multi-échelles pour la compréhension et la simulation des crues éclair

    Mieux comprendre les phénomènes de crues éclair
    Observation et modélisation multi-échelles pour la compréhension et la simulation des crues éclair

    Mieux comprendre et simuler les crues éclairs
    Le projet FloodScale est une contribution au programme international HyMeX (Hydrological Cycle in the Mediterranean Experiment). Il a pour objectif d’améliorer la compréhension et la simulation des processus hydrologiques conduisant à des crues éclair, qui sont l’un des risques naturels les plus destructeurs, notamment en région Méditerranéenne. La variabilité spatiale et temporelle de la pluie, des caractéristiques des paysages, de l’humidité des sols est reconnue comme un facteur important influant sur la génération de crues éclairs. Cependant, la quantification et le rôle de leurs variabilités à différentes échelles restent des questions de recherche ouvertes. La compréhension des crues éclairs constitue un défi métrologique puisqu’elle requiert des observations à des échelles spatiales et temporelles très fines (1 km2, 5min), mais aussi sur de très vastes régions. A titre d’illustration, l’épisode de Septembre 2002 sur le Gard a concerné une superficie de 5000 km2, mais la moitié des victimes ont été répertoriées sur des bassins dont la taille était inférieure à 20 km2. Les crues éclairs sont très difficiles à observer à l’aide des réseaux opérationnels de pluviographes et de stations de jaugeage des débits. Il a été montré que les radars hydrométéorologiques apportaient une information particulièrement intéressante pour caractériser la variabilité spatio-temporelle des précipitations, bien que l’interprétation du signal radar reste encore difficile dans des terrains complexes (topographie) et/ou dans les zones urbanisées, qui sont les plus affectées par ce type d’épisodes. Jauger les rivières en crue avec les méthodes traditionnelles est aussi un défi en raison des difficultés pratiques et des problèmes de sécurité des opérateurs.



Rechercher un projet ANR